Entre data journalisme et pratique infographique

Appel à articles

Revue : Interfaces Numériques, volume IX, n° 3/2020

 Date limite de réception des propositions : 1er janvier 2020.

Parution : Décembre 2020.

Référents : Anne Beyaert-Geslin et Andrea Alexander.

Présentation :

« Le data journalisme et la pratique journalistique des infographies sont fréquemment confondus et leurs intitulés recouverts par des formulations plus générales, comme celles de visualisation ou de design d’information, par exemple. Ils renvoient pourtant à des pratiques très différentes. Celle du data journalisme se fonde sur l’analyse d’algorithmes, des données produites par des calculs statistiques, alors que celle des infographies consiste à donner une forme graphique aux données que le journaliste a discrétisées. Les deux pratiques journalistiques correspondent donc à un traitement a priori ou a postériori de l’information (Cardon 2010), à un façonnage quantitatif ou qualitatif, et saisissent d’autres faits pour lesquels le graphisme assume des fonctions distinctes vis-à-vis de la production du sens.

Mettre ces deux pratiques numériques en comparaison pour en saisir la spécificité doit permettre de reformuler quelques questions centrales pour le journalisme, à commencer par celle de l’objectivité. Cautionné par l’apparence d’objectivité des chiffres et prétendant à celle, instrumentale, des sciences naturelles (Daston & Galison 2007), le data journalisme impose d’emblée une confiance qui est susceptible, au contraire, d’être déniée à la pratique journalistique « traditionnelle », toujours plus ou moins soumise à l’accusation de subjectivité. Tout comme le texte « artisanal » du journaliste, les données sont pourtant des constructions qui ne sauraient revendiquer aucun accès privilégié à la « vérité ». La mise en comparaison des deux pratiques met donc en évidence un rapport distinct au croire (Greimas 1983).

L’examen de ces pratiques doit nous permettre de mieux saisir ce que « dit » (de plus ?) le graphisme et nous introduire dans l’intimité de la rhétorique journalistique. Il invite à observer l’enracinement des faits dans le « réel » et leur relation au référent (Eco 1968 et 1988), à reprendre la définition du signe pour nous concentrer sur son mode de production et préciser ses rapports à la signification. Quelle est la participation des figures et symboles à l’argumentation journalistique ? En quoi rénovent- ils les modèles argumentatifs du journalisme et le rapport au texte ? En opposant deux pratiques utilisant le graphisme, le journalisme fondé sur les statistiques et le journalisme « artisanal » ou « manuel », le dossier d’Interfaces numériques entend entrer dans la rhétorique journalistique par la porte de la signification, du croire et de la croyance ».

 

Contact :

  • Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr> 
  • Andrea Alexander <andrea.alexander@u-bordeaux-montaigne.fr>

En savoir plus :

Interfaces Numériques est une revue scientifique reconnue revue qualifiante en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction Nicole PIGNIER et de Benoît DROUILLAT.

Présentation de la revue classée par l’HCERES (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) : https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/

Cartographie et visualisation. Regards de concepteurs et d’épistémologues

Appel à article

Revue Études Digitales, 2020,  n°10

Référent  :

Éric Guichard (philosophie et sciences de l’information, Enssib)

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2020

Présentation (extrait) :

« Ce numéro privilégiera les analyses et témoignages des concepteurs, indépendamment de leur métier (chercheur ou non) et de leur perspective (physique, géographie, histoire, informatique, design, etc.).

En général, une carte ou une production visuelle répond à une demande personnelle : comment expliciter un phénomène qui ne se laisse pas mettre en équation ou en catégories ? En quoi le passage à l’écriture planaire, éventuellement animée ou articulée à un système de requêtes, facilite-t-il l’intuition ou permet-il les prémisses d’un raisonnement ? Ensuite vient le temps de l’illustration synthétique, et de la façon dont l’auteur imagine l’appropriation et la compréhension de son objet graphique par des lecteurs. Ces deux démarches sont bien connues des géographes, et redécouvertes par les informaticiens et designers (algorithme de Louvain, sémiologie graphique convaincante etc.) ».

Pour en savoir plus :

http://etudes-digitales.fr/aac-etudes-digitales-n10-cartographie-et-visualisation-regards-de-concepteurs-et-depistemologues/

Colloque 2019. XXIV èmes Journées pour l’Histoire du Management et des Organisations : « Écosystèmes d’informations »

Colloque organisé par l’AHMO (Association pour l’Histoire du Management et des Organisations) et l’Université Côte d’Azur – EDHEC Business School, GREDEG (UMR 7321) et MSHS Sud-Est (USR 3566).

27, 28 et 29 mars 2019 à Nice (Site Internet des JHMO2019)

Les prochaines Journées pour l’Histoire du Management et des Organisations souhaitent apporter une réflexion historique à la compréhension de l’usage de ces différentes formes d’information dans les organisations. En particulier, des réflexions portant sur la thématique suivante : 

L’évolution de l’utilisation de l’information dans les organisations : Si l’information comptable dans les bureaux a sans doute été le premier langage pour les organisations, d’autres traces (financières, relatives au personnel, aux prix, à la logistique ou aux clients) se sont avérées utiles à conserver pour mieux orienter les décisions et les positionnements stratégiques des organisations.

  • Quelles ont été ces évolutions ?
  • Pour quelles informations ? et dans quel but ?

Personne à contacter : Lise Arena – jhmo2019@gmail.com

Site internet : https://ahmo.hypotheses.org/

L’Homme-trace. Colloque 2018 : pouvoirs et faillites des données, des traces et de leurs systèmes

Colloque organisé par l’Université Polytechnique
Hauts-de-France

Les 10 et 11 décembre 2018 à Valenciennes (France)

Argument :

L’engouement actuel pour la numérisation généralisée conduit à construire peu à peu une homologation de plusieurs équivalences : celle de l’intelligence avec l’information puis l’informatique, celle de la culture avec l’accès universel aux ressources, celle des construits documentaires avec une réalité augmentée, celle des textes avec des données puis des bits, celle de la ville intelligente avec l’habiter de la cité, celle du territoire avec sa carte – pour parodier Bateson. Dans tous les cas, « ce qui est peu douteux, c’est que les représentations mettent en jeu l’espace dans le temps et pour cette raison nous conduisent à incorporer tout particulièrement, par l’image et par l’imaginaire, des conceptions de notre propre histoire » (Jeanneret, à paraître).

A défaut de faire récit, les « données » et les « traces » font système : avec les opérateurs qui les accompagnent – traitement algorithmique, classement, stockage, mise en visibilité par la dataviz, etc. – elles fabriquent des réalités utopiques qui se posent pourtant pour vraies. Elles mettent en visibilité et révèlent des figures cachées, mais en même temps elles occultent et dissimulent aussi tout ce dont elles s’affranchissent. Ainsi se met en place un ordre symbolique du politique : une gestion sur le mode d’une figuration partielle, partiale et parcellaire du réel, qui dérobe à la discussion le pouvoir d’écrire le social. Soutenant le plus souvent l’analyse et la prise de décision, elles acquièrent de fait de réels pouvoirs politiques, économiques, techniques, prospectifs, scientifiques. Mais qui dira leurs failles, leurs faillites et leurs lacunes ?

Le colloque est pluridisciplinaire. Il est ouvert à toute contribution portant sur ces questions. Il s’agit de la cinquième rencontre dans le cadre des travaux du collectif L’Homme-Trace (e-lab. on Human Trace in Complex Systems Digital Campus UNESCO1. Dans ce cadre, l’appui sur les acquis des précédentes parutions aux Editions du CNRS est vivement recommandé.

Contributions :

Les propositions, comportant un titre, une liste d’auteurs, un résumé de 500 mots maximum et une liste de mots-clefs, sont à faire parvenir par mail à :

Dead-line : 23 novembre 2018

Les propositions retenues donneront lieu à une communication orale (15 à 20 minutes, créneau de 30 minutes maximum questions comprises).

Le comité scientifique sélectionnera ensuite celles qui seront retenues sous forme de publication pour le volume V de la série l’Homme-trace à paraître aux Éditions du CNRS2.


  • Vol I. : B. Galinon-Mélénec (Ed) (2011). Perspectives anthropologiques des traces contemporaines. Tome 1 de la série L’Homme-Trace, Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-07104-0
  • Vol. II. : B. Galinon-Mélénec & S. Zlitni (Eds) (2013). Traces numériques. De la production à l’interprétation. Tome 2 de la série L’Homme-Trace. Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-07239-9
  •  Vol. III : B. Galinon-Mélénec, F. Liénard & S. Zlitni (Eds) (2015). Inscriptions corporelles et techniques. Tome 3 de la série L’Homme-Trace. Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-08324-1
  •  Vol. IV. : B. Galinon-Mélénec (Ed) (2017). Des traces du corps au corps-trace. Tome 4 de la série L’Homme-Trace. Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-11417-4

 

  1. Cf. https://en.wikiversity.org/wiki/Portal:Complex_Systems_Digital_Campus/E-Laboratory_on_human_trace []
  2. Présentation des volumes sur : http://www.cnrseditions.fr/2841__beatrice-galinon-melenec []

Appel à contributions, University of Amsterdam : June 19-21, 2019

Website: https://www.thewebthatwas.net

The Web that Was: Archives, Traces, Reflections 

A three-day conference, The third biennial RESAW (Research Infrastructure for the Study of Archived Web Materials) Conference. organized by the University of Amsterdam.

Keynote speakers : Megan Ankerson,Assistant Professor of Communication Studies, University of Michigan ; Wendy Chun,Canada 150 Research Chair, Simon Fraser University ; Florian Cramer,Professor of Applied Research, Rotterdam University of Applied Sciences ; Olia Lialina,Professor of New Media, Merz Akademie ; Fred Turner, Harry and Norman ChandlerProfessor and Chair of the Department of Communication, Stanford University.

Colloque Logic Colloqium, Udine – Italy : July 23-28, 2018

Website: :  https://lc18.uniud.it/data/booklet.pdf

Sélection de résumés : 

  • p. 33 : King Meng Ng, A randomness-free characterization of strong jump traceability (joint work with Michael McInnerney)  ;
  •  p. 57-58 : Amanda Vidal «  Many-valued modal logics: axiomatizability issues » ;
  •  p. 87-88 : Darn Wang «  Statistical Model-Checking Uncertain Responses written in LTL with Con dance (joint work with Wen-Hong Chiang).