Parution de l’ouvrage « La vérité du numérique » sous la direction de Bernard Stiegler

Stiegler Bernard (Dir.), (2018), La vérité du numérique. Recherche et enseignement supérieur à l’ère des technologies numériques, Fyp éditions, 208 p.

ISBN : 9782364051621

Présentation de l’éditeur :

La métamorphose numérique des savoirs et de l’enseignement constitue un enjeu majeur du XXIe siècle et devrait être une priorité des universités et des organismes de recherche. De nouvelles conditions de publication, de certification et d’éditorialisation se mettent en place. Des règles et des méthodes d’interprétation doivent être conçues par les institutions académiques avec l’industrie et le monde économique pour produire une société du savoir. Bernard Stiegler a fait appel au réseau international Digital studies pour montrer que ce n’est pas seulement l’enseignement qui est bouleversé mais ce sont les savoirs eux-mêmes, depuis la recherche fondamentale jusqu’à l’école. L’ouvrage dresse un panorama des technologies réflexives et contributives, analyse en profondeur le principe de la gouvernementalité algorithmique, qui conditionne un nouveau « régime de vérité » et un « tournant computationnel » de la société hyperindustrielle. Il propose une méthodologie novatrice de gestion de débats et de groupes, construite sur un autre modèle que celui des réseaux sociaux actuels. Cet ouvrage de référence pose les bases d’une nouvelle industrie éditoriale numérique.

Sommaire :

Partie I. L’ère numérique des savoirs et des non-savoirs


1 – Traces, rétentions, raisons. Organologie et pharmacologie des études digitales

Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation

2 –  Automatisation et erreur

David Bates, université de Californie, Berkeley

3 – Qu’est-ce qu’une révolution graphique ?

Jean Lassègue, Institut Marcel Mauss, CNRS-EHESS

Partie II. Phénoménotechniques des sciences de la nature et de l’esprit

1 – L’astrophysique : l’objet-image et la culture numérique

Vincent Minier, laboratoire Larsim (CEA), Vincent Bontems, laboratoire Larsim & service d’astrophysique (CEA)

2 – L’innovation permanente dans la biophotonique

Cédric Matthews, CNRS-INBS, Institut des sciences biologiques

Partie III. Conceptions instrumentales transdisciplinaires

1 –  La grammatisation technologique et l’appareil psychique

Hidetaka Ishida, université de Tokyo

2 –  Une « mémoire-monde » et des communs contributifs : Virtual Open World

Gerald Moore, université de Durham, Royaume-Uni

3 –  Introduction à une épistémologie des digital studies et mutation de la vérité à l’université

Franck Cormerais, laboratoire MICA, université Bordeaux-Montaigne

Partie IV. Chercher, enseigner, éduquer dans l’anthropocène digitalisé

1 – Langages de travail et langages machine

Warren Sack, université de Californie, Santa Cruz

2 – Anthropologie numérique ou anthropologie de la trace

Hélène Mialet, université de Californie, Berkeley