Digital Trace Data: Modes of Data Collection, Applications, and Errors at a Glance

(Chapitre d’ouvrage)

Source :

Section 1, Chapitre 7. In : Handbook of Computational Social Science.  Volume 1 Theory, Case Studies and Ethics (eds Engel, U., Quan-Haase, A., Xun Lui, S. & Lyberg, LE) (Routledge , 2021). ISBN 9780367456528

Auteurs :

Frauke Kreuter, professeur de statistiques à l’université Ludwig Maximilian de Munich  Florian Keusch, professeur de statistiques (intérimaire ) à l’université Ludwig Maximilian de Munich

Résumé  du chapitre :

Différentes sources de traces numériques utilisées en tant que données sont analysées en vue de mettre en évidence  les problèmes liés à leur utilisation dans les sciences sociales computationnelles.

Résumé du livre :

Ce livre explore les principaux débats concernant les données traitées à partir de traces  numériques. Il présente l’évolution des formes d’enquêtes et  fournit de nouveaux exemples de recherche informatique en sciences sociales sur la détection de l’interaction sociale.

Statistiques et traces numériques en questionhttps://www.routledge.com/Handbook-of-Computational-Social-Science-Volume-1-Theory-Case-Studies/Engel-Quan-Haase-Liu-Lyberg/p/book/9780367456528

Traces numériques et durabilité

REVUE COSSI, n°10, 2021
Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques
Revue COSSI n°10, 2021

 

 

Parution au 1er semestre 2021.

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques,

Revue COSSI, n° 10/2021

Coordonné par :

Christian MARCON, Professeur des universités, IAE de Poitiers

Mona SHEHATA, docteure en sciences de l’information et la communication,

LaboratoireCEREGE, IAE – Université de Poitiers France

Résumé (des auteurs)

Les traces matérielles issues de l’activité humaine constituent un sujet de questionnement majeur, notamment en termes de collecte et de transmission. Avec l’essor de l’Internet et particulièrement du web 2.0, des traces complémentaires, numériques, sont massivement  créées. Si leur définition même ne fait pas encore l’objet d’un consensus, il apparaît que ces traces posent déjà des questions de durabilité à de multiples niveaux : leur temporalité, les usages qu’elles permettent et les aspects éthiques que leur exploitation sous-entend. Cet article introduit ces problématiques pour le présent numéro de la revue COSSI et présente les angles de traitement que les contributeurs ont choisi pour traiter le sujet.

Sommaire
INTRODUCTION de Christian Marcon, Mona Shehata                                                          Source : Marcon, Ch, Shehata, M. (2021). Introduction du numéro. Revue COSSI, (10). https://revue-cossi.numerev.com/articles/revue-10/2523-introduction-du-numero

  • Pourquoi laissons-nous des traces numériques ? L’hypothèse de la volonté (ou de l’illusion ?) d’accéder à une forme d’éternité construite, Jacques Henno
  • Les traces numériques dans le cadre du dépôt légal : conservation, production, restitution, Cécile-Marie Martin, Alexandre Wauthier
  • Les traces numériques : portée des enjeux économiques et/ou de surveillance dans une société de connaissances, Viviane Du Castel
  • La traçabilité pour détecter la mutation d’une rumeur en légende urbaine.Mona Shehata
  • Analyser les transformations des pratiques professionnelles par une approche usages : plasticité, instabilité, fragilité, Jean-Claude Domenget
  • L’autogestion démocratique des données pour pérenniser la traçabilité du savoir dans la complexité- Thomas Bonnecarrere

Arts de la scène et humanités numériques. Des traces aux données

Clarisse Bardiot

Iste éditions, avril 2021 250 pages. ISBN papier : 9781784057428. ISBN ebook : 9781784067427

Présentation de l’éditeur

Les traces numériques, qu’elles soient numérisées (programmes, carnets de notes, dessins, etc.) ou nativement numériques (mails, sites internet, captations vidéo, etc.), constituent un défi majeur pour la mémoire des éphémères arts de la scène. Le numérique transforme les traces en données et ce faisant les ouvre à la manipulation. Ce changement de paradigme appelle à un renouvellement des méthodologies pour écrire l’histoire du théâtre aujourd’hui, analyser les oeuvres et leur processus de création, ainsi que pour préserver les spectacles.

Au croisement des études théâtrales, de l’histoire et des humanités numériques, de la conservation et de l’archivistique, ces méthodologies permettent de prendre en compte ce qui est généralement écarté : à savoir les traces numériques, jugées trop complexes, trop nombreuses, trop fragiles, à l’authenticité douteuse, etc.

Avec pour fil conducteur l’analyse des traces numériques de Merce Cunningham, et au travers de nombreux autres exemples, cet ouvrage s’adresse autant aux chercheurs et aux archivistes qu’aux artistes et aux institutions culturelles.

L’auteur 

Clarisse Bardiot est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université polytechnique Hauts-de-France. Elle mène des recherches sur l’épistémologie des arts de la scène et des technologies numériques, au croisement de l’histoire, de l’esthétique, des humanités numériques, de la documentation et de la préservation des oeuvres.

 

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL (COSSI n°11)

COSSI : Colloque Spécialisé en Sciences de l’Information

IAE – Université de Poitiers, France.

28-29 mai 2020

Référent : Pr. Christian Marcon Laboratoire CEREGE – IAE- Université de Poitiers France.

Délais pour les propositions de communication : 10 mars 2020.

EXTRAIT DE L’APPEL A COMMUNICATION :

 Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…). Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps: résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Lorsqu’elles ne restent pas in situ en raison de leur préservation sur site (bâti monumental, vernaculaire…), les traces de l’activité humaine sont collectées dans la perspective d’une utilisation ultérieure selon un dispositif organisé (…)

… aux traces numériques


La généralisation des formes numériques de communication, autant dans la sphère publique que privée « au moment où la société contemporaine se voue au culte de la mémoire et de la mémorisation » (Galinon-Mélénec & Zlitni, 2013), confronte l’ensemble des acteurs à de nouvelles formes de traces qu’il n’est pas envisageable de traiter par les processus précédents.
Les traces numériques ne sont pas techniquement immatérielles, mais ce n’est pas leur matérialité qui pose habituellement question. La complexité nait dès la définition même de la notion de trace numérique. Une définition sur laquelle l’unanimité ne se fait pas.
La trace doit d’abord être distinguée de l’empreinte. Galinon-Mélénec (2013), considérant qu’il n’y a pas nécessairement impression visible sur une surface, préfère le terme de trace, dont les « emplois plus variés permettent d’intégrer l’infinitésimal, voire l’invisible. » Pour sa part, Mille (2013) voit dans l’empreinte « l’inscription de quelque chose dans l’environnement au temps du processus » alors que la trace est une « observation d’une série d’empreintes » qui nait donc de l’attention qui lui est portée et plus précisément du regard que l’on choisit de porter sur elle (éthique, juridique, commercial, sémantique, stratégique…). (…)
Ainsi, pour Galinon-Mélénec (2013, p. 95) qui adopte un point de vue anthroposémiotique, il conviendrait de réfléchir en termes de signe-trace : « les signes portent les traces de la complexité de l’entrelacement du vivant (humain ou non) et du non vivant, conjugués à l’entrecroisement des représentations portant sur le passé, le présent et les projections sur l’avenir.» Dès lors comment aborder le signe-trace autrement qu’avec un regard constructiviste ? Merzeau (2013) ne va pas jusque- là. Voyant dans la trace une « manifestation observable de l’impensé », elle estime « qu’elle appelle un art interprétatif comme celui du chasseur, du critique d’art, du psychanalyste ou du devin pour faire sens. Plus la trace sera involontaire, plus elle aura valeur de preuve, de symptôme ou d’attestation »(…)

 

Pour en savoir plus  : https://org-co.fr/aac-traces-numeriques-et-durabilite-temporalites-usages-ethique