Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS: médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Anne Lehmans, 2024.


Auteur

Anne Lehmans, Professeur des Universités Sciences de l’information et de la communication. https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/lehmans-anne/

Présentation (extraite de l’introduction)

Dans la poursuite de l’héritage de Michel de Certeau sur les arts de faire (1980), l’étude de l’espace peut dépasser la question des artefacts et des contenus informationnels pour s’intéresser aux gestes des acteurs, aux signes-traces déposés, aux postures corporelles et intellectuelles. On considère alors l’espace comme ouvrant la possibilité de la communication, du rapport à l’autre et de la pensée de soi. Les interactions, les expériences partagées, les pratiques informationnelles, l’attention et l’engagement mutuels sont ce qui nous intéresse, dans des contextes qui permettent la comparaison et le dialogue. Le collectif FabLab-MORE met en œuvre une démarche comparative, expérimentale et compréhensive de caractérisation des enjeux et des filtres culturels à considérer et intégrer les prolongements des activités des FabLabs, en optimisant les offres au-delà d’un seul périmètre culturel. Plus que l’innovation technologique experte, ce sont les logiques d’ouverture sociale et culturelle des espaces participatifs de diffusion et de circulation des savoirs qui sont en jeu, dans une dynamique de convivialité dans laquelle l’espace est « conducteur de sens, traducteur d’intentionnalité » (Illich, 1975 : 45), et le « dialogue entre les hommes » peut se mettre enplace autour des machines, car c’est la communication humaine qui nous importe. Les dimensions cognitives, sociales et interculturelles sont visées, dans un réseau local et international de FabLabs, pour comprendre comment les savoirs circulent entre différents espaces et communautés, selon quels registres de communication médiatisée ou pas. Interroger les dimensions communicationnelles et organisationnelles revient également à soutenir des alternatives pédagogiques et culturelles centrées sur l’émancipation des usagers.

Pour en savoir plus: https://hal.science/hal-04536138/document

Référence

Anne Lehmans. Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS : médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Séminaire ”Espaces-Savoirs-Identités”, ENSSIB-Elico, Apr 2024, Lyon, France.

De l’interprétation au cirque. Revue études de communication n°23, H. Hotier, archives. 2001

 

Auteur

Hugues Hotier,  professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication. Fondateur du Cirque éducatif,  lieu pluridisciplinaire (au sens large)  à vocation éducative où il peut à la fois observer et mener des expérimentations sur la réception des arts du spectacle”.

Extraits

“Les animateurs du Cirque éducatif considèrent que le cirque est un lieu d’émotion plus que de réflexions, émotions largement supportées par la puissance du non-verbal” (…). En matière d’arts du spectacle, et le cirque en est un exemple probant, on peut distinguer deux niveaux d’interprétation. D’une part, l’artiste interprète son numéro. Comprenez qu’il le joue, l’exécute comme une partition ou qu’il le représente comme une pièce. C’est le sens le plus évident du mot interprétation et l’on évoque ici le plus souvent une interprétation individuelle. Même s’il s’agit d’une troupe ou d’un orchestre, il y a une unicité de l’interprétation. D’autre part, à un niveau plus global, des éléments divers, humains ou matériels, contribuent à délivrer des messages de nature plus idéologique. On est alors dans une problématique de traduction. A proprement parler, on change de culture puisqu’on passe du monde des idées au monde du spectacle, du monde de l’intellect au monde de l’émotion, du monde de la parole au monde du geste”.

Référence papier

Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, 29-40.

Pour en savoir plus  (article en open source)  :

 Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, mis en ligne le 12 octobre 2009  http://URL : http://journals.openedition.org/edc/982

“Geste dialogué” et prévention des TMS, Pascal Simonet et Sandrine Caroly, 2020

Résumé

La relation entre la réalisation des gestes au travail et les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) est maintenant bien établie. Tant pour l’ergonomie francophone que pour la perspective Clinique de l’activité en psychologie du travail, le défi méthodologique d’une intervention en milieu de travail consiste à créer les conditions d’expression et d’examen de ressources pour développer des actions favorables à la santé. Dans un cadre approprié, lorsque les gestes ordinaires au travail peuvent être transformés en « gestes dialogués » grâce à des débats professionnels au sein d’un collectif de pairs et plus largement entre décideurs et managers, alors des alternatives de transformations possibles émergent. Notre proposition est basée sur une recherche dans le métier de fossoyeur sur l’activité de démolition de pierres tombales. Cette intervention nous permet de suggérer que le « geste dialogué » est un instrument psychosocial et psychomoteur qui favorise le développement du geste de métier et sa formation pour la prévention des TMS. Le développement potentiel des gestes de métier nécessite de s’interroger sur les liens entre l’engagement du corps dans l’activité, les problèmes organisationnels à résoudre et la santé au travail.

Pour en savoir plus 

SIMONET Pascal, CAROLY Sandrine, « « Geste dialogué » et prévention des TMS », Le travail humain, 2020/1 (Vol. 83), p. 1-32. DOI : 10.3917/th.831.0001. URL : https://www.cairn.info/revue-le-travail-humain-2020-1-page-1.htm

Ninfa Dolorosa. Essai sur la mémoire d’un geste. Enquête sur les gestes de lamentation (2019)

Genre : Essais Thème : arts en général /philosophie, morale
Époque : XXe-XXIe siècle
ISBN : 9782072821523 –

Auteur

Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l’art, enseigne à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Présentation de l’éditeur

 (https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Art-et-Artistes/Ninfa-dolorosa)

Ce quatrième volume de la série Ninfa est une enquête sur les gestes de lamentation, lorsqu’un défunt se voit pleuré par une mère (Mater dolorosa), une épouse ou une jeune sœur (Ninfa dolorosa).
Tout part d’une photographie extraordinaire de Georges Mérillon intitulée la Pietà du Kosovo (1990) et des questions qu’elle a immédiatement soulevées dans le monde médiatique comme dans sa réception par certains artistes contemporains, tel Pascal Convert.
Suivant, une fois de plus, les leçons d’Aby Warburg, Georges Didi-Huberman « construit la durée » de ces images en interrogeant les métamorphoses du pathos et de ses formes gestuelles dans l’histoire. L’enquête sera donc en même temps serrée (sur le cas kosovar) et ouverte, explorant les rapports entre le présent le plus proche et le passé le plus lointain, l’Occident et l’Orient, le christianisme et l’islam, le modèle tragique et les formes bibliques de la lamentation. Il n’en fallait pas moins pour proposer, de ce geste, un essai d’anthropologie historique.

Faire mémoire pour ‘faire’ l’histoire ? Le Geste de Verdun (thèse)

 

Véronique Mathieu

Auteure

Véronique Mathieu

Document

Présentation de la thèse de Doctorat en Langues, Littératures et Civilisations Germaniques, sous la direction de Gwénola Sébaux, soutenue le 14 décembre 2022 à l’université Catholique de l’Ouest pour l’université d’Angers. https://doi.org/10.4000/trajectoires.9779

Entrée en matière

“François Mitterrand et Helmut Kohl, main dans la main, sur l’esplanade qui fait face à l’Ossuaire de Douaumont, le 22 septembre 1984. La cause semble être entendue : nous sommes là devant un geste historique, qui a fini par symboliser à lui seul le formidable processus d’abord de réconciliation, puis de partenariat privilégié qu’ont connu les deux pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le geste est devenu quasiment iconique, dirait-on aujourd’hui. Un tel consensus ne va pas cependant pas sans susciter certaines interrogations.

Ce geste n’était pas le premier geste franco-allemand, ni le dernier. Il s’inscrivait dans la série de gestes qui s’étaient succédé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion notamment de Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Alors comment est-il devenu, de manière quasiment exclusive, le symbole de la réconciliation franco-allemande, un lieu de mémoire, dans le sens où l’entend Pierre Nora ? Paradoxalement, le cliché des livres d’histoire semblait aussi avoir un peu vieilli. Avait-il encore quelque chose à dire dans un monde qui a considérablement changé en presque quarante ans ? Était-il susceptible de toucher aujourd’hui encore les jeunes générations, pour qui la réconciliation franco-allemande est devenue banale ? L’ambition de cette thèse est ainsi de contribuer à « dépoussiérer » le Geste de Verdun”.

Open source 

https://journals.openedition.org/trajectoires/9779

 

Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire

 

 

Auteur

Joëlle Vellet est Maître de Conférences en danse à l’Université de Nice Sophia Antipolis, au Département des Arts, section Danse. Membre du Centre de Recherches en Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL 6703),

Résumé

Cet article s’intéresse à la façon dont se fabrique la danse dans le studio, participant à une ethnographie du travail artistique. Il pointe l’importance de la construction de la mémoire tout autant que le recours à la mémoire dans l’élaboration du geste dansé pour l’interprète, en situation de création ou de reprise de rôle. Il met tout particulièrement en évidence le nécessaire tissage des gestes et des discours in situ, dans ce lieu intime de rencontre entre interprète et chorégraphe. Espace et temps où la mémoire des corps, tout autant que celles des processus et des imaginaires, fait devenir l’interprète, mémoire devenant tour à tour ressource ou obstacle à l’invention du geste.

Open source

Joëlle Vellet« Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire »Recherches en danse [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 janvier 2024URL : http://journals.openedition.org/danse/353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.353

« Des modes d’existence du geste technique », article, Anne-Françoise Garçon, 2015

 

 

 

 

 

Auteur

Anne-Françoise Garçon est historienne, professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé

Analysant les nombreux décalages qu’induisent les différences d’intentionnalité et d’historicité propres aux sources, l’article fait apparaître les différents modes d’existence du geste technique. En effet, si les gestes eux-mêmes relèvent de la pratique, transmise oralement dans le cadre d’un milieu gestuel, l’intentionnalité qui préside à leur transcription (iconographie comprise) dépend d’un régime de pensée différent. Au XVIe siècle, avec la « réduction en art », il s’agit d’informer le lecteur par une lecture raisonnée, technicisée. Le XVIIIe siècle insère cette culture technique dans une science économique, qui conduira à l’organisation scientifique du travail. Dans l’Europe du XVIIIe siècle émerge cependant, à côté, un autre régime de pensée, technologique, avec notamment Christian Wolff et Denis Diderot. Il s’agit cette fois-ci de ne pas opposer théorie et pratique, mais d’analyser la pratique gestuelle et d’en tirer la théorie qu’il contient, d’en extraire les principes en vue d’en améliorer l’efficacité. L’actuelle conception assistée par ordinateur qui permet au technicien de construire le geste avec une machine qui s’adapte de façon à reproduire le milieu gestuel et à l’améliorer, en est l’aboutissement contemporain. Au risque d’appauvrir la pratique et d’en fragiliser la transmission ? (résumé rédigé par la rédaction e-Phaïstos)

 

Référence 

Anne-Françoise Garçon« Des modes d’existence du geste technique »e-Phaïstos [En ligne], IV-2 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 24 janvier 2024URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.797

GESTES TECHNIQUES, TECHNIQUES DU GESTE, Bouillon D. et al.(dir.), édition du septentrion, 2017, book, open source

Auteur : collectif 

 

 

Résumé (par les auteurs)

Le geste technique est reconnu comme partie intégrante d’un « patrimoine immatériel » par la richesse inégalée des métiers vivants. Comment comprendre ce mouvement du corps ouvrier dans toutes ses nuances, au fil du temps, grâce aux mots, aux images et aux traces matérielles ? L’ouvrage est un hommage à l’anthropologue François Sigaut (1940-2012). Conçu par les auteurs comme outil essentiel à qui souhaite saisir la multiplicité des approches, il revient sur les bilans et perspectives des recherches universitaires les plus récentes.

Le geste prime sur les mots et valorise l’individu inscrit dans une communauté d’expérience, d’acquis et d’excellence. Sont déclinés l’apprentissage d’un geste pour produire et transformer, la vie du geste et le geste artificiel. Les contributions sont pluridisciplinaires : verrerie, pierre, céramique, art campanaire, bijouterie, lutherie, mine, industrie textile, chantier naval, cuir, techniques agricoles ou alimentaires… Dès le xviiie siècle, le geste, initiateur des métiers, s’émancipe de l’atelier, compose avec la machine et abandonne progressivement l’outillage traditionnel. Au xxe siècle, la machine supplante parfois intégralement l’homme dans la réalisation du geste qui sera intégré, disséqué et exécuté par la robotique au xxie siècle.

ouvrage en open source

BOUILLON, Didier (dir.) ; et al. Gestes techniques, techniques du geste. Nouvelle édition [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2017 (généré le 24 janvier 2024). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/septentrion/12301>. ISBN : 978-2-7574-1810-9. DOI : https://doi.org/10.4000/books.septentrion.12301.

La sémiotique visuelle et ses écritures. Programme de l’atelier de sémiotique du MICA-Bordeaux (2020-2021)

La présentation compète et le programme sont disponibles sur :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/wp-content/uploads/2021/01/Atelier-de-semiotique-2020-21.pdf

 

Extrait de la présentation

(…) L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui “racontent” la pratique “de l’intérieur. (…).

L’atelier se réunit le vendredi après-midi (14h à 17h 30) à la Maison de la recherche, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Contact: Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr>