Varia sur la notion de trace

Ichnos Anthropos, le carnet de l’homme-trace s’adresse à des lecteurs d’origines scientifiques et culturelles variées. Il propose au lecteur de saisir l’opportunité de la présentation de l’actualité des publications et des manifestations pour interroger l’usage de la notion de trace ; et cela, même si nous sommes accoutumés au fait que, pour un groupe d’individus partageant la même culture, l’usage d’un mot signifie globalement la même chose. Pour des lecteurs attentifs aux différents sens portés par un terme, il convient de situer leur usage terminologique avec celui utilisé par le scripteur. Nous suggérons ici un chemin de traverse guidé par l’idée d’explorer la complexité de la notion de trace dans des écrits issus de différentes disciplines.

Propositions de lecture

La trace est définie ici comme une partie du réel qu’un individu interprète en tant que conséquence. L’exemple le plus banal en est les traces de pas sur le sol, dites traces de passage. Dans cette perspective, nous proposons de considérer les termes « empreinte », « indice », « marque » comme appartenant à des sous-ensembles à l’intérieur de la classe « trace ».

Nous nous appuyons sur Le dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 2006) pour donner des définitions et sur les souvenirs d’images de cinéma et séries pour les activer.

    • L’empreinte est définie ici comme une catégorie de traces (conséquence d’un événement) dont la forme et la matière disposent d’une certaine durée : l’illustration coutumière est celle des empreintes papillaires recherchées sur les scènes de crime en vue d’identifier les personnes dont les doigts ont touché des objets.
    • La marque est définie ici comme une catégorie de traces (conséquence d’un événement) qui constitue un signe reconnaissable, identifié de manière distinctive et signifiante : la coutume du marquage au fer rouge du bétail pour identifier l’appartenance nous a été rendue familière par les westerns.
    • L’indice est défini ici comme une catégorie de trace (conséquence d’un événement) à laquelle un interprétant cognitif associe une inférence causale indexée à un scénario : les séries policières regorgent de situations où la bannière « Crime scene do not cross» affiche la délimitation entre les espaces susceptibles de contenir des indices et les autres.

Des différences incontournablescontournées

L’interprétant est ici1 un « homme-trace » vivant via un « corps-trace » qui l’ouvre (ou le ferme) à l’espace sensible de façon différenciée. À partir de cette ouverture plus ou moins grande à la réception des éléments multi échelles qui composent la situation où il se trouve, un individu percevra une dimension du réel en tant que trace alors qu’un autre y sera indifférent ou ne verra aucune relation de conséquence dans ce qu’il perçoit.

Dans le cas où une partie de la réalité est perçue et nommée en tant que trace, la signification de cette trace est susceptible de varier selon les interprétants, car ceux-ci disposent d’un corps-trace – conséquence de l’histoire de leurs interactions avec leur environnement – qui les ouvre peu ou prou à la réception.

Néanmoins, le corps-trace, en incorporant aussi bien du social que du singulier, extériorise également des signes-traces de dénominateurs communs entre individus partageant des conditions – notamment culturelles – d’existence voisines. Il en résulte une forme de consensus dans des jugements qui sont analysés ici comme les « signes-traces » de ce    « commun ».

En s’adressant à un lectorat diversifié, Ichnos Anthropos. Le carnet de l’homme-trace  invite à repérer les clôtures épistémologiques entre les disciplines. En sensibilisant aux variations interprétatives des notions de trace, empreinte, marque, indice, il incite les auteurs utilisant ces termes à en préciser systématiquement le sens dans leurs communications.

Pour en savoir plus, lire : Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2018, 5 décembre). Varia sur la notion de trace. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siwu

  1. Dans d’autres cas que celui examiné ici, le terme « interprétant » peut recouvrir des processus d’interprétation effectués par des machines. []