« Modèle psycho-social et impensé numérique dans l’élaboration d’un dispositif pédagogique. Le cas du programme Autobiographie de rencontres interculturelles du Conseil de l’Europe »

Par AUDE SEURRAT1

Dans Distances et médiations des savoirs 24 | 2018  : https://journals.openedition.org/dms/74#tocto1n1

Résumé (de l’auteur) :
L’article opère un retour analytique sur une expérience de participation à un programme du Conseil de l’Europe et vise à mettre en exergue les différentes questions qui ont été soulevées lors de l’adaptation de ce dispositif pédagogique centré sur les relations interculturelles aux médias numériques. Cet article permettra plus précisément de montrer en quoi le modèle psycho-social des relations interpersonnelles s’adapte mal à l’appréhension des spécificités des médiations de la communication à distance et produit une forme d’impensé numérique.

Extrait :
Dès lors, le terme d’échange ne peut suffire à qualifier la pluralité des gestes d’écriture/lecture propres à la pratique des dispositifs numériques. Comme le souligne Yves Jeanneret, « toute modélisation informatique porte de fait un projet de transformation des processus de communication, dont la nature et l’ampleur ne constituent nullement une grammaire fixe » (Jeanneret, 2005, p. 195). Or, comme l’explique Pierre Mœglin, cette transformation des processus de communication opère « la réduction tendancielle de l’activité créatrice à la production de traces, si rudimentaires soient-elles (like, notations élémentaires, simples manifestations d’une présence géolocalisée, etc.) […]. Et cette réduction conforte le schéma en circuit fermé d’une circulation à l’état pur » (Mœglin, 2005, p. 60).

Les dispositifs numériques n’impliquent pas uniquement un changement dans l’échelle relationnelle (pouvoir être en lien avec une multitude d’individus sur une même plateforme), ils impliquent également des changements de nature dans les formes relationnelles. Les réseaux sociaux numériques permettent notamment la fabrique d’identités factices ou encore l’anonymat, ils impliquent surtout certaines logiques dans la manière de penser les identités et la circulation des discours (Gomez- Mejia, 2016). Facebook, Instagram, Twitter et autres réseaux sociaux numériques sont des architextes qui produisent les conditions de l’échange communicationnel. L’architexte est un cadre d’écriture dont « le principe consiste en cette forme particulière de l’écriture permise par l’informatique, qui se place en amont de toute écriture particulière pour en définir le cadre et les conditions » (Jeanneret et Tardy, 2005, p. 16). L’architexte informatique participe « aux transformations de la communication en industrialisant et en déplaçant les conditions de ce va-et-vient entre dispositifs et usages ou plus exactement entre économie scripturaire industrielle et production écrite ordinaire » (Jeanneret, 2014, p. 170). Or ce sont justement ces transformations de la communication ainsi que ceux relatifs à son industrialisation qui ne sont pas pris en compte lorsque les usages des réseaux dits sociaux ne sont envisagés que comme une interaction sociale. En effet, on ne confirme pas son profil, on ne configure pas de la même manière son « réseau » et on n’échange pas des textes, des images, des vidéos ou des signes d’évaluation de la même manière sur tous les dispositifs numériques. Les modalités de la « rencontre interculturelle » sont alors intimement liées aux modalités prévues, prescrites, préécrites au sein les dispositifs informatisés. Comme le soulignent Yves Jeanneret et Emmanuël Souchier, « dans le cadre d’un tel questionnement, il est primordial de porter un regard attentif aux objets informatiques les plus ‟banals” : ceux par lesquels s’exprime aujourd’hui l’emprise des logiques informatiques sur l’ordre du texte écrit. La question de l’écriture et de sa dimension éditoriale ne tient pas seulement à l’initiative que peut avoir tel ou tel acteur autour des objets techniques. Elle s’incarne avant tout au sein du développement de ces objets » (Jeanneret et Souchier, 2005, p. 9). En cela, l’analyse rétrospective d’une expérience en ligne ne peut faire fi d’une prise de conscience du rôle configurant de l’architexte dans le rapport aux autres usagers (Galinon-Mélénec, 2011).

 

Lire plus sur : http://journals.openedition.org/dms/3138

Source : Aude Seurrat, « Modèle psycho-social et impensé numérique dans l’élaboration d’un dispositif pédagogique », Distances et médiations des savoirs 24 | 2018 : https://journals.openedition.org/dms/74#tocto1n1

  1. Aude Seurrat, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication depuis 2011 à Paris XIII, est responsable de la Mention Licence Information et Communication. Ses recherches portent sur la médiation des savoirs et plus spécifiquement sur les dispositifs de formation professionnelle (« best practices », kits de formations, « serious games », mediatraining, formations à l’interculturel). []