Situer l’indice par rapport à la trace

Citation

Situer l’indice par rapport à la trace

Extrait de la conférence de Béatrice Galinon-Mélénec, Colloque Traces des 10 et 11 décembre 2018, Arenberg Creative Mine/ DEVISU-Université Polytechnique Hauts de France.

Dans sa conférence de Valenciennes (10.12.2018), Béatrice Galinon-Mélénec explique que l’usage des catégories “indice”, “empreinte”, “marque” se doit de rappeler qu’elles se situent dans une définition anthropocentrée de la trace. Puis, elle pose la question de l’intérêt d’une définition du terme “trace” assimilée à la notion de conséquence et de son impact sur les catégories précédentes.

« En étant le plus synthétique et claire possible, je répondrai que :

  • Si on assimile la notion de trace à la notion de conséquence, toute la réalité – physique ou vivante – est trace-conséquence d’autre chose, et cela alors même que l’homme n’y est pour rien et même si elle existe en dehors de la connaissance que l’homme peut en avoir. Exemples : la montagne recouverte d’une neige immaculée, les étoiles du ciel, tout l’univers dont nous ne connaissons encore rien mais dont nous supposons l’existence à partir du principe que tout est conséquence-trace d’autres chose, etc.
  • Cette posture impose de lever l’ambiguïté sur la notion de trace et de distinguer la trace présente dans la RES (la réalité dans son ensemble où tout est trace, conséquences de conséquences) et la « trace pour soi » ( que nous nommons « signe-trace » pour signifier qu’il s’agit d’une trace anthropocentrée qui se transforme en signe pour l’individu vivant).

Lire la suite sur :Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018

Citer ce billet : Béatrice Galinon-Mélénec, "Situer l’indice par rapport à la trace," in ICHNOS-ANTHROPOS, 12/12/2018, https://onhumantrace.hypotheses.org/4433.

Varia sur la notion de trace

Ichnos Anthropos, le carnet de l’homme-trace s’adresse à des lecteurs d’origines scientifiques et culturelles variées. Il propose au lecteur de saisir l’opportunité de la présentation de l’actualité des publications et des manifestations pour interroger l’usage de la notion de trace ; et cela, même si nous sommes accoutumés au fait que, pour un groupe d’individus partageant la même culture, l’usage d’un mot signifie globalement la même chose. Pour des lecteurs attentifs aux différents sens portés par un terme, il convient de situer leur usage terminologique avec celui utilisé par le scripteur. Nous suggérons ici un chemin de traverse guidé par l’idée d’explorer la complexité de la notion de trace dans des écrits issus de différentes disciplines.

Propositions de lecture

La trace est définie ici comme une partie du réel qu’un individu interprète en tant que conséquence. L’exemple le plus banal en est les traces de pas sur le sol, dites traces de passage. Dans cette perspective, nous proposons de considérer les termes « empreinte », « indice », « marque » comme appartenant à des sous-ensembles à l’intérieur de la classe « trace ».

Nous nous appuyons sur Le dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 2006) pour donner des définitions et sur les souvenirs d’images de cinéma et séries pour les activer.

    • L’empreinte est définie ici comme une catégorie de traces (conséquence d’un événement) dont la forme et la matière disposent d’une certaine durée : l’illustration coutumière est celle des empreintes papillaires recherchées sur les scènes de crime en vue d’identifier les personnes dont les doigts ont touché des objets.
    • La marque est définie ici comme une catégorie de traces (conséquence d’un événement) qui constitue un signe reconnaissable, identifié de manière distinctive et signifiante : la coutume du marquage au fer rouge du bétail pour identifier l’appartenance nous a été rendue familière par les westerns.
    • L’indice est défini ici comme une catégorie de trace (conséquence d’un événement) à laquelle un interprétant cognitif associe une inférence causale indexée à un scénario : les séries policières regorgent de situations où la bannière « Crime scene do not cross» affiche la délimitation entre les espaces susceptibles de contenir des indices et les autres.

Des différences incontournablescontournées

L’interprétant est ici1 un « homme-trace » vivant via un « corps-trace » qui l’ouvre (ou le ferme) à l’espace sensible de façon différenciée. À partir de cette ouverture plus ou moins grande à la réception des éléments multi échelles qui composent la situation où il se trouve, un individu percevra une dimension du réel en tant que trace alors qu’un autre y sera indifférent ou ne verra aucune relation de conséquence dans ce qu’il perçoit.

Dans le cas où une partie de la réalité est perçue et nommée en tant que trace, la signification de cette trace est susceptible de varier selon les interprétants, car ceux-ci disposent d’un corps-trace – conséquence de l’histoire de leurs interactions avec leur environnement – qui les ouvre peu ou prou à la réception.

Néanmoins, le corps-trace, en incorporant aussi bien du social que du singulier, extériorise également des signes-traces de dénominateurs communs entre individus partageant des conditions – notamment culturelles – d’existence voisines. Il en résulte une forme de consensus dans des jugements qui sont analysés ici comme les « signes-traces » de ce    « commun ».

En s’adressant à un lectorat diversifié, Ichnos Anthropos. Le carnet de l’homme-trace  invite à repérer les clôtures épistémologiques entre les disciplines. En sensibilisant aux variations interprétatives des notions de trace, empreinte, marque, indice, il incite les auteurs utilisant ces termes à en préciser systématiquement le sens dans leurs communications.

Pour en savoir plus, lire : Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018

  1. Dans d’autres cas que celui examiné ici, le terme « interprétant » peut recouvrir des processus d’interprétation effectués par des machines. []

Le “RAPTER” en GRH

Le “Rapter” en GRH par Béatrice Galinon-Mélénec

Ichnos-Anthropos, rubrique « Organisation-trace », billet du 1.12.2018

L’histoire du management témoigne de l’existence de cycles quant à la mise en avant du « capital humain ». Les Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) en constituent un nouvel exemple.

Les régularités antérieures ou le « RAPTER » en GRH (1).

Six points émergent de l’observation du siècle dernier :

R (Renouvellement) : les outils de régulation du « capital humain » dans les entreprises font l’objet d’un renouvellement régulier en gestion des ressources humaines (GRH) ;

A (Acteurs) : les acteurs – qui correspondent comme tout humain à la définition anthropologique de l’Homme-trace (2) – se positionnent à chaque fois en fonction de convictions personnelles et de connaissances qui s’enracinent dans leur histoire ;

P (Profit) : derrière l’apparence de la nouveauté, le fondement organisationnel reste le même : la logique fonctionnelle et productive ;

T (Travail) : au moment où l’analyse rationnelle conduit à conclure que le retour sur l’investissement financier fait dans le capital humain n’est pas évaluable sous forme de profit, une issue favorable au capital humain est peu probable ;

E (Espoir) : cependant, toute tentative de régulation par de nouvelles formes de GRH, en projetant des comportements liés à une nouvelle vision à moyen ou long terme, est susceptible de fournir de l’espoir dans l’avenir ; espérance qui, selon les places des acteurs dans l’organisation et les traces cognitives et émotionnelles qu’ils ont incorporées en tant qu’homme-trace, prend des formes qui diffèrent voire divergent ;

R (Retour) : Les DRH (3) – qui ont eu pour mission de lancer le nouvel outil de régulation – en gèrent aussi l’effet-retour sur les acteurs.

Continuer la lecture