Le geste et la trace, Giovani Lista, 2013

Auteur

Giovani Lista, directeur de recherches, CNRS

Premières lignes

L’actualité internationale apparaît soudain marquée par une relecture des néo-avant-gardes des années cinquante et soixante qui ont affirmé la primauté du geste vivant de l’artiste sur l’œuvre. Il ne s’agit pas seulement de la performance, mais d’un corps à corps de l’artiste avec la peinture et ses médias traditionnels qui étaient alors désormais considérés comme une prison dont il fallait s’évader. Cette lutte, qui a nourri l’œuvre de nombreux artistes, dont Lucio Fontana ou Antoni Tàpies, a caractérisé la période du second après-guerre, allant de Pollock à Gutaï, d’Yves Klein à l’Actionnisme viennois. Trois expositions traitent ainsi du même sujet, tout en l’abordant de trois points de vue différents. La première a été inaugurée le 10 juin 2012 au MoCA de Los Angeles. La deuxième s’est ouverte le 24 octobre à la Fundació Joan Miró de Barcelone et sera ensuite montrée au Moderna Museet de Stockholm. La troisième a été inaugurée le 14 novembre à la Tate Modern de Londres.

Pour en savoir plus

LISTA Giovanni, « Le geste et la trace », Ligeia, 2013/1 (N° 121-124), p. 3-8. DOI : 10.3917/lige.121.0003. URL : https://www.cairn.info/revue-ligeia-2013-1-page-3.htm

 



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 29 janvier). Le geste et la trace, Giovani Lista, 2013. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vouq