Digital Habitus: A Critique of the Imaginaries of Artificial Intelligence, Alberto Romele (Routledge, 2023).

 

Auteur  Alberto Romele, maître de conférences de communication et médias, ICM (Institut de communication et de médias), Université Sorbonne Nouvelle

Résumé 

Alberto ROMELE formule ici trois hypothèses 1. Les technologies numériques actuelles  qui reposent principalement sur des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) et le big data, fabriquent  de nouveaux  habitus. 2.  L’efficacité de ces machines ne dépend pas seulement de leur capacité concrète à classer le monde social mais aussi des attentes, des espoirs, des peurs et des imaginaires des usagers. 3. En examinant de trop près les choses elles-mêmes, de nombreux philosophes de la technologie se privent de la possibilité d’étudier les conditions symboliques de possibilité dans lesquelles les artefacts technologiques uniques sont intégrés.

 

 

De la trace à l’archive : pratiques mémorielles et pratiques artistiques contemporaines par Géraldine Sfez

Thèse de doctorat en Philosophie.

Soutenue en 2011.

Résumé
 :

« Comment mémoriser quand tout semble déjà mémorisé, enregistré, archivé ? Comment produire de la mémoire quand chacun se trouve entouré d’appareils disposés à mémoriser pour lui ? Comment opérer une distinction entre une « mémoire » prothétique, externalisée, déterritorialisée et une mémoire qui serait de l’ordre de l’expérience ? Notre hypothèse est que pour saisir la spécificité de cette mémoire, il faut comprendre en quoi elle relève d’un processus avant tout corporel. La mémoire non seulement s’inscrit dans le corps, mais plus encore procède du corps. Les « arts de la mémoire » qui envisagent la mémoire comme un procédé associant une image à un lieu laissent ainsi impensé le troisième terme de cette association : le corps, et plus précisément le corps affecté. C’est l’art, et en particulier l’art à partir des années soixante, qui nous semble restituer de la façon la plus manifeste ce processus quand il prend le corps comme médium et articule ainsi étroitement les notions de pratique, de mémoire et de corps, à travers trois modalités principalement : la trace, l’inscription, l’archive. Pour comprendre comment les pratiques artistiques à partir des années soixante donnent à repenser les pratiques mémorielles, nous nous intéresserons donc au corps qui se mesure à l’espace et y laisse une trace (Richard Long, Piero Manzoni, Stanley Brouwn) ; au corps qui répète un même geste et par cette répétition, inscrit ce geste en lui (Samuel Beckett, Bruce Nauman, Vito Acconci, Andy Warhol) ; au corps enfin qui se fige, se stratifie et devient lui-même sa propre archive (Jeff Wall, Gerhard Richter) ».

La structuration de la phénoménalité : temporalité, trace, événement (Heidegger, Derrida, Nancy) par Hakhamanesh Zangeneh

Thèse de doctorat en Philosophie.

Soutenue en 2009.

Résumé
 :

« En lisant la deuxième partie (peu commentée) d’Être et Temps de Heidegger comme une nouvelle philosophie transcendantale au sens étroit, nous y décelons une multiplicité de temporalités comportant plusieurs instances de la présence. L’instance la plus originaire contient pourtant, selon nous, un noyau relationnel et a-phénoménal, ce qui implique l’affirmation d’une structuration à même le phénomène. Nous poursuivons ce thème comme fil conducteur établissant un chemin de continuité entre Heidegger et Derrida, notamment dans les textes de Derrida dédiés à la phénoménologie où il est question de la métaphysique de la présence. Loin d’y voir une critique de Heidegger nous lisons ces textes comme une extension de notre problématique : le vocabulaire derridien de la trace et de la différance nous permet d’approfondir la description de ladite structuration archaïque. En insistant sur la référence analogique au domaine langagier, nous nous servirons de l’analyse grammatologique afin de répondre aux questions laissées ouvertes dans Être et Temps, et notamment afin de caractériser la temporalisation immanente. En même temps, nous suggérons de voir une distinction dans la trace, une distinction qui traverse l’œuvre ultérieure de Derrida. Le versant grammatologique de la déconstruction est une réponse à la question de la temporalité. Enfin, la question, récemment très discutée, de l’événementialité, se laisse rattacher à notre problématique à travers des travaux de Jean-Luc Nancy. La notion d’événement distensif, lorsque enrichi par une série de gloses historiques, est une pensée de la singularité qui ne sacrifie pas les acquis grammatologiques de la détermination d’une structuration de la phénoménalité ».