La prétention sémiotique dans la communication, Yves Jeanneret, 2007

 

Auteur

Yves Jeanneret, Professeur des universités en communication, Université Paris Sorbonne Paris IV

Extrait

“Ce qui me semble intéressant, dans la façon de poser ici le problème, c’est qu’elle prend acte des questions soulevées dans l’espace de jeu entre les disciplines, sans essayer, ce qui serait sommaire et dérisoire, de les résoudre par un arbitrage entre lesdites disciplines ou par un recours à leurs déontologies respectives”.

Source

Yves Jeanneret, « La prétention sémiotique dans la communication »Semen [En ligne], 23 | 2007, mis en ligne le 19 juin 2009. DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8496

En libre accès

http://journals.openedition.org/semen/8496
 

Questionnement sur le couplage énactif comme dualité sémiotique

Maryvonne Holzem, Jacques Labiche. Intelectica, 2017

 

Auteurs

Maryvonne Holzem (habilitée à diriger des recherches)  &  Jacques Labiche (Professeur), Laboratoires Dylis & Litis, Université de Rouen Normandie.

Résumé (des auteurs)

Cet article abordera la problématique sujet-monde commune à de nombreux champs scientifiques, sous l’angle d’une réflexion sur le contexte comme lieu du couplage entre un sujet et son environnement et d’appariement temporaire entre contenu et expression. La difficulté essentielle est alors d’expliciter le régime de rationalité des interactions entre des grandeurs de natures différentes: matérielles-immatérielles, corps-esprit. C’est pourquoi nous approfondirons ici le concept de dualité, source de nombreuses mésinterprétations. Nous tenterons un parallèle avec les processus à l’œuvre lors du couplage énactif. Nous concevons un environnement numérique de travail ENT centré utilisateur apte à éprouver cette posture.

Source 

Maryvonne Holzem, Jacques Labiche. Questionnement sur le couplage énactif comme dualité sémi- otique. Intellectica – La revue de l’Association pour la Recherche sur les sciences de la Cognition (ARCo), 2017.

En libre accès : ⟨hal-01895870⟩

Mots-clés : Dualités, énaction, couplage, point de vue, interprétation, perception.

Les tweets comme traces numériques

Anticiper les enjeux réputationnels des publications sur Twitter, Tama Rchika, 2018

 

 

Auteure

Tama Rchika, Membre du LASCO et du Social Media Lab, Tama Rchika est (en 2018) chercheuse doctorante dans le domaine des pratiques collaboratives sur les plateformes numériques. Diplômée en relations publiques et communication d’organisation à l’Université catholique de Louvain, elle travaille également sur un projet de recherche visant à stimuler la collaboration au sein du tissu entrepreneurial bruxellois tout en menant une thèse sur les facteurs liés à l’émergence de l’intelligence collective sur les réseaux de partage de connaissances.

Résumé par l’auteure

Avec des dizaines de tweets quotidiens, les organisations sont particulièrement nombreuses à employer Twitter. Ce sont ainsi des milliers de publications qui s’accumulent chaque jour sur le réseau social. Dans le cadre de cet article, nous nous sommes alors interrogés sur les potentiels impacts réputationnels de ces tweets. Pour ce faire, nous les avons étudiés au regard de la trace numérique qui peut être interprétée, décontextualisée, voire déformée de manière arbitraire et asynchrone. À travers l’analyse d’un corpus de 982 tweets, nous avons identifié quatre éléments particuliers : le hashtag, l’identification, le lien Internet et l’illustration. Une étude de ceux-ci sur base de notre grille synthétique de la trace numérique a alors établi le tweet en tant que trace, mettant en exergue l’importance, pour les organisations, de considérer leur pratique communicationnelle sur Twitter selon une logique de cohérence et de long terme.

Source

Tama Rchika, « Les tweets comme traces numériques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018,DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3602

En libre accès

 http://journals.openedition.org/rfsic/3602

 

Le corps à l’épreuve des applications : des « petits gestes » éprouvants ?

Inès Garmon, 2020

Auteur

Inès Garmon : GRIPIC (CELSA – Paris Sorbonne)

Résumé

Les gestes de manipulation des interfaces tactiles composent une culture médiatique incorporée, mobilisée par les industries numériques : nous réalisons du bout du doigt beaucoup de nos activités quotidiennes. Opérant divers services, ces gestes en apparence minuscules sont une médiation problématique entre l’utilisateur et le dispositif : gestes caméléons, une grammaire limitée opère des actions hétérogènes ; engageant le corps, ils favorisent une expérience affective ; artefacts, ils participent du branchement au corps par l’industrie. Ce texte vise ainsi à apporter des éléments pour la compréhension de ce que les industries culturelles et numériques mobiles font au corps de l’utilisateur.

Source

Inès Garmon, « Le corps à l’épreuve des applications : des « petits gestes » éprouvants ?  », Les chantiers de la création [En ligne], 12 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, DOI : https://doi.org/10.4000/lcc.3102

En libre accès : http://journals.openedition.org/lcc/3102 

“Entre sciences de l’information et de la communication et sciences cognitives : les bases d’un dialogue possible”. AAC de la revue COSSI (08/09/ 2024)

COSSI n°15 — Soumission des résumés avant le : 08/09/2024

Coordination

Anne Lehmans, Professeur des universités INSPE IMS UMR5218 CNRS University of Bordeaux

Monica Macedo, Professeur des universités INSPÉ ParagrapheCY Cergy Paris University, Cergy-Pontoise

Résumé partiel

Thème :

Entre sciences de l’information et de la communication et sciences cognitives : les bases d’un dialogue possible”. Une question de positionnement épistémologique et méthodologique qui concerne les recherches conduites par les chercheurs de Ichnos Anthropos

“Les sciences cognitives, qui incluent la psychologie cognitive, les neurosciences, la linguistique, l’informatique, la philosophie, l’anthropologie, s’intéressent, entre autres, aux mécanismes physiologiques de la cognition tels qu’ils sont observables avec des techniques comme l’imagerie cérébrale ou l’oculométrie, ce qui n’exclut pas la prise en compte de l’environnement dans la compréhension de ces mécanismes. Leurs méthodes sont principalement quantitatives et expérimentales, et l’« éducation basée sur des preuves » (evidence based education) constitue une notion centrale dans les recherches actuelles sur les méthodes d’enseignement et d’apprentissage (Dunlosky & Rawson, 2019). Dans quelle mesure ces méthodes sont-elles susceptibles d’éclairer les questions d’une discipline qui travaille essentiellement à l’échelle des relations sociales et s’appuie largement sur des méthodes qualitatives issues des sciences humaines et sociales ? Inversement, les SIC intéressent-elles les sciences cognitives du point de vue des problématiques qu’elles soulèvent, de leurs objets ou de leurs méthodes ?

Pour en savoir plus sur l’ensemble de l’appel : https://revue-cossi.numerev.com/appels-a-contribution/215-revue-15-entre-sciences-de-l-information-et-de-la-communication-et-sciences-cognitives-les-bases-d-un-dialogue-possible

Performativité de l’être-en-ligne. Pour une phénoménologie de la présence numérique (Giuseppe Cavallari, Thèse, 2018)

 

 

 

 

Auteur

Giuseppe Cavallari

Soutenance pour l’obtention du grade de Docteur de Thèse (Université de Technologie de Compiègne et de l’Université de Montréal),  présentée Le 6 novembre 2018, à Hétic (Montreuil).  Spécialité : philosophie et sciences de l’information et de la communication devant un jury composé de   : Monsieur Serge BOUCHARDON Professeur des Universités, Université de Technologie de Compiègne Monsieur Dominique CARDON Directeur du Médialab de Sciences Po Madame Giusy PISANO Professeure des Universités, ENS Louis-Lumière Monsieur François-David SEBBAH (directeur) Professeur des Universités, Université Paris-Nanterre Monsieur Michael SINATRA Professeur titulaire, Université de Montréal Monsieur Stéfan SINCLAIR Professeur titulaire, McGill University, Monsieur Marcello VITALI-ROSATI (directeur) Professeur agrégé, Université de Montréal, Madame Adeline WRONA Professeure des Universités, Université Paris-Sorbonne CELSA

Résumé

Autour d’une question fondamentale comme celle de la présence, nous mobilisons une littérature interdisciplinaire grâce à laquelle les contributions de l’anthropologie et de la géographie sociale, de la théorie du théâtre et du cinéma, des performance studies, de la psychanalyse et de la sociologie, sont articulées dans la perspective de la phénoménologie et des sciences de l’information et de la communication. Notre façon d’habiter le monde a changé : l’être-en-ligne se révèle alors comme étant la nouvelle condition existentielle. La connexion au réseau, le web, les applications, dans leur ensemble, disposent les choses et les personnes selon des relations opérationnelles de proximité spatio-temporelle. Notre espace est un espace performatif, car il se produit à partir de nos actions, nos postures et nos gestes, gestes photo-graphiques, éminemment réflexifs, qui créent la mise en scène numérique. En allant au-delà du modèle de « l’interface », cette mise en scène est devenue la spatialité de raccordement de tous nos espaces d’action. Nous identifions alors la performativité du direct et de l’enregistrement, la performativité de l’être en train de…, de l’attention présentielle et du « suspens gestuel », la performativité des algorithmes et des notifications, la performativité des emoji et de tout ce qui «fait visage»; et encore, la performativité des questions et des messages automatiques derrière lesquels parfois il y quelqu’un et d’autres fois il n’y a personne (comme lorsqu’on sonne à la porte dans une scène de La cantatrice chauve). A la lumière d’une analyse sociosémiotique des la gestuelle numérique, des écrans, du graphisme propre aux réseaux sociaux et aux applications de messagerie instantanée tout comme des « protocoles de la vie quotidienne », nous décrivons la présence comme étant toujours l’effet d’une médiation. Cette médiation est, à la fois, disjonction et fiction, car elle se manifeste dans l’écart et dans la différence aussi bien que dans la fiction de l’hypermédiatété. Il y a de la présence, en somme, s’il y a du jeu, au sens spatiale de l’expression « il y a du jeu » mais aussi au sens fictionnel et ludique du jouer à… . Comme le garçon du café décrit par Sartre, nous jouons, fictionnons et de-fictionnons le réel, en faisant « comme si » était vrai ce qui, par ailleurs, l’est vraiment.

Thèse en libre accès sur hal  https://theses.hal.science/tel-02458177/document

Énaction, Externalisme et Suppléance Perceptive (Charles Lenay, 2006)

Auteur

Charles Lenay, professeur de philosophie et sciences cognitives, COSTECH EA2223 Université Technologique de Compiègne

RESUME.

Des  situations expérimentales très simples permettent de dépasser la critique du représentationnalisme pour définir précisément, et faire fonctionner concrètement, le schème explicatif de la perception comme énaction. Localisation et reconnaissance de forme s’inscrivent dans l’espace des déplacements du point de vue relativement à l’objet perçu. Ici, l’espace de perception est l’espace d’action lui-même, et non pas un espace interne de représentation. Plutôt que de présupposer une séparation entre expérience vécue interne et objectivité externe et  de seulement chercher des corrélats neuronaux,  l’espace de l’expérience vécue est ici co-extensif à l’espace d’action et de perception. 

Extraits 

pp. 46-47

Le point de vue du sujet qui correspond à son « point d’action » est nous semble-t-il à attacher nécessairement à un système vivant qu’on pourra définir, suivant en cela Francisco Varela, comme une unité autopoïétique. Mais cette localisation du point de vue n’est pas celle du contenu de l’expérience. La causalité circulaire qui assure le maintien dans l’existence de l’unité autopoïétique engage non seulement ce qui est compris derrière les frontières de sa membrane ou de sa peau, mais aussi toutes les conditions environnementales qu’elle définit et modifie par ses actions. De même, les opérations cognitives peuvent mobiliser aussi bien des structures internes de l’organisme que des structures et traces dans son environnement.

p.49.

L’analyse et l’innovation dans le champ des « technologies cognitives » – c’est-à-dire des dispositifs qui supportent notre activité cognitive (et non pas des systèmes qui penseraient à notre place) – s’inscrit naturellement dans cette conception énactive. En effet, si l’on revenait à une conception représentationnaliste, la compréhension des conditions techniques de nombreuses opérations cognitives nécessiterait encore des redoublements périlleux. Par exemple, pour comprendre l’utilisation de traces externe comme support d’une mémoire on devrait mobiliser des capacités représentationnelles cognitives complexes de ces traces. On ne comprendrait plus comment elles peuvent soulager ou augmenter notre activité cognitive.

Source 

Charles Lenay, Énaction, Externalisme et Suppléance Perceptive, Intellectica, 2006/1, 43, pp. 27-52 

En accès ouvert sur :   https://intellectica.org › SiteArchives › actuels › n43 › 43-3-Lenay.pdf

Enactive Interaction in Support of Creative Learning: A Systematic Literature Review, International Journal of Human–Computer Interaction, 2024

 

Auteurs 

Marleny Luque Carbajal  et  Maria Cecília Calani Baranauskas,

Institute of Computing, University of Campinas (UNICAMP), S~ao Paulo, Brazill

Résumé

Présentation des résultats d’une revue systématique de la littérature sur les études (2021-2022), qui ont soutenu l’apprentissage créatif en utilisant les environnements interactifs et le paradigme de l’enaction dans des contextes éducatifs.

Mots clefs

Enaction, incorporation, interactions, humain, milieu

Référence

Marleny Luque Carbajal & Maria Cecília Calani Baranauskas (29 May 2024): Enactive Interaction in Support of Creative Learning: A Systematic Literature Review, International Journal of Human–Computer Interaction, DOI: 10.1080/10447318.2024.2353425

 

Open access

https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/10447318.2024.2353425

© 2024 The Author(s). Published with license by Taylor & Francis Group, LLC

Published online: 29 May 2024.

L’expérience des touchers du monde, Fabienne Martin-Juchat, 2024

Auteur

Fabienne Martin-Juchat, Professeure en sciences de l’information et de la communication
Université Grenoble Alpes

Résumé

Dans cet article, l’auteure étudie les contextes d’évolution du rapport des individus à leurs corps et à leurs identités à partir de leurs expériences aux “touchers du monde”. Plusieurs exemples illustrent le propos dont celui de la période “Covid” et les situations de télétravail.

Source

Fabienne Martin-Juchat. L’expérience des touchers du monde. Revue française de yoga, 2024. 

Article en accès libre

 https://hal.science/hal-04578402/document

La vie du geste technique. Approche pluridisciplinaire, Martine Mille et Joëlle Petit, e-Phaïstos, 2014, pp. 43-58.

Auteurs

Joelle Petit. Docteur en histoire des techniques Laboratoire http-HT2S – (Histoire. Technique. Technologie. Patrimoine. Histoire des Technosciences en Société) EA 3716 – ED 546 – Conservatoire national des arts et métiers.

Martine Mille. Chercheur, SAPRAT (Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle) EA 4116 – École Pratique des Hautes Études

Résumé

Cet article propose de comprendre le geste technique par une lecture croisée des matériaux et des objets d’une histoire des techniques matérielle, sociale, culturelle, et intellectuelle des métiers et de leur transmission. Les auteurs cherchent à en saisir les modalités : “l’intelligence de la main en liaison avec la nécessaire adaptation de l’outil et du geste, les recettes, rites et routines dynamiques, la mécanisation aux XIXe-XXe siècles, où la digitalisation dans l’espace de l’atelier ou de l’usine, permettent de saisir la pédagogie, « l’induit » du geste inscrit dans la chaîne opératoire. Ainsi la transcription des savoir-faire et des savoir-être est comprise, de rituels en pratiques, inscrits dans une efficacité matérielle, directe ou indirecte de la technique”. L’étude de la vie du geste, de perte en renaissance, s’enrichit de la pluridisciplinarité. Elle permet de construire et de définir un objet historique. En appui : des sources manuscrites ou iconographiques, des témoignages ou des enquêtes in situ, valorisant les « gens de mains » perpétuant la mémoire de métiers. Enfin la tracéologie  mise en oeuvre décèle les traces d’outils révélatrices des gestes perdus, restitués et enfin retrouvés. (Extrait du résumé des auteurs)

Référence 

Martine Mille et Joëlle Petit, « La vie du geste technique. Approche pluridisciplinaire »e-Phaïstos [En ligne], III-1 | 2014. https://doi.org/10.4000/ephaistos.573

En open source  : http://URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/573

Un monde de crises au prisme des communications organisationnelles, François Lambotte, Valérie Lépine, Laurent Morillon (dir.), PUL, 2024

Directeurs de publication

François Lambotte, Valérie Lépine, Laurent Morillon

Les auteurs

Sylvie Parrini-Alemanno Thomas Bihay Anne-Coralie Bonnaire Claudine Bonneau, Ph.D. Emilie Bouillaguet Christian Bourret Vincent Brulois Valérie Carayol Marie-Eve Carignan, Ph.D. Olivier Champagne-Poirier Julie Clément Benoit Cordelier Anne-Marie Cotton (PhD) Marc D. David Salma El Bourkadi Lucie Enel Nathalie FABRY Marie-Line Felonneau Olivia Foli Sidonie Gallot Elizabeth Gardère Jessica GHELLER Thomas Heller Gazi Islam Aliya Ismayilova, CPA, CIA, CRMA, MBA Ivan Ivanov Lamyae JMOULA Jo Katambwe Aurélie Laborde Christine Pierna Rabassa Lagabrielle Aurelia Lamy Catherine Loneux Marie-Josée Lorrain Elise Le Moing-Maas Christian Marcon Céline MATUSZAK SFSIC – Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication

L’éditeur

Université Catholique de Louvain

 Présentation

L’impact  des crises, par exemple celle liée à  la pandémie de COVID-19, sur les communications organisationnelles est ici caractérisé par trois mouvements  : l’adaptation organisationnelle favorisant la résilience, les déviances entrainant des restrictions des libertés et l’émergence de nouvelles formes de communication axées sur l’émotion et l’anticipation de futurs possibles. Les contributeurs soulignent, d’une part, la capacité des organisations à innover et à s’ajuster face aux crises, d’autre part, les risques de régression liés à l’instrumentalisation des systèmes d’information et à l’accroissement du contrôle sur les espaces de communication. Ils mettent également en lumière la manière dont les crises peuvent ouvrir des espaces pour une communication plus authentique et humaine, suggérant des voies vers des pratiques communicationnelles plus éthiques et durables. (Extrait de la présentation de l’éditeur)

 

 

Apprendre les sens, Apprendre par les sens : anthropologie des perceptions sensorielles. Sous la direction de Vincent Battesti et Joël Candau. Éditions Petra, 2023

Auteurs

Vincent Battesti, habilité à diriger des recherhes, UMR 7206 – Ethnoécologie : savoirs, pratiques, pouvoirs (Espp)

Joël Candau, Anthropologue, Professeur  émérite des universités, à l’Université de Nice.

+ vingt contributeurs

Résumé

Cet ouvrage est un collectif de vingt chapitres  qui puisent surtout en anthropologie, mais aussi en sociologie, psychologie, neurosciences, primatologie et archéologie. Il propose un vaste panorama des formes du partage du sensoriel par les êtres humains. Il montre d’une part que la découverte et l’apprentissage du monde par les sens n’impliquent ni un relativisme cognitif radical, ni l’enfermement de chaque individu dans un Umwelt singulier, d’autre part que les apprentissages sensoriels et multisensoriels sont toujours l’objet d’une modulation culturelle. Nous apprenons les sens, nous apprenons par les sens. (Extrait de la présentation par les auteurs)

Information sur la collection des publications d’Eco-Anthropologie

La collection des publications d’Eco-Anthropologie est issue de l’UMR Eco-anthropologie du Musée de l’Homme. L’unité développe des recherches interdisciplinaires sur l’Homme (individus ou sociétés) et ses interactions avec l’environnement. Elle  étudie comment les humains – et leurs plus proches cousins les primates – perçoivent et agissent sur leur environnement, façonnent des cultures, et comment les environnements et les cultures façonnent la biologie de l’Homme, notamment sur le temps long au travers de notre évolution.

Analyse des processus qui produisent le partage du sensoriel par les êtres humains

Traces patrimoniales en devenir : glossaire (Jean Davallon, 2023)

 

Auteur

Jean Davallon, Professeur émérite des universités,  Sciences de l’information et de la communication, Avignon université, Centre Norbert Elias, UMR 8562

 

Présentation 

 
L’ approche communicationnelle du patrimoine analysée par Jean Davallon interroge les schèmes interprétatifs qui circulent dans la société et aboutissent à la reconnaissance patrimoniales des traces. Cet ouvrage prolonge Le don du patrimoine publié en 2007. L’ensemble  constitue la synthèse de 40 ans de travail sur la question des processus de patrimonialisation, “processus, formalisables en une série d’opérations (ou « gestes »), à savoir trouvaille, production de savoir, reconnaissance ou déclaration, maintenance et publicisation, par lequel une chose acquiert le statut social et symbolique de patrimoine, devenant ainsi un objet patrimonial.
 

En savoir plus

 
La table des matières et l’introduction sont disponibles en libre accès sur :
 

Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS: médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Anne Lehmans, 2024.


Auteur

Anne Lehmans, Professeur des Universités Sciences de l’information et de la communication. https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/lehmans-anne/

Présentation (extraite de l’introduction)

Dans la poursuite de l’héritage de Michel de Certeau sur les arts de faire (1980), l’étude de l’espace peut dépasser la question des artefacts et des contenus informationnels pour s’intéresser aux gestes des acteurs, aux signes-traces déposés, aux postures corporelles et intellectuelles. On considère alors l’espace comme ouvrant la possibilité de la communication, du rapport à l’autre et de la pensée de soi. Les interactions, les expériences partagées, les pratiques informationnelles, l’attention et l’engagement mutuels sont ce qui nous intéresse, dans des contextes qui permettent la comparaison et le dialogue. Le collectif FabLab-MORE met en œuvre une démarche comparative, expérimentale et compréhensive de caractérisation des enjeux et des filtres culturels à considérer et intégrer les prolongements des activités des FabLabs, en optimisant les offres au-delà d’un seul périmètre culturel. Plus que l’innovation technologique experte, ce sont les logiques d’ouverture sociale et culturelle des espaces participatifs de diffusion et de circulation des savoirs qui sont en jeu, dans une dynamique de convivialité dans laquelle l’espace est « conducteur de sens, traducteur d’intentionnalité » (Illich, 1975 : 45), et le « dialogue entre les hommes » peut se mettre enplace autour des machines, car c’est la communication humaine qui nous importe. Les dimensions cognitives, sociales et interculturelles sont visées, dans un réseau local et international de FabLabs, pour comprendre comment les savoirs circulent entre différents espaces et communautés, selon quels registres de communication médiatisée ou pas. Interroger les dimensions communicationnelles et organisationnelles revient également à soutenir des alternatives pédagogiques et culturelles centrées sur l’émancipation des usagers.

Pour en savoir plus: https://hal.science/hal-04536138/document

Référence

Anne Lehmans. Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS : médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Séminaire ”Espaces-Savoirs-Identités”, ENSSIB-Elico, Apr 2024, Lyon, France.

Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps, Véronique Thomas-Vaslin, 2017.

 

Auteure

Véronique Thomas-Vaslin Docteur en Immunologie UPMC/INSERM, UMRS 959, Sorbonne Universités.

Résumé

Ce chapitre illustre le concept de « traces » dans le corps humain, du moins celles générées par le système immunitaire et transmises entre les générations. Il place le propos dans des systèmes multi-échelles et passe alternativement de l’échelle du corps (le ressenti et le vu) à l’échelle invisible des anticorps et autres immuno-récepteurs capables d’identifier les molécules du corps et de son entourage, au cours du temps, lors de processus traçuels.  La première partie porte de façon générale sur les traces biologiques qui peuvent être recensées par l’homme, le chercheur en immunologie, le médecin… et brosse quelques aspects généraux du comportement du système immunitaire. La notion de signe-trace (Galinon-Mélénec, 2011) est utilisée fréquemment sans pour autant que le paradigme du même nom soit repris dans sa globalité. Le chapitre propose également de revisiter les notions de frontière du soi, de perception du corps, du ressenti de l’invisible pour l’inspection du monde, abordées sous la forme de l’émersiologie (Andrieu, 2016). Les figures permettent de mieux appréhender le rôle primordial du système immunitaire dans la trace du vivant et du corps et les conséquences au niveau du macrocosme sociétal.

Lire plus en open source 

THOMAS-VASLIN, Véronique. Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps In : L’Homme-trace : Des traces du corps au corps-trace [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2017 . Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/editionscnrs/29917>. ISBN : 978-2-271-13035-8. DOI : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.29917.