La Trace, laboratoire junior de l’ED 122 (Sorbonne nouvelle), carnet de recherches partenaire du e. Laboratory On Human Trace UNITWIN UNESCO CS DC (29.11.2021).

Lien vers les recherches sur l’aire hispanophone

https://latrace.hypotheses.org/.

______________________________________________________________________________

Le laboratoire junior  La Trace , hébergé à l’ED 122 et rattaché au Centre de recherche sur l’Espagne contemporaine XVIIIe – XXIe siècles (CREC). ED 122. Europe latine-Amérique Latine.Sorbonne Nouvelle, est un espace ouvert à partir de l’année 2022 à tous les étudiants et jeunes chercheurs qui souhaitent confronter leurs recherches à la notion polysémique de « trace ».

Le laboratoire s’articule autour d’un séminaire de format mensuel, qui s’adresse en priorité à celles et ceux travaillant sur l’aire hispanophone, à l’époque moderne et contemporaine. Sa vocation est résolument pluridisciplinaire, dans le but de déployer toute la fécondité de son thème.

Le laboratoire propose de jouer sur les diverses acceptions de la notion choisie pour interroger le contenu de nos recherches, mais également nos démarches de jeunes chercheurs : comment retrouver les traces d’événements disparus, ou de sujets négligés jusqu’à présent ? Comment interpréter des traces sans les déformer ? Comment s’inscrire dans un sillage, comment laisser une trace ? Comment conserver les traces de performances éphémères ? Le terme de « trace » sera entendu de la manière la plus métaphorique à la plus concrète, de la trace comme souvenir à la trace comme tracé.

Le laboratoire junior LA TRACE publie un carnet sur Hypothèses.org https://latrace.hypotheses.org/. Ce carnet vise à communiquer à toutes les personnes intéressées les informations autour du séminaire mensuel pré-cité.

L’incertaine révolution numérique

Ouvrage publié chez Iste éditions

Présentation

Cet ouvrage d’André Vitalis, Professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication, propose une revue des grandes problématiques apparues au fur et à mesure de la progression de l’informatisation. Il en décrit le contexte, retrouve les termes dans lesquels elles ont été formulées et  mobilise des grilles théoriques pour mieux en saisir la portée.

118 pages – juin 2016
ISBN papier : 9781784051556
ISBN ebook : 9781784061555, 

Advantages and Challenges of Artificial Intelligence in Communicating Public Campaigns

International Conference on Corporate and Marketing Communication (ICCOMAC)

En 2021, e. Laboratory on Human Trace UNITWIN UNESCO CS DCl/UMR IDEES-Le Havre a participé à trois manifestations scientifiques de The International Conference on Corporate and Marketing Communication (ICCOMAC) organisé par l’Ecole de Communication à l’Université Catholique de l’Indonésie à Jakarta – Atma Jaya. 

Contexte

La quantité de données générées dans les environnements numériques, à la fois par les humains et les machines, dépasse de loin la capacité des humains à absorber, interpréter et prendre des décisions complexes sur la base de ces données (NetApp, 2020). L’Intelligence Artificielle (IA) est un nouveau mode de gestion, d’analyse et d’utilisation des données. Elle « fait référence à des systèmes qui affichent un comportement intelligent en analysant leur environnement et en prenant des mesures – avec un certain degré d’autonomie – pour atteindre des objectifs spécifiques » (Commission Européenne, 2018).

Thèmes

Quels sont les changements apportés par l’IA à la communication des campagnes publiques ?

Quels sont ses risques et ses limites ?

Comment notre relation avec les algorithmes et les données peut-elle contribuer au développement humain ?

Conférences en ligne (vidéo en attente)

Webinaire Jakarta-Le Havre, 2021/09/
Conférences Pr. Galinon-Mélénec (France) & Dr. Lukas (Indonesia)

De la trace à l’empreinte puis à la donnée, probante ou non. Relativisme de l’impact de la recherche sur les pratiques enseignantes.

 

 

Source :

Formation et pratiques d’enseignement en questions. Hors série N° 3 / 2019 / pp. 127-141

Auteurs :

François Larose (Université de Sherbrooke, Canada) et Joyce-anna ottereyes (Université de Sherbrooke, Canada)

francois.larose@usherbrooke.ca et Joyce.Anna.Ottereyes@usherbrooke.ca

Résumé :

Dans cet article, nous faisons d’abord l’analyse de la trace et de sa transformation progressive en donnée, probante ou non, en tant qu’effet de succession dans un processus métaphorique. Afin d’illustrer l’éloignement progressif de la trace considérée en tant qu’empreinte ou indice d’un phénomène dans un contexte d’usage typique en sciences de l’éducation, nous contextualisons les recours à la vidéoscopie réalisée en situation de classe selon que la finalité en soit la formation ou la recherche sur les pratiques enseignantes. Nous terminons notre propos par une analyse de l’impact de la disponibilité pléthorique de traces ou de don- nées primaires qui résulte de l’évolution technologique sur les profils d’utilisation contreproductive qui peut en résulter.

Mots-clés :

Trace, empreinte, données probantes, usages différenciés en recherche ou formation, fondements épistémologiques des usages

Texte en ligne sur :

http://revuedeshep.ch/pdf/HS3/HS3-07-Deschoux.pdf

La marque muséale, une notion au centre de la mondialisation des établissements publics muséaux

Les enjeux de Linformation et de La communication, n°3A, 2021, open source

Auteurs

Martine Corral-Regourd Pr. Université Toulouse 1 Capitole (Idetcom).

Nicolas Peyre Enseignant-chercheur Université Toulouse 1 Capitole (Idetcom), Titulaire de la Chaire Mobilité francophone de l’Université d’Ottawa (Canada).

Résumé

La mondialisation des marques « Louvre » et « Centre Pompidou » s’opère notamment par la création du Louvre Abu Dhabi et du Centre Pompidou Málaga. La communication numérique et plus particulièrement Instagram sont investis par ces musées publics français et ceux créés à l’étranger en valorisant leurs marques. Nous avons observé et analysé toutes les publications de ces quatre musées sur Instagram entre le 12 mars au 12 août 2020 (n = 418) pour se poser la question du soutien à la mondialisation des marques muséales et à la diplomatie d’influence par cette modalité de la communication numérique.

Plan de l’article

Introduction
Une double approche théorique entre économie créative et diplomatie d’influence L’inclusion dans « l’économie créative »
Enjeux communicationnels autour de la diplomatie d’influence
Stratégies de communication numérique des musées
Conclusion
Références bibliographiques

© Les Enjeux de l’information et de la communication | https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr | n°3A, 2021 | Page 5 à 12

[PDF] Instagram, contrasting support for the globalization of museum brands and diplomacy of influence. The cases of the Louvre and the Centre Pompidou. 

Les limites de l’IA dans la capture et l’interprétation de la complexité des “signes-traces” du “corps-trace”Conférence. J2IA3. OUJDA Maroc 21/1/2021

On trouvera en pièces jointes quelques captures d’écran  de la conférence de B. Galinon-Mélénec, lors des journées internationales de l’IA qui se sont déroulées le 21/1/2021 à Oujda (Maroc)

Béatrice Galinon-Mélénec, Conférence, Maroc, 21/01/2021

Les limites de l'IA

Un programmeur informatique est un humain, Homme-trace, doté d’un corps-trace – dont le cerveau logique ne constitue qu’une partie encore relativement inexplorée – de systèmes complexes englobants et non statiques.

Emergence

Réflexion anthroposémiotique ayant conduit à créer la notion de “signe-trace”

 les différences individuelles propres à chaque "homme-trace" sont toujours présentes et sont sources de non recouvrement dans les "conséquences-traces" de la pandémie 2021 dans le "corps-trace" de chaque individu

Application du paradigme de l’Homme-trace à la situation épidémique 2020

Avec le développement de l’intelligence artificielle s’instaurent de nouvelles relations médecin/patient. Que deviennent les rôles de l’affect, de l’émotion de l’empathie ?

La retranscription des données de la consultation par le médecin

Le langage machine correspond à une inscription en langage binaire. L’interprétation machinique est à l’origine de tris, de déliaisons, puis d’agrégats (voir figure 1.10) décontextualisés des sources qui les ont produits mais ayant pour vertu de répondre à une « grammaticalisation numérique

Cumul des biais liés aux processus numérique

Mieux saisir les déliaisons liées au passage de capta aux data

Le graphe de Shannon revisité par le paradigme anthroposémiotique de “L’Homme-trace” (Galinon-Mélénec)

Synthèse des biais dans le développement de l'e.santé

Les “processus traçuels” en oeuvre dans l’ écosystème de l’e.santé

 

Le processus de renforcement de la relation  via l’échoïsation des "signes-traces".

Processus de renforcement des processus de perception via l’échoïsation de “signes-traces”

La pensée complexe d’Edgar Morin, fondement d’une éducation aux droits de l’Homme interculturelle et critique

La pensée complexe d’Edgar Morin, fondement d’une éducation aux droits de l’Homme interculturelle et critique

Auteure :

Pénéloppe Dufourt, Doctorante à Université Paris-Nanterre, CREDOF (UMR 7074, Université de Nantes, CREN (EA 2661)

Source : TREMA

http://journals.openedition.org/trema/6236

Résumé 

Cet article vise à présenter les apports de la pensée complexe d’Edgar Morin pour repenser les politiques d’éducation aux droits de l’Homme (EDH), telles qu’elles sont promues par les instances internationales comme l’UNESCO. En outre, dans sa mise en pratique, l’éducation aux droits de l’Homme est devenue au fil du temps davantage le fait d’acteurs divers engagés dans des dispositifs axés sur l’éducation non formelle. L’objectif est donc de présenter comment l’application de la pensée complexe à l’éducation peut renouveler les pratiques pédagogiques de ces différents acteurs, en mettant en évidence, de manière non exhaustive, différentes réflexions pratiques.

 Pour en savoir plus :

Pénélope Dufourt, « La pensée complexe d’Edgar Morin, fondement d’une éducation aux droits de l’Homme interculturelle et critique », Tréma [En ligne], 54 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020

https://journals.openedition.org/trema/6236

 

 

UNITWIN UNESCO CS DC 2015 : Edgar Morin (archives)

L’aveuglement du savoir : erreurs et illusions

 Auteur :

Edgar Morin, Sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

Résumé :

« Il est remarquable que l’éducation, qui est censée répandre la connaissance, reste aveugle sur ce qu’est réellement la connaissance humaine, ses dispositifs, ses handicaps, ses difficultés, sa tendance à l’erreur et aux illusions, et ne semble pas se préoccuper d’enseigner ce qu’avoir connaissance de quelque chose est.
En effet, la connaissance ne peut être considérée comme un outil tout fait, utilisable sans remettre en cause sa nature. Ainsi, la connaissance de la connaissance elle-même devrait devenir une première nécessité, qui devrait servir de préparation pour affronter les risques permanents d’erreurs et d’illusions, interférant constamment avec l’esprit humain. Il importe ici d’équiper chaque esprit dans le combat vital vers la lucidité.
Dans le domaine de l’enseignement, il est nécessaire d’introduire et de développer l’étude des aspects cérébraux, mentaux et culturels de la connaissance humaine, de son processus et de ses termes, et des mesures psychologiques et culturelles existantes qui risquent de se tromper ou de se laisser aller à des illusions ».

Pour en savoir plus :

http://cs-dc-15.org/papers/keynotes/plenary/teaching-knowledge-of-knowledge/

Campus numérique des systèmes complexes UNITWIN de l’UNESCO

Le e. laboratory On Human Trace fait partie de l’UNITWIN UNESCO CS-DC. Cet UNITWIN vise à fournir un enseignement ouvert de qualité en science des systèmes complexes aux étudiants, aux chercheurs, à l’industrie, au commerce et aux décideurs  du monde entier. Avoir un lieu commun leur permettant l’accès aux avancées de la science est essentiel pour élaborer des projets permettant de relever les défis mondiaux contemporains. Les cours sont créés par des scientifiques provenant d’institutions de premier plan dans le monde entier et sont accessibles gratuitement sur :

Le CS-DC est dirigé par le professeur Jeffrey Johnson, The Open University, Royaume-Uni.

Digital Trace Data: Modes of Data Collection, Applications, and Errors at a Glance

(Chapitre d’ouvrage)

Source :

Section 1, Chapitre 7. In : Handbook of Computational Social Science.  Volume 1 Theory, Case Studies and Ethics (eds Engel, U., Quan-Haase, A., Xun Lui, S. & Lyberg, LE) (Routledge , 2021). ISBN 9780367456528

Auteurs :

Frauke Kreuter, professeur de statistiques à l’université Ludwig Maximilian de Munich  Florian Keusch, professeur de statistiques (intérimaire ) à l’université Ludwig Maximilian de Munich

Résumé  du chapitre :

Différentes sources de traces numériques utilisées en tant que données sont analysées en vue de mettre en évidence  les problèmes liés à leur utilisation dans les sciences sociales computationnelles.

Résumé du livre :

Ce livre explore les principaux débats concernant les données traitées à partir de traces  numériques. Il présente l’évolution des formes d’enquêtes et  fournit de nouveaux exemples de recherche informatique en sciences sociales sur la détection de l’interaction sociale.

Statistiques et traces numériques en questionhttps://www.routledge.com/Handbook-of-Computational-Social-Science-Volume-1-Theory-Case-Studies/Engel-Quan-Haase-Liu-Lyberg/p/book/9780367456528

Sociosémiotique de la culture populaire audiovisuelle (article)

Auteur 

Julien Péquignot, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication. Université de Franche-Comté, CIMEOS

Résumé

L’article propose un regard théorique et méthodologique sur la recherche dans le champ des cultures populaires. Se concentrant sur un cas d’étude spécifique issu des web-séries amateures, le propos s’attache à dessiner un modèle de travail généralisable tout en intégrant les spécificités de certains objets contemporains, comme le contexte numérique, la participation, l’amateurisme ainsi que les traces d’énonciation afférentes permettant de reconstruire les productions de sens à l’œuvre au contact de ces objets.

Extrait

“Un travail de fond sur les commentaires (Péquignot, 2015b ; 2016 ; 2017a ; 2017b ; 2018) – car on l’a vu, c’est une entrée privilégiée pour étudier non les objets mais ce qui est fait des objets, ici en contexte numérique et « participatif » – a permis de dégager trois grands ensembles de modes de production de sens majoritairement à l’œuvre : les modes liés aux régimes fictionnalisants (fictionnalisant, fabulisant, moralisant), ceux liés aux modes que je nomme aujourd’hui légitimants (artistique, esthétique, discursif, dans une certaine mesure documentarisant) et enfin les modes que je propose d’appeler identifiants (privé, authentique, intime). Premier constat, de taille me semble-t-il, la « fiction » ne semble absolument pas dominante (dans les traces d’énonciations étudiées à tout le moins – l’hypothèse d’une moindre production discursive de l’expérience fictionnalisante est tout à fait envisageable).” Lire la suite sur : https://doi.org/10.4000/belphegor.3830

Source : 
Julien Péquignot,
« Sociosémiotique de la culture populaire audiovisuelle »,
Belphégor [En ligne], 2021-1 | 2021,
mis en ligne le 25 juin 2021.

 

L’Homme-trace (tome 5, CNRS éditions 2021)

L’Homme-trace. La trace, du sensible au social

Tome V de la série L’Homme-trace, CNRS éditions. 

Série dirigée par Béatrice Galinon-Mélénec chez CNRS éditions

Pour en savoir plus : https://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

Le tome 5 de la série L’Homme-trace, sous titré “La trace du sensible au social”, est un ouvrage dirigé par Hafida Boulekbache, Béatrice Galinon-Mélénec, Sylvie Leleu-Merviel

CNRS éditions, 2021, 388 p.

ISBN : 978-2-271-13298-7

PRESENTATION  DE L’EDITEUR :

Depuis dix ans, la série L’Homme-trace invite des scientifiques à explorer les traces contemporaines dans leurs productions comme dans leurs interprétations.
Le présent volume, cinquième tome de cette série, prolonge cette dynamique tout en proposant l’examen de plusieurs protocoles expérimentaux voués au recueil de traces dans des environnements divers (musée, musique, danse, télévision, architecture, santé, humanoïdes compagnons). Il invite les chercheurs à situer leurs travaux au regard du processus sémiotique des « signes-traces » qui, selon la thèse développée par Béatrice Galinon-Mélénec, lie le « corps-trace » de l’« Homme- trace » et la « réalité-trace » du monde.

La concrétisation passe par des interrogations en situation : quels recueils de traces ? Comment, par quels moyens, les captures effectuées sont-elles valides en tant que traces ? Sont-elles exploitables versus exploitées ? Et si oui comment ?

Inspiré des sciences appliquées, l’abord de ce volume permet la mise à l’épreuve de la recherche conceptuelle sur les « signes-traces » et conduit à situer l’usage du terme « Homme-trace » devenu répandu dans un sens plus large que le paradigme anthroposémiotique du même nom, désormais nommé « Ichnos-Anthropos ».

DIRECTION DE L’OUVRAGE : 

BOULEKBACHE-MAZOUZ Hafida, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Polytechnique Hauts-de-France

GALINON-MELENEC Béatrice, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication.Directrice de l’équipe Homme-trace de l’UMR IDEES 6266 CNRS-Normandie université

LELEU-MERVIEL Sylvie, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Directrice du laboratoire DeVisu de l’université Polytechnique Hauts-de-France

INTRODUCTION DE L’OUVRAGE :

« Vers une école française de la pensée de la trace » voir l’introduction en ligne sur

hpps://umr-idees.fr/2021/06/14/parution-de-louvrage-lhomme-trace-tome-5-serie-dirigee-par-beatrice-galinon-melenec/

 

Traces numériques et durabilité

REVUE COSSI, n°10, 2021
Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques
Revue COSSI n°10, 2021

 

 

Parution au 1er semestre 2021.

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques,

Revue COSSI, n° 10/2021

Coordonné par :

Christian MARCON, Professeur des universités, IAE de Poitiers

Mona SHEHATA, docteure en sciences de l’information et la communication,

LaboratoireCEREGE, IAE – Université de Poitiers France

Résumé (des auteurs)

Les traces matérielles issues de l’activité humaine constituent un sujet de questionnement majeur, notamment en termes de collecte et de transmission. Avec l’essor de l’Internet et particulièrement du web 2.0, des traces complémentaires, numériques, sont massivement  créées. Si leur définition même ne fait pas encore l’objet d’un consensus, il apparaît que ces traces posent déjà des questions de durabilité à de multiples niveaux : leur temporalité, les usages qu’elles permettent et les aspects éthiques que leur exploitation sous-entend. Cet article introduit ces problématiques pour le présent numéro de la revue COSSI et présente les angles de traitement que les contributeurs ont choisi pour traiter le sujet.

Sommaire
INTRODUCTION de Christian Marcon, Mona Shehata                                                          Source : Marcon, Ch, Shehata, M. (2021). Introduction du numéro. Revue COSSI, (10). https://revue-cossi.numerev.com/articles/revue-10/2523-introduction-du-numero

  • Pourquoi laissons-nous des traces numériques ? L’hypothèse de la volonté (ou de l’illusion ?) d’accéder à une forme d’éternité construite, Jacques Henno
  • Les traces numériques dans le cadre du dépôt légal : conservation, production, restitution, Cécile-Marie Martin, Alexandre Wauthier
  • Les traces numériques : portée des enjeux économiques et/ou de surveillance dans une société de connaissances, Viviane Du Castel
  • La traçabilité pour détecter la mutation d’une rumeur en légende urbaine.Mona Shehata
  • Analyser les transformations des pratiques professionnelles par une approche usages : plasticité, instabilité, fragilité, Jean-Claude Domenget
  • L’autogestion démocratique des données pour pérenniser la traçabilité du savoir dans la complexité- Thomas Bonnecarrere

Arts de la scène et humanités numériques. Des traces aux données

Clarisse Bardiot

Iste éditions, avril 2021 250 pages. ISBN papier : 9781784057428. ISBN ebook : 9781784067427

Présentation de l’éditeur

Les traces numériques, qu’elles soient numérisées (programmes, carnets de notes, dessins, etc.) ou nativement numériques (mails, sites internet, captations vidéo, etc.), constituent un défi majeur pour la mémoire des éphémères arts de la scène. Le numérique transforme les traces en données et ce faisant les ouvre à la manipulation. Ce changement de paradigme appelle à un renouvellement des méthodologies pour écrire l’histoire du théâtre aujourd’hui, analyser les oeuvres et leur processus de création, ainsi que pour préserver les spectacles.

Au croisement des études théâtrales, de l’histoire et des humanités numériques, de la conservation et de l’archivistique, ces méthodologies permettent de prendre en compte ce qui est généralement écarté : à savoir les traces numériques, jugées trop complexes, trop nombreuses, trop fragiles, à l’authenticité douteuse, etc.

Avec pour fil conducteur l’analyse des traces numériques de Merce Cunningham, et au travers de nombreux autres exemples, cet ouvrage s’adresse autant aux chercheurs et aux archivistes qu’aux artistes et aux institutions culturelles.

L’auteur 

Clarisse Bardiot est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université polytechnique Hauts-de-France. Elle mène des recherches sur l’épistémologie des arts de la scène et des technologies numériques, au croisement de l’histoire, de l’esthétique, des humanités numériques, de la documentation et de la préservation des oeuvres.

 

La sémiotique visuelle et ses écritures. Programme de l’atelier de sémiotique du MICA-Bordeaux (2020-2021)

La présentation compète et le programme sont disponibles sur :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/wp-content/uploads/2021/01/Atelier-de-semiotique-2020-21.pdf

 

Extrait de la présentation

(…) L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui “racontent” la pratique “de l’intérieur. (…).

L’atelier se réunit le vendredi après-midi (14h à 17h 30) à la Maison de la recherche, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Contact: Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr>