Manifeste d’InterGestes – La geste et le geste numériques

En décembre 2013, Daiana Dula, Maitre de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, et Carine Roucan, maitre de conférences en langue et littérature françaises, ont organisé une journée de recherche intitulée « La Geste et le geste numériques », avec le double soutien du Pôle de Recherches en Science Humaines de l’université Le Havre Normandie et du Laboratoire On Human Trace, UNITWIN UNESCO sur les systèmes complexes. A l’issue de cette journée, les participants ont proposé de fonder un groupe de recherches nommé InterGestes – La geste et le geste numériques. En 2022, le comité d’organisation est rejoint par Marine Siguier, maitre de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, puis par Peppe Cavallari, docteur en philosophie et maitre de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Un premier séminaire de recherche est organisé le 6 décembre 2023, et depuis le groupe fédère une dizaine de chercheurs d’horizons géographiques et disciplinaires différents. Rapidement, est apparue la nécessité d’un support éditorial. La rubrique “InterGestes” du Carnet de recherches Ichnos-Anthropos concrétise ce projet.

InterGestes est un groupe de recherche interdisciplinaire, constitué autour de la question du jumelage entre la geste et le geste à l’aune des productions numériques. Il privilégie une approche interdisciplinaire, mobilisant les sciences de l’information et de la communication, mais aussi la littérature, la linguistique, la sociologie, les études cinématographiques, l’histoire, la géographie, l’économie, le droit, etc.

La geste vient du latin gesta, du verbe gerere, qui signifie agir, faire. En ancien français, le terme désigne le récit des actions mémorables et hauts faits d’un héros et de ses représentants (Mathey, 2023). La geste médiévale se fait alors trace : il s’agit de garder en mémoire ces actes héroïques. Le geste est issu du latin gestus, désignant une attitude, un mouvement du corps, un jeu, une mimique de l’orateur ou de l’acteur. Salomon Reinach définit le geste comme un “mouvement du corps ou d’un membre du corps qui exprime une pensée ou une émotion” (Reinach, 1924).

Dans cette perspective, il devient nécessaire de penser le geste digital à l’aune de sa matérialité. Le geste digital réinvente ainsi la geste médiévale, dans la narration même, dans la manière de raconter et de se raconter, par la mise en scène de soi sur les réseaux et plateformes, qui, à leur tour, transforment les gestes liés aux histoires écrites, lues et éditées.

Le geste digital prolonge le corps et le fait existe même dans le monde virtuel, permettant à l’individu de se redécouvrir comme un corps et un être de chair, au moment même où il entre dans le métavers. Ce paradoxe est à étudier au-delà de la mise en scène de soi, en tant que matérialité véritable et en tant que concrétisation de la réalité physique de chacun, qui renaît de manière contradictoire, alors que se greffent à nos mains et à nos yeux des médias qui pourraient nous faire oublier notre chair.

Parce que les abords critiques suscités par cette association sont riches, chaque piste empruntée peut ouvrir sur des prospectives fort diverses, au croisement du geste narratif et de la narrativité gestuelle et par-delà l’engagement des corps concrets. Le geste digital dispose-t-il d’une matérialité à part ? Comment appréhender son caractère performatif ? Une commande informatisée vaut-elle énoncé ? Emoticônes, gifs, selfies sont-ils des figures / figurations de styles physiques, des expressions évolutives au service de rhétoriques numériques et d’architextes (Jeanneret & Souchier) ? Plus encore, peut-on concevoir une critique des narrativités gestuelles selon les modalités des narrativités analogiques? Autrement dit, de la même façon que les dispositifs sont désormais “intelligents,  peut-on évoquer une “physiologie” du geste numérique, une “morphologie” des contenus, cependant que se poursuivent les “médiamorphoses” de la langue, i.e. des formes et des écritures médiatiques ?