Éclairage sur les processus d’auto-normativité dans la démarche d’accompagnement et d’éducation des équipes soignantes

Par Philippe Barrier

Conférence présentée lors des journées d’Étude de l’ARSI 2012 et publiée dans Recherche en soins infirmiers, 2012/3, N° 110, pp. 7-12.

Il n’est pas autorisé de présenter des extraits de cette conférence. Mais sa publication est accessible sur : https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2012-3.htm-page-7.htm. La prise en compte par l’auteur des notions de complexité, de traces et son rejet de la coupure entre le corps et l’esprit, justifie une présentation, même brève, dans Ichnos Anthropos.

L’auteur :
Philippe Barrier a soutenu à Paris V (2007) une thèse en sciences de l’éducation qui « partant de l’expérience propre de la maladie chronique par le chercheur lui-même, tente d’établir un concept capable de rendre compte du phénomène d’abord observé chez lui, de transformation du traumatisme de la chronicité en expérience à valence positive. La réflexion entamée sur le parcours personnel trouve un écho théorique dans la conception de Georges Canguilhem de la norme et de la pathologie ». (Cf. : https://www.theses.fr/2007PA05H069).

Philippe Barrier est également l’auteur de La blessure et la force, la maladie et la relation de soin à l’épreuve de l’auto-normativité. Paris : PUF ; 2010.
La préface de Bernard Stiegler pour cet ouvrage est accessible sur : https://www.cairn.info/la-blessure-et-la-force–9782130586234.htm-page-XI.htm

N.B. Il est possible d’écouter Philippe Barrier sur le site de France-culture en cliquant sur : https://www.franceculture.fr/personne-philippe-barrier.html

 

“Une généalogie critique des théories de l’écriture. Histoire et épistémologie du pluralisme graphique”

Par SUNG DO KIM1.

In « Signatures – (Essais en) Sémiotique de l’écriture », Signata, 9/2018, pp. 155-192.

Résumé (de l’auteur) :
Cet article a pour objectif d’effectuer un bilan des recherches consacrées au pluralisme graphique. Pour ce faire, nous examinons d’abord les présupposés épistémologiques de la grammatologie moderne, qui repose sur trois soubassements : le phonocentrisme, l’ethnocentrisme, l’évolutionnisme. Nous menons une critique de ces trois fondements de la grammatologie conventionnelle en nous référant aux différents courants critiques qui participent à l’émergence du paradigme du pluralisme graphique. Nous proposons ensuite une épistémologie du pluralisme graphique, reposant sur cinq principes : la pluri-dimensionnalité du graphisme, l’écriture comme support, l’économie politique des systèmes graphiques, l’intermédialité, l’écriture comme dispositif rétentionnel. Dans une sixième partie, nous esquissons un aperçu de l’état actuel des domaines du pluralisme graphique, du domaine biologique à l’écriture urbaine et augmentée, en passant par l’écriture numérique.

Extraits:

Ce qu’il faut retenir de la pensée derridienne dans le cadre du paradigme pluraliste de l’écriture, c’est le concept de « trace ». Sans la « trace », il n’est possible d’imaginer ni écriture, ni traitement, ni communication, ni enregistrement, ni archivage ou modification de l’information. En même temps, il existe plus de formes et de types de traces que ce qu’on l’entend par traces d’écriture et de langage au sens étroit du terme2. (…)

Dans l’évolution de la main et de l’esprit, il s’est produit un processus d’extériorisation déployant une dynamique incessante de fabrication de traces. On constate donc ici une combinaison dynamique de la mémoire et de l’écriture.

Lire plus : http://journals.openedition.org/signata/1662

Source : Sung Do Kim, « Une généalogie critique des théories de l’écriture », Signata, 9 | 2018, 155- 192.

Information sur la revue Signata : https://journals.openedition.org/signata/267

  1. L’auteur : Sung Do Kim est professeur de sémiotique et des théories linguistiques à l’Université de Koryo, et a été professeur invité dans différentes université (Cambridge, Harvard, Oxford). Il est vice-président de l’Association internationale d’études sémiotiques et président de l’Association coréenne de la culture visuelle. Auteur de plusieurs ouvrages en coréen et d’articles en français, comme « Anthropologie de l’urbain », ou encore « anthropologie des langages », il est en outre traducteur de nombreux ouvrages, tels ceux de M. Arrivé,
J. Derrida, U. Eco, J.-M. Floch, A.J. Greimas, S. Peirce et F. de Saussure. En 1994, il fut lauréat du prix Mouton d’Or attribué par la revue Semiotica. 
Courriel : dodo@korea.ac.kr []
  2. À ce sujet, voir Galinon-Mélénec (2011), Galinon-Mélénec & Zlitini (2013), Galinon-Mélénec et al. (2015) []

“Modèle psycho-social et impensé numérique dans l’élaboration d’un dispositif pédagogique. Le cas du programme Autobiographie de rencontres interculturelles du Conseil de l’Europe”

Par AUDE SEURRAT1

Dans Distances et médiations des savoirs 24 | 2018  : https://journals.openedition.org/dms/74#tocto1n1

Résumé (de l’auteur) :
L’article opère un retour analytique sur une expérience de participation à un programme du Conseil de l’Europe et vise à mettre en exergue les différentes questions qui ont été soulevées lors de l’adaptation de ce dispositif pédagogique centré sur les relations interculturelles aux médias numériques. Cet article permettra plus précisément de montrer en quoi le modèle psycho-social des relations interpersonnelles s’adapte mal à l’appréhension des spécificités des médiations de la communication à distance et produit une forme d’impensé numérique.

Extrait :
Dès lors, le terme d’échange ne peut suffire à qualifier la pluralité des gestes d’écriture/lecture propres à la pratique des dispositifs numériques. Comme le souligne Yves Jeanneret, « toute modélisation informatique porte de fait un projet de transformation des processus de communication, dont la nature et l’ampleur ne constituent nullement une grammaire fixe » (Jeanneret, 2005, p. 195). Or, comme l’explique Pierre Mœglin, cette transformation des processus de communication opère « la réduction tendancielle de l’activité créatrice à la production de traces, si rudimentaires soient-elles (like, notations élémentaires, simples manifestations d’une présence géolocalisée, etc.) […]. Et cette réduction conforte le schéma en circuit fermé d’une circulation à l’état pur » (Mœglin, 2005, p. 60).

Continuer la lecture

  1. Aude Seurrat, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication depuis 2011 à Paris XIII, est responsable de la Mention Licence Information et Communication. Ses recherches portent sur la médiation des savoirs et plus spécifiquement sur les dispositifs de formation professionnelle (« best practices », kits de formations, « serious games », mediatraining, formations à l’interculturel). []

“Responsabilité sociétale des universités et environnement numérique. La notion d’empreinte, un enjeu de réflexivité”

Par Violaine Appel1 et Julien Falgas2.

Article paru la rubrique « Recherches » de la revue Communication, 35/2/2018 Université Laval, Québec.

La totalité du numéro est accessible sur : https://journals.openedition.org/communication/7677

Résumé des auteurs :
Partant de l’impact et les responsabilités des universités vis-à-vis de la société, les auteurs affirment que la communication scientifique répond aujourd’hui aux « mêmes impératifs que la communication générale : c’est-à-dire il faut être rapide, lisible et performant ». Dans le cadre du paradigme d’une écologie des dispositifs médiatiques à l’ère numérique, ils soulèvent la question suivante : des notions telles que l’environnement et l’empreinte peuvent-elles se révéler heuristiques ? Les universités ont-elles par exemple une responsabilité dans le fait d’encourager ou non le recours à des services tels que Google, Facebook ou Wikipédia ?

Extrait :
« On le voit, l’activité numérique des universitaires est source de nombreuses traces et inscriptions plus ou moins calculées ou contrôlées. Or, les usages préconisés, encouragés ou renforcés dans les formations et les fonctionnements des universités ont un impact sur l’évolution des usages numériques de la population. Les manières d’enseigner servent de modèle à tout le système d’enseignement dont les cadres sont issus : ce que sera le numérique à l’école dépend de ce qu’il est à l’université. Les universités ont par exemple une responsabilité dans le fait d’encourager ou non le recours à des services tels que Google, Facebook ou Wikipédia ».

Lien vers l’article complet :
http://journals.openedition.org/communication/8018
  1. Violaine Appel est maître de conférences et chercheure au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA3476), Université de Lorraine (IUT Nancy-Charlemagne). []
  2. Julien Falgas est docteur, qualifié en sciences de l’information et de la communication, et chercheur correspondant au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA3476), Université de Lorraine. []

Situer l’indice par rapport à la trace

Citation

Situer l’indice par rapport à la trace

Extrait de la conférence de Béatrice Galinon-Mélénec, Colloque Traces des 10 et 11 décembre 2018, Arenberg Creative Mine/ DEVISU-Université Polytechnique Hauts de France.

Dans sa conférence de Valenciennes (10.12.2018), Béatrice Galinon-Mélénec explique que l’usage des catégories “indice”, “empreinte”, “marque” se doit de rappeler qu’elles se situent dans une définition anthropocentrée de la trace. Puis, elle pose la question de l’intérêt d’une définition du terme “trace” assimilée à la notion de conséquence et de son impact sur les catégories précédentes.

« En étant le plus synthétique et claire possible, je répondrai que :

  • Si on assimile la notion de trace à la notion de conséquence, toute la réalité – physique ou vivante – est trace-conséquence d’autre chose, et cela alors même que l’homme n’y est pour rien et même si elle existe en dehors de la connaissance que l’homme peut en avoir. Exemples : la montagne recouverte d’une neige immaculée, les étoiles du ciel, tout l’univers dont nous ne connaissons encore rien mais dont nous supposons l’existence à partir du principe que tout est conséquence-trace d’autres chose, etc.
  • Cette posture impose de lever l’ambiguïté sur la notion de trace et de distinguer la trace présente dans la RES (la réalité dans son ensemble où tout est trace, conséquences de conséquences) et la « trace pour soi » ( que nous nommons « signe-trace » pour signifier qu’il s’agit d’une trace anthropocentrée qui se transforme en signe pour l’individu vivant).

Lire la suite sur :Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018

Citer ce billet : Béatrice Galinon-Mélénec, "Situer l’indice par rapport à la trace," in ICHNOS-ANTHROPOS, 12/12/2018, https://onhumantrace.hypotheses.org/4433.

Colloque E. Laboratory On Human Trace Complex Systems DC UNESCO des 10 et 11 décembre 2018

Lieu : Arenberg Creative Mine Université Polytechnique Hauts-de-France.

Cette année, c’est au tour  du laboratoire DeVisu Arenberg Creative Mine Université Polytechnique Hauts-de-France (dirigé par Pr. Sylvie Leleu-Merviel) de financer l’organisation et d’assurer le soutien logistique du colloque des 10 & 11 décembre 2018 du e. laboratory on human trace complex systems UNESCO. 

Vous trouverez ci-joint le programme prévisionnel correspondant : Colloque_Human_trace_UNESCO _12_2018_Valenciennes

Varia sur la notion de trace

Ichnos Anthropos, le carnet de l’homme-trace s’adresse à des lecteurs d’origines scientifiques et culturelles variées. Il propose au lecteur de saisir l’opportunité de la présentation de l’actualité des publications et des manifestations pour interroger l’usage de la notion de trace ; et cela, même si nous sommes accoutumés au fait que, pour un groupe d’individus partageant la même culture, l’usage d’un mot signifie globalement la même chose. Pour des lecteurs attentifs aux différents sens portés par un terme, il convient de situer leur usage terminologique avec celui utilisé par le scripteur. Nous suggérons ici un chemin de traverse guidé par l’idée d’explorer la complexité de la notion de trace dans des écrits issus de différentes disciplines.

Propositions de lecture

La trace est définie ici comme une partie du réel qu’un individu interprète en tant que conséquence. L’exemple le plus banal en est les traces de pas sur le sol, dites traces de passage. Dans cette perspective, nous proposons de considérer les termes « empreinte », « indice », « marque » comme appartenant à des sous-ensembles à l’intérieur de la classe « trace ».

Nous nous appuyons sur Le dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 2006) pour donner des définitions et sur les souvenirs d’images de cinéma et séries pour les activer.

    • L’empreinte est définie ici comme une catégorie de traces (conséquence d’un événement) dont la forme et la matière disposent d’une certaine durée : l’illustration coutumière est celle des empreintes papillaires recherchées sur les scènes de crime en vue d’identifier les personnes dont les doigts ont touché des objets.
    • La marque est définie ici comme une catégorie de traces (conséquence d’un événement) qui constitue un signe reconnaissable, identifié de manière distinctive et signifiante : la coutume du marquage au fer rouge du bétail pour identifier l’appartenance nous a été rendue familière par les westerns.
    • L’indice est défini ici comme une catégorie de trace (conséquence d’un événement) à laquelle un interprétant cognitif associe une inférence causale indexée à un scénario : les séries policières regorgent de situations où la bannière « Crime scene do not cross» affiche la délimitation entre les espaces susceptibles de contenir des indices et les autres.

Des différences incontournablescontournées

L’interprétant est ici1 un « homme-trace » vivant via un « corps-trace » qui l’ouvre (ou le ferme) à l’espace sensible de façon différenciée. À partir de cette ouverture plus ou moins grande à la réception des éléments multi échelles qui composent la situation où il se trouve, un individu percevra une dimension du réel en tant que trace alors qu’un autre y sera indifférent ou ne verra aucune relation de conséquence dans ce qu’il perçoit.

Dans le cas où une partie de la réalité est perçue et nommée en tant que trace, la signification de cette trace est susceptible de varier selon les interprétants, car ceux-ci disposent d’un corps-trace – conséquence de l’histoire de leurs interactions avec leur environnement – qui les ouvre peu ou prou à la réception.

Néanmoins, le corps-trace, en incorporant aussi bien du social que du singulier, extériorise également des signes-traces de dénominateurs communs entre individus partageant des conditions – notamment culturelles – d’existence voisines. Il en résulte une forme de consensus dans des jugements qui sont analysés ici comme les « signes-traces » de ce    « commun ».

En s’adressant à un lectorat diversifié, Ichnos Anthropos. Le carnet de l’homme-trace  invite à repérer les clôtures épistémologiques entre les disciplines. En sensibilisant aux variations interprétatives des notions de trace, empreinte, marque, indice, il incite les auteurs utilisant ces termes à en préciser systématiquement le sens dans leurs communications.

Pour en savoir plus, lire : Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018

  1. Dans d’autres cas que celui examiné ici, le terme « interprétant » peut recouvrir des processus d’interprétation effectués par des machines. []

Le “RAPTER” en GRH

Le “Rapter” en GRH par Béatrice Galinon-Mélénec

Ichnos-Anthropos, rubrique « Organisation-trace », billet du 1.12.2018

L’histoire du management témoigne de l’existence de cycles quant à la mise en avant du « capital humain ». Les Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) en constituent un nouvel exemple.

Les régularités antérieures ou le « RAPTER » en GRH (1).

Six points émergent de l’observation du siècle dernier :

R (Renouvellement) : les outils de régulation du « capital humain » dans les entreprises font l’objet d’un renouvellement régulier en gestion des ressources humaines (GRH) ;

A (Acteurs) : les acteurs – qui correspondent comme tout humain à la définition anthropologique de l’Homme-trace (2) – se positionnent à chaque fois en fonction de convictions personnelles et de connaissances qui s’enracinent dans leur histoire ;

P (Profit) : derrière l’apparence de la nouveauté, le fondement organisationnel reste le même : la logique fonctionnelle et productive ;

T (Travail) : au moment où l’analyse rationnelle conduit à conclure que le retour sur l’investissement financier fait dans le capital humain n’est pas évaluable sous forme de profit, une issue favorable au capital humain est peu probable ;

E (Espoir) : cependant, toute tentative de régulation par de nouvelles formes de GRH, en projetant des comportements liés à une nouvelle vision à moyen ou long terme, est susceptible de fournir de l’espoir dans l’avenir ; espérance qui, selon les places des acteurs dans l’organisation et les traces cognitives et émotionnelles qu’ils ont incorporées en tant qu’homme-trace, prend des formes qui diffèrent voire divergent ;

R (Retour) : Les DRH (3) – qui ont eu pour mission de lancer le nouvel outil de régulation – en gèrent aussi l’effet-retour sur les acteurs.

Continuer la lecture

Handicap psychique et inclusion. Recherche et résultats en Normandie : Regards croisés

Par B. Galinon-Mélénec1, Professeur des universités et Marie Delaroque2, directrice du SAMSAH « Côté Cours ».

Source : Galinon-Mélénec B, Delaroque M., « Handicap psychique et inclusion. Recherche et résultats en Normandie. Regards croisés » in Webinar CDCI First international web conference on the digital and the city in Uninorte-Acre, Rio Branco, Brazil, 21.11.2018. 

Pour accéder au Power Point présenté lors du webinaire : Webinaire_ACRE_Galinon-Mélénec.Marie Delaroque. 21_11_2018_ACRE_Bresil.

Plan du power point

I. Présentation de la recherche à le Havre (Pr. Béatrice Galinon-Mélénec)

1.1. Présentation des paradigmes de « l’Homme-trace » et du « corps-trace »

  1.  Le corps-trace
  2.  L’identité de l’humain n’est pas fixée
  3.  L’antériorité de l’avant-naître au monde et activation en fonction des interactions individu-milieu
  4.  Il n’y a pas de coupure corps-esprit
  5. Une posture issue d’une appartenance aux sciences de l’infocom et de la lecture d’auteurs extérieurs à cette discipline (cf. bibliographie)
  6.  L’homme trace : une figure anthropologique applicable à tous les humains : ici à tous les acteurs concernés par le relation TIC/inclusion.

1.2.  Présentation de la notion de la « communication organisationnelle »

  1. La communication organisationnelle dans l’histoire des théories du management :  l’organisation est un construit de la communication
  2. Rapprochement avec la théorie de l’Homme-trace
  3.  L’organisation est elle-même une organisation-trace en ce qu’elle porte les traces du projet de sa fondation et des interactions communicationnelles qui ont suivi   
  4.  Les acteurs de la communication sont aussi bien les personnes vulnérables que les accompagnants : tous sont des Hommes-traces
  5.  Les partenaires soumettent l’organisation à une injonction managériale : (utiliser les TIC) : effet de mode ou mode de gestion adapté au contexte ?
  6.  L’usage des TIC passe par leur appropriation associée à une plasticité cognitive.

Continuer la lecture

  1. UMR IDEES 6266 CNRS Normandie université, Site Lebon, 76600. Le Havre. France. []
  2. Côté cours,15 passage arcade Noury.76 600 Le Havre. France. []

« Homme-trace et organisation-trace », par Béatrice Galinon-Mélénec

Plan1

I. Les acteurs

1.1. Les acteurs de l’organisation répondent à la définition anthropologique de l’«Homme-trace » (Galinon-Mélénec)

1.2. L’aisance dans l’usage des TIC passe par leur appropriation et la plasticité cognitive des acteurs.

II. L’organisation

2.1.  L’organisation est une « organisation-trace » (Galinon-Mélénec) en ce qu’elle porte les traces du projet de sa fondation et des interactions communicationnelles qui ont suivi ;

2.2.  Cette définition de la « communication-trace » est une actualisation au XXIème siècle de la « communication organisante » (XXème siècle)2

III. Management et outils de communication

3.1.  Toute injonction managériale se situe à plus ou moins long terme dans un objectif de « communication fonctionnelle et productive » (maintenir et développer l’organisation) ;

3.2.  Le changement d’outil ne change pas l’objectif, mais la nouveauté renouvelle l’intérêt ;

3.3.  Quand un management revendiquant un souci du facteur humain met en place un nouvel outil de communication, il développe des arguments valorisant l’intérêt des acteurs dans la mise en œuvre de ces nouveaux outils.

3.4.  Dans la mise en pratique, il sera toujours confronté au fait que :
– Chaque acteur est un « homme-trace » avec des traces cognitives et des comportements, « signes-traces » (Galinon-Mélénec) de son histoire individuelle ;

– L’organisation est un système qui résulte en partie de la communication informelle entre des « hommes-traces ».

Ces processus font partie des interactions systémiques qui construisent l’identité de chaque « organisation-trace », laquelle se situe toujours dans la différence.

  1. Ce plan est un commentaire de B. Galinon-Mélénec à Galinon-Mélénec B, Delaroque M., « Handicap psychique et inclusion. Recherche et résultats en Normandie. Regards croisés » in Webinar CDCI First international web conference on the digital and the city in Uninorte-Acre, Rio Branco, Brazil, 21.11.2018. https://www.youtube.com/watch?v=i3Ndlh5vkLw []
  2. Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), « La communication interne : une approche croisée », n°5 de Communication & Organisation, 1994, 226 pages, lire en ligne : https://journals.openedition.org/communicationorganisation/1692 []

Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles par Serge Proulx et Julien Rueff

Centre d’études sur les médias, Québec, November 2018.
ISBN : 978-2-922008-60-9

Abstract :

« Profondément affecté par le numérique, notre paysage médiatique n’en finit pas de dérouter autant les journalistes professionnels, les producteurs d’informations que les propriétaires de médias traditionnels. Les chercheurs en sciences sociales désireux de donner une intelligibilité aux transformations actuelles des pratiques informationnelles n’échappent pas à cette tendance. Force est de constater une diversification des sources d’information, une fragmentation des pratiques de réception, une multiplication des supports matériels (téléphones intelligents, tablettes, ordinateurs et autres objets connectés), mais aussi une généralisation de la pluriactivité (multitasking) dans les manières de s’informer. Ces évolutions concourent à produire un environnement dans lequel les pratiques informationnelles (manières de s’informer) se montrent difficilement saisissables, en raison de leur instabilité grandissante. Ce rapport dresse un portrait des différentes stratégies méthodologiques à partir desquelles les chercheurs en sciences sociales peuvent aujourd’hui espérer construire des connaissances sur ces manières de s’informer. Cette analyse mène ultimement à la formulation de six recommandations au Centre d’études sur les médias » (CEM, Québec).

Extraits :

« Ce rapport construit une typologie des principales méthodologies dans les recherches sur les pratiques informationnelles actuelles. Quatre grandes approches méthodologiques ont été distinguées : les méthodes conventionnelles (qualitatives ou quantitatives), l’ethnographie en ligne, les méthodes computationnelles appliquées aux traces des big data et les méthodes numériques (digital methods) » (p.7).

 

 (…). « Pour chaque idéal-type, nous avons repéré une étude de cas concernant spécifiquement les manières de s’informer au temps du numérique. Nous offrons une présentation analytique de chacune des études. En mettant l’accent sur les potentialités et limites respectives des stratégies méthodologiques mobilisées, nous avons retenu une grille d’analyse à cinq dimensions, à savoir : les présupposés épistémologiques de chaque étude de cas ; leurs assises théoriques ; leurs techniques de collecte et d’analyse ; un aperçu des résultats obtenus ; et les limites du dispositif méthodologique » (p. 8).

 

(…).  « De ce qui précède, nous aimerions soumettre six recommandations au Centre d’études sur les médias concernant les dispositifs méthodologiques des recherches en sciences sociales sur les pratiques informationnelles actuelles. Ces recommandations demeurent volontairement générales et ne sauraient être associées à des préconisations à respecter strictement. Dans la mesure où les techniques de collecte et d’analyse de données varient nécessairement en fonction de la problématique et du contexte de la recherche, il ne paraît pas souhaitable d’enfermer la réalisation des études sur les manières de s’informer dans des modèles rigides. Insistons sur ce point : il n’existe pas de méthode de recherche « universelle » permettant de traiter toutes les questions scientifiques ou embrassant toutes les dimensions des pratiques informationnelles (p.9).

 

1. Le développement de stratégies méthodologiques hybrides, articulant des techniques d’enquête qualitatives et quantitatives, nous apparaît plus que souhaitable pour permettre la description, la mesure et la compréhension des pratiques informationnelles actuelles. 


2. Les méthodes numériques (digital methods) constituent une voie prometteuse pour l’étude des manières de s’informer aujourd’hui. Nous préconisons par conséquent une articulation entre les méthodes conventionnelles, que celles-ci soient qualitatives ou quantitatives, et les méthodes computationnelles appliquées aux traces des big data. 


3. Dans la mesure où les méthodes numériques (digital methods) ouvrent des perspectives intéressantes pour la recherche sur l’information médiatique et le journalisme, nous suggérons la formation d’équipes interdisciplinaires, rassemblant des chercheurs en sciences sociales, en informatique et en sciences des données (data scientists). 


4. En cohérence avec les recommandations précédentes, nous décourageons le recours unique et exclusif à des méthodes computationnelles appliquées aux traces des big data. Les big methods ne peuvent qu’apporter aux manières de s’informer contemporaines une intelligibilité limitée, fondée sur la mesure, mais déconnectée des logiques de signification des acteurs ou des contextes spécifiques dans lesquels se produisent leurs comportements.

5. La mobilisation des méthodes numériques (digital methods) n’est pas sans difficulté. Certains risques doivent être pris en considération avant l’adoption d’une telle stratégie méthodologique. La volatilité du design des plateformes en ligne constitue un premier problème, dans la mesure où les chercheurs n’ont d’autre choix que de « subir » les évolutions rapides – et parfois radicales – des caractéristiques sociotechniques des médias numériques. De la même manière, les chercheurs doivent avoir conscience des bouleversements que peuvent engendrer des changements sur le plan des modalités d’accès aux données des plateformes en ligne. 


Sur le plan éthique, nous préconisons la mise en place de dispositifs méthodologiques respectueux de la protection des données personnelles des enquêtés, d’une part, et passant par l’obtention du consentement des individus, d’autre part » (pp. 9-10).

Source (full-text) : https://www.researchgate.net/publication/329116757

Santé et éléments traces dans le corps humain par Margarita G. Skalnaya, Anatoly V. Skalny

Publié en anglais sous la référence :

Skalnaya Margarita G., Skalny Anatoly V., Essential trace elements in human health: a physician’s view. Tomsk : Publishing House of Tomsk State University, 2018. – 224 p.

Public :

Monographie pouvant intéresser les médecins, les nutritionnistes, les chercheurs travaillant dans le domaine des oligo-éléments en médecine et en biologie, ainsi que les étudiants en médecine.

Résumé :

Les schémas les plus caractéristiques d’un être humain moderne sont la carence en oligo-éléments essentiels ou leur excès. Il s’agit le plus souvent des conséquences des régimes alimentaires. Les oligo-éléments sont des « éléments-traces » de la relation individu-alimentation. Ils construisent le profil de traces en oligo-éléments de chaque individu.
Une gestion efficace et un diagnostic rapide de la carence en éléments traces ne peuvent survenir que dans le cas d’une évaluation adéquate, situant le profil en « éléments traces » de chaque individu en l’indexant aux données récentes – ici examinées – relatives au métabolisme des « éléments traces » du corps, dont le fer (Fe), le cuivre (Cu), le manganèse (Mn), le zinc (Zn), le sélénium (Se), l’iode (I), le cobalt (Co), le chrome et le molybdène (Mo).

Lien : http://www.trace-element.org/upload/content/doc/essential-trace-elements-in-human-health-a-physician-s-view_124_fr.pdf

Processus de veille par infomédiation sociale pour construire l’e-réputation d’une organisation par Camille Alloing

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication.

Soutenue en 2013.

En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00915004

Résumé auteur :

« Cette recherche-action menée au sein de la DSIC de La Poste s’intéresse à la réputation des organisations et à son pendant numérique (l’e-réputation) par le prisme des sciences de l’information-communication. Elle propose le développement d’un processus et d’un dispositif de veille stratégique par infomédiation sociale permettant à une organisation d’évaluer, de gérer et in fine de construire son e-réputation.

Dans un premier temps, nous présentons un cadre théorique de la réputation des organisations comme objet info-communicationnel. Puis nous abordons l’e-réputation (ou réputation en ligne) des organisations comme une information stratégique constituée de l’ensemble des indicateurs issus de la commensuration des interactions intentionnelles endogènes ou automatisées des communautés virtuelles avec l’organisation : productions d’opinions, notations ou encore agir des publics.

Dans un deuxième temps, nous nous questionnons sur les moyens à disposition du groupe La Poste pour construire cette e-réputation. Par « construction », nous entendons la manière de structurer l’environnement informationnel dans lequel les publics de l’organisation évoluent chaque jour sur le web dit social, et plus spécifiquement sur la plate-forme Twitter. Dans ce cadre, nos observations empiriques nous permettent de mettre en exergue, de questionner et d’analyser des utilisateurs du web dont les pratiques informationnelles nous amènent à les qualifier « d’agents-facilitateurs », et dont la caractéristique principale est de participer à la prescription informationnelle et à la médiation documentaire sur le web.

Suite à l’observation de certains de ces agents et à la production d’une typologie, nous proposons un modèle et un processus de veille les intégrant. Processus dont les résultats opérationnels au sein de La Poste mettent en avant la nécessaire prise en compte et analyse des pratiques de recommandation des internautes au sein des réseaux socionumériques afin que l’organisation construise son e-réputation de manière proactive. »

Citations :

L’archive en tant que trace :
p.85

Ainsi que le met en avant Ricoeur (2000, p. 210) « L’archive se présente ainsi comme un lieu physique qui abrite le destin de cette sorte de trace que nous avons soigneusement distinguée de la trace cérébrale et de la trace affective, à savoir la trace documentaire».

 

Les traces corporelles de l’usager du numérique :
p. 164.

La présence en ligne, « l’identité numérique » d’un individu en quelque sorte, passe donc par une mise en scène de soi, à la fois subjective et simulée, mais aussi individuelle et collective, dont Casilli (2012) souligne qu’elle repose aussi sur la mise en avant du corps de l’usager. Pour l’auteur, l’internaute laisse en ligne des « traces corporelles », qui peuvent être appréhendées en trois types différents : les traces monodimensionnelles, soit l’identifiant inscrit à l’écran, mais aussi les émoticônes « décrivant des actions, des expressions et des gestuelles parfois extrêmement complexes » (Op. Cit., p. 16) ; les traces bidimensionnelles écrites (profils, narrations, phrases) ou audiovisuelles ; enfin les traces tridimensionnelles, qui sont les « avatars » propres notamment à certains jeux en ligne ou univers virtuels (type Second Life). Ces traces sont alors des repères cognitifs pour définir les caractéristiques physiques de l’interlocuteur. Pour notre part, ces traces peuvent être plus globalement définies comme les « attributs identitaires en ligne » des internautes ayant des profils sur les médias sociaux, et que l’on peut rapprocher de la notion « d’identité numérique ».

 

Traces numériques et surcharge cognitive :
pp. 169-170

(…) comme le souligne Rhéaume (1993) : « La surcharge cognitive est un effet produit chez l’utilisateur qui n’a qu’un écran pour travailler et qui doit s’efforcer de trouver à quoi telle information doit être associée pour être mémorisée et significative. Cette surcharge provient d’une part de la mémoire à court terme qui a tendance à tout oublier en passant d’un écran à l’autre et d’autre part du manque d’acculturation de l’usager-lecteur qui n’a jamais développé cette habitude de lecture et d’apprentissage. C’est pourquoi les traces qui permettent de rebrousser le chemin parcouru et les cartes explicitant les réseaux de liens sont si utiles. ».

 

(…) cette surcharge d’informations en général, place l’usager dans une position défensive, de résistance aux ressources qu’il trouve non-pertinentes, lui faisant ainsi adopter des pratiques de tris de l’information qui lui sont propres ».

Continuer la lecture

Les jeunes et les médias : un numéro des “Cahiers francophones de l’éducation aux médias”

Recommandé dans la période privilégiée des achats destinés aux enfants :

Corroy Laurence., Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias, n°9, 2018.

Résumé (éditeur) :

“Dès lors qu’on désire s’intéresser aux relations que peuvent entretenir les publics juvéniles et l’univers publicitaire, quelques constats s’imposent immédiatement. L’influence des enfants comme prescripteurs d’achats au sein de la famille est importante, qu’il s’agisse de produits dont ils sont les premiers consommateurs ou non. Si à la période de Noël, jouets et accessoires ludiques représentent une part non négligeable des achats d’espaces publicitaires, pour lesquels les publics adultes peuvent être frappés par le caractère stéréotypé et genré, il n’en demeure pas moins que le poids réel des enfants dans les décisions de consommation dépasse largement le cadre des messages publicitaires qui leur sont adressés pour leur proposer des biens de consommation à leur usage. De nombreux éléments montrent à la fois une transformation des stratégies médiatiques des annonceurs liées au numérique et à une culture désormais multi-écranique, une prise en compte des programmes regardés majoritairement par les plus jeunes afin de déterminer des placements de produits efficaces et une intégration des réseaux sociaux comme vecteurs de diffusion de messages persuasifs volontiers repris par les récepteurs eux-mêmes. Comment appréhender les « enfants de la pub » ? Quelle place pour la déontologie chez les annonceurs et les agences ? Vaste enquête sur la sphère publicitaire, le dossier spécial de ce neuvième numéro vient mêler réflexion et témoignages pour explorer la culture à part d’une génération 2.0 plus réceptive que jamais”.

Extrait relatif à la notion de trace (Cristina Badulescu,
Valérie Inés De La Ville)

Cristina Badulescu, Valérie Inés De La Ville, « L’objet de valeur de l’enfance dans les supports publicitaires des marques de mobilier » in Corroy Laurence., Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias, n°9, 2018, pp.55-67. <hal-01627586>(p. 60) :

‘’La chambre d’enfant ainsi que l’univers symbolique qu’elle sous-tend, apparaissent comme des objets matériels porteurs d’un schéma temporel, celui des activités de l’enfant qui grandit. En effet, par ce qu’elles montrent en l’absence de l’enfant, les images commerciales révèlent « ce qui a été ». L’intention operis (Eco, 1990)1  consiste à signifier par l’agencement des objets dans l’espace, la trace de la présence d’un enfant. Étudiée dans sa vision temporelle (Jeanneret, 2011)2, cette trace montre la capacité d’un objet (la chambre) dans le présent, de faire référence à un passé absent mais postulé (l’enfant qui a été là) et aussi de mobiliser une visée future (l’enfant qui va grandir). Cette trace sou- ligne le sens performatif de l’agencement syntagmatique des objets se référant à la culture matérielle de l’enfant’’.

  1. ECO Umberto, Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1990. []
  2. JEANNERET Yves, « Complexité de la notion de trace : de la traque au tracé », dans GALINON-MÉLÉNEC Béatrice, L’homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Éditions CNRS, 2011, p. 59-86. []

La patrimonialisation selon l’immatériel ou la mémoire agissante – circulations des savoirs en contexte partenarial de production audiovisuelle par Nolwenn Pianezza

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication.

Soutenue en 2017.

Résumé auteur :

« Cette thèse vise à explorer les enjeux et modalités de la patrimonialisation liée à la mémoire sociale, dans le contexte paradigmatique de l’immatériel qui de manière croissante mobilise des formes abouties de partenariat avec l’acteur social, en vue de conduire l’inventaire de son patrimoine. À partir de terrains français et brésiliens, cette recherche s’intéresse plus particulièrement au travail partenarial de documentation audiovisuelle du patrimoine qui intervient dans de tels dispositifs d’inventaire partagé, pour y saisir les transformations techniques, épistémologiques et symboliques à l’œuvre lors de la collecte de mémoire au sein du groupe social, de l’introduction du témoignage dans le processus de production des savoirs liés au patrimoine en devenir, et de sa mise en support grâce au média audiovisuel. Nous interrogeons ici le geste documentaire assumé par l’acteur social en qualité de chercheur indigène ainsi que le devenir médiatique de l’objet de patrimoine qu’il engage. C’est toute la question de la circulation, et à travers celle-ci de la fixation et de la transmission des savoirs qui se dessine ici, à partir d’une réflexion sur les usages sociaux des dispositifs patrimoniaux contemporains.

Ce travail s’attache ainsi d’une part à décrire les modalités du travail de mémoire réalisé dans de tels dispositifs. Il met ici au jour le parcours de l’acteur social lors d’un tel exercice mémoriel ainsi que le traitement singulier de l’objet patrimonial et de sa mise en savoir. La recherche s’intéresse alors plus précisément aux processus d’appropriation et de réflexivité qu’entraîne la pratique partenariale de la documentation audiovisuelle du patrimoine. À partir de telles modalités, la thèse réfléchit d’autre part au régime de patrimonialisation singulier en jeu, tel qu’il s’organise autour de la fabrique continue et partagée d’une mémoire sociale du groupe, dont nous repérons la valeur médiatrice au sein du groupe social. La recherche montre enfin combien les dispositifs patrimoniaux contemporains contournent la fixation des savoirs et orchestrent leur transmission recréatrice, selon l’idée proposée d’une mémoire agissante ».

Citations illustrant l’usage des termes « trace » et « Homme-trace » :

« (…) la capacité à faire trace existe dans tout objet : il suffit seulement mais nécessairement qu’elle soit interprétée comme telle » (Galinon-Mélénec 20161, p. 11) », (p. 102).

 

 « À ce point, le rapport intrinsèque de la trace au témoin qui la produit nous rappelle le concept de « l’homme-trace » (Galinon-Mélénec 20112). Il a été montré que la trace n’existe pas sans l’homme, mais seulement en rapport à lui, et au sens qu’il lui accorde. À l’inverse, l’homme n’existe pas sans les traces qui font qui il est, ni sans produire de trace : « l’homme est à la fois un producteur de traces et un construit de traces » (Galinon-Mélénec 2011 ; Galinon-Mélénec 20153, p. 32 ; Galinon-Mélénec 2016, p. 10). La production de trace est donc inhérente à l’activité humaine, et en dépend aussi tout entièrement, par le travail de construction, d’interprétation et d’attribution du statut de trace. Ainsi, pour en revenir à notre propos, l’idée de l’homme-trace, appliquée à notre questionnement, peut nous permettre d’envisager l’absence apparente de savoir-traces, s’ils ne sont pas immédiatement attachés à l’homme qui les met en jeu, au témoin qui les met en avant : une fois l’homme disparu de l’écran, le documentaire achevé de visionner, le savoir-trace s’évanouirait jusqu’à son retour » (pp. 367-368).

  1. GALINON-MELENEC Béatrice, 2016, « Epistémologie de la notion de trace » dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni et Fabien Liénard (eds.), L’Homme Trace. Inscription corporelles et techniques, Paris, CNRS éditions, p. 9-27. []
  2. GALINON-MELENEC Béatrice, 2011, (ed.), 2011, L’homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, France, CNRS éditions, 410 p. []
  3. GALINON-MELENEC Béatrice, 2015, « À la recherche de la trace », Communication et organisation, 1 juin 2015, n°47, p. 31-50. []