L’Homme-trace (tome 5, CNRS éditions 2021)

L’Homme-trace. La trace, du sensible au social

Tome V de la série L’Homme-trace, CNRS éditions. 

Série dirigée par Béatrice Galinon-Mélénec chez CNRS éditions

Pour en savoir plus : https://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

Le tome 5 de la série L’Homme-trace, sous titré « La trace du sensible au social », est un ouvrage dirigé par Hafida Boulekbache, Béatrice Galinon-Mélénec, Sylvie Leleu-Merviel

CNRS éditions, 2021, 388 p.

ISBN : 978-2-271-13298-7

PRESENTATION  DE L’EDITEUR :

Depuis dix ans, la série L’Homme-trace invite des scientifiques à explorer les traces contemporaines dans leurs productions comme dans leurs interprétations.
Le présent volume, cinquième tome de cette série, prolonge cette dynamique tout en proposant l’examen de plusieurs protocoles expérimentaux voués au recueil de traces dans des environnements divers (musée, musique, danse, télévision, architecture, santé, humanoïdes compagnons). Il invite les chercheurs à situer leurs travaux au regard du processus sémiotique des « signes-traces » qui, selon la thèse développée par Béatrice Galinon-Mélénec, lie le « corps-trace » de l’« Homme- trace » et la « réalité-trace » du monde.

La concrétisation passe par des interrogations en situation : quels recueils de traces ? Comment, par quels moyens, les captures effectuées sont-elles valides en tant que traces ? Sont-elles exploitables versus exploitées ? Et si oui comment ?

Inspiré des sciences appliquées, l’abord de ce volume permet la mise à l’épreuve de la recherche conceptuelle sur les « signes-traces » et conduit à situer l’usage du terme « Homme-trace » devenu répandu dans un sens plus large que le paradigme anthroposémiotique du même nom, désormais nommé « Ichnos-Anthropos ».

DIRECTION DE L’OUVRAGE : 

BOULEKBACHE-MAZOUZ Hafida, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Polytechnique Hauts-de-France

GALINON-MELENEC Béatrice, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication.Directrice de l’équipe Homme-trace de l’UMR IDEES 6266 CNRS-Normandie université

LELEU-MERVIEL Sylvie, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Directrice du laboratoire DeVisu de l’université Polytechnique Hauts-de-France

INTRODUCTION DE L’OUVRAGE :

« Vers une école française de la pensée de la trace » voir l’introduction en ligne sur

hpps://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

 

Traces numériques et durabilité

REVUE COSSI, n°10, 2021
Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques
Revue COSSI n°10, 2021

 

 

Parution au 1er semestre 2021.

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques,

Revue COSSI, n° 10/2021

Coordonné par :

Christian MARCON, Professeur des universités, IAE de Poitiers

Mona SHEHATA, docteure en sciences de l’information et la communication,

LaboratoireCEREGE, IAE – Université de Poitiers France

Résumé (des auteurs)

Les traces matérielles issues de l’activité humaine constituent un sujet de questionnement majeur, notamment en termes de collecte et de transmission. Avec l’essor de l’Internet et particulièrement du web 2.0, des traces complémentaires, numériques, sont massivement  créées. Si leur définition même ne fait pas encore l’objet d’un consensus, il apparaît que ces traces posent déjà des questions de durabilité à de multiples niveaux : leur temporalité, les usages qu’elles permettent et les aspects éthiques que leur exploitation sous-entend. Cet article introduit ces problématiques pour le présent numéro de la revue COSSI et présente les angles de traitement que les contributeurs ont choisi pour traiter le sujet.

Sommaire
INTRODUCTION de Christian Marcon, Mona Shehata                                                          Source : Marcon, Ch, Shehata, M. (2021). Introduction du numéro. Revue COSSI, (10). https://revue-cossi.numerev.com/articles/revue-10/2523-introduction-du-numero

  • Pourquoi laissons-nous des traces numériques ? L’hypothèse de la volonté (ou de l’illusion ?) d’accéder à une forme d’éternité construite, Jacques Henno
  • Les traces numériques dans le cadre du dépôt légal : conservation, production, restitution, Cécile-Marie Martin, Alexandre Wauthier
  • Les traces numériques : portée des enjeux économiques et/ou de surveillance dans une société de connaissances, Viviane Du Castel
  • La traçabilité pour détecter la mutation d’une rumeur en légende urbaine.Mona Shehata
  • Analyser les transformations des pratiques professionnelles par une approche usages : plasticité, instabilité, fragilité, Jean-Claude Domenget
  • L’autogestion démocratique des données pour pérenniser la traçabilité du savoir dans la complexité- Thomas Bonnecarrere

Arts de la scène et humanités numériques. Des traces aux données

Clarisse Bardiot

Iste éditions, avril 2021 250 pages. ISBN papier : 9781784057428. ISBN ebook : 9781784067427

Présentation de l’éditeur

Les traces numériques, qu’elles soient numérisées (programmes, carnets de notes, dessins, etc.) ou nativement numériques (mails, sites internet, captations vidéo, etc.), constituent un défi majeur pour la mémoire des éphémères arts de la scène. Le numérique transforme les traces en données et ce faisant les ouvre à la manipulation. Ce changement de paradigme appelle à un renouvellement des méthodologies pour écrire l’histoire du théâtre aujourd’hui, analyser les oeuvres et leur processus de création, ainsi que pour préserver les spectacles.

Au croisement des études théâtrales, de l’histoire et des humanités numériques, de la conservation et de l’archivistique, ces méthodologies permettent de prendre en compte ce qui est généralement écarté : à savoir les traces numériques, jugées trop complexes, trop nombreuses, trop fragiles, à l’authenticité douteuse, etc.

Avec pour fil conducteur l’analyse des traces numériques de Merce Cunningham, et au travers de nombreux autres exemples, cet ouvrage s’adresse autant aux chercheurs et aux archivistes qu’aux artistes et aux institutions culturelles.

L’auteur 

Clarisse Bardiot est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université polytechnique Hauts-de-France. Elle mène des recherches sur l’épistémologie des arts de la scène et des technologies numériques, au croisement de l’histoire, de l’esthétique, des humanités numériques, de la documentation et de la préservation des oeuvres.

 

La sémiotique visuelle et ses écritures. Programme de l’atelier de sémiotique du MICA-Bordeaux (2020-2021)

La présentation compète et le programme sont disponibles sur :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/wp-content/uploads/2021/01/Atelier-de-semiotique-2020-21.pdf

 

Extrait de la présentation

(…) L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui « racontent » la pratique « de l’intérieur. (…).

L’atelier se réunit le vendredi après-midi (14h à 17h 30) à la Maison de la recherche, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Contact: Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr>

 

BU-ULH Ouvrages sur la trace

 

Disponible à la Bibliothèque Universitaire

de l’université du Havre :

 

 

Direction d’ouvrages scientifiques collectifs sur la trace

Monographies sur la trace

  • Leleu-Merviel, S. (2017). La traque informationnelle(Collection Sciences, société et nouvelles technologies Série Traces Volume 1). Iste Editions. Cote 302.2 LEL
  • Jeanneret, Y. (2019). La fabrique de la trace(Collection Sciences, société et nouvelles technologies Série Traces Volume 2). Iste editions. Cote 303.483 LAR
  • Lardellier, P. (2019). Sur les traces du rite : l’institution rituelle de la société(Collection Sciences, société et nouvelles technologies Série Traces volume 3). ISTE Editions. Cote 303.483 LAR 
  • Galinon-Mélénec, B. (paru en nov 2020) L’odyssée de la trace 1, voyage au-delà des apparences, Série Traces volume 4, ISTE Editions. (en cours d’acquisition)
  • Galinon-Mélénec, B. (paru en février 2021), The Trace Odyssey, Willey/Iste (en cours d’acquisition)

 

Revue

  1. Liénard et S. Zlitni, dir.,( 2020), Communication et traces numériques,Nouvelle collection des PUHR sur la communication et les traces numériques.

Intelligences Collectives Communautes Et Interactions Epistemiques

Appel à articles (AAA) pour un numéro de la revue Les Cahiers du Numérique

Ce numéro à paraître en 2021 est coordonné par Edwige Pierot et Antoine Henry

Extrait de l’AAA

(…) Nous proposons d’accueillir et de rassembler autour de ce numéro thématique les travaux disciplinaires comme interdisciplinaires ou de sciences appliquées qui étudient et manipulent cet objet. Les articles pourront mettre en lumière les agencements possibles ou qu’ils questionnent :

– ils pourront en étudier la portée théorique comme proposer des études d’usages des données (open data, linked data, open linked data) enchâssées à ces agencements ;

– alors que les travaux relatifs aux technologies de l’intelligence se multiplient, des analyses portant sur la place et le rôle des communautés dans la formation et le développement des intelligences collectives ou sur les convergences/divergences entre intelligence collective et intelligence artificielle pourront être proposées.

– Impliqués dans la mise en œuvre des interactions sociales, les propositions relatives aux réseaux socionumériques pourront par exemple porter sur la dynamique du rapport pouvoir / savoir avec laquelle ils sont en prise : d’une part du point de vue des modalités de la construction de l’information, des données et des connaissances (les choix technologiques et leur gouvernance par exemple), et d’autre part en regard de l’autorité, de la confiance et de la crédibilité de l’information et des connaissances dans leurs dimensions de médiation et de support de l’action, que ces dernières soient à vocation sociétale, délibérative, ou scientifique.

– L’actualité des problématiques relatives aux plateformes numériques, leurs rapports aux communautés en matière de coordination et d’assistance, d’accessibilité, d’utilisabilité et d’usage des ressources et des connaissances, de mise à distance d’un technocentrisme combiné à la calculabilité des données plus qu’aux questionnements relatifs à la synthèse effectuée par l’intellect pourront être explorés.

– Sont également bienvenus les travaux questionnant les principes et la portée éthique de l’objet, aux plans du capitalisme de surveillance, de la recherche académique, mais aussi de problématiques économiques et juridiques qui le traversent, notamment en regard de la gouvernance des données, ou des choix technologiques.

(…)

Suite de l’appel à article https://lcn.revuesonline.com/revues/23/AAA_LCN_IntelligencesCollectives.pdf

Calendrier

Date limite de soumission: 30/06/2021
Date de notification aux auteurs : 31/07/2021 Date d’envoi de la version finale : 31/08/2021 Parution du numéro : fin septembre 2021

Committee members:

Serge Agostinelli, Université des Antilles,  Ghislaine Chartron, CNAM,  Laurence Corroy, Université de Lorraine,  Armen Khatchatourov, Université Gustave Eiffel, Fabien Liénard, Université du Havre,   Widad Mustafa El Hadi, Université de Lille,  Nathalie Pinède, Université Bordeaux Montaigne,  Khaldoun Zreik, Université Paris 8

Pour en savoir plus sur la revue : http://lcn.revuesonline.com

 

Documentalité des collectes de mémoires

Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique

(Soutenance d’HDR, Claire SCOPSI, CNAM, le 12/01/2021)

 

 

La séance est publique, pour y assister veuillez  le signaler à : claire.scopsi@lecnam.net,

un lien de connexion vous sera envoyé individuellement.

Présentation avant soutenance

Dans une première partie, Claire.SCOPSI  revient « aux sources de la phénoménologie de la mémoire et de l’oubli (1.1 et 1.2) et distingue la trace numérique de l’inscription numérique de la mémoire humaine (1.3) ». Puis elle pose « la base d’une approche documentaire de la mémoire, en retraçant, sous forme de processus, les étapes qui mènent de l’empreinte mnésique à son inscription sur des supports externes (1.4). La partie 1.5 est consacrée au traitement de ces formes inscrites, et propose une gradation allant des formes les plus froides, c’est-à-dire les moins transformatrices, aux formes chaudes, les plus créatives ». Elle « considère la patrimonialisation (1.6) comme une des formes les plus chaudes, et socialement les plus engageantes, d’éditorialisation des mémoires ». Elle conclut cette première partie en proposant de considérer les mémoires en ligne, comme une transaction coopérative (1.7), se manifestant par des documents et sous-tendues par trois dynamiques : la médialité (le medium), l’indicialité (l’indice) et la vérité (la source).

La deuxième partie est « consacrée à la présentation d’exemples de collectes de mémoires. Après avoir posé la question de l’identification sur le web de ces formes originales, qui ne sont pas répertoriées (2.1), (elle) reprend le trinôme pour catégoriser les collectes de mémoires, et en retracer les origines et les acteurs. Les mémoires-sources, caractérisées par la recherche de l’authenticité et de la véracité, comportent les corpus scientifiques et les archives orales (2.2). Les mémoires-medium privilégient la perlocution et l’émotion ; elles comprennent les mémoires nationales, la médiation patrimoniale et les mémoires de communautés (2.3). Les mémoires-indices, centrées autour de la production ou l’exploitation de traces, sont représentées par la micro-histoire, et les procédés contemporains d’enregistrement de témoignages ou de traces pour le futur (2.4). (Elle) conclut cette partie en proposant de considérer les collectes de mémoire comme un genre narratif dont la textualité repose sur les procédés d’éditorialisation offertes par le numérique (2.5).

La troisième partie esquisse une narratologie de ce nouveau genre médiatique. L’approche est sous tendue par la question de la réalisation d’un modèle ontologique permettant de décrire la structure d’une collecte de mémoire à des fins de conservation (3.1). La question de la structure anthologique des collectes de mémoires (3.2), (la) conduit à définir une unité sémio-psychique, le memorem, afin de rendre compte des relations existant entre les documents et grains mémoriels (3.3). Puis (elle s’) attache à définir les éléments permettant de définir les caractères de medium (capacité à produire une réaction), d’indice (capacité à isoler et désigner un élément du passé) et de source (capacité à susciter la confiance) d’une collecte de mémoires (3.4).

Le texte complet du mémoire sera mis en ligne sur HAL après la soutenance.

La fabrique de la donnée géolocalisée

Une analyse socio-technique de Twitter pour les études urbaines

Auteurs :

Severo Marta : EA Dicen-IDF Université Paris Nanterre msevero@parisnanterre.fr

Timothé Giraud :  UMS RIATE timothee.giraud@cnrs.fr

 

Résumé (auteur)

Face au succès des études urbaines s’appuyant sur Twitter, cet article vise à approfondir la fabrique de la donnée géolocalisée sur cette plateforme. À partir d’un cas d’étude réalisé sur les tweets localisés à Paris pendant l’année 2016, nous proposons une analyse socio- technique des mécanismes de production et de représentation des tweets géolocalisés. En prenant en compte les interactions entre aspects techniques et aspects sociaux, nous posons l’accent sur les effets de sens produits par la matérialité du dispositif et nous mettons en discussion l’emploi récent des données géolocalisées comme traces numériques de l’agir social et plus particulièrement le concept de « soi spatial ».

 

Mots clés. — géolocalisation, Twitter, ville, trace numérique

 

Source : Marta Severo et Timothée Giraud, « La fabrique de la donnée

géolocalisée », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019,

http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/20879 ; https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.2087

Rôles des traces numériques dans un dispositif d’apprentissage médiatisé. Présentation vidéo en arabe (sous titrée en français)

Présentation vidéo en arabe (sous titrée en français) par  Brahim ABARAGH :

https://www.youtube.com/watch?v=paybaWWCEn8

Présentation

  • La dynamique des interactions communicationnelles associées à la mise en place d’un dispositif d’apprentissage en ligne du français par des apprenants marocains

    par Brahim Abaragh

    Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication Sous la direction de Béatrice Galinon-Mélénec et de El Makhtar El Maouhal.. Soutenue le 05-03-2020 à Normandie , dans le cadre de École doctorale homme, sociétés, risques, territoire (Caen) , en partenariat avec Université du Havre (établissement de préparation) et de Identités et différenciations de l’environnement des espaces et des sociétés (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime ; 2008)(laboratoire) .Le président du jury était Fabien Liénard.Le jury était composé de Gino Gramaccia. Les rapporteurs étaient Fabienne Martin-Juchat, Mohamed Bendahan.

    • Résumé en français

      La thèse s’intéresse à l’étude de la dynamique interactionnelle, et vise plus particulièrement à analyser la trace numérique des interactions des étudiants qui suivent un cours en ligne .L’objectif étant de voir dans quelle mesure les activités à l’œuvre dans la plateforme favoriseraient, ou non, la mutualisation et le partage des connaissances entre pairs.Notre recherche, qui s’inscrit à la fois dans les sciences de l’information et de la communication et dans les sciences de l’éducation, combine d’une part un volet théorique dans lequel nous avons défini les principaux concepts et notions se rapportant à l’apprentissage en ligne, et ce dans leurs versants numérique, technologique, cognitif et conatif et, d’autre part, un volet empirique dans lequel nous avons implémenté un dispositif expérimental d’enseignement hybride pour vérifier nos hypothèses de recherche.Les objectifs de cette thèse sont triples et reviennent à: observer comment la plateforme « Apprendre le français en ligne », dédiée aux étudiants de licence des études françaises de l’université Ibn Zohr d’Agadir, favorise ou non l’apprentissage, étudier la manière dont elle facilite le partage et la mutualisation des connaissances entre les étudiants ; explorer comment la trace numérique pourrait contribuer à l’identification des profils des utilisateurs dans un contexte d’apprentissage.Ainsi, pour comprendre la logique d’appropriation du dispositif en ligne par les étudiants, nous nous sommes inspirés de l’approche ethno-technologique, qui étudie la relation entre les technologies, les pratiques des utilisateurs et la société.Les résultats ont montré que l’apprentissage et la capitalisation des connaissances se construisent de différentes manières au gré des échanges interactionnels des apprenants, et ce en fonction des variables cognitives et conatives. Suite à notre expérimentation, nous avons pu dégager quatre profils d’apprenants : épistémique, pragmatique, intuitif et réfractaire

    •  

Réseau Léa : quelles traces après 8 ans d’expérience, ENS, 2020

 

Titre : LéA et réseau des LéA : quelles traces pour quels développements après 8 ans d’expérience ? Bilan 2018-2019 du réseau des LéA, ENS, Lyon, 2020.

Accessible en ligne sur :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03040093/document

Extrait du contenu : Quelles traces recueillir et comment les analyser ? Traces générées par les acteurs des LéA /Faire parler ces traces pour explorer l’identité, l’activité, le développement et les apports des LéA /Reconstruire l’identité des LéA au travers de leurs traces/Identité des différents LéA et de leur réseau /Visibilité des LéA et du réseau des LéA /Identité, visibilité et traces des LéA/Questionner l’activité collaborative de recherche des LéA à partir de leurs traces /Recherches menées dans les LéA/Evaluation des productions scientifiques des LéA /Moyens, outils et dispositifs de collaboration du réseau des LéA des traces d’une activité collaborative, intense et réflexive dont la dimension transversale peut encore être développée  Explorer les trajectoires de développement à travers les traces d’activité des LéA , ….

 

L’Odyssée de la trace 1

Présentation de l’éditeur :

Que ce soit pour aller plus loin dans la recherche des origines, pour son activité présente – en particulier numérique – ou pour penser les conséquences de ses actions sur le futur, l’humain du XXIe siècle se pose régulièrement des questions de « traces ». À ces interrogations individuelles aussi bien que collectives, le progrès technique offre de nouvelles ressources qui, à leur tour, provoquent des problèmes de traces.

Afin de révéler les difficultés que pose l’impensé de la trace, cette étude propose un voyage dans différents contextes. Sur le chemin, des intellectuels (dont Bateson, Barthes, Bourdieu, Derrida, Goffman, Peirce, Ricoeur, Varela, Thompson, Watsuji, Watzlawick) ou des professionnels de la trace (tels que les policiers ou les informaticiens) éclairent les raisons d’être de cette véritable odyssée.

Cet ouvrage didactique présente une exploration contemporaine de la nature fondamentale de la trace via le nouveau paradigme de l’« Ichnos-Anthropos » (Homme-trace) et de son corollaire, le « corps-trace ».

L’auteure :

Professeure des universités émérite en sciences de l’information et de la communication à Normandie Université Le Havre et directrice de recherche au laboratoire IDEES, Béatrice Galinon-Mélénec a fondé et co-dirige le E-Laboratory on Human Trace dans le campus digital de l’Unitwin Complex Systems Unesco.

Introduction et plan disponibles sur : https://www.istegroup.com/fr/produit/lodyssee-de-la-trace-1/

ISBN ebook : 9781784067007
ISBN papier : 9781784057008

Hommage à Yves Jeanneret

Lien

Colloque « L’Homme-trace », Département INFOCOM, Univ-Le Havre, 2011.

Le programme « L’Homme-trace », initié en 2008 au sein de l’UMR IDEES 6266 Le Havre, a trouvé toute sa puissance dès lors que, en 2010, Yves Jeanneret, alors directeur du GRIPIC, nous a accueilli au CELSA avec l’amical soutien de Véronique Richard, elle-même directrice du CELSA. Sans Yves Jeanneret, les colloques de
« L’Homme-trace » ne seront plus les mêmes. Il les enrichissait par la diversité et la profondeur de ses connaissances. Il les éclairait par la finesse de sa pensée, la subtilité de sa parole et par sa générosité. Il honorait chacun des ouvrages qui prolongeait ces rencontres par des chapitres d’une qualité remarquable. Sa contribution à chacun des tomes de la série « L’Homme-trace » que je dirige chez CNRS éditions a largement soutenu un rayonnement qui a permis, en 2014, d’obtenir la reconnaissance du Laboratory on Human trace Unitwin Complex Systems Digital Campus UNESCO. En 2019, alors qu’il se projetait toujours malgré la fatigue, nous évoquions tous ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de cette dynamique, pourraient se reconnaître dans ce que nous nommions « La nouvelle École française de la pensée de la trace ».

Son départ est une perte immense pour la communauté des chercheurs en sciences humaines, pour tous ceux qui venus d’horizons divers travaillent sur « La fabrique de la trace », et pour tous ceux qu’il accueillait dans son cercle à la fois amical et professionnel. Heureusement, ses écrits nous le rendent présent ‘in absentia’, ‘partout et nulle part’, pour reprendre le titre du chapitre qu’il a co- écrit avec Pauline Chasseray–Peraldi dans le dernier tome de la série L’Homme-Trace (tome IV, 2017). Le vide qu’il laisse appelle à ancrer la trace de ses qualités à la fois scientifiques et humaines dans les générations qui n’auraient pas eu la chance de le rencontrer.

Béatrice Galinon-Mélénec
Professeur des universités émérite
Sciences de l’information et de la communication
UMR IDEES 6266 CNRS – Université  Le Havre Normandie
Directrice du programme « L’Homme-trace »
Rédactrice en chef de « Ichnos-Antropos.  Le carnet de L’Homme-trace »
Fondatrice de Human Trace UNITWIN Complex Systems Digital Campus UNESCO.

https::onhumantrace.hypotheses.org. Hommage à Yves Jeanneret

Surfaces et intériorité

Auteur : Cabanès Jean-Louis (dir.)

Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux.
Collection : Modernités | 12.
Année d’édition : 1998.
EAN (Édition imprimée) : 9782867812286 
DOI : 10.4000/books.pub.5130 
EAN électronique : 9791030004038
 
Publication sur OpenEdition Books : 07 mars 2019.
 

Présentation éditeur (extrait) :

« (…) Les métaphores spatiales s’imposent tout à la fois lorsqu’on évoque l’appréhension de soi, la connaissance intuitive de l’intime, le mouvement empathique qui conduit à réduire la distance qui me sépare de l’autre, à le rencontrer dans la manière dont il se définit lui-même comme sujet ; elles surviennent encore lorsqu’il s’agit de caractériser le regard « pénétrant » de l’analyste, les sensations que l’on dit internes, la démarche qui, m’incitant à me définir par rapport au spatial « externe », me conduit à constater que je suis un corps, que je m’affirme comme sujet dans une sorte de retour de la sensation sur elle-même. Le mot « surface » ne se laisse pas davantage circonscrire. Il renvoie aux reliefs, aux contours, aux limites des choses, il désigne le périphérique, le cutané, mais aussi l’affleurement, l’apparence ou l’apparaître, ou bien encore le positionnement du sujet par rapport au monde et par rapport à lui-même. Le corps « voyant » — Dominique Rabaté le rappelle en citant Merleau-Ponty — est aussi surface « visible ». Une molle coordination ajoute encore à la confusion. Surface et/ou intériorité ? Surface vs intériorité ? Encore néglige-t-on la fréquente réversibilité de ces deux termes. On devine cependant pourquoi nous avons conservé cet intitulé. Il autorise une réflexion sur les formations discursives qui cherchent à ruiner la manière dont le sujet cartésien se définit par rapport à la res extensa. Considérée dans cet optique, la modernité s’affirme tout particulièrement plurielle, parcourue de conflits, de lignes de fracture » (…)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.

La confiance. Un dialogue interdisciplinaire

Auteures : Aurore Gaillet, Nicoletta Perlo et Julia Schmitz (dir.).

Éditeur : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole.
Collection : Actes de colloques de l’IFR | 37.
Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782361701802
DOI : 10.4000/books.putc.5876
EAN électronique : 9782379280726
 

Publication sur OpenEdition Books : 04 septembre 2019.

Présentation par les auteurs :

« Dès lors qu’elle renvoie à la possibilité de « se fier », à quelqu’un ou à quelque chose, la confiance est au cœur et au fondement des relations sociales, intéressant ce faisant la plupart des sciences sociales. Dans un contexte dominé par le constat partagé d’une « crise » de confiance / ou de défiance – dans la société, dans la démocratie, dans les hommes et les institutions politiques, dans le progrès, dans l’économie, etc. –, une interrogation croisant les analyses de différentes disciplines prend tout son sens.

Si le juriste est interpellé par la problématique de la confiance en tant que « juriste dans la cité », il peut également y trouver un concept invitant à renouveler certains cadres classiques des droits constitutionnels, de l’environnement, de l’économie ou encore des finances.

L’organisation d’une « journée d’étude interdisciplinaire » tendait à poursuivre ce questionnement, en invitant des spécialistes de disciplines non juridiques à dialoguer avec des juristes. Les points de vue de la philosophie, de l’histoire, de la science politique et de l’économie ont ainsi été mobilisés pour questionner la thématique commune de la confiance ». (…)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019.

Le façonnement des ancêtres. Dimensions sociales, rituelles et politiques de l’ancestralité

Auteurs : Sophie Chave-Dartoen, Stéphanie Rolland-Traina

Éditeur : Presses de l’Inalco, Paris.
Collection : TransAireS.
 Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782858312962.
EAN électronique : 9782858312955. 
DOI : 10.4000/books.pressesinalco.19941

Introduction (extrait) :

(…) De fait, les ethnographies relatives aux différentes sociétés humaines montrent une distinction, souvent nette, entre ce que nous appelons communément « ancêtres » en français (des prédécesseurs qui font référence) et l’innombrable masse des défunts qui, nous ayant précédés, n’ont pas laissé une trace suffisamment durable pour que leur existence mérite d’être mentionnée, mémorisée et, parfois même, connue.

(…) Les différentes contributions à ce volume montrent toutefois que la mémoire, notamment la mémoire des ancêtres, ne serait pas si durable si elle ne s’articulait à des formes de reconnaissance sociale, aux pratiques d’investiture plus ou moins formelles et institutionnelles du rituel, qu’il soit religieux et/ou politique. Les rites instituent les ancêtres, soit lors des funérailles, soit lors de pratiques spécifiques où peuvent s’enchevêtrer des caractères propitiatoires, divinatoires, dévotionnels, mais aussi d’autres formes de mise en mémoire plus ou moins ritualisées : circulations cérémonielles, commémorations et mises en récit, processus de patrimonialisation. Si les ancêtres sont constitués par les vivants, ces pratiques confèrent aussi aux premiers une forme d’autorité à laquelle il convient de se soumettre. Leur institution imprime donc au présent l’empreinte d’un passé ayant la double caractéristique d’être, par là-même, façonné et imposé ou approprié, selon les contextes.(…)

© Presses de l’Inalco, 2019.