De l’interprétation au cirque. Revue études de communication n°23, H. Hotier, archives. 2001

 

Auteur

Hugues Hotier,  professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication. Fondateur du Cirque éducatif,  lieu pluridisciplinaire (au sens large)  à vocation éducative où il peut à la fois observer et mener des expérimentations sur la réception des arts du spectacle”.

Extraits

“Les animateurs du Cirque éducatif considèrent que le cirque est un lieu d’émotion plus que de réflexions, émotions largement supportées par la puissance du non-verbal” (…). En matière d’arts du spectacle, et le cirque en est un exemple probant, on peut distinguer deux niveaux d’interprétation. D’une part, l’artiste interprète son numéro. Comprenez qu’il le joue, l’exécute comme une partition ou qu’il le représente comme une pièce. C’est le sens le plus évident du mot interprétation et l’on évoque ici le plus souvent une interprétation individuelle. Même s’il s’agit d’une troupe ou d’un orchestre, il y a une unicité de l’interprétation. D’autre part, à un niveau plus global, des éléments divers, humains ou matériels, contribuent à délivrer des messages de nature plus idéologique. On est alors dans une problématique de traduction. A proprement parler, on change de culture puisqu’on passe du monde des idées au monde du spectacle, du monde de l’intellect au monde de l’émotion, du monde de la parole au monde du geste”.

Référence papier

Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, 29-40.

Pour en savoir plus  (article en open source)  :

 Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, mis en ligne le 12 octobre 2009  http://URL : http://journals.openedition.org/edc/982

“Geste dialogué” et prévention des TMS, Pascal Simonet et Sandrine Caroly, 2020

Résumé

La relation entre la réalisation des gestes au travail et les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) est maintenant bien établie. Tant pour l’ergonomie francophone que pour la perspective Clinique de l’activité en psychologie du travail, le défi méthodologique d’une intervention en milieu de travail consiste à créer les conditions d’expression et d’examen de ressources pour développer des actions favorables à la santé. Dans un cadre approprié, lorsque les gestes ordinaires au travail peuvent être transformés en « gestes dialogués » grâce à des débats professionnels au sein d’un collectif de pairs et plus largement entre décideurs et managers, alors des alternatives de transformations possibles émergent. Notre proposition est basée sur une recherche dans le métier de fossoyeur sur l’activité de démolition de pierres tombales. Cette intervention nous permet de suggérer que le « geste dialogué » est un instrument psychosocial et psychomoteur qui favorise le développement du geste de métier et sa formation pour la prévention des TMS. Le développement potentiel des gestes de métier nécessite de s’interroger sur les liens entre l’engagement du corps dans l’activité, les problèmes organisationnels à résoudre et la santé au travail.

Pour en savoir plus 

SIMONET Pascal, CAROLY Sandrine, « « Geste dialogué » et prévention des TMS », Le travail humain, 2020/1 (Vol. 83), p. 1-32. DOI : 10.3917/th.831.0001. URL : https://www.cairn.info/revue-le-travail-humain-2020-1-page-1.htm

Coordination, attention visuelle et gestes professionnels dans la rééducation de l’aphasie, Sara Merlino, 2021

Auteur

Sara Merlino, Université de Rome III

Résumé par l’auteure

Dans cette contribution, nous nous focalisons sur des interactions entre personnes aphasiques et orthophonistes au cours des séances de rééducation de la parole. En soulignant la nature interactive et multimodale des activités thérapeutiques, notre étude se penche sur des phénomènes de coordination et d’établissement et négociation de l’attention visuelle. L’analyse porte sur une collection d’extraits dans lesquels le thérapeute sollicite le regard du patient par l’emploi de plusieurs ressources, dont des directifs qui portent sur le regard. Ces sollicitations permettent de guider l’attention visuelle envers certains éléments du contexte et de négocier des configurations participatives adéquates pour profiter des formes d’étayage offertes par le thérapeute et accomplir les tâches de manière collaborative. Nous soulignons la centralité des gestes professionnels et des ressources corporelles mobilisés par le thérapeute et nous analysons la manière dont le patient est « instruit » à voir ces ressources. En reprenant plusieurs aspects de l’œuvre de Goodwin, notre contribution souligne des pratiques interactives et socialement organisées dans lesquelles prend forme l’institution thérapeutique de traitement de l’aphasie.

Pour en savoir plus :

MERLINO Sara, « Coordination, attention visuelle et gestes professionnels dans la rééducation de l’aphasie », Langage et société, 2021/2 (N° 173), p. 115-140. DOI : 10.3917/ls.173.0117. URL : https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2021-2-page-115.htm

Surfaces et intériorité

Auteur : Cabanès Jean-Louis (dir.)

Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux.
Collection : Modernités | 12.
Année d’édition : 1998.
EAN (Édition imprimée) : 9782867812286 
DOI : 10.4000/books.pub.5130 
EAN électronique : 9791030004038
 
Publication sur OpenEdition Books : 07 mars 2019.
 

Présentation éditeur (extrait) :

“(…) Les métaphores spatiales s’imposent tout à la fois lorsqu’on évoque l’appréhension de soi, la connaissance intuitive de l’intime, le mouvement empathique qui conduit à réduire la distance qui me sépare de l’autre, à le rencontrer dans la manière dont il se définit lui-même comme sujet ; elles surviennent encore lorsqu’il s’agit de caractériser le regard « pénétrant » de l’analyste, les sensations que l’on dit internes, la démarche qui, m’incitant à me définir par rapport au spatial « externe », me conduit à constater que je suis un corps, que je m’affirme comme sujet dans une sorte de retour de la sensation sur elle-même. Le mot « surface » ne se laisse pas davantage circonscrire. Il renvoie aux reliefs, aux contours, aux limites des choses, il désigne le périphérique, le cutané, mais aussi l’affleurement, l’apparence ou l’apparaître, ou bien encore le positionnement du sujet par rapport au monde et par rapport à lui-même. Le corps « voyant » — Dominique Rabaté le rappelle en citant Merleau-Ponty — est aussi surface « visible ». Une molle coordination ajoute encore à la confusion. Surface et/ou intériorité ? Surface vs intériorité ? Encore néglige-t-on la fréquente réversibilité de ces deux termes. On devine cependant pourquoi nous avons conservé cet intitulé. Il autorise une réflexion sur les formations discursives qui cherchent à ruiner la manière dont le sujet cartésien se définit par rapport à la res extensa. Considérée dans cet optique, la modernité s’affirme tout particulièrement plurielle, parcourue de conflits, de lignes de fracture” (…)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.