La réflexivité communicationnelle, processus facilitant la construction d’une autorité dans les espaces médiatisés participatifs, Marion Rollin, Quaderni, 2017

Auteur

Au moment de l’article (2017), Marion Rollandin est en thèse au GRIPIC/CELSA PARIS-Sorbonne

Résumé

L’objet de cet article est de saisir les conditions de construction de l’autorité dans des espaces médiatisés participatifs tels que les jeux multijoueurs en ligne ou les forums de discussion. Cette construction de l’autorité s’avère complexe dans ces espaces. En effet, ils présentent un paradoxe : ils donnent de nombreuses occasions d’interaction tout en facilitant les refus d’amorce des échanges et l’exclusion. Nous montrons que chaque individu qui s’engage dans un projet de construction de l’autorité développe un processus appelé la réflexivité communicationnelle. D’une part, ce processus permet aux usagers de déterminer quel comportement adopter pour augmenter leurs chances d’être acceptés par les autres usagers en tant que partenaires de l’échange. D’autre part, il favorise l’élaboration de tactiques facilitant la reconnaissance de l’expertise chez chaque personne désirant partager un savoir sur l’activité ou la communication. (Résumé de l’auteure)

Référence open source

Marion Rollandin, « La réflexivité communicationnelle, processus facilitant la construction d’une autorité dans les espaces médiatisés participatifs », Quaderni [En ligne], 93 | Printemps 2017, mis en ligne le 05 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1076

Le façonnement des ancêtres. Dimensions sociales, rituelles et politiques de l’ancestralité

Auteurs : Sophie Chave-Dartoen, Stéphanie Rolland-Traina

Éditeur : Presses de l’Inalco, Paris.
Collection : TransAireS.
 Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782858312962.
EAN électronique : 9782858312955. 
DOI : 10.4000/books.pressesinalco.19941

Introduction (extrait) :

(…) De fait, les ethnographies relatives aux différentes sociétés humaines montrent une distinction, souvent nette, entre ce que nous appelons communément « ancêtres » en français (des prédécesseurs qui font référence) et l’innombrable masse des défunts qui, nous ayant précédés, n’ont pas laissé une trace suffisamment durable pour que leur existence mérite d’être mentionnée, mémorisée et, parfois même, connue.

(…) Les différentes contributions à ce volume montrent toutefois que la mémoire, notamment la mémoire des ancêtres, ne serait pas si durable si elle ne s’articulait à des formes de reconnaissance sociale, aux pratiques d’investiture plus ou moins formelles et institutionnelles du rituel, qu’il soit religieux et/ou politique. Les rites instituent les ancêtres, soit lors des funérailles, soit lors de pratiques spécifiques où peuvent s’enchevêtrer des caractères propitiatoires, divinatoires, dévotionnels, mais aussi d’autres formes de mise en mémoire plus ou moins ritualisées : circulations cérémonielles, commémorations et mises en récit, processus de patrimonialisation. Si les ancêtres sont constitués par les vivants, ces pratiques confèrent aussi aux premiers une forme d’autorité à laquelle il convient de se soumettre. Leur institution imprime donc au présent l’empreinte d’un passé ayant la double caractéristique d’être, par là-même, façonné et imposé ou approprié, selon les contextes.(…)

© Presses de l’Inalco, 2019.