Rôles des traces numériques dans un dispositif d’apprentissage médiatisé. Présentation vidéo en arabe (sous titrée en français)

Présentation vidéo en arabe (sous titrée en français) par  Brahim ABARAGH :

https://www.youtube.com/watch?v=paybaWWCEn8

Présentation

  • La dynamique des interactions communicationnelles associées à la mise en place d’un dispositif d’apprentissage en ligne du français par des apprenants marocains

    par Brahim Abaragh

    Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication Sous la direction de Béatrice Galinon-Mélénec et de El Makhtar El Maouhal.. Soutenue le 05-03-2020 à Normandie , dans le cadre de École doctorale homme, sociétés, risques, territoire (Caen) , en partenariat avec Université du Havre (établissement de préparation) et de Identités et différenciations de l’environnement des espaces et des sociétés (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime ; 2008)(laboratoire) .Le président du jury était Fabien Liénard.Le jury était composé de Gino Gramaccia. Les rapporteurs étaient Fabienne Martin-Juchat, Mohamed Bendahan.

    • Résumé en français

      La thèse s’intéresse à l’étude de la dynamique interactionnelle, et vise plus particulièrement à analyser la trace numérique des interactions des étudiants qui suivent un cours en ligne .L’objectif étant de voir dans quelle mesure les activités à l’œuvre dans la plateforme favoriseraient, ou non, la mutualisation et le partage des connaissances entre pairs.Notre recherche, qui s’inscrit à la fois dans les sciences de l’information et de la communication et dans les sciences de l’éducation, combine d’une part un volet théorique dans lequel nous avons défini les principaux concepts et notions se rapportant à l’apprentissage en ligne, et ce dans leurs versants numérique, technologique, cognitif et conatif et, d’autre part, un volet empirique dans lequel nous avons implémenté un dispositif expérimental d’enseignement hybride pour vérifier nos hypothèses de recherche.Les objectifs de cette thèse sont triples et reviennent à: observer comment la plateforme « Apprendre le français en ligne », dédiée aux étudiants de licence des études françaises de l’université Ibn Zohr d’Agadir, favorise ou non l’apprentissage, étudier la manière dont elle facilite le partage et la mutualisation des connaissances entre les étudiants ; explorer comment la trace numérique pourrait contribuer à l’identification des profils des utilisateurs dans un contexte d’apprentissage.Ainsi, pour comprendre la logique d’appropriation du dispositif en ligne par les étudiants, nous nous sommes inspirés de l’approche ethno-technologique, qui étudie la relation entre les technologies, les pratiques des utilisateurs et la société.Les résultats ont montré que l’apprentissage et la capitalisation des connaissances se construisent de différentes manières au gré des échanges interactionnels des apprenants, et ce en fonction des variables cognitives et conatives. Suite à notre expérimentation, nous avons pu dégager quatre profils d’apprenants : épistémique, pragmatique, intuitif et réfractaire

    •  

« Une généalogie critique des théories de l’écriture. Histoire et épistémologie du pluralisme graphique »

Par SUNG DO KIM1.

In « Signatures – (Essais en) Sémiotique de l’écriture », Signata, 9/2018, pp. 155-192.

Résumé (de l’auteur) :
Cet article a pour objectif d’effectuer un bilan des recherches consacrées au pluralisme graphique. Pour ce faire, nous examinons d’abord les présupposés épistémologiques de la grammatologie moderne, qui repose sur trois soubassements : le phonocentrisme, l’ethnocentrisme, l’évolutionnisme. Nous menons une critique de ces trois fondements de la grammatologie conventionnelle en nous référant aux différents courants critiques qui participent à l’émergence du paradigme du pluralisme graphique. Nous proposons ensuite une épistémologie du pluralisme graphique, reposant sur cinq principes : la pluri-dimensionnalité du graphisme, l’écriture comme support, l’économie politique des systèmes graphiques, l’intermédialité, l’écriture comme dispositif rétentionnel. Dans une sixième partie, nous esquissons un aperçu de l’état actuel des domaines du pluralisme graphique, du domaine biologique à l’écriture urbaine et augmentée, en passant par l’écriture numérique.

Extraits:

Ce qu’il faut retenir de la pensée derridienne dans le cadre du paradigme pluraliste de l’écriture, c’est le concept de « trace ». Sans la « trace », il n’est possible d’imaginer ni écriture, ni traitement, ni communication, ni enregistrement, ni archivage ou modification de l’information. En même temps, il existe plus de formes et de types de traces que ce qu’on l’entend par traces d’écriture et de langage au sens étroit du terme2. (…)

Dans l’évolution de la main et de l’esprit, il s’est produit un processus d’extériorisation déployant une dynamique incessante de fabrication de traces. On constate donc ici une combinaison dynamique de la mémoire et de l’écriture.

Lire plus : http://journals.openedition.org/signata/1662

Source : Sung Do Kim, « Une généalogie critique des théories de l’écriture », Signata, 9 | 2018, 155- 192.

Information sur la revue Signata : https://journals.openedition.org/signata/267

  1. L’auteur : Sung Do Kim est professeur de sémiotique et des théories linguistiques à l’Université de Koryo, et a été professeur invité dans différentes université (Cambridge, Harvard, Oxford). Il est vice-président de l’Association internationale d’études sémiotiques et président de l’Association coréenne de la culture visuelle. Auteur de plusieurs ouvrages en coréen et d’articles en français, comme « Anthropologie de l’urbain », ou encore « anthropologie des langages », il est en outre traducteur de nombreux ouvrages, tels ceux de M. Arrivé,
J. Derrida, U. Eco, J.-M. Floch, A.J. Greimas, S. Peirce et F. de Saussure. En 1994, il fut lauréat du prix Mouton d’Or attribué par la revue Semiotica. 
Courriel : dodo@korea.ac.kr []
  2. À ce sujet, voir Galinon-Mélénec (2011), Galinon-Mélénec & Zlitini (2013), Galinon-Mélénec et al. (2015) []