Parution de l’ouvrage “Complexité et organisations : faire face aux défis de demain”, Edgar Morin et Laurent Bibard (dir.)

 MORIN Edgar et  BIBARD Laurent (dir.) (2018), Complexité et organisations : faire face aux défis de demain, Éditions Eyrolles, 472 pages.
ISBN : 978-2-212-56837-0

Résumé (éditeur) :

« Notre monde se complexifie de jour en jour sur tous les plans – économique, financier ou encore climatique et géopolitique. Cet ouvrage propose, par le biais de contributions de chercheurs, notamment en sciences de gestion, de s’interroger sur cette complexité croissante. Il présente la manière dont au sein de l’ESSEC, l’une des institutions d’enseignement des affaires les plus importantes en France et dans le monde, est mené l’effort d’une connaissance de la complexité de la vie économique et sociale fertile et revigorante ; laquelle complexité est, comme le souligne avec fermeté Edgar Morin, non pas une notion solution ou réponse, mais une notion “problème” incontournable pour tout choix ou décision ».

Extraits et sommaire : https://www.eyrolles.com/Chapitres/9782212568370/9782212568370.pdf

Les directeurs de l’ouvrage :

Edgar Morin est le penseur de la complexité. Il est directeur de recherche émérite au CNRS, docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde. Il a créé et préside l’Association pour la pensée complexe (APC).

Laurent Bibard est docteur en philosophie et économie. Habilité à diriger des recherches en gestion et en philosophie, il est professeur au département Management de l’ESSEC. Titulaire de la chaire Edgar Morin de la Complexité depuis sa création en janvier 2014.    

Avis de soutenance de thèse : les systèmes complexes et la digitalisation des sciences

SOUTENANCE DE THÈSE

LES SYSTÈMES COMPLEXES ET LA DIGITALISATION DES SCIENCES.
HISTOIRE ET SOCIOLOGIE DES INSTITUTS DE LA COMPLEXITÉ AUX ÉTATS-UNIS ET EN FRANCE

Par : GUIDO LI VIGNI
 
Thèse de doctorat en sociologie (EHESS)
 
Soutenance : le lundi 26 novembre 2018 à 14h.

Salle 8 de l’EHESS au 105 boulevard Raspail.

Résumé :

Comment penser la relation entre les cultures scientifiques contemporaines et l’utilisation croissante de l’ordinateur dans la production de connaissances ?

Cette thèse propose de répondre à une telle question, en analysant historiquement et sociologiquement un domaine scientifique fondé par le Santa Fe Institute (SFI) dans les années 1980 aux Etats-Unis : les « sciences des systèmes complexes » (CSS). Devenues connues grâce à des ouvrages et des articles populaires, les CSS se sont répandus en Europe et dans le monde au cours des années 1990 et 2000.

Ce travail propose une histoire de la fondation de ce domaine, en se concentrant sur le SFI et sur le réseau national français de systèmes complexes. Avec un regard sociologique ancré dans les sciences et la technologie et dans le pragmatisme, il pose ensuite quelques questions sur le statut socio-épistémique d’un tel domaine, sur les modalités de production des preuves utilisées dans le contexte de la simulation numérique et, enfin, sur les engagements épistémiques tenus par les spécialistes de la complexité.

S’appuyant sur un matériel empirique – composé d’environ 200 entretiens, de plusieurs milliers de pages d’archives et d’un petit nombre de visites de laboratoires –  cette recherche vise non seulement à améliorer les connaissances sur ce domaine – dont le langage est très courant aujourd’hui, mais peu étudié par les historiens et les sociologues – mais aussi à interroger trois opinions actuelles dans la littérature des sciences humaines et sociales concernant les sciences numériques : 1) l’ordinateur génère de plus en plus de connaissances interdisciplinaires, 2) il  donne naissance à un nouveau type de connaissances qui nécessite une épistémologie entièrement nouvelle pour être bien comprises, 3) il génère inévitablement des visions néolibérales du monde.

Cette thèse déconstruit ces trois formes de déterminisme technologique concernant les effets de l’informatique sur les pratiques scientifiques, en montrant tout d’abord que : 1) dans les sciences numériques, les collaborations interdisciplinaires ne se font pas sans effort et de manière symétrique et pacifique; 2) les chercheurs du CSS mobilisent des techniques de productions de preuves bien connues dans d’autres disciplines ; 3) les engagements épistémiques des scientifiques peuvent prendre des formes (néo) libérales, mais aussi d’autres formes qui s’écartent du néolibéralisme ou s’y opposent.

Jury composé par :

  • M. Francis CHATEAURAYNAUD, Directeur de recherche EHESS (Directeur),
  • Mme Amy DAHAN, Directrice de recherche CNRS,
  • M. David DEMORTAIN, Directeur de recherche INRA (Rapporteur),
  • M. Wolf FEUERHAHN, Chargé de recherche CNRS,
  • Mme Sandra LAUGIER, Directrice de recherche CNRS (Rapporteuse),
  • Mme Denise PUMAIN, Professeur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Invitée),
  • M. Franck VARENNE, Directeur de recherche CNRS.

Colloque 2019. XXIV èmes Journées pour l’Histoire du Management et des Organisations : « Écosystèmes d’informations »

Colloque organisé par l’AHMO (Association pour l’Histoire du Management et des Organisations) et l’Université Côte d’Azur – EDHEC Business School, GREDEG (UMR 7321) et MSHS Sud-Est (USR 3566).

27, 28 et 29 mars 2019 à Nice (Site Internet des JHMO2019)

Les prochaines Journées pour l’Histoire du Management et des Organisations souhaitent apporter une réflexion historique à la compréhension de l’usage de ces différentes formes d’information dans les organisations. En particulier, des réflexions portant sur la thématique suivante : 

L’évolution de l’utilisation de l’information dans les organisations : Si l’information comptable dans les bureaux a sans doute été le premier langage pour les organisations, d’autres traces (financières, relatives au personnel, aux prix, à la logistique ou aux clients) se sont avérées utiles à conserver pour mieux orienter les décisions et les positionnements stratégiques des organisations.

  • Quelles ont été ces évolutions ?
  • Pour quelles informations ? et dans quel but ?

Personne à contacter : Lise Arena – jhmo2019@gmail.com

Site internet : https://ahmo.hypotheses.org/

L’Homme-trace. Colloque 2018 : pouvoirs et faillites des données, des traces et de leurs systèmes

Colloque organisé par l’Université Polytechnique
Hauts-de-France

Les 10 et 11 décembre 2018 à Valenciennes (France)

Argument :

L’engouement actuel pour la numérisation généralisée conduit à construire peu à peu une homologation de plusieurs équivalences : celle de l’intelligence avec l’information puis l’informatique, celle de la culture avec l’accès universel aux ressources, celle des construits documentaires avec une réalité augmentée, celle des textes avec des données puis des bits, celle de la ville intelligente avec l’habiter de la cité, celle du territoire avec sa carte – pour parodier Bateson. Dans tous les cas, « ce qui est peu douteux, c’est que les représentations mettent en jeu l’espace dans le temps et pour cette raison nous conduisent à incorporer tout particulièrement, par l’image et par l’imaginaire, des conceptions de notre propre histoire » (Jeanneret, à paraître).

A défaut de faire récit, les « données » et les « traces » font système : avec les opérateurs qui les accompagnent – traitement algorithmique, classement, stockage, mise en visibilité par la dataviz, etc. – elles fabriquent des réalités utopiques qui se posent pourtant pour vraies. Elles mettent en visibilité et révèlent des figures cachées, mais en même temps elles occultent et dissimulent aussi tout ce dont elles s’affranchissent. Ainsi se met en place un ordre symbolique du politique : une gestion sur le mode d’une figuration partielle, partiale et parcellaire du réel, qui dérobe à la discussion le pouvoir d’écrire le social. Soutenant le plus souvent l’analyse et la prise de décision, elles acquièrent de fait de réels pouvoirs politiques, économiques, techniques, prospectifs, scientifiques. Mais qui dira leurs failles, leurs faillites et leurs lacunes ?

Le colloque est pluridisciplinaire. Il est ouvert à toute contribution portant sur ces questions. Il s’agit de la cinquième rencontre dans le cadre des travaux du collectif L’Homme-Trace (e-lab. on Human Trace in Complex Systems Digital Campus UNESCO1. Dans ce cadre, l’appui sur les acquis des précédentes parutions aux Editions du CNRS est vivement recommandé.

Contributions :

Les propositions, comportant un titre, une liste d’auteurs, un résumé de 500 mots maximum et une liste de mots-clefs, sont à faire parvenir par mail à :

Dead-line : 23 novembre 2018

Les propositions retenues donneront lieu à une communication orale (15 à 20 minutes, créneau de 30 minutes maximum questions comprises).

Le comité scientifique sélectionnera ensuite celles qui seront retenues sous forme de publication pour le volume V de la série l’Homme-trace à paraître aux Éditions du CNRS2.


  • Vol I. : B. Galinon-Mélénec (Ed) (2011). Perspectives anthropologiques des traces contemporaines. Tome 1 de la série L’Homme-Trace, Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-07104-0
  • Vol. II. : B. Galinon-Mélénec & S. Zlitni (Eds) (2013). Traces numériques. De la production à l’interprétation. Tome 2 de la série L’Homme-Trace. Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-07239-9
  •  Vol. III : B. Galinon-Mélénec, F. Liénard & S. Zlitni (Eds) (2015). Inscriptions corporelles et techniques. Tome 3 de la série L’Homme-Trace. Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-08324-1
  •  Vol. IV. : B. Galinon-Mélénec (Ed) (2017). Des traces du corps au corps-trace. Tome 4 de la série L’Homme-Trace. Paris, CNRS Editions. ISBN 978-2-271-11417-4

 

  1. Cf. https://en.wikiversity.org/wiki/Portal:Complex_Systems_Digital_Campus/E-Laboratory_on_human_trace []
  2. Présentation des volumes sur : http://www.cnrseditions.fr/2841__beatrice-galinon-melenec []

BRAZIL 2018 / Université UNINORTE-ACRE

PRESENTATION DU E. LABORATOIRE ON HUMAN TRACE COMPLEX SYSTEM UNESCO LE 14 AOUT 2018 PAR HADI SABA AYON1

ORGANISATION D’UN WEBINAIRE LE 21 NOVEMBRE 2018

Par Hadi Saba Ayon, membre du e. Laboratory On Human Trace ; Solange Chalub, coordinatrice du département des formations de troisième cycle ; Vander Nicacio, analyste des systèmes d’information dans le gouvernement de l’Etat de l’Acre ; Janeo Nascimento, enseignant en technologies de l’information et de la communication.

Thème : « Quelle culture numérique pour quelle ville inclusive ?»

Ce Webinaire est multidisciplinaire et se situe à la croisée de deux champs d’études : les études sur les nouveaux médias (New media studies) et les études sur le handicap (Disability studies). Il présente trois axes autour desquels s’articuleront les interventions des participants :

1.  Numérique : support, médias et culture ;

2.  Handicap et accès ;

3.  Ville accessible, ville inclusive.

Ses objectifs sont de réunir des chercheurs, des enseignants et des acteurs travaillant / intéressés par / avec les questions mentionnées pour échanger des expériences et travailler en réseaux sur des projets inclusifs.

Pays participants : Brésil, Etats Unis, Canada, Espagne, France (Participation de l’université le Havre Normandie), Indonésie.

  1. Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication (université Le Havre Normandie, 2014), Membre du E. laboratory On Human Trace Complex System UNESCO. []

Conférence/débat de Sandra Mellot et de Tony Bourdier, “Quelle éthique scientifique de l’analyse des traces des usagers sur le web ?” le 28 septembre 2018

6e conférence “Document numérique et Société” : Information-Communication : le recours à l’éthique en contexte numérique. Programme, Inscription … :  https://docsoc2018.sciencesconf.org/

Conférence/débat de Sandra Mellot et de Tony Bourdier, “Quelle éthique scientifique de l’analyse des traces des usagers sur le web ? Proposition d’une méthode d’analyse de la présence co- énonciative comme alternative à l’identification des internautes”.

Le vendredi 28 septembre 2018, de 11H à 12H30 à l’Institut de la Communication et des Médias (Echirolles).

Publication de l’article de Rama Rchika “Les tweets comme traces numériques”

Rama Rchika, “Les tweets comme traces numériques. Anticiper les enjeux réputationnels des publications sur Twitter”, Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018 : https://journals.openedition.org/rfsic/3602

Résumé :

Avec des dizaines de tweets quotidiens, les organisations sont particulièrement nombreuses à employer Twitter. Ce sont ainsi des milliers de publications qui s’accumulent chaque jour sur le réseau social. Dans le cadre de cet article, nous nous sommes alors interrogée sur les potentiels impacts réputationnels de ces tweets. Pour ce faire, nous les avons étudiés au regard de la trace numérique qui peut être interprétée, décontextualisée, voire déformée de manière arbitraire et asynchrone. À travers l’analyse d’un corpus de 982 tweets, nous avons identifié quatre éléments particuliers : le hashtag, l’identification, le lien Internet et l’illustration. Une étude de ceux-ci sur base de notre grille synthétique de la trace numérique a alors établi le tweet en tant que trace, mettant en exergue l’importance, pour les organisations, de considérer leur pratique communicationnelle sur Twitter selon une logique de cohérence et de long terme.

L’auteur :

Rama Rchika est chercheuse doctorante dans le domaine des pratiques collaboratives sur les plateformes numériques. Membre du LASCO et du Social Media Lab, Diplômée en relations publiques et communication d’organisation à l’Université catholique de Louvain, elle travaille également sur un projet de recherche visant à stimuler la collaboration au sein du tissu entrepreneurial bruxellois tout en menant une thèse sur les facteurs liés à l’émergence de l’intelligence collective sur les réseaux de partage de connaissances.

La revue  Rfsic :

Le projet de la Revue française en sciences de l’information et de la communication s’inscrit dans la déjà longue histoire éditoriale de la SFSIC : un Annuaire de la recherche (1994, 1998, 2002), un Annuaire des équipes de recherche (1994, 2004), un Annuaire des revues (2002), un périodique trimestriel : La lettre d’InforCom, un site Internet (ouvert en 2000) et dès 1998, une Lettre d’information (SFSIC-Infos). Puis, en 2006, avec La Collection DVD – Histoire des SIC et Les Cahiers de la SFSIC, l’offre éditoriale se diversifie.

https://journals.openedition.org/rfsic/

Parution de l’ouvrage “La vérité du numérique” sous la direction de Bernard Stiegler

Stiegler Bernard (Dir.), (2018), La vérité du numérique. Recherche et enseignement supérieur à l’ère des technologies numériques, Fyp éditions, 208 p.

ISBN : 9782364051621

Présentation de l’éditeur :

La métamorphose numérique des savoirs et de l’enseignement constitue un enjeu majeur du XXIe siècle et devrait être une priorité des universités et des organismes de recherche. De nouvelles conditions de publication, de certification et d’éditorialisation se mettent en place. Des règles et des méthodes d’interprétation doivent être conçues par les institutions académiques avec l’industrie et le monde économique pour produire une société du savoir. Bernard Stiegler a fait appel au réseau international Digital studies pour montrer que ce n’est pas seulement l’enseignement qui est bouleversé mais ce sont les savoirs eux-mêmes, depuis la recherche fondamentale jusqu’à l’école. Continuer la lecture

Articles publiés dans “L’Information géographique”, Juillet 2018

Gagnol Laurent, Mounet Coralie, Arpin Isabelle, « De la piste animale aux lignes de désir urbaines. Une approche géoichnologique de la trace », L’Information géographique, 2018/2 (Vol. 82), pp. 11-38. DOI : 10.3917/lig.822.0011. URL : https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2018-2-page-11.htm

Mericskay Boris, Noucher Matthieu, Roche Stéphane,« Usages des traces numériques en géographie : potentiels heuristiques et enjeux de recherche », L’Information géographique, 2018/2 (Vol. 82), pp. 39-61. DOI : 10.3917/lig.822.0039. URL : https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2018-2-page-39.htm

Herman Parret, “Une sémiotique des traces. Trois leçons sur la mémoire et l’oubli”

Herman Parret, Une sémiotique des traces. Trois leçons sur la mémoire et l’oubli, Le Discours philosophiqueLambert Lucas, octobre 2017, 74 pages,  
ISBN/EAN : 978-2-35935-228-3

 

 

 

 

Présentation (4e de couv. éditeur):

La mémoire est une notion-carrefour : on parle non seulement de mémoire individuelle et de mémoire collective mais également de mémoire génétique, de mémoire historique, de mémoire archivale, de mémoire picturale, et même de mémoire informatique. Plusieurs disciplines peuvent être invoquées en vue de déterminer sa nature et ses fonctions : la psychologie surtout et la sociologie, mais également la psychanalyse, la déconstruction philosophique, voire la sémiotique. Cette Sémiotique des traces rassemble trois leçons : la première, plutôt philosophique, situe et évalue les pensées paradigmatiques de la mémoire (Aristote, Augustin, Husserl, Bergson) ; la seconde propose des pistes de sémiotisation à partir de la « mémoire archivale » de Foucault et de la « mémoire figurale » de Lyotard ; la troisième se présente comme une pragmatique de l’exercice de la mémoire et de l’oubli. Peu de philosophèmes sont accompagnés d’autant de mystères et d’obscurités. Ce petit livre invite à approfondir un sujet souvent qualifié d’insaisissable.

Herman Parret est professeur émérite de philosophie du langage et d’esthétique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a enseigné dans plusieurs universités étrangères, en France et en Italie, dans les pays latino-américains et aux États-Unis. Ses publications portent sur la pragmatique linguistique et philosophique, la sémiotique textuelle et visuelle, l’épistémologie de la linguistique et de la sémiotique, l’esthétique philosophique et la théorie.

Publication sur OpenEdition Books de “Traces numériques et territoires”

SEVERO Marta, ROMELE Alberto (Dir.) (2015), Traces numériques et territoires, Paris : Presses des Mines, 270 p. (Collection : Territoires numériques),
ISBN : 9782356712271

Publication sur OpenEdition Books : 05 avril 2017,
ISBN électronique : 9782356714367, DOI : 10.4000/books.pressesmines.1984

Présentation (4e de couv. éditeur):

Ces dernières années, les nouvelles technologies ont profondément changé les territoires. Ce qui rend ce changement particulièrement intéressant est le fait qu’il affecte à la fois les territoires dans leurs matérialités et la façon de les étudier et de les gérer. Les médias numériques sont intéressants dans la mesure où toute interaction qui les traverse laisse des traces qui peuvent être enregistrées, analysées et visualisées. Cette traçabilité intrinsèque promet, si contrôlée par une méthodologie adéquate, de fournir une source nouvelle de données pour l’étude des territoires. Face à l’abondance de ces nouveaux types de données, plusieurs études empiriques ont été réalisées, mais une réflexion théorique sur l’emploi de ces données dans les études territoriales est encore faible. Continuer la lecture