L’épistémologie historique : Histoire et méthodes

Auteurs : Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez et Matteo Vagelli (dir.) 

Paris : Éditions de la Sorbonne, Philosophie | 44, 270 p.

EAN (Édition imprimée) : 9791035103279
DOI : 10.4000/books.psorbonne.39172

Publication sur OpenEdition Books: 18 décembre 2019.

Résumé éditeur :

(…) De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine ».

 

Plus sur : http://books.openedition.org/psorbonne/39172

« Une généalogie critique des théories de l’écriture. Histoire et épistémologie du pluralisme graphique »

Par SUNG DO KIM1.

In « Signatures – (Essais en) Sémiotique de l’écriture », Signata, 9/2018, pp. 155-192.

Résumé (de l’auteur) :
Cet article a pour objectif d’effectuer un bilan des recherches consacrées au pluralisme graphique. Pour ce faire, nous examinons d’abord les présupposés épistémologiques de la grammatologie moderne, qui repose sur trois soubassements : le phonocentrisme, l’ethnocentrisme, l’évolutionnisme. Nous menons une critique de ces trois fondements de la grammatologie conventionnelle en nous référant aux différents courants critiques qui participent à l’émergence du paradigme du pluralisme graphique. Nous proposons ensuite une épistémologie du pluralisme graphique, reposant sur cinq principes : la pluri-dimensionnalité du graphisme, l’écriture comme support, l’économie politique des systèmes graphiques, l’intermédialité, l’écriture comme dispositif rétentionnel. Dans une sixième partie, nous esquissons un aperçu de l’état actuel des domaines du pluralisme graphique, du domaine biologique à l’écriture urbaine et augmentée, en passant par l’écriture numérique.

Extraits:

Ce qu’il faut retenir de la pensée derridienne dans le cadre du paradigme pluraliste de l’écriture, c’est le concept de « trace ». Sans la « trace », il n’est possible d’imaginer ni écriture, ni traitement, ni communication, ni enregistrement, ni archivage ou modification de l’information. En même temps, il existe plus de formes et de types de traces que ce qu’on l’entend par traces d’écriture et de langage au sens étroit du terme2. (…)

Dans l’évolution de la main et de l’esprit, il s’est produit un processus d’extériorisation déployant une dynamique incessante de fabrication de traces. On constate donc ici une combinaison dynamique de la mémoire et de l’écriture.

Lire plus : http://journals.openedition.org/signata/1662

Source : Sung Do Kim, « Une généalogie critique des théories de l’écriture », Signata, 9 | 2018, 155- 192.

Information sur la revue Signata : https://journals.openedition.org/signata/267

  1. L’auteur : Sung Do Kim est professeur de sémiotique et des théories linguistiques à l’Université de Koryo, et a été professeur invité dans différentes université (Cambridge, Harvard, Oxford). Il est vice-président de l’Association internationale d’études sémiotiques et président de l’Association coréenne de la culture visuelle. Auteur de plusieurs ouvrages en coréen et d’articles en français, comme « Anthropologie de l’urbain », ou encore « anthropologie des langages », il est en outre traducteur de nombreux ouvrages, tels ceux de M. Arrivé,
J. Derrida, U. Eco, J.-M. Floch, A.J. Greimas, S. Peirce et F. de Saussure. En 1994, il fut lauréat du prix Mouton d’Or attribué par la revue Semiotica. 
Courriel : dodo@korea.ac.kr []
  2. À ce sujet, voir Galinon-Mélénec (2011), Galinon-Mélénec & Zlitini (2013), Galinon-Mélénec et al. (2015) []