Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS: médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Anne Lehmans, 2024.


Auteur

Anne Lehmans, Professeur des Universités Sciences de l’information et de la communication. https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/lehmans-anne/

Présentation (extraite de l’introduction)

Dans la poursuite de l’héritage de Michel de Certeau sur les arts de faire (1980), l’étude de l’espace peut dépasser la question des artefacts et des contenus informationnels pour s’intéresser aux gestes des acteurs, aux signes-traces déposés, aux postures corporelles et intellectuelles. On considère alors l’espace comme ouvrant la possibilité de la communication, du rapport à l’autre et de la pensée de soi. Les interactions, les expériences partagées, les pratiques informationnelles, l’attention et l’engagement mutuels sont ce qui nous intéresse, dans des contextes qui permettent la comparaison et le dialogue. Le collectif FabLab-MORE met en œuvre une démarche comparative, expérimentale et compréhensive de caractérisation des enjeux et des filtres culturels à considérer et intégrer les prolongements des activités des FabLabs, en optimisant les offres au-delà d’un seul périmètre culturel. Plus que l’innovation technologique experte, ce sont les logiques d’ouverture sociale et culturelle des espaces participatifs de diffusion et de circulation des savoirs qui sont en jeu, dans une dynamique de convivialité dans laquelle l’espace est « conducteur de sens, traducteur d’intentionnalité » (Illich, 1975 : 45), et le « dialogue entre les hommes » peut se mettre enplace autour des machines, car c’est la communication humaine qui nous importe. Les dimensions cognitives, sociales et interculturelles sont visées, dans un réseau local et international de FabLabs, pour comprendre comment les savoirs circulent entre différents espaces et communautés, selon quels registres de communication médiatisée ou pas. Interroger les dimensions communicationnelles et organisationnelles revient également à soutenir des alternatives pédagogiques et culturelles centrées sur l’émancipation des usagers.

Pour en savoir plus: https://hal.science/hal-04536138/document

Référence

Anne Lehmans. Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS : médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Séminaire ”Espaces-Savoirs-Identités”, ENSSIB-Elico, Apr 2024, Lyon, France.

Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps, Véronique Thomas-Vaslin, 2017.

 

Auteure

Véronique Thomas-Vaslin Docteur en Immunologie UPMC/INSERM, UMRS 959, Sorbonne Universités.

Résumé

Ce chapitre illustre le concept de « traces » dans le corps humain, du moins celles générées par le système immunitaire et transmises entre les générations. Il place le propos dans des systèmes multi-échelles et passe alternativement de l’échelle du corps (le ressenti et le vu) à l’échelle invisible des anticorps et autres immuno-récepteurs capables d’identifier les molécules du corps et de son entourage, au cours du temps, lors de processus traçuels.  La première partie porte de façon générale sur les traces biologiques qui peuvent être recensées par l’homme, le chercheur en immunologie, le médecin… et brosse quelques aspects généraux du comportement du système immunitaire. La notion de signe-trace (Galinon-Mélénec, 2011) est utilisée fréquemment sans pour autant que le paradigme du même nom soit repris dans sa globalité. Le chapitre propose également de revisiter les notions de frontière du soi, de perception du corps, du ressenti de l’invisible pour l’inspection du monde, abordées sous la forme de l’émersiologie (Andrieu, 2016). Les figures permettent de mieux appréhender le rôle primordial du système immunitaire dans la trace du vivant et du corps et les conséquences au niveau du macrocosme sociétal.

Lire plus en open source 

THOMAS-VASLIN, Véronique. Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps In : L’Homme-trace : Des traces du corps au corps-trace [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2017 . Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/editionscnrs/29917>. ISBN : 978-2-271-13035-8. DOI : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.29917.

Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels, Aurélia Dumas, 2018

 

 

 

 

 

Auteur

Aurélia Dumas est Maître de conférences en SIC au sein du laboratoire Communication et Sociétés de l’Université Clermont Auvergne.

Résumé

Cet article étudie la manière dont les logiques de responsabilisation des salariés en matière de mobilité et de recrutement internes constituent des injonctions organisationnelles poussant les salariés à la promotion numérique de soi. Il s’attache plus spécifiquement à analyser la production des signes des émotions au sein des dispositifs numériques mis à la disposition des salariés à cet effet et les enjeux organisationnels d’un point de vue des régulations sociales opérées. Au regard des formes dominantes d’expression émotionnelle de soi construites au sein de l’entreprise, il s’agit d’observer les fragilisations et les vulnérabilités que peuvent entraîner chez les salariés des logiques de non-conformation (résumé de l’auteure).

Extrait

“Dans le cadre de cet article, nous détaillons plus spécifiquement l’appareil méthodologique mobilisé dans l’étude de la sémiotisation des émotions relative aux processus de recrutement interne. Parler de sémiotisation des émotions (Micheli, Hekmat et Rabatel 2013) ou encore de signes des émotions permet de distinguer l’émotion sémiotisée de l’émotion éprouvée, dans le sens où un individu peut rendre manifeste une émotion au travers de signes visibles (en d’autres termes, il « sémiotise » une émotion) mais sans pour autant forcément la ressentir. Dès lors, dans une approche communicationnelle, il s’est agi de saisir les émotions en tant que processus communicationnels, au cœur de la performance sociale et des dynamiues organisationnelles, à la croisée de l’individuel et du collectif. L’individu se fait « Homme-trace », (Galinon-Mélénec 2012), au regard à la fois des « signes-traces » qui le traversent et qu’il porte avec et sur lui mais aussi que lui-même sème comme empreintes laissées sur son passage. Il a ainsi été question d’observer les manifestations des émotions, leur expression mais également leur interprétation et leur évaluation par les acteurs eux-mêmes au sein de la sphère professionnelle. Les signes des émotions apparaissent comme repérables au travers des discours, des pratiques tout autant que des corps et des individus et, plus largement encore, des objets, des dispositifs, comme autant d’éléments vecteurs de la communication affective dont l’organisation se révèle porteuse.

Pour compléter lecture, voir

 http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6112 

Référence

Aurélia Dumas« Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels »Communication et organisation  53 | 2018. URL :  DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.6112