Corps connectés, figures, fragments, discours, Presses des mines, 2022

Auteurs

Armen Khatchatourov, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Gustave Eiffel

Olaf Avenati, designer graphique et numérique, enseignant en Master et chercheur à l’ESAD de Reims


Pierre-Antoine Chardel, professeur et directeur du LASCO Idealab à IMT-BS

Isabelle Queval est philosophe, professeur des universités à l’INSHEA, titulaire de la chaire UNESCO “Handicap, Education et Numérique”.

Résumé

Nos corps sont désormais inscrits dans les flux de données. Nos nouvelles expériences sensorielles, de déplacement ou d’être ensemble sont amplement modifiées à l’ère de l’hyper-connexion et du Big Data. Mais comment cette nouvelle manière d’envisager nos corps (de notre corps propre au corps social) se traduit-elle ? Quel impact cette condition numérique a-t-elle sur nos vies ? C’est à ces questions que le présent ouvrage s’intéresse, au fil des contributions issues de domaines variés, tels que l’art, le design, la philosophie, la sociologie ou la psychologie, en ouvrant des voies d’analyse aussi hétérogènes que complémentaires.
Il s’agit par-là d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion critique, herméneutique et sociétale sur la manière dont nos subjectivités sont affectées par la mise en données de nos corps (Résumé auteurs/éditeurs)

De notre corps propre au corps social : impact du numérique

Avec les contributions de chercheurs issus de disciplines variées

.

Trace et transitionnalité par Claude Fournival

Thèse de doctorat en Psychologie. Psychopathologie et psychologie cliniques.

Soutenue en 2002.

Résumé :

« A partir de traces pré-figuratives, nous analysons les processus psychiques mis en jeu dans l’expérience de séparation/individuation mère/bébé. Moment organisateur de l’espace psychique, du Moi et des processus identitaires, l’émergence des traces pré-figuratives fixe cette expérience de rupture dans la continuité de soi et révèle la manière dont l’écart et la différence se travaillent à même la matière du support. Elles vectorisent alors en repères concrets une trajectoire grapho-psychique évolutive allant des “traces équations symboliques”, temps de fusion avec l’objet, aux “traces pré-symboles”, temps de défusion d’avec l’objet, puis “aux symboles” : espace transformationnel où s’origine le mouvement processuel de la symbolisation, retenu comme redoublement de la rencontre avec l’objet. Le processus de transformation est ainsi déplacé de l’environnement maternel d’où il s’origine vers la trace : passage de l’expérience du processus à l’élaboration de l’expérience. Temps où l’humain est amené à se (re) positionner dans une construction externe de la capacité symbolique, genèse du lien à l’objet. La trace participe ici de la constitution du sujet et de la continuité de son histoire. En contrechamps, nous observons comment dans leurs œuvres certains peintres par leur art, rendent contigu ce qui semblait intouchable, la perte originaire ».