Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens dans “Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty”, Romain Couderc, 2023

Auteur

Romain Couderc, né en 1974, est un ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé de philosophie. Il a soutenu sa thèse sur « L’écriture de la trace » en décembre 2021 sous la direction de Dominique Pradelle : ses recherches portent sur la manière dont la notion de trace est élevée au rang de schème conceptuel central dans les œuvres d’Emmanuel Levinas, de Jacques Derrida et de Paul Ricœur, au travers de la phénoménologie husserlienne.

Résumé

Chez Derrida et Levinas, la trace devient un “opérateur conceptuel d’une altérité inquiétant le présent et la présence des signes : en deçà de sa valeur de signe, d’indice ou d’empreinte, elle vient nommer une distension au temps présent qui ouvre aussi bien l’apparaître des choses que les significations du langage”. 

Source

Couderc, Romain. « Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty », Philosophie, vol. 157, no. 2, 2023, pp. 42-66.

Plan

  1. Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens.
  2. Absence et présence du sens dans les signes : le modèle saussurien de la trace
  3. La parole comme écriture : le style, ou le tracement du sens
  4. « Retracer la trace » : l’écriture des idéalités géométriques
  5. Le tournant ontologique de la phénoménologie : de la trace à la chair


Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 29 janvier). Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens dans “Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty”, Romain Couderc, 2023. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/voum