Visibilité et présence de l’image dans l’espace ecclésial. Byzance et Moyen Âge occidental

Auteurs : Sulamith Brodbeck et Anne-Orange Poilpré (dir.)

Éditeur : Éditions de la Sorbonne.
Collection : Byzantina Sorbonensia | 30.
 Lieu d’édition : Paris.
Année d’édition : 2019.
Nombre de pages : 448 p.

Publication sur OpenEdition Books : 18 décembre 2019.

Résumé éditeur (extrait) :

Cet ouvrage met au cœur de son propos une interrogation simple : dans l’organisation complexe de l’espace de l’église médiévale, les emplacements choisis pour les images qui ornent les murs et les objets n’offrent pas toujours la possibilité de voir celles-ci, d’en déchiffrer le contenu. Certaines semblent réservées à des groupes de l’assemblée stationnant dans des espaces spécifiques, d’autres ne sont pas visibles depuis les principales zones affectées aux fidèles ou aux clercs, d’autres encore sont situées trop haut. Le rapport, a priori évident, entre représentation et visibilité se trouve donc souvent démenti, appelant alors une nouvelle notion, celle de présence. Analyser la tension existant entre ces trois catégories – figuration, visibilité et présence – implique une étude croisée des œuvres figurées, des monuments et des sources écrites. Les notions de mobilité et de fixité permettent également de prendre en compte les multiples jeux d’échelles à l’œuvre dans ce lieu rituel qu’est l’église, impliquant des objets, des manuscrits, des dispositifs liturgiques, des gestes, des déplacements physiques, dialoguant avec un décor appliqué au corps même du monument, épousant l’immobilité de l’architecture.

Les cinq chapitres thématiques qui organisent ce volume mettent en regard différents cas issus de l’Occident médiéval et de l’Orient byzantin, selon une chronologie longue (de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge), dans une volonté de décloisonner les disciplines et les aires géographiques afin de tirer tous les enseignements d’une approche transversale de l’image médiévale.

L’épistémologie historique : Histoire et méthodes

Auteurs : Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez et Matteo Vagelli (dir.) 

Paris : Éditions de la Sorbonne, Philosophie | 44, 270 p.

EAN (Édition imprimée) : 9791035103279
DOI : 10.4000/books.psorbonne.39172

Publication sur OpenEdition Books: 18 décembre 2019.

Résumé éditeur :

(…) De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine”.

 

Plus sur : http://books.openedition.org/psorbonne/39172

Biais, hiatus et absences en archéologie

Auteurs : Elisa Caron-Laviolette, Nanouchka Matomou-Adzo, Clara Millot-Richard et Betty Ramé (dir.)

Catégorie : actes de colloque.

Éditeur : Éditions de la Sorbonne

EAN électronique: 9791035103224

DOI: 10.4000/books.psorbonne.18951

Publication sur OpenEdition Books : 11 février 2019.

Nom et date du colloque : 12e journée doctorale d’archéologie, Paris, 17 mai 2017.

Présentation éditeur :

L’archéologie est communément distinguée des autres sciences humaines, en particulier des sciences du passé, par son objet d’étude qui est, par essence, l’homme à travers les vestiges matériels, de l’objet jusqu’au site archéologique et son environnement. Mais alors que ces restes tangibles des sociétés passées sont descriptibles, caractérisables, classables dans des typologies, comment aborder et interpréter les vides et les silences documentaires qui n’ont pas laissé de traces manifestes ?

La problématique de l’absence est commune à toutes les approches archéologiques et à toutes les aires chronoculturelles. Dans les articles de ce volume, issus de communications présentées lors de la 12e Journée Doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 112), les doctorants tentent, à travers des indices indirects, de définir, de mesurer, d’expliquer ces vides et ces silences, voire de les combler. Face à la nature incomplète ou biaisée des sources archéologiques, des solutions méthodologiques sont proposées et appliquées à des problématiques et à des contextes variés, à la faveur d’approches croisées, multidimensionnelles et multiscalaires.

 

 Analyser les apprentissages à partir des traces 

Article de Margarida Romero

Revue :

 Distances et médiations des savoirs [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019,

Extrait de l’introduction :

L’analyse des traces d’apprentissage est un sujet de grande actualité qui suscite de nombreux travaux au sein de la communauté scientifique. Daniel Peraya (2019), dans son appel au débat « Les Learning Analytics en question » nous invite à comprendre ce phénomène tant du point de vue historique que de celui des enjeux actuels. D’une part, les usages des traces d’apprentissage médiatisé ouvrent de nouvelles potentialités pour le soutien et pour la personnalisation des apprentissages en contexte médiatisé ; d’autre part ces usages donnent aussi lieu à des questionnements critiques et éthiques. L’article de Peraya se conclut par une invitation au débat sur un ensemble de questions de recherche qui vont nécessiter le croisement de regards de collègues de plusieurs disciplines. Dans cette contribution au débat, je reprends ces questions pour y apporter à la fois un regard d’enseignante en formation à distance, de chercheure, mais aussi de conceptrice technopédagogique. Cette dernière expérience m’a permis de comprendre les enjeux des usages des traces numériques d’apprentissage dans des modules de formation à destination d’acteurs industriels suivant la norme SCORM. Les traces peuvent-elles être utilisées contre les apprenants ? Quel type d’inférences peut-on accepter de réaliser à partir des traces ? Dans cette rubrique, je traiterai donc parmi les questions soulevées par Peraya, celles liées à l’usage des traces et aux enjeux éthiques tant pour l’apprenant que pour les enseignants.

Pour en savoir plus : http://journals.openedition.org/dms/3754

La formation initiale et continue des enseignants et des formateurs à distance : enjeux, usages et ressources

Revue : Distances et médiations des savoirs, [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 24 juin 2019, https://journals.openedition.org/dms/3499

Sous la direction de  Pascal Marquet, LISEC – EA 2310, Université de Strasbourg.
Pascal.Marquet@unistra.fr

Extrait de l’introduction :

(…) la formation initiale et continue des personnels enseignants et formateurs n’exploite qu’exceptionnellement les potentialités de la formation à distance, en dehors de quelques programmes de préparation aux concours de recrutement de l’Éducation nationale française proposés par le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance), du programme IFADEM (Initiative francophone pour la Formation à Distance des Maîtres) pour l’Afrique francophone (Devover et al., 2016), ou des expériences de formation hybride dans les pays ruraux (Eaton, Dressler et Gerluck, 2015). Or, le rôle des TIC dans la formation des maîtres a récemment été réaffirmé dans la déclaration d’Incheon (UNESCO, 2016). En effet, les outils et médias à usage éducatif pénètrent de longue date les systèmes éducatifs, au gré des politiques publiques d’équipement des établissements, de formation des enseignants et d’évolution des programmes, mais aussi au gré des incitations à l’évolution des pratiques pédagogiques à tous les niveaux d’enseignement et de formation, si bien que le recours aux TIC fait partie des moyens habituels d’enseignement, de formation et d’apprentissage.

Cinq articles de recherche et un retour d’expérience ont été retenus, sur un total de quatorze textes soumis, eux-mêmes issus de vingt résumés reçus après la publication de l’appel à contributions. Ces textes ne recouvrent naturellement pas l’ensemble des questions vives de la formation des enseignants et des formateurs à distance initialement envisagées, mais permettent de rendre compte de trois temps forts de la formation professionnelle des enseignants : la formation initiale, la formation au moment de la prise de fonction et la formation continue. Nous avons choisi de présenter les textes dans cet ordre, même si l’intérêt porté à chacun de ces moments du développement professionnel ne concerne pas nécessairement le même public de bénéficiaires.

Pour en savoir plus : http://journals.openedition.org/dms/3834

Le numérique comme écriture : Théories et méthodes d’analyse

 Auteurs :

Emmanuël Souchier, Étienne Candel – Gustavo Gomez-Mejia
avec la collaboration de Valérie Jeanne-Perrier

Parution  : octobre 2019.

Editeur : Armand Colin, 360 pages

EAN :  9782200618582

Résumé (par l’éditeur) :

«  Somme de trente années de recherches sur les écrans informatisés comme dispositifs de communication, ce manuel présente une synthèse théorique et déroule une méthodologie pour tous les publics qui souhaitent comprendre et interpréter les écrans – étudiants, chercheurs et professionnels de la communication (…). L’objectif est ici d’offrir au lecteur un point de vue clair et efficace pour interroger et comprendre notre relation au monde désormais “médiée” par tous nos écrans ». 

 Pour en savoir plus :

https://www.armand-colin.com/le-numerique-comme-ecriture-theories-et-methodes-danalyse-9782200618582

De l’hypertexte aux humanités numériques

London: Iste éditions, 2019, 452 p.

Type d’ouvrage : Actes de la conférence internationale H2PTM’19

Les chercheurs coordonnateurs :

Ioan Roxin, Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï, Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Manuel Zacklad et Luc Massou

Les laboratoires de recherche coordonnateurs :

  • Paragraphe (Université Paris 8, France) ;
  • Design visuel et urbain (Université Polytechnique Hauts-de-France, France) ;
  • Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (Université Paris-Sorbonne, France) ;
  • Dispositifs d’information et de communication à l’ère numérique (Conservatoire National des Arts et Métiers, Université Paris-Est Marne-la-Vallée et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, France).

Résumé (par l’éditeur) :

Les humanités numériques constituent un champ mouvant incluant recherche, enseignement, études et pratiques. L’objectif est ici de comprendre les implications et les opportunités du numérique comme un média, un objet d’étude, voire un véritable écosystème.

Les sciences humaines et sociales (SHS) semblent aujourd’hui bouleversées, tant au plan épistémologique que méthodologique, par les outils numériques qui permettent d’analyser des données à la fois hétérogènes et volumineuses. Quant aux sciences de l’information et de la communication (SIC), elles analysent, grâce à leur réflexion critique sur la genèse du numérique, l’impact de ce dernier sur le processus de production des données et de leur interprétation. Les questions récurrentes posées par les SHS demeurent centrales pour saisir la complexité infocommunicationnelle et dépasser une approche strictement computationnelle.

 

Mots clefs : Hypertexte, Navigation ;Informations. Web sémantique, Pratiques collaboratives en ligne, Visualisation. Médias sociaux. Culture. Pratiques numériques
Médiation culturelle. Patrimoine. Médiation des savoirs. Apprentissage
Écriture. Jeux numériques. Œuvres numériques.

L’oubli : jalons pour une approche transdisciplinaire

 Revue Kairos, n°2, 2016 : http://revues-msh.uca.fr/kairos/index.php?id=105

[En ligne], n°2, mis à jour le : 23/10/2019

AUTEURS:

Pergia GKOUSKOU-GIANNAKOU

Grégory GOUDOT

Dana MARTIN

EXTRAIT DE L’INTRODUCTION :

  Phénomène physiologique et psychologique, objet philosophique, l’oubli n’a pas été ignoré des diverses sciences humaines et sociales, soucieuses d’apporter leur éclairage sur un phénomène qui alimente nombre de débats de société. Recherché ou refusé, éphémère ou durable, cet oubli constitue aujourd’hui encore un objet d’enquête pour de nombreux chercheurs venus de toutes les disciplines, aspirant à explorer les zones d’ombres des « mémoires culturelles collectives » (Assmann, 1999) et à questionner les omissions et refoulements communs, les secrets et tabous partagés. Trop souvent, cependant, ils s’y emploient sans s’affranchir des cloisonnements disciplinaires et/ou nationaux, à rebours des pétitions de principe sur l’interdisciplinarité et l’interculturalité devenues la norme des discours épistémologiques.

Les coordinateurs et les auteurs du présent dossier entendent dépasser les déclarations d’intention, en combinant la diversité de leurs profils et de leurs domaines d’expertise – thématiques et géographiques – pour esquisser collectivement une cartographie identitaire de la problématique de l’oubli. Celle-ci comprend deux dimensions indissociables :

d’une part, la réalité sociale, faite de processus historiques et de dynamiques immédiates ; d’autre part, l’imaginaire social, c’est-à-dire la perception de cette même réalité (représentations, images) et la construction de discours collectifs (mythes, croyances, valeurs).

Les contributions ici réunies s’organisent autour de deux axes majeurs, qui ne prétendent nullement épuiser les possibilités de questionnements.

L’oubli à l’ère du numérique : objet d’étude et défi déontologique

L’oubli au tournant du XXIe siècle : enjeu historiographique, réconciliation collective et équation personnelle 

 

SOURCE :

Pergia GKOUSKOU-GIANNAKOU, Grégory GOUDOT et Dana MARTIN, «L’oubli : jalons pour une approche transdisciplinaire», Kairos, URL : http://revues-msh.uca.fr/kairos/index.php?id=123

CONTACT :

Revue électronique K@iros : http://revues-msh.uca.fr/kairos

Laboratoire Communication et solidarité
Université Clermont-Ferrand II,
34 avenue Carnot,
63 006 Clermont-Ferrand cédex

revue.kairos[@]univ-bpclermont.fr

MOTS CLEFS : Oubli, Transdiscipline.

La Fabrique de la trace par Yves Jeanneret

Parution en septembre 2019 

LA FABRIQUE DE LA TRACE, London,  ISTE,
296 pages
ISBN : 9781784056049 (papier)
ISBN : 9781784066048 (ebook)

Par Yves Jeanneret, Sorbonne Université, France.

L’auteur :
Yves Jeanneret, professeur émérite à Sorbonne Université, participe au développement des sciences de l’information et de la communication sur les plans national et international. Il mène des recherches sur les relations entre les dispositifs médiatiques et informationnels et la vie des savoirs et de la culture.

Résumé (par l’éditeur) :
La collecte et le traitement des traces de ce que nous sommes et de ce que nous faisons suscitent le désir, le pouvoir et l’inquiétude. Mais savons-nous réellement ce qu’est une trace ?
L’évidence des traces masque la complexité des processus qui permettent de les produire, de les interpréter et de les utiliser. Cet ouvrage propose une démarche raisonnée pour analyser la trace comme objet et comme signe, comprendre comment les médias participent à sa création et à son déploiement, et mettre en évidence les enjeux que soulève la vie des traces dans la vie sociale. Il offre une mise en perspective historique, un retour aux théories fondatrices et l’étude d’un grand nombre de dispositifs différents.
La fabrique de la trace est un outil de pensée et de travail destiné aux chercheurs, aux acteurs sociaux et aux professionnels confrontés à l’existence, au traitement et à l’interprétation des traces de la société et de la culture.

Extrait de l’introduction (disponible en totalité sur le site de l’éditeur1) :

« Ce parcours est structuré en quatre chapitres. Le premier vise à définir plus précisément l’espace, les ambitions, et les limites de cette réflexion en cernant l’objet : traces médiatisées du social. Il met en évidence les médiations à prendre en compte pour ne pas assimiler cette production sociale de traces à un phénomène naturel. Le second chapitre développe la notion de schème de la trace, pour mettre en évidence un processus sociosémiotique particulier, qui met particulièrement en jeu le raisonnement indiciel dans une logique particulière dont la photographie constitue l’archétype social. Il interroge le paradoxe d’un signe qui semble aller de soi alors que son interprétation est d’une extrême complexité. Le troisième chapitre examine un type de trace particulier, la trace écrite, considérée comme le prototype du geste d’inscription, avec le but de comprendre le statut privilégié qu’elle a été amenée à occuper dans la vie de la culture et en réfléchissant à la construction historique de ce statut. Il montre que, si l’écriture est d’abord marquée par sa capacité à extérioriser, enregistrer et disséminer la pensée, son caractère de trace ne va pas de soi et déploie des enjeux multiples. Le dernier chapitre s’interroge sur la manière dont les constructions médiatiques les plus complexes et les plus riches peuvent être mises au service d’une société des traces : le devenir trace des textes. Il s’emploie à montrer le caractère poétique, complexe et responsable de cette activité. L’ambition globale de ce volume et du détour qu’il propose par l’histoire sociale et intellectuelle est de participer au débat scientifique en fournissant des pistes pour analyser l’actualité, tout en évitant de considérer comme allant de soi que la vie des traces dans la vie sociale doit nécessairement prendre les formes que les industries du capitalisme médiatique privilégient aujourd’hui ».

Sommaire :
1. La trace du social médiatisée, objet de recherche
2. Le schème de la trace, une sémiotique paradoxale
3. La genèse complexe de la trace écrite
4. Le devenir trace du texte médiatique

  1. https://cdn2.shopify.com/s/files/1/0245/3579/files/604_La_fabrique_de_la_trace_Jeanneret_Premiere_partie.pdf?557 []

“Une généalogie critique des théories de l’écriture. Histoire et épistémologie du pluralisme graphique”

Par SUNG DO KIM1.

In « Signatures – (Essais en) Sémiotique de l’écriture », Signata, 9/2018, pp. 155-192.

Résumé (de l’auteur) :
Cet article a pour objectif d’effectuer un bilan des recherches consacrées au pluralisme graphique. Pour ce faire, nous examinons d’abord les présupposés épistémologiques de la grammatologie moderne, qui repose sur trois soubassements : le phonocentrisme, l’ethnocentrisme, l’évolutionnisme. Nous menons une critique de ces trois fondements de la grammatologie conventionnelle en nous référant aux différents courants critiques qui participent à l’émergence du paradigme du pluralisme graphique. Nous proposons ensuite une épistémologie du pluralisme graphique, reposant sur cinq principes : la pluri-dimensionnalité du graphisme, l’écriture comme support, l’économie politique des systèmes graphiques, l’intermédialité, l’écriture comme dispositif rétentionnel. Dans une sixième partie, nous esquissons un aperçu de l’état actuel des domaines du pluralisme graphique, du domaine biologique à l’écriture urbaine et augmentée, en passant par l’écriture numérique.

Extraits:

Ce qu’il faut retenir de la pensée derridienne dans le cadre du paradigme pluraliste de l’écriture, c’est le concept de « trace ». Sans la « trace », il n’est possible d’imaginer ni écriture, ni traitement, ni communication, ni enregistrement, ni archivage ou modification de l’information. En même temps, il existe plus de formes et de types de traces que ce qu’on l’entend par traces d’écriture et de langage au sens étroit du terme2. (…)

Dans l’évolution de la main et de l’esprit, il s’est produit un processus d’extériorisation déployant une dynamique incessante de fabrication de traces. On constate donc ici une combinaison dynamique de la mémoire et de l’écriture.

Lire plus : http://journals.openedition.org/signata/1662

Source : Sung Do Kim, « Une généalogie critique des théories de l’écriture », Signata, 9 | 2018, 155- 192.

Information sur la revue Signata : https://journals.openedition.org/signata/267

  1. L’auteur : Sung Do Kim est professeur de sémiotique et des théories linguistiques à l’Université de Koryo, et a été professeur invité dans différentes université (Cambridge, Harvard, Oxford). Il est vice-président de l’Association internationale d’études sémiotiques et président de l’Association coréenne de la culture visuelle. Auteur de plusieurs ouvrages en coréen et d’articles en français, comme « Anthropologie de l’urbain », ou encore « anthropologie des langages », il est en outre traducteur de nombreux ouvrages, tels ceux de M. Arrivé,
J. Derrida, U. Eco, J.-M. Floch, A.J. Greimas, S. Peirce et F. de Saussure. En 1994, il fut lauréat du prix Mouton d’Or attribué par la revue Semiotica. 
Courriel : dodo@korea.ac.kr []
  2. À ce sujet, voir Galinon-Mélénec (2011), Galinon-Mélénec & Zlitini (2013), Galinon-Mélénec et al. (2015) []

“Modèle psycho-social et impensé numérique dans l’élaboration d’un dispositif pédagogique. Le cas du programme Autobiographie de rencontres interculturelles du Conseil de l’Europe”

Par AUDE SEURRAT1

Dans Distances et médiations des savoirs 24 | 2018  : https://journals.openedition.org/dms/74#tocto1n1

Résumé (de l’auteur) :
L’article opère un retour analytique sur une expérience de participation à un programme du Conseil de l’Europe et vise à mettre en exergue les différentes questions qui ont été soulevées lors de l’adaptation de ce dispositif pédagogique centré sur les relations interculturelles aux médias numériques. Cet article permettra plus précisément de montrer en quoi le modèle psycho-social des relations interpersonnelles s’adapte mal à l’appréhension des spécificités des médiations de la communication à distance et produit une forme d’impensé numérique.

Extrait :
Dès lors, le terme d’échange ne peut suffire à qualifier la pluralité des gestes d’écriture/lecture propres à la pratique des dispositifs numériques. Comme le souligne Yves Jeanneret, « toute modélisation informatique porte de fait un projet de transformation des processus de communication, dont la nature et l’ampleur ne constituent nullement une grammaire fixe » (Jeanneret, 2005, p. 195). Or, comme l’explique Pierre Mœglin, cette transformation des processus de communication opère « la réduction tendancielle de l’activité créatrice à la production de traces, si rudimentaires soient-elles (like, notations élémentaires, simples manifestations d’une présence géolocalisée, etc.) […]. Et cette réduction conforte le schéma en circuit fermé d’une circulation à l’état pur » (Mœglin, 2005, p. 60).

Continuer la lecture

  1. Aude Seurrat, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication depuis 2011 à Paris XIII, est responsable de la Mention Licence Information et Communication. Ses recherches portent sur la médiation des savoirs et plus spécifiquement sur les dispositifs de formation professionnelle (« best practices », kits de formations, « serious games », mediatraining, formations à l’interculturel). []

“Responsabilité sociétale des universités et environnement numérique. La notion d’empreinte, un enjeu de réflexivité”

Par Violaine Appel1 et Julien Falgas2.

Article paru la rubrique « Recherches » de la revue Communication, 35/2/2018 Université Laval, Québec.

La totalité du numéro est accessible sur : https://journals.openedition.org/communication/7677

Résumé des auteurs :
Partant de l’impact et les responsabilités des universités vis-à-vis de la société, les auteurs affirment que la communication scientifique répond aujourd’hui aux « mêmes impératifs que la communication générale : c’est-à-dire il faut être rapide, lisible et performant ». Dans le cadre du paradigme d’une écologie des dispositifs médiatiques à l’ère numérique, ils soulèvent la question suivante : des notions telles que l’environnement et l’empreinte peuvent-elles se révéler heuristiques ? Les universités ont-elles par exemple une responsabilité dans le fait d’encourager ou non le recours à des services tels que Google, Facebook ou Wikipédia ?

Extrait :
« On le voit, l’activité numérique des universitaires est source de nombreuses traces et inscriptions plus ou moins calculées ou contrôlées. Or, les usages préconisés, encouragés ou renforcés dans les formations et les fonctionnements des universités ont un impact sur l’évolution des usages numériques de la population. Les manières d’enseigner servent de modèle à tout le système d’enseignement dont les cadres sont issus : ce que sera le numérique à l’école dépend de ce qu’il est à l’université. Les universités ont par exemple une responsabilité dans le fait d’encourager ou non le recours à des services tels que Google, Facebook ou Wikipédia ».

Lien vers l’article complet :
http://journals.openedition.org/communication/8018
  1. Violaine Appel est maître de conférences et chercheure au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA3476), Université de Lorraine (IUT Nancy-Charlemagne). []
  2. Julien Falgas est docteur, qualifié en sciences de l’information et de la communication, et chercheur correspondant au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA3476), Université de Lorraine. []

Situer l’indice par rapport à la trace

Citation

Situer l’indice par rapport à la trace

Extrait de la conférence de Béatrice Galinon-Mélénec, Colloque Traces des 10 et 11 décembre 2018, Arenberg Creative Mine/ DEVISU-Université Polytechnique Hauts de France.

Dans sa conférence de Valenciennes (10.12.2018), Béatrice Galinon-Mélénec explique que l’usage des catégories “indice”, “empreinte”, “marque” se doit de rappeler qu’elles se situent dans une définition anthropocentrée de la trace. Puis, elle pose la question de l’intérêt d’une définition du terme “trace” assimilée à la notion de conséquence et de son impact sur les catégories précédentes.

« En étant le plus synthétique et claire possible, je répondrai que :

  • Si on assimile la notion de trace à la notion de conséquence, toute la réalité – physique ou vivante – est trace-conséquence d’autre chose, et cela alors même que l’homme n’y est pour rien et même si elle existe en dehors de la connaissance que l’homme peut en avoir. Exemples : la montagne recouverte d’une neige immaculée, les étoiles du ciel, tout l’univers dont nous ne connaissons encore rien mais dont nous supposons l’existence à partir du principe que tout est conséquence-trace d’autres chose, etc.
  • Cette posture impose de lever l’ambiguïté sur la notion de trace et de distinguer la trace présente dans la RES (la réalité dans son ensemble où tout est trace, conséquences de conséquences) et la « trace pour soi » ( que nous nommons « signe-trace » pour signifier qu’il s’agit d’une trace anthropocentrée qui se transforme en signe pour l’individu vivant).

Lire la suite sur :Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018

Handicap psychique et inclusion. Recherche et résultats en Normandie : Regards croisés

Par B. Galinon-Mélénec1, Professeur des universités et Marie Delaroque2, directrice du SAMSAH « Côté Cours ».

Source : Galinon-Mélénec B, Delaroque M., « Handicap psychique et inclusion. Recherche et résultats en Normandie. Regards croisés » in Webinar CDCI First international web conference on the digital and the city in Uninorte-Acre, Rio Branco, Brazil, 21.11.2018. 

Pour accéder au Power Point présenté lors du webinaire : Webinaire_ACRE_Galinon-Mélénec.Marie Delaroque. 21_11_2018_ACRE_Bresil.

Plan du power point

I. Présentation de la recherche à le Havre (Pr. Béatrice Galinon-Mélénec)

1.1. Présentation des paradigmes de « l’Homme-trace » et du « corps-trace »

  1.  Le corps-trace
  2.  L’identité de l’humain n’est pas fixée
  3.  L’antériorité de l’avant-naître au monde et activation en fonction des interactions individu-milieu
  4.  Il n’y a pas de coupure corps-esprit
  5. Une posture issue d’une appartenance aux sciences de l’infocom et de la lecture d’auteurs extérieurs à cette discipline (cf. bibliographie)
  6.  L’homme trace : une figure anthropologique applicable à tous les humains : ici à tous les acteurs concernés par le relation TIC/inclusion.

1.2.  Présentation de la notion de la « communication organisationnelle »

  1. La communication organisationnelle dans l’histoire des théories du management :  l’organisation est un construit de la communication
  2. Rapprochement avec la théorie de l’Homme-trace
  3.  L’organisation est elle-même une organisation-trace en ce qu’elle porte les traces du projet de sa fondation et des interactions communicationnelles qui ont suivi   
  4.  Les acteurs de la communication sont aussi bien les personnes vulnérables que les accompagnants : tous sont des Hommes-traces
  5.  Les partenaires soumettent l’organisation à une injonction managériale : (utiliser les TIC) : effet de mode ou mode de gestion adapté au contexte ?
  6.  L’usage des TIC passe par leur appropriation associée à une plasticité cognitive.

Continuer la lecture

  1. UMR IDEES 6266 CNRS Normandie université, Site Lebon, 76600. Le Havre. France. []
  2. Côté cours,15 passage arcade Noury.76 600 Le Havre. France. []

« Homme-trace et organisation-trace », par Béatrice Galinon-Mélénec

Plan1

I. Les acteurs

1.1. Les acteurs de l’organisation répondent à la définition anthropologique de l’«Homme-trace » (Galinon-Mélénec)

1.2. L’aisance dans l’usage des TIC passe par leur appropriation et la plasticité cognitive des acteurs.

II. L’organisation

2.1.  L’organisation est une « organisation-trace » (Galinon-Mélénec) en ce qu’elle porte les traces du projet de sa fondation et des interactions communicationnelles qui ont suivi ;

2.2.  Cette définition de la « communication-trace » est une actualisation au XXIème siècle de la « communication organisante » (XXème siècle)2

III. Management et outils de communication

3.1.  Toute injonction managériale se situe à plus ou moins long terme dans un objectif de « communication fonctionnelle et productive » (maintenir et développer l’organisation) ;

3.2.  Le changement d’outil ne change pas l’objectif, mais la nouveauté renouvelle l’intérêt ;

3.3.  Quand un management revendiquant un souci du facteur humain met en place un nouvel outil de communication, il développe des arguments valorisant l’intérêt des acteurs dans la mise en œuvre de ces nouveaux outils.

3.4.  Dans la mise en pratique, il sera toujours confronté au fait que :
– Chaque acteur est un « homme-trace » avec des traces cognitives et des comportements, « signes-traces » (Galinon-Mélénec) de son histoire individuelle ;

– L’organisation est un système qui résulte en partie de la communication informelle entre des « hommes-traces ».

Ces processus font partie des interactions systémiques qui construisent l’identité de chaque « organisation-trace », laquelle se situe toujours dans la différence.

  1. Ce plan est un commentaire de B. Galinon-Mélénec à Galinon-Mélénec B, Delaroque M., « Handicap psychique et inclusion. Recherche et résultats en Normandie. Regards croisés » in Webinar CDCI First international web conference on the digital and the city in Uninorte-Acre, Rio Branco, Brazil, 21.11.2018. https://www.youtube.com/watch?v=i3Ndlh5vkLw []
  2. Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), « La communication interne : une approche croisée », n°5 de Communication & Organisation, 1994, 226 pages, lire en ligne : https://journals.openedition.org/communicationorganisation/1692 []