Le projet épistémique des sciences des systèmes complexes, VIGNI Fabrizio Li 2020

Auteur

Fabrisio Li Vigni, Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Paris (France)

Résumé

Cet article se propose de décrire le projet épistémique des sciences des systèmes complexes. Domaine interdisciplinaire fondé par le Santa Fe Institute en 1984 aux États-Unis, il a été décrit par ses représentants comme un champ d’étude interdisciplinaire, post-laplacien, holiste et antiréductionniste. Des journalistes populaires et des sociologues intéressés et qui ont soutenu ce domaine en ont repris les discours, en annonçant l’avènement d’un nouveau paradigme révolutionnaire pour tous les savoirs. Dans ce texte, on montrera que le projet épistémique des sciences de la complexité est moins pluraliste, antipositiviste et antiréductionniste que ce que l’on en dit. Je tâcherai de montrer en quoi le cadre épistémologique et ontologique de ce champ d’études reste analytique et réductionniste dans un sens physicaliste, computationnaliste, mathématique et biologisant. (résumé de l’auteur)

Source

VIGNI Fabrizio Li, « Le projet épistémique des sciences des systèmes complexes », Philosophia Scientiæ, 2020/1 (24-1), p. 181-200. DOI : 10.4000/philosophiascientiae.2201.

En savoir plus

https://www.cairn.info/revue-philosophia-scientiae-2020-1-page-181.htm

Emoji, Pierre Halté, Publictionnaire, 2023

Auteur

Pierre Halté, Maître de conférences en sciences du langage, Université Paris Descartes

Contenu

Définition et histoire

Fonction des emojis

Approche sémiotique

Impacts synthaxiques

Fonctions énonciatives et stratégies conversationnelles

Emoji et sociolinguistique 

Bibliographie

Pour en savoir plus

https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/emoji.

Référence

Halté Pierre, « Emoji » Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 12 avril 2023.

Circulation sociale des pratiques numériques juvéniles et genèse instrumentale. Laetitia Pierrot, Thèse, Sciences de l’information et de la communication. Université de Poitiers, 2018.

Auteur 

Laetitia Pierrot, enseignante-chercheure, Unité de Recherche Techné, UR 20297, Université de Poitiers
 

Sujet de thèse 

Analyse de la dimension sociale de la genèse instrumentale  des pratiques numériques juvéniles appréhendée via les traces.
Terrain :  deux études de cas, dans un lycée de l’académie de Poitiers (de 2015 à 2017) et dans deux établissements de l’académie de Caen (de 2015 à 2016).
 

Mots-clefs

Pratiques numériques juvéniles, appropriation, genèse instrumentale, activité, analyse de traces.
 

Pour lire la thèse en libre accès :

 

Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels, Aurélia Dumas, 2018

 

 

 

 

 

Auteur

Aurélia Dumas est Maître de conférences en SIC au sein du laboratoire Communication et Sociétés de l’Université Clermont Auvergne.

Résumé

Cet article étudie la manière dont les logiques de responsabilisation des salariés en matière de mobilité et de recrutement internes constituent des injonctions organisationnelles poussant les salariés à la promotion numérique de soi. Il s’attache plus spécifiquement à analyser la production des signes des émotions au sein des dispositifs numériques mis à la disposition des salariés à cet effet et les enjeux organisationnels d’un point de vue des régulations sociales opérées. Au regard des formes dominantes d’expression émotionnelle de soi construites au sein de l’entreprise, il s’agit d’observer les fragilisations et les vulnérabilités que peuvent entraîner chez les salariés des logiques de non-conformation (résumé de l’auteure).

Extrait

“Dans le cadre de cet article, nous détaillons plus spécifiquement l’appareil méthodologique mobilisé dans l’étude de la sémiotisation des émotions relative aux processus de recrutement interne. Parler de sémiotisation des émotions (Micheli, Hekmat et Rabatel 2013) ou encore de signes des émotions permet de distinguer l’émotion sémiotisée de l’émotion éprouvée, dans le sens où un individu peut rendre manifeste une émotion au travers de signes visibles (en d’autres termes, il « sémiotise » une émotion) mais sans pour autant forcément la ressentir. Dès lors, dans une approche communicationnelle, il s’est agi de saisir les émotions en tant que processus communicationnels, au cœur de la performance sociale et des dynamiues organisationnelles, à la croisée de l’individuel et du collectif. L’individu se fait « Homme-trace », (Galinon-Mélénec 2012), au regard à la fois des « signes-traces » qui le traversent et qu’il porte avec et sur lui mais aussi que lui-même sème comme empreintes laissées sur son passage. Il a ainsi été question d’observer les manifestations des émotions, leur expression mais également leur interprétation et leur évaluation par les acteurs eux-mêmes au sein de la sphère professionnelle. Les signes des émotions apparaissent comme repérables au travers des discours, des pratiques tout autant que des corps et des individus et, plus largement encore, des objets, des dispositifs, comme autant d’éléments vecteurs de la communication affective dont l’organisation se révèle porteuse.

Pour compléter lecture, voir

 http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6112 

Référence

Aurélia Dumas« Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels »Communication et organisation  53 | 2018. URL :  DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.6112

De l’interprétation au cirque. Revue études de communication n°23, H. Hotier, archives. 2001

 

Auteur

Hugues Hotier,  professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication. Fondateur du Cirque éducatif,  lieu pluridisciplinaire (au sens large)  à vocation éducative où il peut à la fois observer et mener des expérimentations sur la réception des arts du spectacle”.

Extraits

“Les animateurs du Cirque éducatif considèrent que le cirque est un lieu d’émotion plus que de réflexions, émotions largement supportées par la puissance du non-verbal” (…). En matière d’arts du spectacle, et le cirque en est un exemple probant, on peut distinguer deux niveaux d’interprétation. D’une part, l’artiste interprète son numéro. Comprenez qu’il le joue, l’exécute comme une partition ou qu’il le représente comme une pièce. C’est le sens le plus évident du mot interprétation et l’on évoque ici le plus souvent une interprétation individuelle. Même s’il s’agit d’une troupe ou d’un orchestre, il y a une unicité de l’interprétation. D’autre part, à un niveau plus global, des éléments divers, humains ou matériels, contribuent à délivrer des messages de nature plus idéologique. On est alors dans une problématique de traduction. A proprement parler, on change de culture puisqu’on passe du monde des idées au monde du spectacle, du monde de l’intellect au monde de l’émotion, du monde de la parole au monde du geste”.

Référence papier

Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, 29-40.

Pour en savoir plus  (article en open source)  :

 Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, mis en ligne le 12 octobre 2009  http://URL : http://journals.openedition.org/edc/982

Penser le corps affectif comme média, texte d’HDR, Fabienne Martin-Juchat, 2005

Auteur

A l’époque de l’écriture de ce texte (2005) , Fabienne Martin-juchat était maîtresse de conférence à l’université de Bourgogne (Dijon)

Résumé

Le cadre théorique à construire pour penser le corps et ses affects en sciences de l’information et de la communication  constitue le cœur de ce texte rédigé en vue de la soutenance du diplôme d’habilitation à diriger des recherches. Il déconstruit la vision computationnelle du corps et de ses affects par confrontation à un paradigme dit culturel. Il permet des redéfinitions conceptuelles démontrant que les affects du corps sont des construits socioculturels qui peuvent être étudiés comme des phénomènes anthropologiques. Le néologisme de corps affectif  est proposé afin de contracter les différentes imbrications entre corps, affects et communication

Pour en savoir plus (texte d’HDR en open source)

https://www.academia.edu/93333306/Penser_le_corps_affectif_comme_média?email_work_card=view-paper

Corps connectés, figures, fragments, discours, Presses des mines, 2022

Auteurs

Armen Khatchatourov, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Gustave Eiffel

Olaf Avenati, designer graphique et numérique, enseignant en Master et chercheur à l’ESAD de Reims


Pierre-Antoine Chardel, professeur et directeur du LASCO Idealab à IMT-BS

Isabelle Queval est philosophe, professeur des universités à l’INSHEA, titulaire de la chaire UNESCO “Handicap, Education et Numérique”.

Résumé

Nos corps sont désormais inscrits dans les flux de données. Nos nouvelles expériences sensorielles, de déplacement ou d’être ensemble sont amplement modifiées à l’ère de l’hyper-connexion et du Big Data. Mais comment cette nouvelle manière d’envisager nos corps (de notre corps propre au corps social) se traduit-elle ? Quel impact cette condition numérique a-t-elle sur nos vies ? C’est à ces questions que le présent ouvrage s’intéresse, au fil des contributions issues de domaines variés, tels que l’art, le design, la philosophie, la sociologie ou la psychologie, en ouvrant des voies d’analyse aussi hétérogènes que complémentaires.
Il s’agit par-là d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion critique, herméneutique et sociétale sur la manière dont nos subjectivités sont affectées par la mise en données de nos corps (Résumé auteurs/éditeurs)

De notre corps propre au corps social : impact du numérique

Avec les contributions de chercheurs issus de disciplines variées

.

Le vivant est-il gouvernable ? La politique à l’épreuve d’un monde saturé de traces, Virginie Tournay, 2024

Auteur

Virginie Tournay, biologiste, docteur en sciences politiques, directeur de recherche au CNRS, affectée au CEVIPOF et membre du conseil scientifique de l’OPECST.

Résumé

Des accusations de sorcellerie sous la Renaissance jusqu’à la gestion tourmentée de la pandémie de Covid, les controverses liées à l’intervention humaine sur le monde vivant suscitent des passions politiques. Quand elles sont démocratiques, ces passions s’expriment à partir de « traces » identifiées comme le produit de l’activité humaine (OGM, vaccins, etc). Leur emprise sociale est indéniable, car elles polarisent l’opinion publique. Loin de se cantonner au seul registre de l’expertise scientifique, la qualification de la trace touche les ressorts du sacré et du profane – ce qui façonne, cimente, dessine une société et lui donne sens. Des querelles interprétatives se répètent continuellement… parce que l’aléa biologique échappera toujours au gouvernement des hommes.

Le geste et la trace, Giovani Lista, 2013

Auteur

Giovani Lista, directeur de recherches, CNRS

Premières lignes

L’actualité internationale apparaît soudain marquée par une relecture des néo-avant-gardes des années cinquante et soixante qui ont affirmé la primauté du geste vivant de l’artiste sur l’œuvre. Il ne s’agit pas seulement de la performance, mais d’un corps à corps de l’artiste avec la peinture et ses médias traditionnels qui étaient alors désormais considérés comme une prison dont il fallait s’évader. Cette lutte, qui a nourri l’œuvre de nombreux artistes, dont Lucio Fontana ou Antoni Tàpies, a caractérisé la période du second après-guerre, allant de Pollock à Gutaï, d’Yves Klein à l’Actionnisme viennois. Trois expositions traitent ainsi du même sujet, tout en l’abordant de trois points de vue différents. La première a été inaugurée le 10 juin 2012 au MoCA de Los Angeles. La deuxième s’est ouverte le 24 octobre à la Fundació Joan Miró de Barcelone et sera ensuite montrée au Moderna Museet de Stockholm. La troisième a été inaugurée le 14 novembre à la Tate Modern de Londres.

Pour en savoir plus

LISTA Giovanni, « Le geste et la trace », Ligeia, 2013/1 (N° 121-124), p. 3-8. DOI : 10.3917/lige.121.0003. URL : https://www.cairn.info/revue-ligeia-2013-1-page-3.htm

 

“Geste dialogué” et prévention des TMS, Pascal Simonet et Sandrine Caroly, 2020

Résumé

La relation entre la réalisation des gestes au travail et les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) est maintenant bien établie. Tant pour l’ergonomie francophone que pour la perspective Clinique de l’activité en psychologie du travail, le défi méthodologique d’une intervention en milieu de travail consiste à créer les conditions d’expression et d’examen de ressources pour développer des actions favorables à la santé. Dans un cadre approprié, lorsque les gestes ordinaires au travail peuvent être transformés en « gestes dialogués » grâce à des débats professionnels au sein d’un collectif de pairs et plus largement entre décideurs et managers, alors des alternatives de transformations possibles émergent. Notre proposition est basée sur une recherche dans le métier de fossoyeur sur l’activité de démolition de pierres tombales. Cette intervention nous permet de suggérer que le « geste dialogué » est un instrument psychosocial et psychomoteur qui favorise le développement du geste de métier et sa formation pour la prévention des TMS. Le développement potentiel des gestes de métier nécessite de s’interroger sur les liens entre l’engagement du corps dans l’activité, les problèmes organisationnels à résoudre et la santé au travail.

Pour en savoir plus 

SIMONET Pascal, CAROLY Sandrine, « « Geste dialogué » et prévention des TMS », Le travail humain, 2020/1 (Vol. 83), p. 1-32. DOI : 10.3917/th.831.0001. URL : https://www.cairn.info/revue-le-travail-humain-2020-1-page-1.htm

Coordination, attention visuelle et gestes professionnels dans la rééducation de l’aphasie, Sara Merlino, 2021

Auteur

Sara Merlino, Université de Rome III

Résumé par l’auteure

Dans cette contribution, nous nous focalisons sur des interactions entre personnes aphasiques et orthophonistes au cours des séances de rééducation de la parole. En soulignant la nature interactive et multimodale des activités thérapeutiques, notre étude se penche sur des phénomènes de coordination et d’établissement et négociation de l’attention visuelle. L’analyse porte sur une collection d’extraits dans lesquels le thérapeute sollicite le regard du patient par l’emploi de plusieurs ressources, dont des directifs qui portent sur le regard. Ces sollicitations permettent de guider l’attention visuelle envers certains éléments du contexte et de négocier des configurations participatives adéquates pour profiter des formes d’étayage offertes par le thérapeute et accomplir les tâches de manière collaborative. Nous soulignons la centralité des gestes professionnels et des ressources corporelles mobilisés par le thérapeute et nous analysons la manière dont le patient est « instruit » à voir ces ressources. En reprenant plusieurs aspects de l’œuvre de Goodwin, notre contribution souligne des pratiques interactives et socialement organisées dans lesquelles prend forme l’institution thérapeutique de traitement de l’aphasie.

Pour en savoir plus :

MERLINO Sara, « Coordination, attention visuelle et gestes professionnels dans la rééducation de l’aphasie », Langage et société, 2021/2 (N° 173), p. 115-140. DOI : 10.3917/ls.173.0117. URL : https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2021-2-page-115.htm

Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir

Romain Couderc, 2022

 

Auteur

 Romain Couderc, Agrégé de philosophie

Résumé

Qu’est-ce que laisser une trace à la postérité ? Comment les traces du passé, matérialisées dans l’écriture d’un récit, peuvent-elles s’apparenter à des œuvres et former un monde ? Dans la Condition de l’homme moderne, Hannah Arendt cherche à penser la narrativité comme une condition de possibilité de l’Histoire : libérée de tout historicisme, l’historiographie, loin d’apparaître comme un savoir positif consignant les marques d’un passé disparu, a pour fonction de révéler phénoménologiquement le sens des actions historiques des êtres parlants dans des œuvres prenant la forme d’un récit. Le problème husserlien de la transmission mondaine des idéalités du passé dans une écriture affranchie de la mémoire subjective se voit ainsi réinterprété à la lumière d’une analyse de l’action politique, reconfigurée dans une narration : c’est par la médiation d’un récit mettant en forme les traces du passé que les êtres humains peuvent accéder rétrospectivement à une histoire non passéiste.

Pour en savoir plus

Romain Couderc« Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir »Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022

Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens dans “Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty”, Romain Couderc, 2023

Auteur

Romain Couderc, né en 1974, est un ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé de philosophie. Il a soutenu sa thèse sur « L’écriture de la trace » en décembre 2021 sous la direction de Dominique Pradelle : ses recherches portent sur la manière dont la notion de trace est élevée au rang de schème conceptuel central dans les œuvres d’Emmanuel Levinas, de Jacques Derrida et de Paul Ricœur, au travers de la phénoménologie husserlienne.

Résumé

Chez Derrida et Levinas, la trace devient un “opérateur conceptuel d’une altérité inquiétant le présent et la présence des signes : en deçà de sa valeur de signe, d’indice ou d’empreinte, elle vient nommer une distension au temps présent qui ouvre aussi bien l’apparaître des choses que les significations du langage”. 

Source

Couderc, Romain. « Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty », Philosophie, vol. 157, no. 2, 2023, pp. 42-66.

Plan

  1. Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens.
  2. Absence et présence du sens dans les signes : le modèle saussurien de la trace
  3. La parole comme écriture : le style, ou le tracement du sens
  4. « Retracer la trace » : l’écriture des idéalités géométriques
  5. Le tournant ontologique de la phénoménologie : de la trace à la chair

Ninfa Dolorosa. Essai sur la mémoire d’un geste. Enquête sur les gestes de lamentation (2019)

Genre : Essais Thème : arts en général /philosophie, morale
Époque : XXe-XXIe siècle
ISBN : 9782072821523 –

Auteur

Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l’art, enseigne à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Présentation de l’éditeur

 (https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Art-et-Artistes/Ninfa-dolorosa)

Ce quatrième volume de la série Ninfa est une enquête sur les gestes de lamentation, lorsqu’un défunt se voit pleuré par une mère (Mater dolorosa), une épouse ou une jeune sœur (Ninfa dolorosa).
Tout part d’une photographie extraordinaire de Georges Mérillon intitulée la Pietà du Kosovo (1990) et des questions qu’elle a immédiatement soulevées dans le monde médiatique comme dans sa réception par certains artistes contemporains, tel Pascal Convert.
Suivant, une fois de plus, les leçons d’Aby Warburg, Georges Didi-Huberman « construit la durée » de ces images en interrogeant les métamorphoses du pathos et de ses formes gestuelles dans l’histoire. L’enquête sera donc en même temps serrée (sur le cas kosovar) et ouverte, explorant les rapports entre le présent le plus proche et le passé le plus lointain, l’Occident et l’Orient, le christianisme et l’islam, le modèle tragique et les formes bibliques de la lamentation. Il n’en fallait pas moins pour proposer, de ce geste, un essai d’anthropologie historique.

De la geste au geste

Jeux de main et caresses dans Artus de Bretagne

 

Publié dans L’Ovide moralisé illustré , Les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 30, 2015, p. 297-313. 

Auteure

Christine Ferlampin-Acher. professeur à l’université de Rennes et membre senior de l’Institut Universitaire de France.

 

Résumé

Artus de Bretagne accorde une place originale aux notations de gestes. Malgré l’absence d’un vocabulaire spécifique pour dire en Moyen Français la caresse amicale ou tendre, Artus parvient à suggérer l’intime et le quotidien, et témoigne d’une « modernité » qui incite à réévaluer ce texte, qui n’est peut-être pas qu’un avatar arthurien tardif et qui gagnerait à être rapproché autant du Lancelot Graal que de Jehan de Saintré.

Source en libre accès

http://journals.openedition.org/crmh/13893