Le geste et la trace, Giovani Lista, 2013

Auteur

Giovani Lista, directeur de recherches, CNRS

Premières lignes

L’actualité internationale apparaît soudain marquée par une relecture des néo-avant-gardes des années cinquante et soixante qui ont affirmé la primauté du geste vivant de l’artiste sur l’œuvre. Il ne s’agit pas seulement de la performance, mais d’un corps à corps de l’artiste avec la peinture et ses médias traditionnels qui étaient alors désormais considérés comme une prison dont il fallait s’évader. Cette lutte, qui a nourri l’œuvre de nombreux artistes, dont Lucio Fontana ou Antoni Tàpies, a caractérisé la période du second après-guerre, allant de Pollock à Gutaï, d’Yves Klein à l’Actionnisme viennois. Trois expositions traitent ainsi du même sujet, tout en l’abordant de trois points de vue différents. La première a été inaugurée le 10 juin 2012 au MoCA de Los Angeles. La deuxième s’est ouverte le 24 octobre à la Fundació Joan Miró de Barcelone et sera ensuite montrée au Moderna Museet de Stockholm. La troisième a été inaugurée le 14 novembre à la Tate Modern de Londres.

Pour en savoir plus

LISTA Giovanni, « Le geste et la trace », Ligeia, 2013/1 (N° 121-124), p. 3-8. DOI : 10.3917/lige.121.0003. URL : https://www.cairn.info/revue-ligeia-2013-1-page-3.htm

 

La sémiotique visuelle et ses écritures. Programme de l’atelier de sémiotique du MICA-Bordeaux (2020-2021)

La présentation compète et le programme sont disponibles sur :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/wp-content/uploads/2021/01/Atelier-de-semiotique-2020-21.pdf

 

Extrait de la présentation

(…) L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui “racontent” la pratique “de l’intérieur. (…).

L’atelier se réunit le vendredi après-midi (14h à 17h 30) à la Maison de la recherche, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Contact: Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr>