La marque muséale, une notion au centre de la mondialisation des établissements publics muséaux

Les enjeux de Linformation et de La communication, n°3A, 2021, open source

Auteurs

Martine Corral-Regourd Pr. Université Toulouse 1 Capitole (Idetcom).

Nicolas Peyre Enseignant-chercheur Université Toulouse 1 Capitole (Idetcom), Titulaire de la Chaire Mobilité francophone de l’Université d’Ottawa (Canada).

Résumé

La mondialisation des marques « Louvre » et « Centre Pompidou » s’opère notamment par la création du Louvre Abu Dhabi et du Centre Pompidou Málaga. La communication numérique et plus particulièrement Instagram sont investis par ces musées publics français et ceux créés à l’étranger en valorisant leurs marques. Nous avons observé et analysé toutes les publications de ces quatre musées sur Instagram entre le 12 mars au 12 août 2020 (n = 418) pour se poser la question du soutien à la mondialisation des marques muséales et à la diplomatie d’influence par cette modalité de la communication numérique.

Plan de l’article

Introduction
Une double approche théorique entre économie créative et diplomatie d’influence L’inclusion dans « l’économie créative »
Enjeux communicationnels autour de la diplomatie d’influence
Stratégies de communication numérique des musées
Conclusion
Références bibliographiques

© Les Enjeux de l’information et de la communication | https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr | n°3A, 2021 | Page 5 à 12

[PDF] Instagram, contrasting support for the globalization of museum brands and diplomacy of influence. The cases of the Louvre and the Centre Pompidou. 

Les limites de l’IA dans la capture et l’interprétation de la complexité des « signes-traces » du « corps-trace »Conférence. J2IA3. OUJDA Maroc 21/1/2021

On trouvera en pièces jointes quelques captures d’écran  de la conférence de B. Galinon-Mélénec, lors des journées internationales de l’IA qui se sont déroulées le 21/1/2021 à Oujda (Maroc)

Béatrice Galinon-Mélénec, Conférence, Maroc, 21/01/2021

Les limites de l'IA

Un programmeur informatique est un humain, Homme-trace, doté d’un corps-trace – dont le cerveau logique ne constitue qu’une partie encore relativement inexplorée – de systèmes complexes englobants et non statiques.

Emergence

Réflexion anthroposémiotique ayant conduit à créer la notion de « signe-trace »

 les différences individuelles propres à chaque "homme-trace" sont toujours présentes et sont sources de non recouvrement dans les "conséquences-traces" de la pandémie 2021 dans le "corps-trace" de chaque individu

Application du paradigme de l’Homme-trace à la situation épidémique 2020

Avec le développement de l’intelligence artificielle s’instaurent de nouvelles relations médecin/patient. Que deviennent les rôles de l’affect, de l’émotion de l’empathie ?

La retranscription des données de la consultation par le médecin

Le langage machine correspond à une inscription en langage binaire. L’interprétation machinique est à l’origine de tris, de déliaisons, puis d’agrégats (voir figure 1.10) décontextualisés des sources qui les ont produits mais ayant pour vertu de répondre à une « grammaticalisation numérique

Cumul des biais liés aux processus numérique

Mieux saisir les déliaisons liées au passage de capta aux data

Le graphe de Shannon revisité par le paradigme anthroposémiotique de « L’Homme-trace » (Galinon-Mélénec)

Synthèse des biais dans le développement de l'e.santé

Les « processus traçuels » en oeuvre dans l’ écosystème de l’e.santé

 

Le processus de renforcement de la relation  via l’échoïsation des "signes-traces".

Processus de renforcement des processus de perception via l’échoïsation de « signes-traces »

La pensée complexe d’Edgar Morin, fondement d’une éducation aux droits de l’Homme interculturelle et critique

La pensée complexe d’Edgar Morin, fondement d’une éducation aux droits de l’Homme interculturelle et critique

Auteure :

Pénéloppe Dufourt, Doctorante à Université Paris-Nanterre, CREDOF (UMR 7074, Université de Nantes, CREN (EA 2661)

Source : TREMA

http://journals.openedition.org/trema/6236

Résumé 

Cet article vise à présenter les apports de la pensée complexe d’Edgar Morin pour repenser les politiques d’éducation aux droits de l’Homme (EDH), telles qu’elles sont promues par les instances internationales comme l’UNESCO. En outre, dans sa mise en pratique, l’éducation aux droits de l’Homme est devenue au fil du temps davantage le fait d’acteurs divers engagés dans des dispositifs axés sur l’éducation non formelle. L’objectif est donc de présenter comment l’application de la pensée complexe à l’éducation peut renouveler les pratiques pédagogiques de ces différents acteurs, en mettant en évidence, de manière non exhaustive, différentes réflexions pratiques.

 Pour en savoir plus :

Pénélope Dufourt, « La pensée complexe d’Edgar Morin, fondement d’une éducation aux droits de l’Homme interculturelle et critique », Tréma [En ligne], 54 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020

https://journals.openedition.org/trema/6236

 

 

UNITWIN UNESCO CS DC 2015 : Edgar Morin (archives)

L’aveuglement du savoir : erreurs et illusions

 Auteur :

Edgar Morin, Sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

Résumé :

« Il est remarquable que l’éducation, qui est censée répandre la connaissance, reste aveugle sur ce qu’est réellement la connaissance humaine, ses dispositifs, ses handicaps, ses difficultés, sa tendance à l’erreur et aux illusions, et ne semble pas se préoccuper d’enseigner ce qu’avoir connaissance de quelque chose est.
En effet, la connaissance ne peut être considérée comme un outil tout fait, utilisable sans remettre en cause sa nature. Ainsi, la connaissance de la connaissance elle-même devrait devenir une première nécessité, qui devrait servir de préparation pour affronter les risques permanents d’erreurs et d’illusions, interférant constamment avec l’esprit humain. Il importe ici d’équiper chaque esprit dans le combat vital vers la lucidité.
Dans le domaine de l’enseignement, il est nécessaire d’introduire et de développer l’étude des aspects cérébraux, mentaux et culturels de la connaissance humaine, de son processus et de ses termes, et des mesures psychologiques et culturelles existantes qui risquent de se tromper ou de se laisser aller à des illusions ».

Pour en savoir plus :

http://cs-dc-15.org/papers/keynotes/plenary/teaching-knowledge-of-knowledge/

Campus numérique des systèmes complexes UNITWIN de l’UNESCO

Le e. laboratory On Human Trace fait partie de l’UNITWIN UNESCO CS-DC. Cet UNITWIN vise à fournir un enseignement ouvert de qualité en science des systèmes complexes aux étudiants, aux chercheurs, à l’industrie, au commerce et aux décideurs  du monde entier. Avoir un lieu commun leur permettant l’accès aux avancées de la science est essentiel pour élaborer des projets permettant de relever les défis mondiaux contemporains. Les cours sont créés par des scientifiques provenant d’institutions de premier plan dans le monde entier et sont accessibles gratuitement sur :

Le CS-DC est dirigé par le professeur Jeffrey Johnson, The Open University, Royaume-Uni.

Digital Trace Data: Modes of Data Collection, Applications, and Errors at a Glance

(Chapitre d’ouvrage)

Source :

Section 1, Chapitre 7. In : Handbook of Computational Social Science.  Volume 1 Theory, Case Studies and Ethics (eds Engel, U., Quan-Haase, A., Xun Lui, S. & Lyberg, LE) (Routledge , 2021). ISBN 9780367456528

Auteurs :

Frauke Kreuter, professeur de statistiques à l’université Ludwig Maximilian de Munich  Florian Keusch, professeur de statistiques (intérimaire ) à l’université Ludwig Maximilian de Munich

Résumé  du chapitre :

Différentes sources de traces numériques utilisées en tant que données sont analysées en vue de mettre en évidence  les problèmes liés à leur utilisation dans les sciences sociales computationnelles.

Résumé du livre :

Ce livre explore les principaux débats concernant les données traitées à partir de traces  numériques. Il présente l’évolution des formes d’enquêtes et  fournit de nouveaux exemples de recherche informatique en sciences sociales sur la détection de l’interaction sociale.

Statistiques et traces numériques en questionhttps://www.routledge.com/Handbook-of-Computational-Social-Science-Volume-1-Theory-Case-Studies/Engel-Quan-Haase-Liu-Lyberg/p/book/9780367456528

Sociosémiotique de la culture populaire audiovisuelle (article)

Auteur 

Julien Péquignot, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication. Université de Franche-Comté, CIMEOS

Résumé

L’article propose un regard théorique et méthodologique sur la recherche dans le champ des cultures populaires. Se concentrant sur un cas d’étude spécifique issu des web-séries amateures, le propos s’attache à dessiner un modèle de travail généralisable tout en intégrant les spécificités de certains objets contemporains, comme le contexte numérique, la participation, l’amateurisme ainsi que les traces d’énonciation afférentes permettant de reconstruire les productions de sens à l’œuvre au contact de ces objets.

Extrait

« Un travail de fond sur les commentaires (Péquignot, 2015b ; 2016 ; 2017a ; 2017b ; 2018) – car on l’a vu, c’est une entrée privilégiée pour étudier non les objets mais ce qui est fait des objets, ici en contexte numérique et « participatif » – a permis de dégager trois grands ensembles de modes de production de sens majoritairement à l’œuvre : les modes liés aux régimes fictionnalisants (fictionnalisant, fabulisant, moralisant), ceux liés aux modes que je nomme aujourd’hui légitimants (artistique, esthétique, discursif, dans une certaine mesure documentarisant) et enfin les modes que je propose d’appeler identifiants (privé, authentique, intime). Premier constat, de taille me semble-t-il, la « fiction » ne semble absolument pas dominante (dans les traces d’énonciations étudiées à tout le moins – l’hypothèse d’une moindre production discursive de l’expérience fictionnalisante est tout à fait envisageable). » Lire la suite sur : https://doi.org/10.4000/belphegor.3830

Source : 
Julien Péquignot,
« Sociosémiotique de la culture populaire audiovisuelle »,
Belphégor [En ligne], 2021-1 | 2021,
mis en ligne le 25 juin 2021.

 

L’Homme-trace (tome 5, CNRS éditions 2021)

L’Homme-trace. La trace, du sensible au social

Tome V de la série L’Homme-trace, CNRS éditions. 

Série dirigée par Béatrice Galinon-Mélénec chez CNRS éditions

Pour en savoir plus : https://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

Le tome 5 de la série L’Homme-trace, sous titré « La trace du sensible au social », est un ouvrage dirigé par Hafida Boulekbache, Béatrice Galinon-Mélénec, Sylvie Leleu-Merviel

CNRS éditions, 2021, 388 p.

ISBN : 978-2-271-13298-7

PRESENTATION  DE L’EDITEUR :

Depuis dix ans, la série L’Homme-trace invite des scientifiques à explorer les traces contemporaines dans leurs productions comme dans leurs interprétations.
Le présent volume, cinquième tome de cette série, prolonge cette dynamique tout en proposant l’examen de plusieurs protocoles expérimentaux voués au recueil de traces dans des environnements divers (musée, musique, danse, télévision, architecture, santé, humanoïdes compagnons). Il invite les chercheurs à situer leurs travaux au regard du processus sémiotique des « signes-traces » qui, selon la thèse développée par Béatrice Galinon-Mélénec, lie le « corps-trace » de l’« Homme- trace » et la « réalité-trace » du monde.

La concrétisation passe par des interrogations en situation : quels recueils de traces ? Comment, par quels moyens, les captures effectuées sont-elles valides en tant que traces ? Sont-elles exploitables versus exploitées ? Et si oui comment ?

Inspiré des sciences appliquées, l’abord de ce volume permet la mise à l’épreuve de la recherche conceptuelle sur les « signes-traces » et conduit à situer l’usage du terme « Homme-trace » devenu répandu dans un sens plus large que le paradigme anthroposémiotique du même nom, désormais nommé « Ichnos-Anthropos ».

DIRECTION DE L’OUVRAGE : 

BOULEKBACHE-MAZOUZ Hafida, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Polytechnique Hauts-de-France

GALINON-MELENEC Béatrice, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication.Directrice de l’équipe Homme-trace de l’UMR IDEES 6266 CNRS-Normandie université

LELEU-MERVIEL Sylvie, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Directrice du laboratoire DeVisu de l’université Polytechnique Hauts-de-France

INTRODUCTION DE L’OUVRAGE :

« Vers une école française de la pensée de la trace » voir l’introduction en ligne sur

hpps://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

 

Traces numériques et durabilité

REVUE COSSI, n°10, 2021
Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques
Revue COSSI n°10, 2021

 

 

Parution au 1er semestre 2021.

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques,

Revue COSSI, n° 10/2021

Coordonné par :

Christian MARCON, Professeur des universités, IAE de Poitiers

Mona SHEHATA, docteure en sciences de l’information et la communication,

LaboratoireCEREGE, IAE – Université de Poitiers France

Résumé (des auteurs)

Les traces matérielles issues de l’activité humaine constituent un sujet de questionnement majeur, notamment en termes de collecte et de transmission. Avec l’essor de l’Internet et particulièrement du web 2.0, des traces complémentaires, numériques, sont massivement  créées. Si leur définition même ne fait pas encore l’objet d’un consensus, il apparaît que ces traces posent déjà des questions de durabilité à de multiples niveaux : leur temporalité, les usages qu’elles permettent et les aspects éthiques que leur exploitation sous-entend. Cet article introduit ces problématiques pour le présent numéro de la revue COSSI et présente les angles de traitement que les contributeurs ont choisi pour traiter le sujet.

Sommaire
INTRODUCTION de Christian Marcon, Mona Shehata                                                          Source : Marcon, Ch, Shehata, M. (2021). Introduction du numéro. Revue COSSI, (10). https://revue-cossi.numerev.com/articles/revue-10/2523-introduction-du-numero

  • Pourquoi laissons-nous des traces numériques ? L’hypothèse de la volonté (ou de l’illusion ?) d’accéder à une forme d’éternité construite, Jacques Henno
  • Les traces numériques dans le cadre du dépôt légal : conservation, production, restitution, Cécile-Marie Martin, Alexandre Wauthier
  • Les traces numériques : portée des enjeux économiques et/ou de surveillance dans une société de connaissances, Viviane Du Castel
  • La traçabilité pour détecter la mutation d’une rumeur en légende urbaine.Mona Shehata
  • Analyser les transformations des pratiques professionnelles par une approche usages : plasticité, instabilité, fragilité, Jean-Claude Domenget
  • L’autogestion démocratique des données pour pérenniser la traçabilité du savoir dans la complexité- Thomas Bonnecarrere

Arts de la scène et humanités numériques. Des traces aux données

Clarisse Bardiot

Iste éditions, avril 2021 250 pages. ISBN papier : 9781784057428. ISBN ebook : 9781784067427

Présentation de l’éditeur

Les traces numériques, qu’elles soient numérisées (programmes, carnets de notes, dessins, etc.) ou nativement numériques (mails, sites internet, captations vidéo, etc.), constituent un défi majeur pour la mémoire des éphémères arts de la scène. Le numérique transforme les traces en données et ce faisant les ouvre à la manipulation. Ce changement de paradigme appelle à un renouvellement des méthodologies pour écrire l’histoire du théâtre aujourd’hui, analyser les oeuvres et leur processus de création, ainsi que pour préserver les spectacles.

Au croisement des études théâtrales, de l’histoire et des humanités numériques, de la conservation et de l’archivistique, ces méthodologies permettent de prendre en compte ce qui est généralement écarté : à savoir les traces numériques, jugées trop complexes, trop nombreuses, trop fragiles, à l’authenticité douteuse, etc.

Avec pour fil conducteur l’analyse des traces numériques de Merce Cunningham, et au travers de nombreux autres exemples, cet ouvrage s’adresse autant aux chercheurs et aux archivistes qu’aux artistes et aux institutions culturelles.

L’auteur 

Clarisse Bardiot est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université polytechnique Hauts-de-France. Elle mène des recherches sur l’épistémologie des arts de la scène et des technologies numériques, au croisement de l’histoire, de l’esthétique, des humanités numériques, de la documentation et de la préservation des oeuvres.

 

La sémiotique visuelle et ses écritures. Programme de l’atelier de sémiotique du MICA-Bordeaux (2020-2021)

La présentation compète et le programme sont disponibles sur :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/wp-content/uploads/2021/01/Atelier-de-semiotique-2020-21.pdf

 

Extrait de la présentation

(…) L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui « racontent » la pratique « de l’intérieur. (…).

L’atelier se réunit le vendredi après-midi (14h à 17h 30) à la Maison de la recherche, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Contact: Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr>

 

BU-ULH Ouvrages sur la trace

 

Disponible à la Bibliothèque Universitaire

de l’université du Havre :

 

 

Direction d’ouvrages scientifiques collectifs sur la trace

Monographies sur la trace

  • Leleu-Merviel, S. (2017). La traque informationnelle(Collection Sciences, société et nouvelles technologies Série Traces Volume 1). Iste Editions. Cote 302.2 LEL
  • Jeanneret, Y. (2019). La fabrique de la trace(Collection Sciences, société et nouvelles technologies Série Traces Volume 2). Iste editions. Cote 303.483 LAR
  • Lardellier, P. (2019). Sur les traces du rite : l’institution rituelle de la société(Collection Sciences, société et nouvelles technologies Série Traces volume 3). ISTE Editions. Cote 303.483 LAR 
  • Galinon-Mélénec, B. (paru en nov 2020) L’odyssée de la trace 1, voyage au-delà des apparences, Série Traces volume 4, ISTE Editions. (en cours d’acquisition)
  • Galinon-Mélénec, B. (paru en février 2021), The Trace Odyssey, Willey/Iste (en cours d’acquisition)

 

Revue

  1. Liénard et S. Zlitni, dir.,( 2020), Communication et traces numériques,Nouvelle collection des PUHR sur la communication et les traces numériques.

Intelligences Collectives Communautes Et Interactions Epistemiques

Appel à articles (AAA) pour un numéro de la revue Les Cahiers du Numérique

Ce numéro à paraître en 2021 est coordonné par Edwige Pierot et Antoine Henry

Extrait de l’AAA

(…) Nous proposons d’accueillir et de rassembler autour de ce numéro thématique les travaux disciplinaires comme interdisciplinaires ou de sciences appliquées qui étudient et manipulent cet objet. Les articles pourront mettre en lumière les agencements possibles ou qu’ils questionnent :

– ils pourront en étudier la portée théorique comme proposer des études d’usages des données (open data, linked data, open linked data) enchâssées à ces agencements ;

– alors que les travaux relatifs aux technologies de l’intelligence se multiplient, des analyses portant sur la place et le rôle des communautés dans la formation et le développement des intelligences collectives ou sur les convergences/divergences entre intelligence collective et intelligence artificielle pourront être proposées.

– Impliqués dans la mise en œuvre des interactions sociales, les propositions relatives aux réseaux socionumériques pourront par exemple porter sur la dynamique du rapport pouvoir / savoir avec laquelle ils sont en prise : d’une part du point de vue des modalités de la construction de l’information, des données et des connaissances (les choix technologiques et leur gouvernance par exemple), et d’autre part en regard de l’autorité, de la confiance et de la crédibilité de l’information et des connaissances dans leurs dimensions de médiation et de support de l’action, que ces dernières soient à vocation sociétale, délibérative, ou scientifique.

– L’actualité des problématiques relatives aux plateformes numériques, leurs rapports aux communautés en matière de coordination et d’assistance, d’accessibilité, d’utilisabilité et d’usage des ressources et des connaissances, de mise à distance d’un technocentrisme combiné à la calculabilité des données plus qu’aux questionnements relatifs à la synthèse effectuée par l’intellect pourront être explorés.

– Sont également bienvenus les travaux questionnant les principes et la portée éthique de l’objet, aux plans du capitalisme de surveillance, de la recherche académique, mais aussi de problématiques économiques et juridiques qui le traversent, notamment en regard de la gouvernance des données, ou des choix technologiques.

(…)

Suite de l’appel à article https://lcn.revuesonline.com/revues/23/AAA_LCN_IntelligencesCollectives.pdf

Calendrier

Date limite de soumission: 30/06/2021
Date de notification aux auteurs : 31/07/2021 Date d’envoi de la version finale : 31/08/2021 Parution du numéro : fin septembre 2021

Committee members:

Serge Agostinelli, Université des Antilles,  Ghislaine Chartron, CNAM,  Laurence Corroy, Université de Lorraine,  Armen Khatchatourov, Université Gustave Eiffel, Fabien Liénard, Université du Havre,   Widad Mustafa El Hadi, Université de Lille,  Nathalie Pinède, Université Bordeaux Montaigne,  Khaldoun Zreik, Université Paris 8

Pour en savoir plus sur la revue : http://lcn.revuesonline.com

 

Documentalité des collectes de mémoires

Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique

(Soutenance d’HDR, Claire SCOPSI, CNAM, le 12/01/2021)

 

 

La séance est publique, pour y assister veuillez  le signaler à : claire.scopsi@lecnam.net,

un lien de connexion vous sera envoyé individuellement.

Présentation avant soutenance

Dans une première partie, Claire.SCOPSI  revient « aux sources de la phénoménologie de la mémoire et de l’oubli (1.1 et 1.2) et distingue la trace numérique de l’inscription numérique de la mémoire humaine (1.3) ». Puis elle pose « la base d’une approche documentaire de la mémoire, en retraçant, sous forme de processus, les étapes qui mènent de l’empreinte mnésique à son inscription sur des supports externes (1.4). La partie 1.5 est consacrée au traitement de ces formes inscrites, et propose une gradation allant des formes les plus froides, c’est-à-dire les moins transformatrices, aux formes chaudes, les plus créatives ». Elle « considère la patrimonialisation (1.6) comme une des formes les plus chaudes, et socialement les plus engageantes, d’éditorialisation des mémoires ». Elle conclut cette première partie en proposant de considérer les mémoires en ligne, comme une transaction coopérative (1.7), se manifestant par des documents et sous-tendues par trois dynamiques : la médialité (le medium), l’indicialité (l’indice) et la vérité (la source).

La deuxième partie est « consacrée à la présentation d’exemples de collectes de mémoires. Après avoir posé la question de l’identification sur le web de ces formes originales, qui ne sont pas répertoriées (2.1), (elle) reprend le trinôme pour catégoriser les collectes de mémoires, et en retracer les origines et les acteurs. Les mémoires-sources, caractérisées par la recherche de l’authenticité et de la véracité, comportent les corpus scientifiques et les archives orales (2.2). Les mémoires-medium privilégient la perlocution et l’émotion ; elles comprennent les mémoires nationales, la médiation patrimoniale et les mémoires de communautés (2.3). Les mémoires-indices, centrées autour de la production ou l’exploitation de traces, sont représentées par la micro-histoire, et les procédés contemporains d’enregistrement de témoignages ou de traces pour le futur (2.4). (Elle) conclut cette partie en proposant de considérer les collectes de mémoire comme un genre narratif dont la textualité repose sur les procédés d’éditorialisation offertes par le numérique (2.5).

La troisième partie esquisse une narratologie de ce nouveau genre médiatique. L’approche est sous tendue par la question de la réalisation d’un modèle ontologique permettant de décrire la structure d’une collecte de mémoire à des fins de conservation (3.1). La question de la structure anthologique des collectes de mémoires (3.2), (la) conduit à définir une unité sémio-psychique, le memorem, afin de rendre compte des relations existant entre les documents et grains mémoriels (3.3). Puis (elle s’) attache à définir les éléments permettant de définir les caractères de medium (capacité à produire une réaction), d’indice (capacité à isoler et désigner un élément du passé) et de source (capacité à susciter la confiance) d’une collecte de mémoires (3.4).

Le texte complet du mémoire sera mis en ligne sur HAL après la soutenance.

La fabrique de la donnée géolocalisée

Une analyse socio-technique de Twitter pour les études urbaines

Auteurs :

Severo Marta : EA Dicen-IDF Université Paris Nanterre msevero@parisnanterre.fr

Timothé Giraud :  UMS RIATE timothee.giraud@cnrs.fr

 

Résumé (auteur)

Face au succès des études urbaines s’appuyant sur Twitter, cet article vise à approfondir la fabrique de la donnée géolocalisée sur cette plateforme. À partir d’un cas d’étude réalisé sur les tweets localisés à Paris pendant l’année 2016, nous proposons une analyse socio- technique des mécanismes de production et de représentation des tweets géolocalisés. En prenant en compte les interactions entre aspects techniques et aspects sociaux, nous posons l’accent sur les effets de sens produits par la matérialité du dispositif et nous mettons en discussion l’emploi récent des données géolocalisées comme traces numériques de l’agir social et plus particulièrement le concept de « soi spatial ».

 

Mots clés. — géolocalisation, Twitter, ville, trace numérique

 

Source : Marta Severo et Timothée Giraud, « La fabrique de la donnée

géolocalisée », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019,

http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/20879 ; https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.2087