L’Homme-trace (tome 5, CNRS éditions 2021)

L’Homme-trace. La trace, du sensible au social

Tome V de la série L’Homme-trace, CNRS éditions. 

Série dirigée par Béatrice Galinon-Mélénec chez CNRS éditions

Pour en savoir plus : https://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

Le tome 5 de la série L’Homme-trace, sous titré « La trace du sensible au social », est un ouvrage dirigé par Hafida Boulekbache, Béatrice Galinon-Mélénec, Sylvie Leleu-Merviel

CNRS éditions, 2021, 388 p.

ISBN : 978-2-271-13298-7

PRESENTATION  DE L’EDITEUR :

Depuis dix ans, la série L’Homme-trace invite des scientifiques à explorer les traces contemporaines dans leurs productions comme dans leurs interprétations.
Le présent volume, cinquième tome de cette série, prolonge cette dynamique tout en proposant l’examen de plusieurs protocoles expérimentaux voués au recueil de traces dans des environnements divers (musée, musique, danse, télévision, architecture, santé, humanoïdes compagnons). Il invite les chercheurs à situer leurs travaux au regard du processus sémiotique des « signes-traces » qui, selon la thèse développée par Béatrice Galinon-Mélénec, lie le « corps-trace » de l’« Homme- trace » et la « réalité-trace » du monde.

La concrétisation passe par des interrogations en situation : quels recueils de traces ? Comment, par quels moyens, les captures effectuées sont-elles valides en tant que traces ? Sont-elles exploitables versus exploitées ? Et si oui comment ?

Inspiré des sciences appliquées, l’abord de ce volume permet la mise à l’épreuve de la recherche conceptuelle sur les « signes-traces » et conduit à situer l’usage du terme « Homme-trace » devenu répandu dans un sens plus large que le paradigme anthroposémiotique du même nom, désormais nommé « Ichnos-Anthropos ».

DIRECTION DE L’OUVRAGE : 

BOULEKBACHE-MAZOUZ Hafida, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Polytechnique Hauts-de-France

GALINON-MELENEC Béatrice, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication.Directrice de l’équipe Homme-trace de l’UMR IDEES 6266 CNRS-Normandie université

LELEU-MERVIEL Sylvie, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Directrice du laboratoire DeVisu de l’université Polytechnique Hauts-de-France

INTRODUCTION DE L’OUVRAGE :

« Vers une école française de la pensée de la trace » voir l’introduction en ligne sur

hpps://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

 

Rôles des traces numériques dans un dispositif d’apprentissage médiatisé. Présentation vidéo en arabe (sous titrée en français)

Présentation vidéo en arabe (sous titrée en français) par  Brahim ABARAGH :

https://www.youtube.com/watch?v=paybaWWCEn8

Présentation

  • La dynamique des interactions communicationnelles associées à la mise en place d’un dispositif d’apprentissage en ligne du français par des apprenants marocains

    par Brahim Abaragh

    Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication Sous la direction de Béatrice Galinon-Mélénec et de El Makhtar El Maouhal.. Soutenue le 05-03-2020 à Normandie , dans le cadre de École doctorale homme, sociétés, risques, territoire (Caen) , en partenariat avec Université du Havre (établissement de préparation) et de Identités et différenciations de l’environnement des espaces et des sociétés (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime ; 2008)(laboratoire) .Le président du jury était Fabien Liénard.Le jury était composé de Gino Gramaccia. Les rapporteurs étaient Fabienne Martin-Juchat, Mohamed Bendahan.

    • Résumé en français

      La thèse s’intéresse à l’étude de la dynamique interactionnelle, et vise plus particulièrement à analyser la trace numérique des interactions des étudiants qui suivent un cours en ligne .L’objectif étant de voir dans quelle mesure les activités à l’œuvre dans la plateforme favoriseraient, ou non, la mutualisation et le partage des connaissances entre pairs.Notre recherche, qui s’inscrit à la fois dans les sciences de l’information et de la communication et dans les sciences de l’éducation, combine d’une part un volet théorique dans lequel nous avons défini les principaux concepts et notions se rapportant à l’apprentissage en ligne, et ce dans leurs versants numérique, technologique, cognitif et conatif et, d’autre part, un volet empirique dans lequel nous avons implémenté un dispositif expérimental d’enseignement hybride pour vérifier nos hypothèses de recherche.Les objectifs de cette thèse sont triples et reviennent à: observer comment la plateforme « Apprendre le français en ligne », dédiée aux étudiants de licence des études françaises de l’université Ibn Zohr d’Agadir, favorise ou non l’apprentissage, étudier la manière dont elle facilite le partage et la mutualisation des connaissances entre les étudiants ; explorer comment la trace numérique pourrait contribuer à l’identification des profils des utilisateurs dans un contexte d’apprentissage.Ainsi, pour comprendre la logique d’appropriation du dispositif en ligne par les étudiants, nous nous sommes inspirés de l’approche ethno-technologique, qui étudie la relation entre les technologies, les pratiques des utilisateurs et la société.Les résultats ont montré que l’apprentissage et la capitalisation des connaissances se construisent de différentes manières au gré des échanges interactionnels des apprenants, et ce en fonction des variables cognitives et conatives. Suite à notre expérimentation, nous avons pu dégager quatre profils d’apprenants : épistémique, pragmatique, intuitif et réfractaire

    •  

Hommage à Yves Jeanneret

Lien

Colloque « L’Homme-trace », Département INFOCOM, Univ-Le Havre, 2011.

Le programme « L’Homme-trace », initié en 2008 au sein de l’UMR IDEES 6266 Le Havre, a trouvé toute sa puissance dès lors que, en 2010, Yves Jeanneret, alors directeur du GRIPIC, nous a accueilli au CELSA avec l’amical soutien de Véronique Richard, elle-même directrice du CELSA. Sans Yves Jeanneret, les colloques de
« L’Homme-trace » ne seront plus les mêmes. Il les enrichissait par la diversité et la profondeur de ses connaissances. Il les éclairait par la finesse de sa pensée, la subtilité de sa parole et par sa générosité. Il honorait chacun des ouvrages qui prolongeait ces rencontres par des chapitres d’une qualité remarquable. Sa contribution à chacun des tomes de la série « L’Homme-trace » que je dirige chez CNRS éditions a largement soutenu un rayonnement qui a permis, en 2014, d’obtenir la reconnaissance du Laboratory on Human trace Unitwin Complex Systems Digital Campus UNESCO. En 2019, alors qu’il se projetait toujours malgré la fatigue, nous évoquions tous ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de cette dynamique, pourraient se reconnaître dans ce que nous nommions « La nouvelle École française de la pensée de la trace ».

Son départ est une perte immense pour la communauté des chercheurs en sciences humaines, pour tous ceux qui venus d’horizons divers travaillent sur « La fabrique de la trace », et pour tous ceux qu’il accueillait dans son cercle à la fois amical et professionnel. Heureusement, ses écrits nous le rendent présent ‘in absentia’, ‘partout et nulle part’, pour reprendre le titre du chapitre qu’il a co- écrit avec Pauline Chasseray–Peraldi dans le dernier tome de la série L’Homme-Trace (tome IV, 2017). Le vide qu’il laisse appelle à ancrer la trace de ses qualités à la fois scientifiques et humaines dans les générations qui n’auraient pas eu la chance de le rencontrer.

Béatrice Galinon-Mélénec
Professeur des universités émérite
Sciences de l’information et de la communication
UMR IDEES 6266 CNRS – Université  Le Havre Normandie
Directrice du programme « L’Homme-trace »
Rédactrice en chef de « Ichnos-Antropos.  Le carnet de L’Homme-trace »
Fondatrice de Human Trace UNITWIN Complex Systems Digital Campus UNESCO.

https::onhumantrace.hypotheses.org. Hommage à Yves Jeanneret