La vie du geste technique. Approche pluridisciplinaire, Martine Mille et Joëlle Petit, e-Phaïstos, 2014, pp. 43-58.

Auteurs

Joelle Petit. Docteur en histoire des techniques Laboratoire http-HT2S – (Histoire. Technique. Technologie. Patrimoine. Histoire des Technosciences en Société) EA 3716 – ED 546 – Conservatoire national des arts et métiers.

Martine Mille. Chercheur, SAPRAT (Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle) EA 4116 – École Pratique des Hautes Études

Résumé

Cet article propose de comprendre le geste technique par une lecture croisée des matériaux et des objets d’une histoire des techniques matérielle, sociale, culturelle, et intellectuelle des métiers et de leur transmission. Les auteurs cherchent à en saisir les modalités : “l’intelligence de la main en liaison avec la nécessaire adaptation de l’outil et du geste, les recettes, rites et routines dynamiques, la mécanisation aux XIXe-XXe siècles, où la digitalisation dans l’espace de l’atelier ou de l’usine, permettent de saisir la pédagogie, « l’induit » du geste inscrit dans la chaîne opératoire. Ainsi la transcription des savoir-faire et des savoir-être est comprise, de rituels en pratiques, inscrits dans une efficacité matérielle, directe ou indirecte de la technique”. L’étude de la vie du geste, de perte en renaissance, s’enrichit de la pluridisciplinarité. Elle permet de construire et de définir un objet historique. En appui : des sources manuscrites ou iconographiques, des témoignages ou des enquêtes in situ, valorisant les « gens de mains » perpétuant la mémoire de métiers. Enfin la tracéologie  mise en oeuvre décèle les traces d’outils révélatrices des gestes perdus, restitués et enfin retrouvés. (Extrait du résumé des auteurs)

Référence 

Martine Mille et Joëlle Petit, « La vie du geste technique. Approche pluridisciplinaire »e-Phaïstos [En ligne], III-1 | 2014. https://doi.org/10.4000/ephaistos.573

En open source  : http://URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/573

Apprendre les sens, Apprendre par les sens : anthropologie des perceptions sensorielles. Sous la direction de Vincent Battesti et Joël Candau. Éditions Petra, 2023

Auteurs

Vincent Battesti, habilité à diriger des recherhes, UMR 7206 – Ethnoécologie : savoirs, pratiques, pouvoirs (Espp)

Joël Candau, Anthropologue, Professeur  émérite des universités, à l’Université de Nice.

+ vingt contributeurs

Résumé

Cet ouvrage est un collectif de vingt chapitres  qui puisent surtout en anthropologie, mais aussi en sociologie, psychologie, neurosciences, primatologie et archéologie. Il propose un vaste panorama des formes du partage du sensoriel par les êtres humains. Il montre d’une part que la découverte et l’apprentissage du monde par les sens n’impliquent ni un relativisme cognitif radical, ni l’enfermement de chaque individu dans un Umwelt singulier, d’autre part que les apprentissages sensoriels et multisensoriels sont toujours l’objet d’une modulation culturelle. Nous apprenons les sens, nous apprenons par les sens. (Extrait de la présentation par les auteurs)

Information sur la collection des publications d’Eco-Anthropologie

La collection des publications d’Eco-Anthropologie est issue de l’UMR Eco-anthropologie du Musée de l’Homme. L’unité développe des recherches interdisciplinaires sur l’Homme (individus ou sociétés) et ses interactions avec l’environnement. Elle  étudie comment les humains – et leurs plus proches cousins les primates – perçoivent et agissent sur leur environnement, façonnent des cultures, et comment les environnements et les cultures façonnent la biologie de l’Homme, notamment sur le temps long au travers de notre évolution.

Analyse des processus qui produisent le partage du sensoriel par les êtres humains

Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS: médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Anne Lehmans, 2024.


Auteur

Anne Lehmans, Professeur des Universités Sciences de l’information et de la communication. https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/lehmans-anne/

Présentation (extraite de l’introduction)

Dans la poursuite de l’héritage de Michel de Certeau sur les arts de faire (1980), l’étude de l’espace peut dépasser la question des artefacts et des contenus informationnels pour s’intéresser aux gestes des acteurs, aux signes-traces déposés, aux postures corporelles et intellectuelles. On considère alors l’espace comme ouvrant la possibilité de la communication, du rapport à l’autre et de la pensée de soi. Les interactions, les expériences partagées, les pratiques informationnelles, l’attention et l’engagement mutuels sont ce qui nous intéresse, dans des contextes qui permettent la comparaison et le dialogue. Le collectif FabLab-MORE met en œuvre une démarche comparative, expérimentale et compréhensive de caractérisation des enjeux et des filtres culturels à considérer et intégrer les prolongements des activités des FabLabs, en optimisant les offres au-delà d’un seul périmètre culturel. Plus que l’innovation technologique experte, ce sont les logiques d’ouverture sociale et culturelle des espaces participatifs de diffusion et de circulation des savoirs qui sont en jeu, dans une dynamique de convivialité dans laquelle l’espace est « conducteur de sens, traducteur d’intentionnalité » (Illich, 1975 : 45), et le « dialogue entre les hommes » peut se mettre enplace autour des machines, car c’est la communication humaine qui nous importe. Les dimensions cognitives, sociales et interculturelles sont visées, dans un réseau local et international de FabLabs, pour comprendre comment les savoirs circulent entre différents espaces et communautés, selon quels registres de communication médiatisée ou pas. Interroger les dimensions communicationnelles et organisationnelles revient également à soutenir des alternatives pédagogiques et culturelles centrées sur l’émancipation des usagers.

Pour en savoir plus: https://hal.science/hal-04536138/document

Référence

Anne Lehmans. Espaces de fabrication en tant qu’objet d’étude en SIC et en SHS : médiations de/par l’espace et interculturalité dans les FabLabs. Séminaire ”Espaces-Savoirs-Identités”, ENSSIB-Elico, Apr 2024, Lyon, France.

 Vient de paraître. La Fabrique des émotions disjointes (Faits d’affect, 2), Georges Didi-Huberman, mars 2024

Auteur

Georges Didi-Huberman, maître de conférences, EHESS, Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

Présentation

Les manifestations  gestuelles des émotions et leur fabrique :

la relation des sujets aux objets, le partage du sensible confronté aux marché de l’affectif et des émotions 

Lien

http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-La_Fabrique_des_émotions_disjointes-3434-1-1-0-1.html

Des traces numériques aux projections algorithmiques (Berthier et Teboul, ISTE, novembre 2018)

Auteurs

Thierry Berthier, Université de Limoges, France

Bruno Teboul, Gfi Informatique, France

Extrait du résumé éditeur

Cet ouvrage offre une approche projective de la trace numérique, s’appuyant sur un formalisme intégrant l’individu, le système et l’algorithme exécuté. Il expose le formalisme complet décrivant les projections algorithmiques et présente deux concepts inédits liés aux objets connectés : le niveau d’ubiquité d’un lieu et le consentement algorithmique d’un individu. Les fausses données, premier vecteur d’insécurité numérique, matrices de cybercriminalité, y sont étudiées sous l’angle projectif et l’ouvrage se concentre également sur les cyberattaques à fort impact construites sur des projections algorithmiques fictives.

Mots clefs 

Traces numériques, identité numérique, algorithme, sécurité numérique,  analyses techniques, approches critiques, perspectives.

Chapitre introductif et table des matières en open source à : https://www.istegroup.com/fr/produit/des-traces-numeriques-aux-projections-algorithmiques/

Santé inclusive « L’accompagnement des enfants transgenres et de leur famille », La Revue Nouvelle, 2023.

Auteur 

Noah Gottlobest psychologue clinicien et enseignant en psychologie ; cofondateur et coordinateur d’Epicentre – Espace de santé inclusive ASBL, centre pluridisciplinaire de soins, de bienêtre et d’apprentissages visant l’accès à une santé inclusive, non normative et non oppressive ; cofondateur de l’ASBL Transkids Belgique, association d’accompagnement des enfants en situation de transidentités et de leur famille.

Résumé (par l’auteur)

L’équation à laquelle on aimerait croire, peut-être parce que nous avons appris à être rassuré·es par cette croyance, est celle qui établit que le genre serait systématiquement et automatiquement en adéquation avec le sexe. Cela reviendrait à considérer que si un individu nait avec le sexe masculin, il sera un homme ; et si c’est avec le sexe féminin, une femme. Et même s’il apparait parfois difficile de se questionner sur ce qui semble évident, naturel, les choses ne sont pas dans la réalité aussi tracées, aussi rigides. D’une part, parce qu’il existe tout un éventail de caractéristiques sexuelles qui dépassent cette binarité : les personnes intersexes. D’autre part, parce que le genre, c’est-à-dire le fait de se sentir femme, homme ou autre, résulte d’un ensemble de mécanismes bien plus complexes que cette logique dichotomique (Détrez, 2015 ; Schneider, 2013). L’identité de genre, la corporalité du sexe et les orientations de la sexualité sont des concepts distincts et leur confusion risque de mener à une mauvaise perception des mécanismes à l’œuvre.
Nous sommes tou​s·te​s des individus ​genré·es et souvent même avant notre naissance. ​« C’est une fille ou un garçon ? » n’est-elle pas l’une des premières questions que l’on pose à de futurs parents ? La réponse opère ce que l’on nomme une « assignation de genre​ » puisqu’elle détermine le genre de l’enfant uniquement sur base de ses caractéristiques sexuelles (Galinon-Mélénec et Martin-Juchat, 2014). Mais alors, quelle souplesse laisse-t-on à l’enfant si le genre qui lui est assigné ne coïncide pas avec son genre ressenti …

Source

GOTTLOB Noah, « L’accompagnement des enfants transgenres et de leur famille », La Revue Nouvelle, 2023/4 (N° 4), p. 67-78. DOI : 10.3917/rn.232.0067. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelle-2023-4-page-67.htm

Recommandé : Retracer le domaine émergent de la recherche sur l’activisme numérique pour l’environnement et le climat : une revue systématique de la littérature à méthodes mixtes

 


Nom de l’auteur : Zozan Baran & Daniela Stoltenberg
Titre de la revue : Environmental Communication
Article DOI : 10.1080/17524032.2023.2212137
Résumé
Suite à la mobilisation transnationale de Fridays for Future, la recherche sur l’activisme environnemental et climatique numérique s’est rapidement développée. Nous contribuons à la solidification de ce domaine émergent à travers une revue de littérature systématique à méthodes mixtes. Nous analysons quantitativement 138 articles évalués par des pairs concernant leurs théories, leurs méthodologies et leur orientation empirique. Pour identifier les trajectoires de recherche et les champs d’intérêt émergents, nous ajoutons une analyse qualitative approfondie des publications influentes. L’intérêt pour la recherche a augmenté rapidement et s’est déplacé de divers domaines de griefs environnementaux vers le changement climatique comme objectif principal. Le domaine est guidé par les théories du cadrage, de l’action connective et de l'(in)visibilité. Il est méthodologiquement diversifié, mais géographiquement biaisé vers l’Occident. Les approches populaires incluent les études de cas ethnographiques et les études sur Twitter, tandis que d’autres plateformes reçoivent une attention limitée. Nous diagnostiquons un besoin d’approches plus comparatives et relationnelles allant au-delà des cas individuels, des pays et des plateformes.

 

 

 

 

 

 

 

Autorisation du types d’utilisation

https://www.tandfonline.com/action/requestPermissions?doi=10.1080/17524032.2023.2212137

Académique (par exemple pour être réutilisé dans une publication académique/commerciale/journal/dossier de cours)
Référence : Zozan Baran et Daniela Stoltenberg (2023) Tracing the Emergent Field of Digital Environmental and Climate Activism Research: A Mixed-Methods Systematic Literature Review, Environmental Communication, DOI: 10.1080/17524032.2023.2212137

:
 

Hommage à Yves Jeanneret

Lien

Colloque « L’Homme-trace », Département INFOCOM, Univ-Le Havre, 2011.

Le programme « L’Homme-trace », initié en 2008 au sein de l’UMR IDEES 6266 Le Havre, a trouvé toute sa puissance dès lors que, en 2010, Yves Jeanneret, alors directeur du GRIPIC, nous a accueilli au CELSA avec l’amical soutien de Véronique Richard, elle-même directrice du CELSA. Sans Yves Jeanneret, les colloques de
« L’Homme-trace » ne seront plus les mêmes. Il les enrichissait par la diversité et la profondeur de ses connaissances. Il les éclairait par la finesse de sa pensée, la subtilité de sa parole et par sa générosité. Il honorait chacun des ouvrages qui prolongeait ces rencontres par des chapitres d’une qualité remarquable. Sa contribution à chacun des tomes de la série « L’Homme-trace » que je dirige chez CNRS éditions a largement soutenu un rayonnement qui a permis, en 2014, d’obtenir la reconnaissance du Laboratory on Human trace Unitwin Complex Systems Digital Campus UNESCO. En 2019, alors qu’il se projetait toujours malgré la fatigue, nous évoquions tous ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de cette dynamique, pourraient se reconnaître dans ce que nous nommions « La nouvelle École française de la pensée de la trace ».

Son départ est une perte immense pour la communauté des chercheurs en sciences humaines, pour tous ceux qui venus d’horizons divers travaillent sur « La fabrique de la trace », et pour tous ceux qu’il accueillait dans son cercle à la fois amical et professionnel. Heureusement, ses écrits nous le rendent présent ‘in absentia’, ‘partout et nulle part’, pour reprendre le titre du chapitre qu’il a co- écrit avec Pauline Chasseray–Peraldi dans le dernier tome de la série L’Homme-Trace (tome IV, 2017). Le vide qu’il laisse appelle à ancrer la trace de ses qualités à la fois scientifiques et humaines dans les générations qui n’auraient pas eu la chance de le rencontrer.

Béatrice Galinon-Mélénec
Professeur des universités émérite
Sciences de l’information et de la communication
UMR IDEES 6266 CNRS – Université  Le Havre Normandie
Directrice du programme « L’Homme-trace »
Rédactrice en chef de « Ichnos-Antropos.  Le carnet de L’Homme-trace »
Fondatrice de Human Trace UNITWIN Complex Systems Digital Campus UNESCO.

https::onhumantrace.hypotheses.org. Hommage à Yves Jeanneret

Surfaces et intériorité

Auteur : Cabanès Jean-Louis (dir.)

Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux.
Collection : Modernités | 12.
Année d’édition : 1998.
EAN (Édition imprimée) : 9782867812286 
DOI : 10.4000/books.pub.5130 
EAN électronique : 9791030004038
 
Publication sur OpenEdition Books : 07 mars 2019.
 

Présentation éditeur (extrait) :

“(…) Les métaphores spatiales s’imposent tout à la fois lorsqu’on évoque l’appréhension de soi, la connaissance intuitive de l’intime, le mouvement empathique qui conduit à réduire la distance qui me sépare de l’autre, à le rencontrer dans la manière dont il se définit lui-même comme sujet ; elles surviennent encore lorsqu’il s’agit de caractériser le regard « pénétrant » de l’analyste, les sensations que l’on dit internes, la démarche qui, m’incitant à me définir par rapport au spatial « externe », me conduit à constater que je suis un corps, que je m’affirme comme sujet dans une sorte de retour de la sensation sur elle-même. Le mot « surface » ne se laisse pas davantage circonscrire. Il renvoie aux reliefs, aux contours, aux limites des choses, il désigne le périphérique, le cutané, mais aussi l’affleurement, l’apparence ou l’apparaître, ou bien encore le positionnement du sujet par rapport au monde et par rapport à lui-même. Le corps « voyant » — Dominique Rabaté le rappelle en citant Merleau-Ponty — est aussi surface « visible ». Une molle coordination ajoute encore à la confusion. Surface et/ou intériorité ? Surface vs intériorité ? Encore néglige-t-on la fréquente réversibilité de ces deux termes. On devine cependant pourquoi nous avons conservé cet intitulé. Il autorise une réflexion sur les formations discursives qui cherchent à ruiner la manière dont le sujet cartésien se définit par rapport à la res extensa. Considérée dans cet optique, la modernité s’affirme tout particulièrement plurielle, parcourue de conflits, de lignes de fracture” (…)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.

La confiance. Un dialogue interdisciplinaire

Auteures : Aurore Gaillet, Nicoletta Perlo et Julia Schmitz (dir.).

Éditeur : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole.
Collection : Actes de colloques de l’IFR | 37.
Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782361701802
DOI : 10.4000/books.putc.5876
EAN électronique : 9782379280726
 

Publication sur OpenEdition Books : 04 septembre 2019.

Présentation par les auteurs :

“Dès lors qu’elle renvoie à la possibilité de « se fier », à quelqu’un ou à quelque chose, la confiance est au cœur et au fondement des relations sociales, intéressant ce faisant la plupart des sciences sociales. Dans un contexte dominé par le constat partagé d’une « crise » de confiance / ou de défiance – dans la société, dans la démocratie, dans les hommes et les institutions politiques, dans le progrès, dans l’économie, etc. –, une interrogation croisant les analyses de différentes disciplines prend tout son sens.

Si le juriste est interpellé par la problématique de la confiance en tant que « juriste dans la cité », il peut également y trouver un concept invitant à renouveler certains cadres classiques des droits constitutionnels, de l’environnement, de l’économie ou encore des finances.

L’organisation d’une « journée d’étude interdisciplinaire » tendait à poursuivre ce questionnement, en invitant des spécialistes de disciplines non juridiques à dialoguer avec des juristes. Les points de vue de la philosophie, de l’histoire, de la science politique et de l’économie ont ainsi été mobilisés pour questionner la thématique commune de la confiance”. (…)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019.

Le façonnement des ancêtres. Dimensions sociales, rituelles et politiques de l’ancestralité

Auteurs : Sophie Chave-Dartoen, Stéphanie Rolland-Traina

Éditeur : Presses de l’Inalco, Paris.
Collection : TransAireS.
 Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782858312962.
EAN électronique : 9782858312955. 
DOI : 10.4000/books.pressesinalco.19941

Introduction (extrait) :

(…) De fait, les ethnographies relatives aux différentes sociétés humaines montrent une distinction, souvent nette, entre ce que nous appelons communément « ancêtres » en français (des prédécesseurs qui font référence) et l’innombrable masse des défunts qui, nous ayant précédés, n’ont pas laissé une trace suffisamment durable pour que leur existence mérite d’être mentionnée, mémorisée et, parfois même, connue.

(…) Les différentes contributions à ce volume montrent toutefois que la mémoire, notamment la mémoire des ancêtres, ne serait pas si durable si elle ne s’articulait à des formes de reconnaissance sociale, aux pratiques d’investiture plus ou moins formelles et institutionnelles du rituel, qu’il soit religieux et/ou politique. Les rites instituent les ancêtres, soit lors des funérailles, soit lors de pratiques spécifiques où peuvent s’enchevêtrer des caractères propitiatoires, divinatoires, dévotionnels, mais aussi d’autres formes de mise en mémoire plus ou moins ritualisées : circulations cérémonielles, commémorations et mises en récit, processus de patrimonialisation. Si les ancêtres sont constitués par les vivants, ces pratiques confèrent aussi aux premiers une forme d’autorité à laquelle il convient de se soumettre. Leur institution imprime donc au présent l’empreinte d’un passé ayant la double caractéristique d’être, par là-même, façonné et imposé ou approprié, selon les contextes.(…)

© Presses de l’Inalco, 2019.

Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité

Auteur : Michel Naepels

Éditeur : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales,  Paris.
Collection : Cas de figure | 48.
Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 978271322768. 
EAN électronique : 9782713231711. 
DOI : 10.4000/books.editionsehess.9216

Publication sur OpenEdition Books : 15 juillet 2019.

Présentation éditeur :

“Les sciences sociales peuvent-elles décrire la vulnérabilité, l’incertitude, la solitude ? Pour répondre à cette question, Michel Naepels, assumant sa position d’auteur, adopte dans ce livre une approche pragmatique et s’interroge sur le rôle du chercheur et le statut du témoignage qu’il suscite, à partir d’enquêtes menées dans des zones de conflits et de troubles, et de lectures à la fois anthropologiques, philosophiques et littéraires. Au lecteur qui se demande quelle est la place de celui ou celle qui enquête dans des situations de détresse, cet essai propose une anthropologie politique renouvelée de la violence, de la prédation, du capitalisme. Il endosse un point de vue, celui de la vulnérabilité et de l’exposition à la violence, en prêtant attention aux subjectivités, aux émotions et aux pensées des personnes qui y sont confrontées. Il s’agit d’articuler l’exploitation de l’homme et de la nature avec la construction de soi, de penser dans le sensible, avec la douleur, malgré tout”.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019.

Pratiques de la médiation des savoirs

Actes du congrès : 143e congrès national des sociétés historiques et scientifiques.

Référent : Michel Sot (dir.)

Éditeur : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques,  Paris, 2019.
EAN électronique : 9782735508983. 
DOI : 10.4000/books.cths.5280

Publication sur OpenEdition Books : 05 juin 2019.

Résumé des auteurs :

“D’une personne à une autre, d’une génération à une autre, d’une culture à une autre, les savoirs et les savoir-faire se transmettent. Cette transmission peut être privée ou publique, officielle ou informelle, orale ou écrite. Elle peut avoir lieu dans la sphère familiale, dans le milieu éducatif, dans un cercle professionnel ou encore au sein d’une communauté scientifique. À partir d’exemples de l’Antiquité à nos jours, en France et au-delà de ses frontières, cet ouvrage collectif souligne la diversité des acteurs, des modèles et des canaux de la médiation des savoirs”.

 

En savoir plus : https://books.openedition.org/cths/5280

Visibilité et présence de l’image dans l’espace ecclésial. Byzance et Moyen Âge occidental

Auteurs : Sulamith Brodbeck et Anne-Orange Poilpré (dir.)

Éditeur : Éditions de la Sorbonne.
Collection : Byzantina Sorbonensia | 30.
 Lieu d’édition : Paris.
Année d’édition : 2019.
Nombre de pages : 448 p.

Publication sur OpenEdition Books : 18 décembre 2019.

Résumé éditeur (extrait) :

Cet ouvrage met au cœur de son propos une interrogation simple : dans l’organisation complexe de l’espace de l’église médiévale, les emplacements choisis pour les images qui ornent les murs et les objets n’offrent pas toujours la possibilité de voir celles-ci, d’en déchiffrer le contenu. Certaines semblent réservées à des groupes de l’assemblée stationnant dans des espaces spécifiques, d’autres ne sont pas visibles depuis les principales zones affectées aux fidèles ou aux clercs, d’autres encore sont situées trop haut. Le rapport, a priori évident, entre représentation et visibilité se trouve donc souvent démenti, appelant alors une nouvelle notion, celle de présence. Analyser la tension existant entre ces trois catégories – figuration, visibilité et présence – implique une étude croisée des œuvres figurées, des monuments et des sources écrites. Les notions de mobilité et de fixité permettent également de prendre en compte les multiples jeux d’échelles à l’œuvre dans ce lieu rituel qu’est l’église, impliquant des objets, des manuscrits, des dispositifs liturgiques, des gestes, des déplacements physiques, dialoguant avec un décor appliqué au corps même du monument, épousant l’immobilité de l’architecture.

Les cinq chapitres thématiques qui organisent ce volume mettent en regard différents cas issus de l’Occident médiéval et de l’Orient byzantin, selon une chronologie longue (de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge), dans une volonté de décloisonner les disciplines et les aires géographiques afin de tirer tous les enseignements d’une approche transversale de l’image médiévale.

L’épistémologie historique : Histoire et méthodes

Auteurs : Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez et Matteo Vagelli (dir.) 

Paris : Éditions de la Sorbonne, Philosophie | 44, 270 p.

EAN (Édition imprimée) : 9791035103279
DOI : 10.4000/books.psorbonne.39172

Publication sur OpenEdition Books: 18 décembre 2019.

Résumé éditeur :

(…) De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine”.

 

Plus sur : http://books.openedition.org/psorbonne/39172