Trace, indice, marque, empreinte : définitions

 Si on assimile la notion de trace à la notion de conséquence, toute la réalité – physique ou vivante – est trace-conséquence d’autre chose, et cela alors même que l’homme n’y est pour rien et même si elle existe en dehors de la connaissance que l’homme peut en avoir. Exemples : la montagne recouverte d’une neige immaculée, les étoiles du ciel, tout l’univers dont nous ne connaissons encore rien mais dont nous supposons l’existence à partir du principe que tout est conséquence-trace d’autres chose, etc.

Cette posture impose de lever l’ambiguïté sur la notion de trace et de distinguer la réalité dans son ensemble où tout est trace (conséquences de conséquences) et le « signe-trace », c’est-à-dire la trace qui se transforme en signe pour l’individu vivant.

Dès lors, on peut considérer que des notions d’indices, empreintes, marques déclinent la notion de signe-trace.

 Si un chercheur préfère utiliser le terme « trace » plutôt que «signe-trace», il semble que, alors, il devrait préciser s’il se situe dans un usage anthropo-centré de la notion de trace (un signe-trace pour l’humain), ou techno-centré (un signe-trace pour la machine), ou ontologique (celle dont l’existence supposée conduit à chercher l’origine de l’univers).

Cette précaution étant prise, on peut espérer éviter les malentendus et remplacer le terme « signe-trace » par « trace », comme dans les définitions suivantes :

L’empreinte est une catégorie de traces (conséquence d’un événement) dont la forme et la matière disposent d’une certaine durée : l’illustration coutumière est celle des empreintes papillaires recherchées sur les scènes de crime en vue d’identifier les personnes dont les doigts ont touché des objets.

La marque est une catégorie de traces (conséquence d’un événement) qui constitue un signe reconnaissable, identifié de manière distinctive et signifiante : la coutume du marquage au fer rouge du bétail pour identifier l’appartenance nous a été rendue familière par les westerns.

L’indice est une catégorie de trace (conséquence d’un événement) à laquelle un interprétant cognitif associe une inférence causale indexée à un scénario probabiliste : les séries policières regorgent de situations où la bannière  « Crime scene do not cross »affiche la délimitation entre les espaces susceptibles de contenir des indices et les autres. Ce qui revient à poser des frontières entre la réalité-trace retenue comme comportant des indices et la réalité-trace ne rentrant pas dans le scénario probabiliste des enquêteurs.

Pour en savoir plus lire l’extrait de : Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018