Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps, Véronique Thomas-Vaslin, 2017.

 

Auteure

Véronique Thomas-Vaslin Docteur en Immunologie UPMC/INSERM, UMRS 959, Sorbonne Universités.

Résumé

Ce chapitre illustre le concept de « traces » dans le corps humain, du moins celles générées par le système immunitaire et transmises entre les générations. Il place le propos dans des systèmes multi-échelles et passe alternativement de l’échelle du corps (le ressenti et le vu) à l’échelle invisible des anticorps et autres immuno-récepteurs capables d’identifier les molécules du corps et de son entourage, au cours du temps, lors de processus traçuels.  La première partie porte de façon générale sur les traces biologiques qui peuvent être recensées par l’homme, le chercheur en immunologie, le médecin… et brosse quelques aspects généraux du comportement du système immunitaire. La notion de signe-trace (Galinon-Mélénec, 2011) est utilisée fréquemment sans pour autant que le paradigme du même nom soit repris dans sa globalité. Le chapitre propose également de revisiter les notions de frontière du soi, de perception du corps, du ressenti de l’invisible pour l’inspection du monde, abordées sous la forme de l’émersiologie (Andrieu, 2016). Les figures permettent de mieux appréhender le rôle primordial du système immunitaire dans la trace du vivant et du corps et les conséquences au niveau du macrocosme sociétal.

Lire plus en open source 

THOMAS-VASLIN, Véronique. Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps In : L’Homme-trace : Des traces du corps au corps-trace [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2017 . Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/editionscnrs/29917>. ISBN : 978-2-271-13035-8. DOI : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.29917.

 Vient de paraître. La Fabrique des émotions disjointes (Faits d’affect, 2), Georges Didi-Huberman, mars 2024

Auteur

Georges Didi-Huberman, maître de conférences, EHESS, Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

Présentation

Les manifestations  gestuelles des émotions et leur fabrique :

la relation des sujets aux objets, le partage du sensible confronté aux marché de l’affectif et des émotions 

Lien

http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-La_Fabrique_des_émotions_disjointes-3434-1-1-0-1.html

L’Homme-trace (tome 5, CNRS éditions 2021)

L’Homme-trace. La trace, du sensible au social

Tome V de la série L’Homme-trace, CNRS éditions. 

Série dirigée par Béatrice Galinon-Mélénec chez CNRS éditions

Pour en savoir plus : https://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

Le tome 5 de la série L’Homme-trace, sous titré “La trace du sensible au social”, est un ouvrage dirigé par Hafida Boulekbache, Béatrice Galinon-Mélénec, Sylvie Leleu-Merviel

CNRS éditions, 2021, 388 p.

ISBN : 978-2-271-13298-7

PRESENTATION  DE L’EDITEUR :

Depuis dix ans, la série L’Homme-trace invite des scientifiques à explorer les traces contemporaines dans leurs productions comme dans leurs interprétations.
Le présent volume, cinquième tome de cette série, prolonge cette dynamique tout en proposant l’examen de plusieurs protocoles expérimentaux voués au recueil de traces dans des environnements divers (musée, musique, danse, télévision, architecture, santé, humanoïdes compagnons). Il invite les chercheurs à situer leurs travaux au regard du processus sémiotique des « signes-traces » qui, selon la thèse développée par Béatrice Galinon-Mélénec, lie le « corps-trace » de l’« Homme- trace » et la « réalité-trace » du monde.

La concrétisation passe par des interrogations en situation : quels recueils de traces ? Comment, par quels moyens, les captures effectuées sont-elles valides en tant que traces ? Sont-elles exploitables versus exploitées ? Et si oui comment ?

Inspiré des sciences appliquées, l’abord de ce volume permet la mise à l’épreuve de la recherche conceptuelle sur les « signes-traces » et conduit à situer l’usage du terme « Homme-trace » devenu répandu dans un sens plus large que le paradigme anthroposémiotique du même nom, désormais nommé « Ichnos-Anthropos ».

DIRECTION DE L’OUVRAGE : 

BOULEKBACHE-MAZOUZ Hafida, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Polytechnique Hauts-de-France

GALINON-MELENEC Béatrice, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication.Directrice de l’équipe Homme-trace de l’UMR IDEES 6266 CNRS-Normandie université

LELEU-MERVIEL Sylvie, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Directrice du laboratoire DeVisu de l’université Polytechnique Hauts-de-France

INTRODUCTION DE L’OUVRAGE :

« Vers une école française de la pensée de la trace » voir l’introduction en ligne sur

hpps://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/