Trace et transitionnalité par Claude Fournival

Thèse de doctorat en Psychologie. Psychopathologie et psychologie cliniques.

Soutenue en 2002.

Résumé :

« A partir de traces pré-figuratives, nous analysons les processus psychiques mis en jeu dans l’expérience de séparation/individuation mère/bébé. Moment organisateur de l’espace psychique, du Moi et des processus identitaires, l’émergence des traces pré-figuratives fixe cette expérience de rupture dans la continuité de soi et révèle la manière dont l’écart et la différence se travaillent à même la matière du support. Elles vectorisent alors en repères concrets une trajectoire grapho-psychique évolutive allant des « traces équations symboliques », temps de fusion avec l’objet, aux « traces pré-symboles », temps de défusion d’avec l’objet, puis « aux symboles » : espace transformationnel où s’origine le mouvement processuel de la symbolisation, retenu comme redoublement de la rencontre avec l’objet. Le processus de transformation est ainsi déplacé de l’environnement maternel d’où il s’origine vers la trace : passage de l’expérience du processus à l’élaboration de l’expérience. Temps où l’humain est amené à se (re) positionner dans une construction externe de la capacité symbolique, genèse du lien à l’objet. La trace participe ici de la constitution du sujet et de la continuité de son histoire. En contrechamps, nous observons comment dans leurs œuvres certains peintres par leur art, rendent contigu ce qui semblait intouchable, la perte originaire ».