Processus de veille par infomédiation sociale pour construire l’e-réputation d’une organisation par Camille Alloing

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication.

Soutenue en 2013.

En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00915004

Résumé auteur :

« Cette recherche-action menée au sein de la DSIC de La Poste s’intéresse à la réputation des organisations et à son pendant numérique (l’e-réputation) par le prisme des sciences de l’information-communication. Elle propose le développement d’un processus et d’un dispositif de veille stratégique par infomédiation sociale permettant à une organisation d’évaluer, de gérer et in fine de construire son e-réputation.

Dans un premier temps, nous présentons un cadre théorique de la réputation des organisations comme objet info-communicationnel. Puis nous abordons l’e-réputation (ou réputation en ligne) des organisations comme une information stratégique constituée de l’ensemble des indicateurs issus de la commensuration des interactions intentionnelles endogènes ou automatisées des communautés virtuelles avec l’organisation : productions d’opinions, notations ou encore agir des publics.

Dans un deuxième temps, nous nous questionnons sur les moyens à disposition du groupe La Poste pour construire cette e-réputation. Par « construction », nous entendons la manière de structurer l’environnement informationnel dans lequel les publics de l’organisation évoluent chaque jour sur le web dit social, et plus spécifiquement sur la plate-forme Twitter. Dans ce cadre, nos observations empiriques nous permettent de mettre en exergue, de questionner et d’analyser des utilisateurs du web dont les pratiques informationnelles nous amènent à les qualifier « d’agents-facilitateurs », et dont la caractéristique principale est de participer à la prescription informationnelle et à la médiation documentaire sur le web.

Suite à l’observation de certains de ces agents et à la production d’une typologie, nous proposons un modèle et un processus de veille les intégrant. Processus dont les résultats opérationnels au sein de La Poste mettent en avant la nécessaire prise en compte et analyse des pratiques de recommandation des internautes au sein des réseaux socionumériques afin que l’organisation construise son e-réputation de manière proactive. »

Citations :

L’archive en tant que trace :
p.85

Ainsi que le met en avant Ricoeur (2000, p. 210) « L’archive se présente ainsi comme un lieu physique qui abrite le destin de cette sorte de trace que nous avons soigneusement distinguée de la trace cérébrale et de la trace affective, à savoir la trace documentaire».

 

Les traces corporelles de l’usager du numérique :
p. 164.

La présence en ligne, « l’identité numérique » d’un individu en quelque sorte, passe donc par une mise en scène de soi, à la fois subjective et simulée, mais aussi individuelle et collective, dont Casilli (2012) souligne qu’elle repose aussi sur la mise en avant du corps de l’usager. Pour l’auteur, l’internaute laisse en ligne des « traces corporelles », qui peuvent être appréhendées en trois types différents : les traces monodimensionnelles, soit l’identifiant inscrit à l’écran, mais aussi les émoticônes « décrivant des actions, des expressions et des gestuelles parfois extrêmement complexes » (Op. Cit., p. 16) ; les traces bidimensionnelles écrites (profils, narrations, phrases) ou audiovisuelles ; enfin les traces tridimensionnelles, qui sont les « avatars » propres notamment à certains jeux en ligne ou univers virtuels (type Second Life). Ces traces sont alors des repères cognitifs pour définir les caractéristiques physiques de l’interlocuteur. Pour notre part, ces traces peuvent être plus globalement définies comme les « attributs identitaires en ligne » des internautes ayant des profils sur les médias sociaux, et que l’on peut rapprocher de la notion « d’identité numérique ».

 

Traces numériques et surcharge cognitive :
pp. 169-170

(…) comme le souligne Rhéaume (1993) : « La surcharge cognitive est un effet produit chez l’utilisateur qui n’a qu’un écran pour travailler et qui doit s’efforcer de trouver à quoi telle information doit être associée pour être mémorisée et significative. Cette surcharge provient d’une part de la mémoire à court terme qui a tendance à tout oublier en passant d’un écran à l’autre et d’autre part du manque d’acculturation de l’usager-lecteur qui n’a jamais développé cette habitude de lecture et d’apprentissage. C’est pourquoi les traces qui permettent de rebrousser le chemin parcouru et les cartes explicitant les réseaux de liens sont si utiles. ».

 

(…) cette surcharge d’informations en général, place l’usager dans une position défensive, de résistance aux ressources qu’il trouve non-pertinentes, lui faisant ainsi adopter des pratiques de tris de l’information qui lui sont propres ».

Continuer la lecture

La patrimonialisation selon l’immatériel ou la mémoire agissante – circulations des savoirs en contexte partenarial de production audiovisuelle par Nolwenn Pianezza

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication.

Soutenue en 2017.

Résumé auteur :

« Cette thèse vise à explorer les enjeux et modalités de la patrimonialisation liée à la mémoire sociale, dans le contexte paradigmatique de l’immatériel qui de manière croissante mobilise des formes abouties de partenariat avec l’acteur social, en vue de conduire l’inventaire de son patrimoine. À partir de terrains français et brésiliens, cette recherche s’intéresse plus particulièrement au travail partenarial de documentation audiovisuelle du patrimoine qui intervient dans de tels dispositifs d’inventaire partagé, pour y saisir les transformations techniques, épistémologiques et symboliques à l’œuvre lors de la collecte de mémoire au sein du groupe social, de l’introduction du témoignage dans le processus de production des savoirs liés au patrimoine en devenir, et de sa mise en support grâce au média audiovisuel. Nous interrogeons ici le geste documentaire assumé par l’acteur social en qualité de chercheur indigène ainsi que le devenir médiatique de l’objet de patrimoine qu’il engage. C’est toute la question de la circulation, et à travers celle-ci de la fixation et de la transmission des savoirs qui se dessine ici, à partir d’une réflexion sur les usages sociaux des dispositifs patrimoniaux contemporains.

Ce travail s’attache ainsi d’une part à décrire les modalités du travail de mémoire réalisé dans de tels dispositifs. Il met ici au jour le parcours de l’acteur social lors d’un tel exercice mémoriel ainsi que le traitement singulier de l’objet patrimonial et de sa mise en savoir. La recherche s’intéresse alors plus précisément aux processus d’appropriation et de réflexivité qu’entraîne la pratique partenariale de la documentation audiovisuelle du patrimoine. À partir de telles modalités, la thèse réfléchit d’autre part au régime de patrimonialisation singulier en jeu, tel qu’il s’organise autour de la fabrique continue et partagée d’une mémoire sociale du groupe, dont nous repérons la valeur médiatrice au sein du groupe social. La recherche montre enfin combien les dispositifs patrimoniaux contemporains contournent la fixation des savoirs et orchestrent leur transmission recréatrice, selon l’idée proposée d’une mémoire agissante ».

Citations illustrant l’usage des termes « trace » et « Homme-trace » :

« (…) la capacité à faire trace existe dans tout objet : il suffit seulement mais nécessairement qu’elle soit interprétée comme telle » (Galinon-Mélénec 20161, p. 11) », (p. 102).

 

 « À ce point, le rapport intrinsèque de la trace au témoin qui la produit nous rappelle le concept de « l’homme-trace » (Galinon-Mélénec 20112). Il a été montré que la trace n’existe pas sans l’homme, mais seulement en rapport à lui, et au sens qu’il lui accorde. À l’inverse, l’homme n’existe pas sans les traces qui font qui il est, ni sans produire de trace : « l’homme est à la fois un producteur de traces et un construit de traces » (Galinon-Mélénec 2011 ; Galinon-Mélénec 20153, p. 32 ; Galinon-Mélénec 2016, p. 10). La production de trace est donc inhérente à l’activité humaine, et en dépend aussi tout entièrement, par le travail de construction, d’interprétation et d’attribution du statut de trace. Ainsi, pour en revenir à notre propos, l’idée de l’homme-trace, appliquée à notre questionnement, peut nous permettre d’envisager l’absence apparente de savoir-traces, s’ils ne sont pas immédiatement attachés à l’homme qui les met en jeu, au témoin qui les met en avant : une fois l’homme disparu de l’écran, le documentaire achevé de visionner, le savoir-trace s’évanouirait jusqu’à son retour » (pp. 367-368).

  1. GALINON-MELENEC Béatrice, 2016, « Epistémologie de la notion de trace » dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni et Fabien Liénard (eds.), L’Homme Trace. Inscription corporelles et techniques, Paris, CNRS éditions, p. 9-27. []
  2. GALINON-MELENEC Béatrice, 2011, (ed.), 2011, L’homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, France, CNRS éditions, 410 p. []
  3. GALINON-MELENEC Béatrice, 2015, « À la recherche de la trace », Communication et organisation, 1 juin 2015, n°47, p. 31-50. []

Calligraphie, cinégraphie : étude de la relation entre le cinéma et les arts du tracé par Abdelhamid Mahfoud

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles.

Soutenue en 2017.

Résumé
 :

« Cette recherche tente d’envisager l’art du cinéma comme un art cinégraphique, c’est-à-dire, selon la définition qu’on propose dans ce travail, comme un espace d’images en mouvement se déployant au regard à travers des influx énergétiques qui en animent les composants. Pour en dégager cette substance scripturale et en relever les implications sur le langage du cinéma, cette recherche entreprend un détour par deux pensées de l’image qui ont traditionnellement fait de l’art du tracé un art majeur, manifestant par-là des préoccupations esthétiques et des pensées du langage qui nous semblent en divergence avec celles qui ont conduit l’histoire culturelle occidentale à inventer le cinéma. Que devient alors le cinéma lorsqu’il est investi par ces pensées ? Réciproquement, que peut leur apporter le cinéma en tant que technique, dispositif et matière ? Le premier détour, en posant des questions de mouvement, de geste et de temps, passe par la calligraphie et l’art pictural chinois pour interroger le cinéma en tant que machine à enregistrer, liée à une pensée de la conservation, de la mémoire et de l’événement. Le second détour, en posant des questions de lumière, de regard et d’espace, passe par la calligraphie et l’art pictural musulman pour interroger le cinéma en tant que machine optique, liée à une pensée de la mimésis, de la profondeur et de la monstration. Ces détours servent enfin de base théorique pour penser notre rapport quotidien aux images (numériques principalement), rapport qui se transforme de manière exponentielle et qui reconfigure notre manière de voir, de lire et de toucher les images ; selon un mode précisément cinégraphique ».

Rythme et Empreintes du corps dans la création, de la trace à la forme Ostinato, Mouvant par Vanessa De Matteis

Thèse de doctorat en Psychologie.

Soutenue en 2016.

Résumé
 :

« L’histoire du Rythme, l’histoire de l’Art et l’histoire de la Psychanalyse, c’est aussi l’histoire de la mémoire du Corps, surface d’inscription incarnée et surface incarnante immatérielle. Le corps comme matière informante. Du Chaos à la Forme, mouvant. Nous proposons une considération du rythme dans une perspective psychanalytique à l’épreuve de la clinique de la création artistique. La théorie du rythme, arrimée à différents champs, nous a conduite à l’analyse d’une revue restreinte de la littérature théorique élargie permettant d’en confronter les apports afin d’enrichir la réflexion psychanalytique. Ainsi, le rythme trouve un centre à l’endroit d’une quête de l’origine, vers l’originaire. Quête d’une mise en sens de la cosmogonie et du corps pulsionnel. Le rythme se voit conférer une dimension civilisatrice et historisante au sein du socius, au travers de la langue et de l’histoire des corps. La création est étudiée comme paradigme privilégié du rythme qui se compose via une traversée mouvante et simultanée des trois coffrets du maternels. Nous postulons d’un rythme subjectif, interface corps-psyché. Le rythme informe et forme la matière-sensible corporelle autant qu’immatérielle, au travers de la langue. Inscription sensible des corps en présence autant qu’inscription sur la matière support. Ainsi le lieu de l’art, celui de la forme artistique, se fait surface d’inscription externe d’un engramme corporel effractant. La quête d’une forme est quête de lieu pour le non-lieu de la mémoire. Cette thèse repose sur une double méthodologie de recherche : celle de la rencontre clinique et celle de l’analyse pathographique de l’¿uvre d’art, éprouvée au travers d’une étude qualitative et casuistique, au recours d’une lecture clinique du sensible de l’immatérialité de la parole et du discours latent. L’étude de cas met en évidence un vécu d’effraction du fantasme et le recours à l’éprouvé sensoriel informant le langage et l’expression artistique. La confrontation à la sexualité génitale, dans l’après-coup, révèle sa potentialité traumatique, conduisant à une réactualisation de l’archaïque à l’aune de la relation objectale, source d’une aliénation spatio-temporelle interne. Par le travail du rythme, l’¿uvre artistique se fait lieu d’inscription déterritorialisé de l’informe, sans pour autant endiguer la trace primitive, à l’inverse ; mais cependant lui confère une reconfiguration spatio-temporelle. Du point de vue intrapsychique, le rythme est envisagé comme élément non-langagier concourant au système représentationnel. D’un point de vue dynamique, le rythme dispose une forme mouvante au service de la dialectique liaison-déliaison, visant un départage du temps et de l’espace interne non-advenu, vecteur de lien et d’historicisation. L’étude du rythme s’ouvre comme perspective sur la clinique de la parole sensible du corps-affecté ».

Un concept technologique de trace numérique par Cléo Collomb

Thèse de doctorat en  Technologies cognitives, management de l innovation et systèmes complexes.

Soutenue en 2016.

Résumé :

« Cette thèse entend proposer un concept technologique – c’est-à-dire non-anthropocentré – de trace numérique. Il s’agit de rappeler que l’informatique exigeant des objets et des actes qu’ils passent par l’inscription pour exister, les machines computationnelles sont parties prenantes des processus de production des traces numériques, qu’une « sémiotique technologique » permettrait de décrire. L’enjeu d’un tel concept est de mettre en circulation une narration qui ne soit pas de l’ordre de ces discours de fin de monde décrits par Déborah Danowski et Eduardo Viveiros de Castro. Ces discours racontent la vie d’humains réduits à habiter un environnement ontologiquement dévitalisé et artificialisé, comme cela semble être le cas lorsque la valorisation technique et économique des traces numériques débouche sur une « délégation machinique de nos relations » (Louise Merzeau) ou encore sur une « gouvernementalité algorithmique » (Antoinette Rouvroy et Thomas Berns). À partir du moment où il y a des discours de fin de monde cependant, c’est qu’une tentative est à l’œuvre : celle qui consiste à inventer une mythologie adéquate à notre présent, celle qui essaie de dire quelque chose de la fin d’une certaine aventure anthropologique. Et c’est pour participer à cette tentative, tout en cherchant à éviter de contribuer aux discours de fin de monde, qu’une approche technologique des traces numériques à même de faire compter les machines computationnelles est proposée ».

Atlantique noir et productions musicales : le reggaeton comme marque / trace de l’archipel caribéen par Regis Maulois

Thèse de doctorat en Études ibériques et latino américaines.

Soutenue en 2015.

Résumé :

« La musique, moyen d’expression commun à toutes les civilisations, est au centre de l’explosion des productions culturelles et sociétales actuelles. Dans les Amériques, les années 1960 furent marquées par d’importantes luttes pour la conquête de l’égalité, la reconnaissance des cultures jusque-là considérées comme mineures, et par d’importantes migrations transrégionales et transcontinentales. Parmi ces luttes, celles des Noir-e-s ont retenu particulièrement mon attention, notamment les figures emblématiques comme Martin Luther King, Malcom X, Angela Davis, etc. mais aussi des organisations politiques et culturelles, comme les Black Panthers. Cependant dans la Caraïbe, ces luttes étaient déjà bien présentes, dans les années 1930, avec Marcus Garvey et son mouvement (UNIA). D’une manière générale, il a permis de mettre l’accent sur la disqualification sociale des Noir-e-s, des cultures dont elles/ils sont porteurs, leur « citoyenneté différée » (V. Lavou). Dans les sociétés caribéennes, hybrides par excellence, d’après les chercheur-e-s reconnu-e-s, le mouvement noir a, sans conteste, eu de fortes répercussions, déterminant par là même toutes les expressions folkloriques puis culturelles. Il en est de même du Reggaeton. Bien qu’identifié comme « latino », le Reggaeton reste, pour beaucoup, un avatar commercial, un « produit manufacturé » de l’industrie du spectacle. Mais, on remarquera néanmoins, l’adhésion collective à cette musique de la part de nombreux « latinos », tout comme les effets d’identification qu’elle suscite. Cette musique, c’est l’une des hypothèses que je partage, « reflète » les révoltes contre les injustices, la domination sociale, raciale, la pauvreté. En ce sens, le Reggaeton concentre toutes les caractéristiques de la musique populaire urbaine afro-latino-américaine, à l’instar des musiques populaires urbaines afro-américaines (USA). De ce point de vue, le « Reggaeton» constitue tout à la fois un «exutoire», un espace de « négociations identitaires » contradictoires (sexisme, machisme, homophobie, culte de la réussite individuelle, de la violence, etc.), un moyen permettant d’exister socialement à travers des codes spécifiques. En posant le Reggaeton comme un « analyseur » des contradictions socio-politiques de l’archipel caribéen et de ses diasporas, cette thèse vise à en restituer la complexité, au-delà des considérations purement moralisatrices. À l’aide d’outils conceptuels comme, l’Atlantique noir de Paul Gilroy l’interculturalité de Claude Clanet, et la créolisation d’Édouard Glissant, entre autres, j’analyse les dynamiques migratoires et sociales à l’origine de l’émergence du Reggaeton et par conséquent des tensions identitaires qu’il recèle ».

De l’esthétique de la trace : Mémoire, Histoire, Récit dans l’œuvre de six romancières centraméricaines actuelles (1990-2007) par Julie Marchio

Thèse de doctorat en Études romanes.

Soutenue en 2014.

Résumé
 :

« Dans le contexte de la progressive (re-)démocratisation de l’isthme centraméricain au cours des années 1990, le sous-genre du roman historique connaît un nouvel essor s’inscrivant ainsi dans une tendance globale du sous-continent latino-américain. Les auteurs femmes de l’isthme non seulement commencent à se saisir du genre romanesque en général qu’elles n’avaient que peu cultivé jusqu’alors, mais participent activement de ce nouvel engouement que suscite la mise en fiction de l’histoire, un phénomène qui n’a été que très peu examiné par la critique. La présente recherche est construite à partir de l’analyse textuelle de sept romans publiés entre 1992 et 2007 par six écrivaines centraméricaines. D’une part, nous tentons de montrer que l’écriture fictionnelle de l’histoire des romancières centraméricaines se caractérise par un certain nombre de spécificités qui relèvent de l’approche historique des marginaux et des exclus du pouvoir. D’autre part, nous cherchons à mettre en lumière que cette écriture s’inscrit également dans une tendance plus générale que nous avons qualifiée d’« esthétique de la trace » : une évolution progressive du roman historique vers le roman de la mémoire historique. Aussi, cette recherche menée à bien sur une littérature encore trop marginale dans les universités européennes a pour objet de contribuer à l’analyse des modalités d’écriture de l’histoire choisies par les auteurs femmes en Amérique centrale et de concourir à la compréhension du changement de paradigme que nous semble subir actuellement le roman historique, non seulement dans la région, mais aussi dans nombre de pays latino-américains marqués par un processus de transition politique ».

Des horizons à la trace : géographie des mobilités de l’art à Nairobi par Olivier Marcel

Thèse de doctorat en Géographie humaine.

Soutenue en 2014.

Résumé
 :

« Cette thèse consiste en une géographie des lieux et des circulations de l’émergence artistique dans une métropole du Sud. Elle se situe au croisement entre une géographie urbaine, soucieuse des agencements socio-spatiaux à l’intérieur desquels s’organise l’existence « ordinaire » d’une activité en train de se faire, et une géographie de l’art qui place les trajectoires spatiales des faits artistiques au cœur de l’analyse. Capitale postcoloniale, métropole est-africaine et périphérie d’une « économie mondiale d’archipel », Nairobi est un terrain de la rencontre entre métropolisation et globalisation. Dans le sillon des théories géographiques de la mondialisation, cette recherche propose de documenter et de cartographier les reconfigurations de l’espace artistique qui résultent de ces dynamiques. L’originalité de cette thèse est de rassembler l’ensemble des scènes et des productions artistiques d’une ville sur le dénominateur commun de la dimension spatiale de leurs circulations. Le matériau étudié (discours et curriculum vitae d’artistes, activités et archives de centres d’art) permet de confronter des circulations effectives à des horizons d’accomplissement différenciés, dont la trame est faite d’une ruralité encore prégnante et la connectivité d’une métropole mondialisée. La méthode développée relève de la traçabilité, dont la base est l’enquête par observation. Une exposition, une performance, une bourse de voyage, la visite d’un commissaire d’exposition, d’un collectionneur ou d’un mécène, les circulations quotidiennes d’un artiste et ses modes de socialisation, tous ces déplacements individuels, matériels, idéels et financiers constituent la matière première de la géographie proposée dans cette thèse. Comprise comme l’articulation entre, d’une part, les compétences et les tactiques spatiales des artistes et, d’autre part, les moyens matériels et institutionnels de gestion de la distance, la mobilité artistique interroge les conditions et le sens des déplacements autant que le devenir des acteurs engagés ».

Du tracé manuel à la ligne en mouvement : mutations esthétiques et sémiotiques dans la calligraphie latine contemporaine par Karine Bouchy

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l’image.

Soutenue en 2013.

Résumé
 :

« La discipline que l’on nomme calligraphie latine contemporaine, qui existe sous cette forme depuis à peine plus d’un siècle, apparaît comme un déplacement radical à la fois par rapport à ce que l’Occident a connu en termes d’histoire des formes alphabétiques manuscrites et par rapport aux usages et aux fonctions que cette discipline elle-même a commencé par occuper à la fin du XIXe siècle, au moment de son apparition. L’enjeu de cette thèse est de comprendre ce qui rend possibles de tels changements, c’est-à-dire ce qui conditionne la série de mutations traversées par la calligraphie latine contemporaine, qui s’affirme aujourd’hui comme une nouvelle proposition parmi les réinventions du visible de l’alphabet latin. En travaillant toujours à partir des œuvres, plus précisément des symptômes singuliers qui s’en dégagent, cette étude archéologique déplace l’analyse de la calligraphie latine vers un double plan sémiotique et esthétique ».

Ingénierie des indicateurs d’activités à partir de traces modélisées pour un environnement informatique d’apprentissage humain par Tarek Djouad

Thèse de doctorat en Thèse de doctorat en Informatique.

Soutenue en 2011.

Résumé :

« L’exploitation des traces d’interaction lors de tâches d’apprentissage permet différents types de retour d’expérience : retour immédiat pour l’apprenant sur sa tâche, retour d’expérience au niveau d’un groupe de pairs, retour d’expérience vers le tuteur en situation d’apprentissage, retour d’expérience vers les concepteurs de formation. Ces retours d’expérience s’expriment le plus souvent sous une forme synthétique : des indicateurs. Ce travaille apporte des solutions originales aux deux facettes indispensables à toute ingénierie des indicateurs : 1) intégration d’un système à base de traces comme nouvelle brique disponible pour la conception d’EIAH (intégration dans un framework de type Moodle) ; 2) Élaboration d’un processus intégré de transformations explicites de traces modélisées préparant à un calcul explicite d’indicateurs. Les connaissances de modélisation des traces, des transformations et de la description de la formule d’indicateur sont capitalisées, facilitant la réutilisation et la constitution de bibliothèques d’indicateurs « prêts à l’emploi ». Pour illustrer l’approche, nous avons développé un jeu de modèles de traces et de transformations adaptées à une situation cible choisie pour sa richesse interactive. Ce jeu de modèles pourra concerner l’apprenant seul, mais aussi le groupe de pairs et éventuellement le groupe classe pour révéler certains phénomènes, tels que la collaboration, non visibles au niveau de l’individu seul. L’outil développé, pour faire la démonstration de l’approche proposée, a été testé en vraie grandeur sur plusieurs terrains universitaires et est disponible en téléchargement pour Moodle ».

De la trace à l’archive : pratiques mémorielles et pratiques artistiques contemporaines par Géraldine Sfez

Thèse de doctorat en Philosophie.

Soutenue en 2011.

Résumé
 :

« Comment mémoriser quand tout semble déjà mémorisé, enregistré, archivé ? Comment produire de la mémoire quand chacun se trouve entouré d’appareils disposés à mémoriser pour lui ? Comment opérer une distinction entre une « mémoire » prothétique, externalisée, déterritorialisée et une mémoire qui serait de l’ordre de l’expérience ? Notre hypothèse est que pour saisir la spécificité de cette mémoire, il faut comprendre en quoi elle relève d’un processus avant tout corporel. La mémoire non seulement s’inscrit dans le corps, mais plus encore procède du corps. Les « arts de la mémoire » qui envisagent la mémoire comme un procédé associant une image à un lieu laissent ainsi impensé le troisième terme de cette association : le corps, et plus précisément le corps affecté. C’est l’art, et en particulier l’art à partir des années soixante, qui nous semble restituer de la façon la plus manifeste ce processus quand il prend le corps comme médium et articule ainsi étroitement les notions de pratique, de mémoire et de corps, à travers trois modalités principalement : la trace, l’inscription, l’archive. Pour comprendre comment les pratiques artistiques à partir des années soixante donnent à repenser les pratiques mémorielles, nous nous intéresserons donc au corps qui se mesure à l’espace et y laisse une trace (Richard Long, Piero Manzoni, Stanley Brouwn) ; au corps qui répète un même geste et par cette répétition, inscrit ce geste en lui (Samuel Beckett, Bruce Nauman, Vito Acconci, Andy Warhol) ; au corps enfin qui se fige, se stratifie et devient lui-même sa propre archive (Jeff Wall, Gerhard Richter) ».

La structuration de la phénoménalité : temporalité, trace, événement (Heidegger, Derrida, Nancy) par Hakhamanesh Zangeneh

Thèse de doctorat en Philosophie.

Soutenue en 2009.

Résumé
 :

« En lisant la deuxième partie (peu commentée) d’Être et Temps de Heidegger comme une nouvelle philosophie transcendantale au sens étroit, nous y décelons une multiplicité de temporalités comportant plusieurs instances de la présence. L’instance la plus originaire contient pourtant, selon nous, un noyau relationnel et a-phénoménal, ce qui implique l’affirmation d’une structuration à même le phénomène. Nous poursuivons ce thème comme fil conducteur établissant un chemin de continuité entre Heidegger et Derrida, notamment dans les textes de Derrida dédiés à la phénoménologie où il est question de la métaphysique de la présence. Loin d’y voir une critique de Heidegger nous lisons ces textes comme une extension de notre problématique : le vocabulaire derridien de la trace et de la différance nous permet d’approfondir la description de ladite structuration archaïque. En insistant sur la référence analogique au domaine langagier, nous nous servirons de l’analyse grammatologique afin de répondre aux questions laissées ouvertes dans Être et Temps, et notamment afin de caractériser la temporalisation immanente. En même temps, nous suggérons de voir une distinction dans la trace, une distinction qui traverse l’œuvre ultérieure de Derrida. Le versant grammatologique de la déconstruction est une réponse à la question de la temporalité. Enfin, la question, récemment très discutée, de l’événementialité, se laisse rattacher à notre problématique à travers des travaux de Jean-Luc Nancy. La notion d’événement distensif, lorsque enrichi par une série de gloses historiques, est une pensée de la singularité qui ne sacrifie pas les acquis grammatologiques de la détermination d’une structuration de la phénoménalité ».

Vision de vestiges et travail de la trace dans l’espace pictural, au surgir de l’intime par Wissem Abdelmoula

Thèse de doctorat en Arts plastiques et sciences de l’art.

Soutenue en 2008.

Résumé
 :

« Comment questionner la trace et réfléchir sur les conditions de sa réduction à un concept d’ordre plastique ? Et jusqu’à quel point la trace rassure-t-elle le passage de la visibilité de la matière picturale à son intelligibilité ? C’est là une problématique fondamentale autour de laquelle notre pratique artistique forme et constitue son objet. La trace y est une valeur expérimentale qui permet d’établir une transposition de vision de l’espace plastique dans le fonctionnement de la pensée. Nombre de pratiques d’artistes contemporains et d’écrits ont ainsi revisité et interrogé différentes pensées passées et présentes, redonnant un plaisir à une réflexion sur la trace que Derrida déjà annonçait :  » La trace, c’est la définition de sa structure, c’est quelque chose qui part d’une origine mais qui aussitôt se sépare de l’origine et qui reste comme trace ».

Objet historique et objet esthétique : du signe à la trace par Pyung-Jong Park

Thèse de doctorat en Esthétique.  

Soutenue en 2003.

Résumé
 :

« Cette étude a pour but de rendre compte de la nature propre de l’objet esthétique, distinguée de celle de l’objet historique, à travers une réflexion sur la notion de trace. L’objet historique renvoie au mode universel d’être de tout objet temporel laissé dans ce monde et donné à la conscience de l’homme, conscience elle-même fondamentalement historique. L’objet esthétique, en dépit du fait qu’il est trace, ne se subordonne cependant pas à l’économie de l’être de l’objet historique, précisément parce qu’il est an-historique et intemporel. L’être de l’objet esthétique et le propre de l’expérience esthétique résident dans leur caractère an-historique. Néanmoins, l’objet esthétique n’apparaît dans le monde historique et dans la conscience historique de l’homme que comme objet historique. Dans cette apparition, l’être de l’objet esthétique se maintient pourtant, et c’est par la trace même qu’il laisse en apparaissant comme objet historique que l’objet esthétique ne demeure pas simple signe ou document historique. La trace renvoie ainsi au mode fondamental d’être de l’objet esthétique en un monde historique ».

Trace et transitionnalité par Claude Fournival

Thèse de doctorat en Psychologie. Psychopathologie et psychologie cliniques.

Soutenue en 2002.

Résumé :

« A partir de traces pré-figuratives, nous analysons les processus psychiques mis en jeu dans l’expérience de séparation/individuation mère/bébé. Moment organisateur de l’espace psychique, du Moi et des processus identitaires, l’émergence des traces pré-figuratives fixe cette expérience de rupture dans la continuité de soi et révèle la manière dont l’écart et la différence se travaillent à même la matière du support. Elles vectorisent alors en repères concrets une trajectoire grapho-psychique évolutive allant des « traces équations symboliques », temps de fusion avec l’objet, aux « traces pré-symboles », temps de défusion d’avec l’objet, puis « aux symboles » : espace transformationnel où s’origine le mouvement processuel de la symbolisation, retenu comme redoublement de la rencontre avec l’objet. Le processus de transformation est ainsi déplacé de l’environnement maternel d’où il s’origine vers la trace : passage de l’expérience du processus à l’élaboration de l’expérience. Temps où l’humain est amené à se (re) positionner dans une construction externe de la capacité symbolique, genèse du lien à l’objet. La trace participe ici de la constitution du sujet et de la continuité de son histoire. En contrechamps, nous observons comment dans leurs œuvres certains peintres par leur art, rendent contigu ce qui semblait intouchable, la perte originaire ».