Faire mémoire pour ‘faire’ l’histoire ? Le Geste de Verdun (thèse)

 

Véronique Mathieu

Auteure

Véronique Mathieu

Document

Présentation de la thèse de Doctorat en Langues, Littératures et Civilisations Germaniques, sous la direction de Gwénola Sébaux, soutenue le 14 décembre 2022 à l’université Catholique de l’Ouest pour l’université d’Angers. https://doi.org/10.4000/trajectoires.9779

Entrée en matière

“François Mitterrand et Helmut Kohl, main dans la main, sur l’esplanade qui fait face à l’Ossuaire de Douaumont, le 22 septembre 1984. La cause semble être entendue : nous sommes là devant un geste historique, qui a fini par symboliser à lui seul le formidable processus d’abord de réconciliation, puis de partenariat privilégié qu’ont connu les deux pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le geste est devenu quasiment iconique, dirait-on aujourd’hui. Un tel consensus ne va pas cependant pas sans susciter certaines interrogations.

Ce geste n’était pas le premier geste franco-allemand, ni le dernier. Il s’inscrivait dans la série de gestes qui s’étaient succédé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion notamment de Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Alors comment est-il devenu, de manière quasiment exclusive, le symbole de la réconciliation franco-allemande, un lieu de mémoire, dans le sens où l’entend Pierre Nora ? Paradoxalement, le cliché des livres d’histoire semblait aussi avoir un peu vieilli. Avait-il encore quelque chose à dire dans un monde qui a considérablement changé en presque quarante ans ? Était-il susceptible de toucher aujourd’hui encore les jeunes générations, pour qui la réconciliation franco-allemande est devenue banale ? L’ambition de cette thèse est ainsi de contribuer à « dépoussiérer » le Geste de Verdun”.

Open source 

https://journals.openedition.org/trajectoires/9779

 

Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire

 

 

Auteur

Joëlle Vellet est Maître de Conférences en danse à l’Université de Nice Sophia Antipolis, au Département des Arts, section Danse. Membre du Centre de Recherches en Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL 6703),

Résumé

Cet article s’intéresse à la façon dont se fabrique la danse dans le studio, participant à une ethnographie du travail artistique. Il pointe l’importance de la construction de la mémoire tout autant que le recours à la mémoire dans l’élaboration du geste dansé pour l’interprète, en situation de création ou de reprise de rôle. Il met tout particulièrement en évidence le nécessaire tissage des gestes et des discours in situ, dans ce lieu intime de rencontre entre interprète et chorégraphe. Espace et temps où la mémoire des corps, tout autant que celles des processus et des imaginaires, fait devenir l’interprète, mémoire devenant tour à tour ressource ou obstacle à l’invention du geste.

Open source

Joëlle Vellet« Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire »Recherches en danse [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 janvier 2024URL : http://journals.openedition.org/danse/353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.353

« Le poids du passé : une étude parallèle sur le travail de mémoire en Allemagne et en Espagne », Dana Martin et Olivia Salmon-Monviola (2014)

Auteurs

Dana Martin, Maître de conférences, Laboratoire Communication et Solidarité (EA 4647), Clermont Université, Université Blaise Pascal, UFR Langues Appliquées, Commerce et Communication, BP 10448, 63000 Clermont-Ferrand

Olivia Salmon-Monviola, Maître de conférences, Laboratoire Communication et Solidarité (EA 4647), Clermont Université, Université Blaise Pascal, UFR Langues Appliquées, Commerce et Communication, BP 10448, 63000 Clermont-Ferrand

Présentation

Pour examiner les questions posées par le poids du passé et le travail de mémoire en Allemagne et en Espagne, les auteurs

  • s’interrogent sur le traitement institutionnel d’un héritage sensible, à savoir les archives produites sous les régimes déchus ainsi que sur la place qui est accordée aux personnes (droit à l’oubli vs. droit de savoir) et aux données (conservation, accès, transmission vs. protection, limites, destruction) ;

  • observent l’évolution des symboles, afin de comprendre comment les traces du passé s’effacent de l’espace public pour laisser place à une nouvelle réalité en marche ;

  • s’intéressent à la question de la justice transitionnelle, c’est-à-dire aux dispositifs mis en place pour gérer le passage de la dictature (État de non-droit) à la démocratie (État de droit).

Mots clefs :

Effacement des traces Traitement des traces écrites. Exhumation des traces. Destruction des traces matérielles. Traces de trauma. Traces politiques. Droit de savoir. Traces symboliques. Archives. Preuves.

Paru dans :

« Le Temps guérit toutes les blessures : La Résistance à l’autorité de l’Histoire dans les concepts de nation et de nationalisme », Textes et contextes/9, 2014

Référence :

DanaMartinet Olivia Salmon-Monviola, « Le poids du passé : une étude parallèle sur le travail de mémoire en Allemagne et en Espagne », Textes et contextes [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 05 décembre 2017, consulté le 02 avril 2022. 

L’article est disponible en open source :

https://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=1133#bibliography

Documentalité des collectes de mémoires

Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique

(Soutenance d’HDR, Claire SCOPSI, CNAM, le 12/01/2021)

 

 

La séance est publique, pour y assister veuillez  le signaler à : claire.scopsi@lecnam.net,

un lien de connexion vous sera envoyé individuellement.

Présentation avant soutenance

Dans une première partie, Claire.SCOPSI  revient « aux sources de la phénoménologie de la mémoire et de l’oubli (1.1 et 1.2) et distingue la trace numérique de l’inscription numérique de la mémoire humaine (1.3) ». Puis elle pose « la base d’une approche documentaire de la mémoire, en retraçant, sous forme de processus, les étapes qui mènent de l’empreinte mnésique à son inscription sur des supports externes (1.4). La partie 1.5 est consacrée au traitement de ces formes inscrites, et propose une gradation allant des formes les plus froides, c’est-à-dire les moins transformatrices, aux formes chaudes, les plus créatives ». Elle « considère la patrimonialisation (1.6) comme une des formes les plus chaudes, et socialement les plus engageantes, d’éditorialisation des mémoires ». Elle conclut cette première partie en proposant de considérer les mémoires en ligne, comme une transaction coopérative (1.7), se manifestant par des documents et sous-tendues par trois dynamiques : la médialité (le medium), l’indicialité (l’indice) et la vérité (la source).

La deuxième partie est « consacrée à la présentation d’exemples de collectes de mémoires. Après avoir posé la question de l’identification sur le web de ces formes originales, qui ne sont pas répertoriées (2.1), (elle) reprend le trinôme pour catégoriser les collectes de mémoires, et en retracer les origines et les acteurs. Les mémoires-sources, caractérisées par la recherche de l’authenticité et de la véracité, comportent les corpus scientifiques et les archives orales (2.2). Les mémoires-medium privilégient la perlocution et l’émotion ; elles comprennent les mémoires nationales, la médiation patrimoniale et les mémoires de communautés (2.3). Les mémoires-indices, centrées autour de la production ou l’exploitation de traces, sont représentées par la micro-histoire, et les procédés contemporains d’enregistrement de témoignages ou de traces pour le futur (2.4). (Elle) conclut cette partie en proposant de considérer les collectes de mémoire comme un genre narratif dont la textualité repose sur les procédés d’éditorialisation offertes par le numérique (2.5).

La troisième partie esquisse une narratologie de ce nouveau genre médiatique. L’approche est sous tendue par la question de la réalisation d’un modèle ontologique permettant de décrire la structure d’une collecte de mémoire à des fins de conservation (3.1). La question de la structure anthologique des collectes de mémoires (3.2), (la) conduit à définir une unité sémio-psychique, le memorem, afin de rendre compte des relations existant entre les documents et grains mémoriels (3.3). Puis (elle s’) attache à définir les éléments permettant de définir les caractères de medium (capacité à produire une réaction), d’indice (capacité à isoler et désigner un élément du passé) et de source (capacité à susciter la confiance) d’une collecte de mémoires (3.4).

Le texte complet du mémoire sera mis en ligne sur HAL après la soutenance.

Herman Parret, “Une sémiotique des traces. Trois leçons sur la mémoire et l’oubli”

Herman Parret, Une sémiotique des traces. Trois leçons sur la mémoire et l’oubli, Le Discours philosophiqueLambert Lucas, octobre 2017, 74 pages,  
ISBN/EAN : 978-2-35935-228-3

 

 

 

 

Présentation (4e de couv. éditeur):

La mémoire est une notion-carrefour : on parle non seulement de mémoire individuelle et de mémoire collective mais également de mémoire génétique, de mémoire historique, de mémoire archivale, de mémoire picturale, et même de mémoire informatique. Plusieurs disciplines peuvent être invoquées en vue de déterminer sa nature et ses fonctions : la psychologie surtout et la sociologie, mais également la psychanalyse, la déconstruction philosophique, voire la sémiotique. Cette Sémiotique des traces rassemble trois leçons : la première, plutôt philosophique, situe et évalue les pensées paradigmatiques de la mémoire (Aristote, Augustin, Husserl, Bergson) ; la seconde propose des pistes de sémiotisation à partir de la « mémoire archivale » de Foucault et de la « mémoire figurale » de Lyotard ; la troisième se présente comme une pragmatique de l’exercice de la mémoire et de l’oubli. Peu de philosophèmes sont accompagnés d’autant de mystères et d’obscurités. Ce petit livre invite à approfondir un sujet souvent qualifié d’insaisissable.

Herman Parret est professeur émérite de philosophie du langage et d’esthétique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a enseigné dans plusieurs universités étrangères, en France et en Italie, dans les pays latino-américains et aux États-Unis. Ses publications portent sur la pragmatique linguistique et philosophique, la sémiotique textuelle et visuelle, l’épistémologie de la linguistique et de la sémiotique, l’esthétique philosophique et la théorie.