Présentation

 

Le carnet de l’Homme-trace

  • Objectif

Le carnet de l’Homme-trace  – ICHNOS ANTHROPOS –  est un carnet qui vise à valoriser les recherches sur la trace produites dans les différentes disciplines, et cela, quel que soit le pays. Cette centralisation dans un même espace web a pour objet de favoriser l’interdisciplinarité.

  • Historique

Ce carnet fait suite à un programme de recherche (L’Homme-trace) porté  depuis 2010 par l’unité mixte de recherches IDEES 6266 CNRS-Normandie université-ULH. Transformé depuis 2014 en E. LABORATORY ON HUMAN TRACE UNITWIN COMPLEX SYSTEM DIGITAL CAMPUS UNESCO1, il fait l’objet de nouveaux développements à partir de 2018, notamment avec la mise en place d’une co-direction avec le laboratoire De Visu de l’université de Valenciennes.

  • La  polysémie du terme « trace » comme goulet d’étranglement à l’interdisciplinarité

De manière générale, la notion de  trace se définit comme le résultat de l’influence d’un événement sur son environnement. A partir de cette définition, toute partie de réalité considérée en tant que  conséquence de faits ou de processus antérieurs peut donc être  nommée trace.  Il s’en suit un usage très large du terme, tellement large qu’il induit beaucoup d’imprécisions. Il est même proposé par quelques dictionnaires destinés à un public non spécialisé comme synonyme des termes « marque », « empreinte » et « indice ». Certaines disciplines – dont les sciences de l’information et de la communication- s’intéressent au langage et à ses conséquences en termes de communication. Il en émerge des  propositions langagières telles que :  « marque » : traces associées à une notion d’identification ; « empreinte » : traces associées à une modification de matière ; « indice », traces associées la volonté de reconstitution d’un évènement passé.

En fait, toutes les disciplines (paléontologie,  informatique, chimie, mathématiques, astronomie, sciences du langage,  philosophie, etc.) utilisent le terme trace en lui affectant une signification différente. Cette polysémie serait sans conséquence si les contemporains ne s’appuyaient pas de plus en plus sur l’interdisciplinarité pour saisir la complexité de la réalité matérielle et celle du vivant.

  • Perspectives

Le carnet de L’Homme-trace vise regrouper les connaissances sur les questions relatives aux traces pour les rendre accessibles au plus grand nombre via le web. Il utilise le renvoi en vue de permettre non seulement l’approfondissement de l’information donnée mais aussi les différentes interprétations ou perspectives qui y sont associées.

  • Sources

Ce carnet rend compte des publications, travaux, colloques, thèses portant sur la question des traces. Il est alimenté par les informations fournies par les équipes et chercheurs concernés par les questionnements induits par la notion de trace.

  • Comité de rédaction

Rédactrice en chef : Pr. Béatrice Galinon-Mélénec, Professeur émérite à Le Havre-Normandie université, CNRS UMR IDEES 6266, E. Laboratory On Human Trace Complex System Digital Campus UNESCO (beatrice.galinon-melenec@univ-lehavre.fr).

Webmaster : Sabrina Mommolin, PRSH (Pôle de Recherches en Sciences Humaines), 25 rue Philippe Lebon, 76086 Le Havre (sabrina.mommolin@univ-lehavre.fr).

  1. Site en anglais : https://en.wikiversity.org/wiki/Portal:Complex_Systems_Digital_Campus/E-Laboratory_on_human_trace []