Vision de vestiges et travail de la trace dans l’espace pictural, au surgir de l’intime par Wissem Abdelmoula

Thèse de doctorat en Arts plastiques et sciences de l’art.

Soutenue en 2008.

Résumé
 :

« Comment questionner la trace et réfléchir sur les conditions de sa réduction à un concept d’ordre plastique ? Et jusqu’à quel point la trace rassure-t-elle le passage de la visibilité de la matière picturale à son intelligibilité ? C’est là une problématique fondamentale autour de laquelle notre pratique artistique forme et constitue son objet. La trace y est une valeur expérimentale qui permet d’établir une transposition de vision de l’espace plastique dans le fonctionnement de la pensée. Nombre de pratiques d’artistes contemporains et d’écrits ont ainsi revisité et interrogé différentes pensées passées et présentes, redonnant un plaisir à une réflexion sur la trace que Derrida déjà annonçait : ” La trace, c’est la définition de sa structure, c’est quelque chose qui part d’une origine mais qui aussitôt se sépare de l’origine et qui reste comme trace ».