Les limites de l’IA dans la capture et l’interprétation de la complexité des “signes-traces” du “corps-trace”Conférence. J2IA3. OUJDA Maroc 21/1/2021

On trouvera en pièces jointes quelques captures d’écran  de la conférence de B. Galinon-Mélénec, lors des journées internationales de l’IA qui se sont déroulées le 21/1/2021 à Oujda (Maroc)

Béatrice Galinon-Mélénec, Conférence, Maroc, 21/01/2021

Les limites de l'IA

Un programmeur informatique est un humain, Homme-trace, doté d’un corps-trace – dont le cerveau logique ne constitue qu’une partie encore relativement inexplorée – de systèmes complexes englobants et non statiques.

Emergence

Réflexion anthroposémiotique ayant conduit à créer la notion de “signe-trace”

 les différences individuelles propres à chaque "homme-trace" sont toujours présentes et sont sources de non recouvrement dans les "conséquences-traces" de la pandémie 2021 dans le "corps-trace" de chaque individu

Application du paradigme de l’Homme-trace à la situation épidémique 2020

Avec le développement de l’intelligence artificielle s’instaurent de nouvelles relations médecin/patient. Que deviennent les rôles de l’affect, de l’émotion de l’empathie ?

La retranscription des données de la consultation par le médecin

Le langage machine correspond à une inscription en langage binaire. L’interprétation machinique est à l’origine de tris, de déliaisons, puis d’agrégats (voir figure 1.10) décontextualisés des sources qui les ont produits mais ayant pour vertu de répondre à une « grammaticalisation numérique

Cumul des biais liés aux processus numérique

Mieux saisir les déliaisons liées au passage de capta aux data

Le graphe de Shannon revisité par le paradigme anthroposémiotique de “L’Homme-trace” (Galinon-Mélénec)

Synthèse des biais dans le développement de l'e.santé

Les “processus traçuels” en oeuvre dans l’ écosystème de l’e.santé

 

Le processus de renforcement de la relation  via l’échoïsation des "signes-traces".

Processus de renforcement des processus de perception via l’échoïsation de “signes-traces”