La réflexivité communicationnelle, processus facilitant la construction d’une autorité dans les espaces médiatisés participatifs, Marion Rollin, Quaderni, 2017

Auteur

Au moment de l’article (2017), Marion Rollandin est en thèse au GRIPIC/CELSA PARIS-Sorbonne

Résumé

L’objet de cet article est de saisir les conditions de construction de l’autorité dans des espaces médiatisés participatifs tels que les jeux multijoueurs en ligne ou les forums de discussion. Cette construction de l’autorité s’avère complexe dans ces espaces. En effet, ils présentent un paradoxe : ils donnent de nombreuses occasions d’interaction tout en facilitant les refus d’amorce des échanges et l’exclusion. Nous montrons que chaque individu qui s’engage dans un projet de construction de l’autorité développe un processus appelé la réflexivité communicationnelle. D’une part, ce processus permet aux usagers de déterminer quel comportement adopter pour augmenter leurs chances d’être acceptés par les autres usagers en tant que partenaires de l’échange. D’autre part, il favorise l’élaboration de tactiques facilitant la reconnaissance de l’expertise chez chaque personne désirant partager un savoir sur l’activité ou la communication. (Résumé de l’auteure)

Référence open source

Marion Rollandin, « La réflexivité communicationnelle, processus facilitant la construction d’une autorité dans les espaces médiatisés participatifs », Quaderni [En ligne], 93 | Printemps 2017, mis en ligne le 05 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1076

Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels, Aurélia Dumas, 2018

 

 

 

 

 

Auteur

Aurélia Dumas est Maître de conférences en SIC au sein du laboratoire Communication et Sociétés de l’Université Clermont Auvergne.

Résumé

Cet article étudie la manière dont les logiques de responsabilisation des salariés en matière de mobilité et de recrutement internes constituent des injonctions organisationnelles poussant les salariés à la promotion numérique de soi. Il s’attache plus spécifiquement à analyser la production des signes des émotions au sein des dispositifs numériques mis à la disposition des salariés à cet effet et les enjeux organisationnels d’un point de vue des régulations sociales opérées. Au regard des formes dominantes d’expression émotionnelle de soi construites au sein de l’entreprise, il s’agit d’observer les fragilisations et les vulnérabilités que peuvent entraîner chez les salariés des logiques de non-conformation (résumé de l’auteure).

Extrait

“Dans le cadre de cet article, nous détaillons plus spécifiquement l’appareil méthodologique mobilisé dans l’étude de la sémiotisation des émotions relative aux processus de recrutement interne. Parler de sémiotisation des émotions (Micheli, Hekmat et Rabatel 2013) ou encore de signes des émotions permet de distinguer l’émotion sémiotisée de l’émotion éprouvée, dans le sens où un individu peut rendre manifeste une émotion au travers de signes visibles (en d’autres termes, il « sémiotise » une émotion) mais sans pour autant forcément la ressentir. Dès lors, dans une approche communicationnelle, il s’est agi de saisir les émotions en tant que processus communicationnels, au cœur de la performance sociale et des dynamiues organisationnelles, à la croisée de l’individuel et du collectif. L’individu se fait « Homme-trace », (Galinon-Mélénec 2012), au regard à la fois des « signes-traces » qui le traversent et qu’il porte avec et sur lui mais aussi que lui-même sème comme empreintes laissées sur son passage. Il a ainsi été question d’observer les manifestations des émotions, leur expression mais également leur interprétation et leur évaluation par les acteurs eux-mêmes au sein de la sphère professionnelle. Les signes des émotions apparaissent comme repérables au travers des discours, des pratiques tout autant que des corps et des individus et, plus largement encore, des objets, des dispositifs, comme autant d’éléments vecteurs de la communication affective dont l’organisation se révèle porteuse.

Pour compléter lecture, voir

 http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6112 

Référence

Aurélia Dumas« Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels »Communication et organisation  53 | 2018. URL :  DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.6112

De l’interprétation au cirque. Revue études de communication n°23, H. Hotier, archives. 2001

 

Auteur

Hugues Hotier,  professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication. Fondateur du Cirque éducatif,  lieu pluridisciplinaire (au sens large)  à vocation éducative où il peut à la fois observer et mener des expérimentations sur la réception des arts du spectacle”.

Extraits

“Les animateurs du Cirque éducatif considèrent que le cirque est un lieu d’émotion plus que de réflexions, émotions largement supportées par la puissance du non-verbal” (…). En matière d’arts du spectacle, et le cirque en est un exemple probant, on peut distinguer deux niveaux d’interprétation. D’une part, l’artiste interprète son numéro. Comprenez qu’il le joue, l’exécute comme une partition ou qu’il le représente comme une pièce. C’est le sens le plus évident du mot interprétation et l’on évoque ici le plus souvent une interprétation individuelle. Même s’il s’agit d’une troupe ou d’un orchestre, il y a une unicité de l’interprétation. D’autre part, à un niveau plus global, des éléments divers, humains ou matériels, contribuent à délivrer des messages de nature plus idéologique. On est alors dans une problématique de traduction. A proprement parler, on change de culture puisqu’on passe du monde des idées au monde du spectacle, du monde de l’intellect au monde de l’émotion, du monde de la parole au monde du geste”.

Référence papier

Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, 29-40.

Pour en savoir plus  (article en open source)  :

 Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, mis en ligne le 12 octobre 2009  http://URL : http://journals.openedition.org/edc/982

Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens dans “Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty”, Romain Couderc, 2023

Auteur

Romain Couderc, né en 1974, est un ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé de philosophie. Il a soutenu sa thèse sur « L’écriture de la trace » en décembre 2021 sous la direction de Dominique Pradelle : ses recherches portent sur la manière dont la notion de trace est élevée au rang de schème conceptuel central dans les œuvres d’Emmanuel Levinas, de Jacques Derrida et de Paul Ricœur, au travers de la phénoménologie husserlienne.

Résumé

Chez Derrida et Levinas, la trace devient un “opérateur conceptuel d’une altérité inquiétant le présent et la présence des signes : en deçà de sa valeur de signe, d’indice ou d’empreinte, elle vient nommer une distension au temps présent qui ouvre aussi bien l’apparaître des choses que les significations du langage”. 

Source

Couderc, Romain. « Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty », Philosophie, vol. 157, no. 2, 2023, pp. 42-66.

Plan

  1. Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens.
  2. Absence et présence du sens dans les signes : le modèle saussurien de la trace
  3. La parole comme écriture : le style, ou le tracement du sens
  4. « Retracer la trace » : l’écriture des idéalités géométriques
  5. Le tournant ontologique de la phénoménologie : de la trace à la chair