Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire

 

 

Auteur

Joëlle Vellet est Maître de Conférences en danse à l’Université de Nice Sophia Antipolis, au Département des Arts, section Danse. Membre du Centre de Recherches en Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL 6703),

Résumé

Cet article s’intéresse à la façon dont se fabrique la danse dans le studio, participant à une ethnographie du travail artistique. Il pointe l’importance de la construction de la mémoire tout autant que le recours à la mémoire dans l’élaboration du geste dansé pour l’interprète, en situation de création ou de reprise de rôle. Il met tout particulièrement en évidence le nécessaire tissage des gestes et des discours in situ, dans ce lieu intime de rencontre entre interprète et chorégraphe. Espace et temps où la mémoire des corps, tout autant que celles des processus et des imaginaires, fait devenir l’interprète, mémoire devenant tour à tour ressource ou obstacle à l’invention du geste.

Open source

Joëlle Vellet« Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire »Recherches en danse [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 janvier 2024URL : http://journals.openedition.org/danse/353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.353



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 25 janvier). Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo47