« Responsabilité sociétale des universités et environnement numérique. La notion d’empreinte, un enjeu de réflexivité »

Par Violaine Appel1 et Julien Falgas2.

Article paru la rubrique « Recherches » de la revue Communication, 35/2/2018 Université Laval, Québec.

La totalité du numéro est accessible sur : https://journals.openedition.org/communication/7677

Résumé des auteurs :
Partant de l’impact et les responsabilités des universités vis-à-vis de la société, les auteurs affirment que la communication scientifique répond aujourd’hui aux « mêmes impératifs que la communication générale : c’est-à-dire il faut être rapide, lisible et performant ». Dans le cadre du paradigme d’une écologie des dispositifs médiatiques à l’ère numérique, ils soulèvent la question suivante : des notions telles que l’environnement et l’empreinte peuvent-elles se révéler heuristiques ? Les universités ont-elles par exemple une responsabilité dans le fait d’encourager ou non le recours à des services tels que Google, Facebook ou Wikipédia ?

Extrait :
« On le voit, l’activité numérique des universitaires est source de nombreuses traces et inscriptions plus ou moins calculées ou contrôlées. Or, les usages préconisés, encouragés ou renforcés dans les formations et les fonctionnements des universités ont un impact sur l’évolution des usages numériques de la population. Les manières d’enseigner servent de modèle à tout le système d’enseignement dont les cadres sont issus : ce que sera le numérique à l’école dépend de ce qu’il est à l’université. Les universités ont par exemple une responsabilité dans le fait d’encourager ou non le recours à des services tels que Google, Facebook ou Wikipédia ».

Lien vers l’article complet :
http://journals.openedition.org/communication/8018
  1. Violaine Appel est maître de conférences et chercheure au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA3476), Université de Lorraine (IUT Nancy-Charlemagne). []
  2. Julien Falgas est docteur, qualifié en sciences de l’information et de la communication, et chercheur correspondant au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA3476), Université de Lorraine. []