Faire mémoire pour ‘faire’ l’histoire ? Le Geste de Verdun (thèse)

 

Véronique Mathieu

Auteure

Véronique Mathieu

Document

Présentation de la thèse de Doctorat en Langues, Littératures et Civilisations Germaniques, sous la direction de Gwénola Sébaux, soutenue le 14 décembre 2022 à l’université Catholique de l’Ouest pour l’université d’Angers. https://doi.org/10.4000/trajectoires.9779

Entrée en matière

“François Mitterrand et Helmut Kohl, main dans la main, sur l’esplanade qui fait face à l’Ossuaire de Douaumont, le 22 septembre 1984. La cause semble être entendue : nous sommes là devant un geste historique, qui a fini par symboliser à lui seul le formidable processus d’abord de réconciliation, puis de partenariat privilégié qu’ont connu les deux pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le geste est devenu quasiment iconique, dirait-on aujourd’hui. Un tel consensus ne va pas cependant pas sans susciter certaines interrogations.

Ce geste n’était pas le premier geste franco-allemand, ni le dernier. Il s’inscrivait dans la série de gestes qui s’étaient succédé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion notamment de Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Alors comment est-il devenu, de manière quasiment exclusive, le symbole de la réconciliation franco-allemande, un lieu de mémoire, dans le sens où l’entend Pierre Nora ? Paradoxalement, le cliché des livres d’histoire semblait aussi avoir un peu vieilli. Avait-il encore quelque chose à dire dans un monde qui a considérablement changé en presque quarante ans ? Était-il susceptible de toucher aujourd’hui encore les jeunes générations, pour qui la réconciliation franco-allemande est devenue banale ? L’ambition de cette thèse est ainsi de contribuer à « dépoussiérer » le Geste de Verdun”.

Open source 

https://journals.openedition.org/trajectoires/9779

 



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 25 janvier). Faire mémoire pour ‘faire’ l’histoire ? Le Geste de Verdun (thèse). ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo48