Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps, Véronique Thomas-Vaslin, 2017.

 

Auteure

Véronique Thomas-Vaslin Docteur en Immunologie UPMC/INSERM, UMRS 959, Sorbonne Universités.

Résumé

Ce chapitre illustre le concept de « traces » dans le corps humain, du moins celles générées par le système immunitaire et transmises entre les générations. Il place le propos dans des systèmes multi-échelles et passe alternativement de l’échelle du corps (le ressenti et le vu) à l’échelle invisible des anticorps et autres immuno-récepteurs capables d’identifier les molécules du corps et de son entourage, au cours du temps, lors de processus traçuels.  La première partie porte de façon générale sur les traces biologiques qui peuvent être recensées par l’homme, le chercheur en immunologie, le médecin… et brosse quelques aspects généraux du comportement du système immunitaire. La notion de signe-trace (Galinon-Mélénec, 2011) est utilisée fréquemment sans pour autant que le paradigme du même nom soit repris dans sa globalité. Le chapitre propose également de revisiter les notions de frontière du soi, de perception du corps, du ressenti de l’invisible pour l’inspection du monde, abordées sous la forme de l’émersiologie (Andrieu, 2016). Les figures permettent de mieux appréhender le rôle primordial du système immunitaire dans la trace du vivant et du corps et les conséquences au niveau du macrocosme sociétal.

Lire plus en open source 

THOMAS-VASLIN, Véronique. Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps In : L’Homme-trace : Des traces du corps au corps-trace [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2017 . Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/editionscnrs/29917>. ISBN : 978-2-271-13035-8. DOI : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.29917.



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 19 mars). Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps, Véronique Thomas-Vaslin, 2017. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1kw