Visibilité et présence de l’image dans l’espace ecclésial. Byzance et Moyen Âge occidental

Auteurs : Sulamith Brodbeck et Anne-Orange Poilpré (dir.)

Éditeur : Éditions de la Sorbonne.
Collection : Byzantina Sorbonensia | 30.
 Lieu d’édition : Paris.
Année d’édition : 2019.
Nombre de pages : 448 p.

Publication sur OpenEdition Books : 18 décembre 2019.

Résumé éditeur (extrait) :

Cet ouvrage met au cœur de son propos une interrogation simple : dans l’organisation complexe de l’espace de l’église médiévale, les emplacements choisis pour les images qui ornent les murs et les objets n’offrent pas toujours la possibilité de voir celles-ci, d’en déchiffrer le contenu. Certaines semblent réservées à des groupes de l’assemblée stationnant dans des espaces spécifiques, d’autres ne sont pas visibles depuis les principales zones affectées aux fidèles ou aux clercs, d’autres encore sont situées trop haut. Le rapport, a priori évident, entre représentation et visibilité se trouve donc souvent démenti, appelant alors une nouvelle notion, celle de présence. Analyser la tension existant entre ces trois catégories – figuration, visibilité et présence – implique une étude croisée des œuvres figurées, des monuments et des sources écrites. Les notions de mobilité et de fixité permettent également de prendre en compte les multiples jeux d’échelles à l’œuvre dans ce lieu rituel qu’est l’église, impliquant des objets, des manuscrits, des dispositifs liturgiques, des gestes, des déplacements physiques, dialoguant avec un décor appliqué au corps même du monument, épousant l’immobilité de l’architecture.

Les cinq chapitres thématiques qui organisent ce volume mettent en regard différents cas issus de l’Occident médiéval et de l’Orient byzantin, selon une chronologie longue (de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge), dans une volonté de décloisonner les disciplines et les aires géographiques afin de tirer tous les enseignements d’une approche transversale de l’image médiévale.

L’épistémologie historique : Histoire et méthodes

Auteurs : Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez et Matteo Vagelli (dir.) 

Paris : Éditions de la Sorbonne, Philosophie | 44, 270 p.

EAN (Édition imprimée) : 9791035103279
DOI : 10.4000/books.psorbonne.39172

Publication sur OpenEdition Books: 18 décembre 2019.

Résumé éditeur :

(…) De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine ».

 

Plus sur : http://books.openedition.org/psorbonne/39172

Du tracé manuel à la ligne en mouvement : mutations esthétiques et sémiotiques dans la calligraphie latine contemporaine par Karine Bouchy

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l’image.

Soutenue en 2013.

Résumé
 :

« La discipline que l’on nomme calligraphie latine contemporaine, qui existe sous cette forme depuis à peine plus d’un siècle, apparaît comme un déplacement radical à la fois par rapport à ce que l’Occident a connu en termes d’histoire des formes alphabétiques manuscrites et par rapport aux usages et aux fonctions que cette discipline elle-même a commencé par occuper à la fin du XIXe siècle, au moment de son apparition. L’enjeu de cette thèse est de comprendre ce qui rend possibles de tels changements, c’est-à-dire ce qui conditionne la série de mutations traversées par la calligraphie latine contemporaine, qui s’affirme aujourd’hui comme une nouvelle proposition parmi les réinventions du visible de l’alphabet latin. En travaillant toujours à partir des œuvres, plus précisément des symptômes singuliers qui s’en dégagent, cette étude archéologique déplace l’analyse de la calligraphie latine vers un double plan sémiotique et esthétique ».