Coordination, attention visuelle et gestes professionnels dans la rééducation de l’aphasie, Sara Merlino, 2021

Auteur

Sara Merlino, Université de Rome III

Résumé par l’auteure

Dans cette contribution, nous nous focalisons sur des interactions entre personnes aphasiques et orthophonistes au cours des séances de rééducation de la parole. En soulignant la nature interactive et multimodale des activités thérapeutiques, notre étude se penche sur des phénomènes de coordination et d’établissement et négociation de l’attention visuelle. L’analyse porte sur une collection d’extraits dans lesquels le thérapeute sollicite le regard du patient par l’emploi de plusieurs ressources, dont des directifs qui portent sur le regard. Ces sollicitations permettent de guider l’attention visuelle envers certains éléments du contexte et de négocier des configurations participatives adéquates pour profiter des formes d’étayage offertes par le thérapeute et accomplir les tâches de manière collaborative. Nous soulignons la centralité des gestes professionnels et des ressources corporelles mobilisés par le thérapeute et nous analysons la manière dont le patient est « instruit » à voir ces ressources. En reprenant plusieurs aspects de l’œuvre de Goodwin, notre contribution souligne des pratiques interactives et socialement organisées dans lesquelles prend forme l’institution thérapeutique de traitement de l’aphasie.

Pour en savoir plus :

MERLINO Sara, « Coordination, attention visuelle et gestes professionnels dans la rééducation de l’aphasie », Langage et société, 2021/2 (N° 173), p. 115-140. DOI : 10.3917/ls.173.0117. URL : https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2021-2-page-115.htm

Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir

Romain Couderc, 2022

 

Auteur

 Romain Couderc, Agrégé de philosophie

Résumé

Qu’est-ce que laisser une trace à la postérité ? Comment les traces du passé, matérialisées dans l’écriture d’un récit, peuvent-elles s’apparenter à des œuvres et former un monde ? Dans la Condition de l’homme moderne, Hannah Arendt cherche à penser la narrativité comme une condition de possibilité de l’Histoire : libérée de tout historicisme, l’historiographie, loin d’apparaître comme un savoir positif consignant les marques d’un passé disparu, a pour fonction de révéler phénoménologiquement le sens des actions historiques des êtres parlants dans des œuvres prenant la forme d’un récit. Le problème husserlien de la transmission mondaine des idéalités du passé dans une écriture affranchie de la mémoire subjective se voit ainsi réinterprété à la lumière d’une analyse de l’action politique, reconfigurée dans une narration : c’est par la médiation d’un récit mettant en forme les traces du passé que les êtres humains peuvent accéder rétrospectivement à une histoire non passéiste.

Pour en savoir plus

Romain Couderc« Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir »Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022

Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens dans “Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty”, Romain Couderc, 2023

Auteur

Romain Couderc, né en 1974, est un ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé de philosophie. Il a soutenu sa thèse sur « L’écriture de la trace » en décembre 2021 sous la direction de Dominique Pradelle : ses recherches portent sur la manière dont la notion de trace est élevée au rang de schème conceptuel central dans les œuvres d’Emmanuel Levinas, de Jacques Derrida et de Paul Ricœur, au travers de la phénoménologie husserlienne.

Résumé

Chez Derrida et Levinas, la trace devient un “opérateur conceptuel d’une altérité inquiétant le présent et la présence des signes : en deçà de sa valeur de signe, d’indice ou d’empreinte, elle vient nommer une distension au temps présent qui ouvre aussi bien l’apparaître des choses que les significations du langage”. 

Source

Couderc, Romain. « Au travers de la phénoménologie : l’expression et les traces du sens chez Merleau-Ponty », Philosophie, vol. 157, no. 2, 2023, pp. 42-66.

Plan

  1. Les traces de l’expression : du geste à la sédimentation du sens.
  2. Absence et présence du sens dans les signes : le modèle saussurien de la trace
  3. La parole comme écriture : le style, ou le tracement du sens
  4. « Retracer la trace » : l’écriture des idéalités géométriques
  5. Le tournant ontologique de la phénoménologie : de la trace à la chair

Ninfa Dolorosa. Essai sur la mémoire d’un geste. Enquête sur les gestes de lamentation (2019)

Genre : Essais Thème : arts en général /philosophie, morale
Époque : XXe-XXIe siècle
ISBN : 9782072821523 –

Auteur

Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l’art, enseigne à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Présentation de l’éditeur

 (https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Art-et-Artistes/Ninfa-dolorosa)

Ce quatrième volume de la série Ninfa est une enquête sur les gestes de lamentation, lorsqu’un défunt se voit pleuré par une mère (Mater dolorosa), une épouse ou une jeune sœur (Ninfa dolorosa).
Tout part d’une photographie extraordinaire de Georges Mérillon intitulée la Pietà du Kosovo (1990) et des questions qu’elle a immédiatement soulevées dans le monde médiatique comme dans sa réception par certains artistes contemporains, tel Pascal Convert.
Suivant, une fois de plus, les leçons d’Aby Warburg, Georges Didi-Huberman « construit la durée » de ces images en interrogeant les métamorphoses du pathos et de ses formes gestuelles dans l’histoire. L’enquête sera donc en même temps serrée (sur le cas kosovar) et ouverte, explorant les rapports entre le présent le plus proche et le passé le plus lointain, l’Occident et l’Orient, le christianisme et l’islam, le modèle tragique et les formes bibliques de la lamentation. Il n’en fallait pas moins pour proposer, de ce geste, un essai d’anthropologie historique.

De la geste au geste

Jeux de main et caresses dans Artus de Bretagne

 

Publié dans L’Ovide moralisé illustré , Les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 30, 2015, p. 297-313. 

Auteure

Christine Ferlampin-Acher. professeur à l’université de Rennes et membre senior de l’Institut Universitaire de France.

 

Résumé

Artus de Bretagne accorde une place originale aux notations de gestes. Malgré l’absence d’un vocabulaire spécifique pour dire en Moyen Français la caresse amicale ou tendre, Artus parvient à suggérer l’intime et le quotidien, et témoigne d’une « modernité » qui incite à réévaluer ce texte, qui n’est peut-être pas qu’un avatar arthurien tardif et qui gagnerait à être rapproché autant du Lancelot Graal que de Jehan de Saintré.

Source en libre accès

http://journals.openedition.org/crmh/13893

 

Faire mémoire pour ‘faire’ l’histoire ? Le Geste de Verdun (thèse)

 

Véronique Mathieu

Auteure

Véronique Mathieu

Document

Présentation de la thèse de Doctorat en Langues, Littératures et Civilisations Germaniques, sous la direction de Gwénola Sébaux, soutenue le 14 décembre 2022 à l’université Catholique de l’Ouest pour l’université d’Angers. https://doi.org/10.4000/trajectoires.9779

Entrée en matière

“François Mitterrand et Helmut Kohl, main dans la main, sur l’esplanade qui fait face à l’Ossuaire de Douaumont, le 22 septembre 1984. La cause semble être entendue : nous sommes là devant un geste historique, qui a fini par symboliser à lui seul le formidable processus d’abord de réconciliation, puis de partenariat privilégié qu’ont connu les deux pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le geste est devenu quasiment iconique, dirait-on aujourd’hui. Un tel consensus ne va pas cependant pas sans susciter certaines interrogations.

Ce geste n’était pas le premier geste franco-allemand, ni le dernier. Il s’inscrivait dans la série de gestes qui s’étaient succédé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion notamment de Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Alors comment est-il devenu, de manière quasiment exclusive, le symbole de la réconciliation franco-allemande, un lieu de mémoire, dans le sens où l’entend Pierre Nora ? Paradoxalement, le cliché des livres d’histoire semblait aussi avoir un peu vieilli. Avait-il encore quelque chose à dire dans un monde qui a considérablement changé en presque quarante ans ? Était-il susceptible de toucher aujourd’hui encore les jeunes générations, pour qui la réconciliation franco-allemande est devenue banale ? L’ambition de cette thèse est ainsi de contribuer à « dépoussiérer » le Geste de Verdun”.

Open source 

https://journals.openedition.org/trajectoires/9779

 

Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire

 

 

Auteur

Joëlle Vellet est Maître de Conférences en danse à l’Université de Nice Sophia Antipolis, au Département des Arts, section Danse. Membre du Centre de Recherches en Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL 6703),

Résumé

Cet article s’intéresse à la façon dont se fabrique la danse dans le studio, participant à une ethnographie du travail artistique. Il pointe l’importance de la construction de la mémoire tout autant que le recours à la mémoire dans l’élaboration du geste dansé pour l’interprète, en situation de création ou de reprise de rôle. Il met tout particulièrement en évidence le nécessaire tissage des gestes et des discours in situ, dans ce lieu intime de rencontre entre interprète et chorégraphe. Espace et temps où la mémoire des corps, tout autant que celles des processus et des imaginaires, fait devenir l’interprète, mémoire devenant tour à tour ressource ou obstacle à l’invention du geste.

Open source

Joëlle Vellet« Les discours tissent avec les gestes les trames de la mémoire »Recherches en danse [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 janvier 2024URL : http://journals.openedition.org/danse/353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.353

« Des modes d’existence du geste technique », article, Anne-Françoise Garçon, 2015

 

 

 

 

 

Auteur

Anne-Françoise Garçon est historienne, professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé

Analysant les nombreux décalages qu’induisent les différences d’intentionnalité et d’historicité propres aux sources, l’article fait apparaître les différents modes d’existence du geste technique. En effet, si les gestes eux-mêmes relèvent de la pratique, transmise oralement dans le cadre d’un milieu gestuel, l’intentionnalité qui préside à leur transcription (iconographie comprise) dépend d’un régime de pensée différent. Au XVIe siècle, avec la « réduction en art », il s’agit d’informer le lecteur par une lecture raisonnée, technicisée. Le XVIIIe siècle insère cette culture technique dans une science économique, qui conduira à l’organisation scientifique du travail. Dans l’Europe du XVIIIe siècle émerge cependant, à côté, un autre régime de pensée, technologique, avec notamment Christian Wolff et Denis Diderot. Il s’agit cette fois-ci de ne pas opposer théorie et pratique, mais d’analyser la pratique gestuelle et d’en tirer la théorie qu’il contient, d’en extraire les principes en vue d’en améliorer l’efficacité. L’actuelle conception assistée par ordinateur qui permet au technicien de construire le geste avec une machine qui s’adapte de façon à reproduire le milieu gestuel et à l’améliorer, en est l’aboutissement contemporain. Au risque d’appauvrir la pratique et d’en fragiliser la transmission ? (résumé rédigé par la rédaction e-Phaïstos)

 

Référence 

Anne-Françoise Garçon« Des modes d’existence du geste technique »e-Phaïstos [En ligne], IV-2 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 24 janvier 2024URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.797

GESTES TECHNIQUES, TECHNIQUES DU GESTE, Bouillon D. et al.(dir.), édition du septentrion, 2017, book, open source

Auteur : collectif 

 

 

Résumé (par les auteurs)

Le geste technique est reconnu comme partie intégrante d’un « patrimoine immatériel » par la richesse inégalée des métiers vivants. Comment comprendre ce mouvement du corps ouvrier dans toutes ses nuances, au fil du temps, grâce aux mots, aux images et aux traces matérielles ? L’ouvrage est un hommage à l’anthropologue François Sigaut (1940-2012). Conçu par les auteurs comme outil essentiel à qui souhaite saisir la multiplicité des approches, il revient sur les bilans et perspectives des recherches universitaires les plus récentes.

Le geste prime sur les mots et valorise l’individu inscrit dans une communauté d’expérience, d’acquis et d’excellence. Sont déclinés l’apprentissage d’un geste pour produire et transformer, la vie du geste et le geste artificiel. Les contributions sont pluridisciplinaires : verrerie, pierre, céramique, art campanaire, bijouterie, lutherie, mine, industrie textile, chantier naval, cuir, techniques agricoles ou alimentaires… Dès le xviiie siècle, le geste, initiateur des métiers, s’émancipe de l’atelier, compose avec la machine et abandonne progressivement l’outillage traditionnel. Au xxe siècle, la machine supplante parfois intégralement l’homme dans la réalisation du geste qui sera intégré, disséqué et exécuté par la robotique au xxie siècle.

ouvrage en open source

BOUILLON, Didier (dir.) ; et al. Gestes techniques, techniques du geste. Nouvelle édition [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2017 (généré le 24 janvier 2024). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/septentrion/12301>. ISBN : 978-2-7574-1810-9. DOI : https://doi.org/10.4000/books.septentrion.12301.

 Digital Habitus: A Critique of the Imaginaries of Artificial Intelligence, Alberto Romele (Routledge, 2023).

 

Auteur  Alberto Romele, maître de conférences de communication et médias, ICM (Institut de communication et de médias), Université Sorbonne Nouvelle

Résumé 

Alberto ROMELE formule ici trois hypothèses 1. Les technologies numériques actuelles  qui reposent principalement sur des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) et le big data, fabriquent  de nouveaux  habitus. 2.  L’efficacité de ces machines ne dépend pas seulement de leur capacité concrète à classer le monde social mais aussi des attentes, des espoirs, des peurs et des imaginaires des usagers. 3. En examinant de trop près les choses elles-mêmes, de nombreux philosophes de la technologie se privent de la possibilité d’étudier les conditions symboliques de possibilité dans lesquelles les artefacts technologiques uniques sont intégrés.

 

 

La geste et le geste numériques. Séminaire de recherches Programme du 6/11/2023.

Le programme présentant les intervenants et les organisateurs est disponible en pièce jointe.

Pour en savoir plus, contactez les personnes concernées aux adresses ci-dessous : 

Coordination 
daiana.dula@univ-lehavre.fr
marine.siguier@univ-lehavre.fr
alexandra.seha@univ-lehavre.fr
 
Conférences introductives
beatrice.galinon-melenec@univ-lehavre.fr
laurence.mathey@univ-lehavre.fr
 
Intervenants
fabien.bitu@univ-rouen.fr,
soufyane.chafik@univ-tours.fr,
philippe.ethuin@u-picardie.fr
guillaume.jarousseau75@gmail.com
christophe.pique@univ-rouen.fr
peppe.cavallari@gmail.com
inesgarmon@hotmail.com,

Quête de visibilité et mise en scène sur les réseaux socionumériques, de la promotion de soi à la cyberviolence, PUHR, 2022

Collection 

Communication et traces numériques, n°2, 2022 

Sous la direction de 

Fabien Liénard, Professeur des universités, UMR IDEES 6266/ IUT université du Havre

 Sami Zlitni, maître de conférences, UMR IDEES 6266/ IUT université du Havre

Résumé 

 Entre une sémiotique communicationnelle et une techno-sémiotique, ce volume s’intéresse aux effets de sens dans les phénomènes de communication, c’est-à-dire à la manière dont les énoncés et les discours peuvent être interprétés au regard de leur contexte de production, de publication, de circulation et de réception. [source éditeur]

Quatrième de couverture

Ce volume traite des effets de sens dans les phénomènes de communication, c’est-à-dire de la manière dont les énoncés et les discours peuvent être interprétés au regard de leur contexte de production, de publication, de circulation et de réception. Pour identifier ces effets de sens, la sémiotique questionne en particulier les phénomènes d’énonciation tels qu’ils apparaissent dans les systèmes sémiotiques (textes, images, sons) auxquels il est possible de recourir dans les dispositifs techno-éditoriaux, dans les dispositifs sociotechniques de l’information et de la communication que sont les réseaux socionumériques. Si les huit chapitres abordent des objets variés (selfies, trolls, médias numériques, etc.) et discutent de thématiques propres (cyberviolence, viralité politique, financement participatif, etc.), les auteurs se posent tous la question de la nature et du processus de construction de traces numériques remarquables dans des situations particulières de communication

  • Origine de la notice:

    • FR-751131015 ;
    • Electre

 

 

Des traces numériques aux projections algorithmiques (Berthier et Teboul, ISTE, novembre 2018)

Auteurs

Thierry Berthier, Université de Limoges, France

Bruno Teboul, Gfi Informatique, France

Extrait du résumé éditeur

Cet ouvrage offre une approche projective de la trace numérique, s’appuyant sur un formalisme intégrant l’individu, le système et l’algorithme exécuté. Il expose le formalisme complet décrivant les projections algorithmiques et présente deux concepts inédits liés aux objets connectés : le niveau d’ubiquité d’un lieu et le consentement algorithmique d’un individu. Les fausses données, premier vecteur d’insécurité numérique, matrices de cybercriminalité, y sont étudiées sous l’angle projectif et l’ouvrage se concentre également sur les cyberattaques à fort impact construites sur des projections algorithmiques fictives.

Mots clefs 

Traces numériques, identité numérique, algorithme, sécurité numérique,  analyses techniques, approches critiques, perspectives.

Chapitre introductif et table des matières en open source à : https://www.istegroup.com/fr/produit/des-traces-numeriques-aux-projections-algorithmiques/

Les gestes dans l’environnement numérique : la ponctuation des affects, RFSIC, 2017

Auteur

Peppe Cavallari, chercheur, membre du Département d’Humanisme numérique du Collège des Bernardins, ainsi que du Centre de Recherche inter-universitaire sur les Humanités numérique (CRIHN) et de la Chaire de Recherche du Canada sur les écritures numériques.

Résumé

À travers le prisme d’une approche anthropologique inspirée de la théorie externaliste, la réflexion se porte sur la morphologie et le rythme des affects résultant de la communication via les outils numériques. Pour situer correctement les émotions dans leur milieu, l’auteur propose ici un modèle spatial différent de celui de l’interface, de manière à reconnaître les affects numériques comme naissant dans l’environnement social produit par la gestuelle. Il fait l’hypothèse que, lorsqu’elle s’inscrit dans les plate-formes numériques, cette gestuelle crée un contexte de relations tactiles plus encore que visuelles, dont il décrit les effets comme des “effets de ponctuation” (sous leur aspect dynamique) et d’attention (sous leur aspect temporel).

Mots clefs

Ecriture numérique, traces gestuelles, affect, externalisme.

Pour en savoir plus

http://journals.openedition.org/rfsic/2882 

Référence électronique

Peppe Cavallari, « Les gestes dans l’environnement numérique : la ponctuation des affects », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 04 novembre 2023. DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.2882