La sémiotique visuelle et ses écritures. Programme de l’atelier de sémiotique du MICA-Bordeaux (2020-2021)

La présentation compète et le programme sont disponibles sur :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/wp-content/uploads/2021/01/Atelier-de-semiotique-2020-21.pdf

 

Extrait de la présentation

(…) L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui « racontent » la pratique « de l’intérieur. (…).

L’atelier se réunit le vendredi après-midi (14h à 17h 30) à la Maison de la recherche, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Contact: Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr>

 

Visibilité et présence de l’image dans l’espace ecclésial. Byzance et Moyen Âge occidental

Auteurs : Sulamith Brodbeck et Anne-Orange Poilpré (dir.)

Éditeur : Éditions de la Sorbonne.
Collection : Byzantina Sorbonensia | 30.
 Lieu d’édition : Paris.
Année d’édition : 2019.
Nombre de pages : 448 p.

Publication sur OpenEdition Books : 18 décembre 2019.

Résumé éditeur (extrait) :

Cet ouvrage met au cœur de son propos une interrogation simple : dans l’organisation complexe de l’espace de l’église médiévale, les emplacements choisis pour les images qui ornent les murs et les objets n’offrent pas toujours la possibilité de voir celles-ci, d’en déchiffrer le contenu. Certaines semblent réservées à des groupes de l’assemblée stationnant dans des espaces spécifiques, d’autres ne sont pas visibles depuis les principales zones affectées aux fidèles ou aux clercs, d’autres encore sont situées trop haut. Le rapport, a priori évident, entre représentation et visibilité se trouve donc souvent démenti, appelant alors une nouvelle notion, celle de présence. Analyser la tension existant entre ces trois catégories – figuration, visibilité et présence – implique une étude croisée des œuvres figurées, des monuments et des sources écrites. Les notions de mobilité et de fixité permettent également de prendre en compte les multiples jeux d’échelles à l’œuvre dans ce lieu rituel qu’est l’église, impliquant des objets, des manuscrits, des dispositifs liturgiques, des gestes, des déplacements physiques, dialoguant avec un décor appliqué au corps même du monument, épousant l’immobilité de l’architecture.

Les cinq chapitres thématiques qui organisent ce volume mettent en regard différents cas issus de l’Occident médiéval et de l’Orient byzantin, selon une chronologie longue (de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge), dans une volonté de décloisonner les disciplines et les aires géographiques afin de tirer tous les enseignements d’une approche transversale de l’image médiévale.