Performativité de l’être-en-ligne. Pour une phénoménologie de la présence numérique (Giuseppe Cavallari, Thèse, 2018)

 

 

 

 

Auteur

Giuseppe Cavallari

Soutenance pour l’obtention du grade de Docteur de Thèse (Université de Technologie de Compiègne et de l’Université de Montréal),  présentée Le 6 novembre 2018, à Hétic (Montreuil).  Spécialité : philosophie et sciences de l’information et de la communication devant un jury composé de   : Monsieur Serge BOUCHARDON Professeur des Universités, Université de Technologie de Compiègne Monsieur Dominique CARDON Directeur du Médialab de Sciences Po Madame Giusy PISANO Professeure des Universités, ENS Louis-Lumière Monsieur François-David SEBBAH (directeur) Professeur des Universités, Université Paris-Nanterre Monsieur Michael SINATRA Professeur titulaire, Université de Montréal Monsieur Stéfan SINCLAIR Professeur titulaire, McGill University, Monsieur Marcello VITALI-ROSATI (directeur) Professeur agrégé, Université de Montréal, Madame Adeline WRONA Professeure des Universités, Université Paris-Sorbonne CELSA

Résumé

Autour d’une question fondamentale comme celle de la présence, nous mobilisons une littérature interdisciplinaire grâce à laquelle les contributions de l’anthropologie et de la géographie sociale, de la théorie du théâtre et du cinéma, des performance studies, de la psychanalyse et de la sociologie, sont articulées dans la perspective de la phénoménologie et des sciences de l’information et de la communication. Notre façon d’habiter le monde a changé : l’être-en-ligne se révèle alors comme étant la nouvelle condition existentielle. La connexion au réseau, le web, les applications, dans leur ensemble, disposent les choses et les personnes selon des relations opérationnelles de proximité spatio-temporelle. Notre espace est un espace performatif, car il se produit à partir de nos actions, nos postures et nos gestes, gestes photo-graphiques, éminemment réflexifs, qui créent la mise en scène numérique. En allant au-delà du modèle de « l’interface », cette mise en scène est devenue la spatialité de raccordement de tous nos espaces d’action. Nous identifions alors la performativité du direct et de l’enregistrement, la performativité de l’être en train de…, de l’attention présentielle et du « suspens gestuel », la performativité des algorithmes et des notifications, la performativité des emoji et de tout ce qui «fait visage»; et encore, la performativité des questions et des messages automatiques derrière lesquels parfois il y quelqu’un et d’autres fois il n’y a personne (comme lorsqu’on sonne à la porte dans une scène de La cantatrice chauve). A la lumière d’une analyse sociosémiotique des la gestuelle numérique, des écrans, du graphisme propre aux réseaux sociaux et aux applications de messagerie instantanée tout comme des « protocoles de la vie quotidienne », nous décrivons la présence comme étant toujours l’effet d’une médiation. Cette médiation est, à la fois, disjonction et fiction, car elle se manifeste dans l’écart et dans la différence aussi bien que dans la fiction de l’hypermédiatété. Il y a de la présence, en somme, s’il y a du jeu, au sens spatiale de l’expression « il y a du jeu » mais aussi au sens fictionnel et ludique du jouer à… . Comme le garçon du café décrit par Sartre, nous jouons, fictionnons et de-fictionnons le réel, en faisant « comme si » était vrai ce qui, par ailleurs, l’est vraiment.

Thèse en libre accès sur hal  https://theses.hal.science/tel-02458177/document

 Digital Habitus: A Critique of the Imaginaries of Artificial Intelligence, Alberto Romele (Routledge, 2023).

 

Auteur  Alberto Romele, maître de conférences de communication et médias, ICM (Institut de communication et de médias), Université Sorbonne Nouvelle

Résumé 

Alberto ROMELE formule ici trois hypothèses 1. Les technologies numériques actuelles  qui reposent principalement sur des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) et le big data, fabriquent  de nouveaux  habitus. 2.  L’efficacité de ces machines ne dépend pas seulement de leur capacité concrète à classer le monde social mais aussi des attentes, des espoirs, des peurs et des imaginaires des usagers. 3. En examinant de trop près les choses elles-mêmes, de nombreux philosophes de la technologie se privent de la possibilité d’étudier les conditions symboliques de possibilité dans lesquelles les artefacts technologiques uniques sont intégrés.

 

 

Des traces numériques aux projections algorithmiques (Berthier et Teboul, ISTE, novembre 2018)

Auteurs

Thierry Berthier, Université de Limoges, France

Bruno Teboul, Gfi Informatique, France

Extrait du résumé éditeur

Cet ouvrage offre une approche projective de la trace numérique, s’appuyant sur un formalisme intégrant l’individu, le système et l’algorithme exécuté. Il expose le formalisme complet décrivant les projections algorithmiques et présente deux concepts inédits liés aux objets connectés : le niveau d’ubiquité d’un lieu et le consentement algorithmique d’un individu. Les fausses données, premier vecteur d’insécurité numérique, matrices de cybercriminalité, y sont étudiées sous l’angle projectif et l’ouvrage se concentre également sur les cyberattaques à fort impact construites sur des projections algorithmiques fictives.

Mots clefs 

Traces numériques, identité numérique, algorithme, sécurité numérique,  analyses techniques, approches critiques, perspectives.

Chapitre introductif et table des matières en open source à : https://www.istegroup.com/fr/produit/des-traces-numeriques-aux-projections-algorithmiques/

Toujours jeune ? » : numérique, âgisme et utilisateur (non-)idéal

 

 

 

 

 

« Toujours jeune ? » : numérique, âgisme et utilisateur (non-)idéal

Chapitre dans Agisme numérique, 2023
eBook ISBN9781003323686
 
Auteurs
 Francesca Comunello ,  Simone Mulargia ,  Francesca Ieracitano
 

Résumé des auteurs

L’objectif de ce chapitre est de mettre en lumière la relation entre l’âgisme et la technologie numérique, en adoptant une perspective de mise en forme mutuelle de la technologie et de la société. Nous nous concentrons sur trois dimensions différentes mais interdépendantes : le vieillissement (actif) en tant que construction sociale, l’âgisme dans le processus de conception et l’âgisme au niveau symbolique. La relation entre les personnes âgées et la technologie numérique peut être lue à travers le prisme du débat sur le vieillissement actif, car la construction des personnes âgées en tant qu’utilisateurs de la technologie est problématiquement liée à qui elles sont. Compte tenu du processus de conception, chaque dispositif technologique contient une représentation de ce que l’on appelle « l’utilisateur idéal », qui est souvent caractérisé comme jeune, blanc et masculin. Au niveau symbolique, nous portons une attention particulière à la représentation stéréotypée des personnes âgées que l’on retrouve dans les récits de la manière « appropriée » d’utiliser les outils numériques. Dans les interrelations de ces dimensions, des aspects importants de la culture et des relations de pouvoir émergent. En effet, l’étude des stéréotypes des personnes âgées liés aux pratiques numériques, dans le contexte de relations de pouvoir inégales, pourrait potentiellement éclairer, à un niveau plus large, comment les stéréotypes et l’auto-stéréotype fonctionnent dans les sociétés occidentales.

Source :-

https://www.taylorfrancis.com/chapters/oa-edit/10.4324/9781003323686-2/forever-young-digital-technology-ageism-non-ideal-user-francesca-comunello-simone-mulargia-francesca-ieracitano

 

Qui cause ? Qui dose ? Qui ose ? À l’infini poème apporter une fin. Emmanuël Souchier et Johanna Pomian in Interfaces numériques, 10(3), 2022.

Auteurs 

Emmanuël SOUCHIER. Professeur émérite, Lettres Sorbonne Université – Celsa emmanuel.souchier@sorbonne-universite.fr

Joanna POMIAN. Directrice de la Transformation Digitale – LPA CGR avocats joanna.pomian@gmail.com

Résumé

Situant son propos dans l’espace théorique de « l’énonciation éditoriale » et du « numérique comme écriture », les auteurs interrogent les paradigmes de la pensée linguistique et statistique qui président à la constitution des algorithmes de recherche dédiés à l’analyse des données textuelles ; ils invitent à questionner les épistémies qui conduisent à leur conception avant d’envisager les résultats qu’ils produisent ; ils s’interrogent sur les bienfaits d’outils d’aide à l’édition critique des textes dans le cadre d’un programme de recherche en Intelligence artificielle sur la critique littéraire (Cattleya) et reviennent sur les bienfaits de l’activité médiévale de lettrure (lecture-écriture) pour l’édition scientifique des textes littéraires. 

Mots-clefs

Lettrure, numérique et écriture, algorithme. épistémologie

Pour en savoir plus 

https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/4677#ftn14

 

 

L’incertaine révolution numérique

Ouvrage publié chez Iste éditions

Présentation

Cet ouvrage d’André Vitalis, Professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication, propose une revue des grandes problématiques apparues au fur et à mesure de la progression de l’informatisation. Il en décrit le contexte, retrouve les termes dans lesquels elles ont été formulées et  mobilise des grilles théoriques pour mieux en saisir la portée.

118 pages – juin 2016
ISBN papier : 9781784051556
ISBN ebook : 9781784061555, 

Parution de l’ouvrage “La vérité du numérique” sous la direction de Bernard Stiegler

Stiegler Bernard (Dir.), (2018), La vérité du numérique. Recherche et enseignement supérieur à l’ère des technologies numériques, Fyp éditions, 208 p.

ISBN : 9782364051621

Présentation de l’éditeur :

La métamorphose numérique des savoirs et de l’enseignement constitue un enjeu majeur du XXIe siècle et devrait être une priorité des universités et des organismes de recherche. De nouvelles conditions de publication, de certification et d’éditorialisation se mettent en place. Des règles et des méthodes d’interprétation doivent être conçues par les institutions académiques avec l’industrie et le monde économique pour produire une société du savoir. Bernard Stiegler a fait appel au réseau international Digital studies pour montrer que ce n’est pas seulement l’enseignement qui est bouleversé mais ce sont les savoirs eux-mêmes, depuis la recherche fondamentale jusqu’à l’école. Continuer la lecture