Documentalité des collectes de mémoires

Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique

(Soutenance d’HDR, Claire SCOPSI, CNAM, le 12/01/2021)

 

 

La séance est publique, pour y assister veuillez  le signaler à : claire.scopsi@lecnam.net,

un lien de connexion vous sera envoyé individuellement.

Présentation avant soutenance

Dans une première partie, Claire.SCOPSI  revient « aux sources de la phénoménologie de la mémoire et de l’oubli (1.1 et 1.2) et distingue la trace numérique de l’inscription numérique de la mémoire humaine (1.3) ». Puis elle pose « la base d’une approche documentaire de la mémoire, en retraçant, sous forme de processus, les étapes qui mènent de l’empreinte mnésique à son inscription sur des supports externes (1.4). La partie 1.5 est consacrée au traitement de ces formes inscrites, et propose une gradation allant des formes les plus froides, c’est-à-dire les moins transformatrices, aux formes chaudes, les plus créatives ». Elle « considère la patrimonialisation (1.6) comme une des formes les plus chaudes, et socialement les plus engageantes, d’éditorialisation des mémoires ». Elle conclut cette première partie en proposant de considérer les mémoires en ligne, comme une transaction coopérative (1.7), se manifestant par des documents et sous-tendues par trois dynamiques : la médialité (le medium), l’indicialité (l’indice) et la vérité (la source).

La deuxième partie est « consacrée à la présentation d’exemples de collectes de mémoires. Après avoir posé la question de l’identification sur le web de ces formes originales, qui ne sont pas répertoriées (2.1), (elle) reprend le trinôme pour catégoriser les collectes de mémoires, et en retracer les origines et les acteurs. Les mémoires-sources, caractérisées par la recherche de l’authenticité et de la véracité, comportent les corpus scientifiques et les archives orales (2.2). Les mémoires-medium privilégient la perlocution et l’émotion ; elles comprennent les mémoires nationales, la médiation patrimoniale et les mémoires de communautés (2.3). Les mémoires-indices, centrées autour de la production ou l’exploitation de traces, sont représentées par la micro-histoire, et les procédés contemporains d’enregistrement de témoignages ou de traces pour le futur (2.4). (Elle) conclut cette partie en proposant de considérer les collectes de mémoire comme un genre narratif dont la textualité repose sur les procédés d’éditorialisation offertes par le numérique (2.5).

La troisième partie esquisse une narratologie de ce nouveau genre médiatique. L’approche est sous tendue par la question de la réalisation d’un modèle ontologique permettant de décrire la structure d’une collecte de mémoire à des fins de conservation (3.1). La question de la structure anthologique des collectes de mémoires (3.2), (la) conduit à définir une unité sémio-psychique, le memorem, afin de rendre compte des relations existant entre les documents et grains mémoriels (3.3). Puis (elle s’) attache à définir les éléments permettant de définir les caractères de medium (capacité à produire une réaction), d’indice (capacité à isoler et désigner un élément du passé) et de source (capacité à susciter la confiance) d’une collecte de mémoires (3.4).

Le texte complet du mémoire sera mis en ligne sur HAL après la soutenance.

Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité

Auteur : Michel Naepels

Éditeur : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales,  Paris.
Collection : Cas de figure | 48.
Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 978271322768. 
EAN électronique : 9782713231711. 
DOI : 10.4000/books.editionsehess.9216

Publication sur OpenEdition Books : 15 juillet 2019.

Présentation éditeur :

« Les sciences sociales peuvent-elles décrire la vulnérabilité, l’incertitude, la solitude ? Pour répondre à cette question, Michel Naepels, assumant sa position d’auteur, adopte dans ce livre une approche pragmatique et s’interroge sur le rôle du chercheur et le statut du témoignage qu’il suscite, à partir d’enquêtes menées dans des zones de conflits et de troubles, et de lectures à la fois anthropologiques, philosophiques et littéraires. Au lecteur qui se demande quelle est la place de celui ou celle qui enquête dans des situations de détresse, cet essai propose une anthropologie politique renouvelée de la violence, de la prédation, du capitalisme. Il endosse un point de vue, celui de la vulnérabilité et de l’exposition à la violence, en prêtant attention aux subjectivités, aux émotions et aux pensées des personnes qui y sont confrontées. Il s’agit d’articuler l’exploitation de l’homme et de la nature avec la construction de soi, de penser dans le sensible, avec la douleur, malgré tout ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019.