Réseau Léa : quelles traces après 8 ans d’expérience, ENS, 2020

 

Titre : LéA et réseau des LéA : quelles traces pour quels développements après 8 ans d’expérience ? Bilan 2018-2019 du réseau des LéA, ENS, Lyon, 2020.

Accessible en ligne sur :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03040093/document

Extrait du contenu : Quelles traces recueillir et comment les analyser ? Traces générées par les acteurs des LéA /Faire parler ces traces pour explorer l’identité, l’activité, le développement et les apports des LéA /Reconstruire l’identité des LéA au travers de leurs traces/Identité des différents LéA et de leur réseau /Visibilité des LéA et du réseau des LéA /Identité, visibilité et traces des LéA/Questionner l’activité collaborative de recherche des LéA à partir de leurs traces /Recherches menées dans les LéA/Evaluation des productions scientifiques des LéA /Moyens, outils et dispositifs de collaboration du réseau des LéA des traces d’une activité collaborative, intense et réflexive dont la dimension transversale peut encore être développée  Explorer les trajectoires de développement à travers les traces d’activité des LéA , ….

 

« Modèle psycho-social et impensé numérique dans l’élaboration d’un dispositif pédagogique. Le cas du programme Autobiographie de rencontres interculturelles du Conseil de l’Europe »

Par AUDE SEURRAT1

Dans Distances et médiations des savoirs 24 | 2018  : https://journals.openedition.org/dms/74#tocto1n1

Résumé (de l’auteur) :
L’article opère un retour analytique sur une expérience de participation à un programme du Conseil de l’Europe et vise à mettre en exergue les différentes questions qui ont été soulevées lors de l’adaptation de ce dispositif pédagogique centré sur les relations interculturelles aux médias numériques. Cet article permettra plus précisément de montrer en quoi le modèle psycho-social des relations interpersonnelles s’adapte mal à l’appréhension des spécificités des médiations de la communication à distance et produit une forme d’impensé numérique.

Extrait :
Dès lors, le terme d’échange ne peut suffire à qualifier la pluralité des gestes d’écriture/lecture propres à la pratique des dispositifs numériques. Comme le souligne Yves Jeanneret, « toute modélisation informatique porte de fait un projet de transformation des processus de communication, dont la nature et l’ampleur ne constituent nullement une grammaire fixe » (Jeanneret, 2005, p. 195). Or, comme l’explique Pierre Mœglin, cette transformation des processus de communication opère « la réduction tendancielle de l’activité créatrice à la production de traces, si rudimentaires soient-elles (like, notations élémentaires, simples manifestations d’une présence géolocalisée, etc.) […]. Et cette réduction conforte le schéma en circuit fermé d’une circulation à l’état pur » (Mœglin, 2005, p. 60).

Continuer la lecture

  1. Aude Seurrat, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication depuis 2011 à Paris XIII, est responsable de la Mention Licence Information et Communication. Ses recherches portent sur la médiation des savoirs et plus spécifiquement sur les dispositifs de formation professionnelle (« best practices », kits de formations, « serious games », mediatraining, formations à l’interculturel). []