L’Odyssée de la trace 1

Présentation de l’éditeur :

Que ce soit pour aller plus loin dans la recherche des origines, pour son activité présente – en particulier numérique – ou pour penser les conséquences de ses actions sur le futur, l’humain du XXIe siècle se pose régulièrement des questions de « traces ». À ces interrogations individuelles aussi bien que collectives, le progrès technique offre de nouvelles ressources qui, à leur tour, provoquent des problèmes de traces.

Afin de révéler les difficultés que pose l’impensé de la trace, cette étude propose un voyage dans différents contextes. Sur le chemin, des intellectuels (dont Bateson, Barthes, Bourdieu, Derrida, Goffman, Peirce, Ricoeur, Varela, Thompson, Watsuji, Watzlawick) ou des professionnels de la trace (tels que les policiers ou les informaticiens) éclairent les raisons d’être de cette véritable odyssée.

Cet ouvrage didactique présente une exploration contemporaine de la nature fondamentale de la trace via le nouveau paradigme de l’« Ichnos-Anthropos » (Homme-trace) et de son corollaire, le « corps-trace ».

L’auteure :

Professeure des universités émérite en sciences de l’information et de la communication à Normandie Université Le Havre et directrice de recherche au laboratoire IDEES, Béatrice Galinon-Mélénec a fondé et co-dirige le E-Laboratory on Human Trace dans le campus digital de l’Unitwin Complex Systems Unesco.

Introduction et plan disponibles sur : https://www.istegroup.com/fr/produit/lodyssee-de-la-trace-1/

ISBN ebook : 9781784067007
ISBN papier : 9781784057008

Hommage à Yves Jeanneret

Lien

Colloque « L’Homme-trace », Département INFOCOM, Univ-Le Havre, 2011.

Le programme « L’Homme-trace », initié en 2008 au sein de l’UMR IDEES 6266 Le Havre, a trouvé toute sa puissance dès lors que, en 2010, Yves Jeanneret, alors directeur du GRIPIC, nous a accueilli au CELSA avec l’amical soutien de Véronique Richard, elle-même directrice du CELSA. Sans Yves Jeanneret, les colloques de
« L’Homme-trace » ne seront plus les mêmes. Il les enrichissait par la diversité et la profondeur de ses connaissances. Il les éclairait par la finesse de sa pensée, la subtilité de sa parole et par sa générosité. Il honorait chacun des ouvrages qui prolongeait ces rencontres par des chapitres d’une qualité remarquable. Sa contribution à chacun des tomes de la série « L’Homme-trace » que je dirige chez CNRS éditions a largement soutenu un rayonnement qui a permis, en 2014, d’obtenir la reconnaissance du Laboratory on Human trace Unitwin Complex Systems Digital Campus UNESCO. En 2019, alors qu’il se projetait toujours malgré la fatigue, nous évoquions tous ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de cette dynamique, pourraient se reconnaître dans ce que nous nommions « La nouvelle École française de la pensée de la trace ».

Son départ est une perte immense pour la communauté des chercheurs en sciences humaines, pour tous ceux qui venus d’horizons divers travaillent sur « La fabrique de la trace », et pour tous ceux qu’il accueillait dans son cercle à la fois amical et professionnel. Heureusement, ses écrits nous le rendent présent ‘in absentia’, ‘partout et nulle part’, pour reprendre le titre du chapitre qu’il a co- écrit avec Pauline Chasseray–Peraldi dans le dernier tome de la série L’Homme-Trace (tome IV, 2017). Le vide qu’il laisse appelle à ancrer la trace de ses qualités à la fois scientifiques et humaines dans les générations qui n’auraient pas eu la chance de le rencontrer.

Béatrice Galinon-Mélénec
Professeur des universités émérite
Sciences de l’information et de la communication
UMR IDEES 6266 CNRS – Université  Le Havre Normandie
Directrice du programme « L’Homme-trace »
Rédactrice en chef de « Ichnos-Antropos.  Le carnet de L’Homme-trace »
Fondatrice de Human Trace UNITWIN Complex Systems Digital Campus UNESCO.

https::onhumantrace.hypotheses.org. Hommage à Yves Jeanneret

Surfaces et intériorité

Auteur : Cabanès Jean-Louis (dir.)

Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux.
Collection : Modernités | 12.
Année d’édition : 1998.
EAN (Édition imprimée) : 9782867812286 
DOI : 10.4000/books.pub.5130 
EAN électronique : 9791030004038
 
Publication sur OpenEdition Books : 07 mars 2019.
 

Présentation éditeur (extrait) :

« (…) Les métaphores spatiales s’imposent tout à la fois lorsqu’on évoque l’appréhension de soi, la connaissance intuitive de l’intime, le mouvement empathique qui conduit à réduire la distance qui me sépare de l’autre, à le rencontrer dans la manière dont il se définit lui-même comme sujet ; elles surviennent encore lorsqu’il s’agit de caractériser le regard « pénétrant » de l’analyste, les sensations que l’on dit internes, la démarche qui, m’incitant à me définir par rapport au spatial « externe », me conduit à constater que je suis un corps, que je m’affirme comme sujet dans une sorte de retour de la sensation sur elle-même. Le mot « surface » ne se laisse pas davantage circonscrire. Il renvoie aux reliefs, aux contours, aux limites des choses, il désigne le périphérique, le cutané, mais aussi l’affleurement, l’apparence ou l’apparaître, ou bien encore le positionnement du sujet par rapport au monde et par rapport à lui-même. Le corps « voyant » — Dominique Rabaté le rappelle en citant Merleau-Ponty — est aussi surface « visible ». Une molle coordination ajoute encore à la confusion. Surface et/ou intériorité ? Surface vs intériorité ? Encore néglige-t-on la fréquente réversibilité de ces deux termes. On devine cependant pourquoi nous avons conservé cet intitulé. Il autorise une réflexion sur les formations discursives qui cherchent à ruiner la manière dont le sujet cartésien se définit par rapport à la res extensa. Considérée dans cet optique, la modernité s’affirme tout particulièrement plurielle, parcourue de conflits, de lignes de fracture » (…)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.

La confiance. Un dialogue interdisciplinaire

Auteures : Aurore Gaillet, Nicoletta Perlo et Julia Schmitz (dir.).

Éditeur : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole.
Collection : Actes de colloques de l’IFR | 37.
Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782361701802
DOI : 10.4000/books.putc.5876
EAN électronique : 9782379280726
 

Publication sur OpenEdition Books : 04 septembre 2019.

Présentation par les auteurs :

« Dès lors qu’elle renvoie à la possibilité de « se fier », à quelqu’un ou à quelque chose, la confiance est au cœur et au fondement des relations sociales, intéressant ce faisant la plupart des sciences sociales. Dans un contexte dominé par le constat partagé d’une « crise » de confiance / ou de défiance – dans la société, dans la démocratie, dans les hommes et les institutions politiques, dans le progrès, dans l’économie, etc. –, une interrogation croisant les analyses de différentes disciplines prend tout son sens.

Si le juriste est interpellé par la problématique de la confiance en tant que « juriste dans la cité », il peut également y trouver un concept invitant à renouveler certains cadres classiques des droits constitutionnels, de l’environnement, de l’économie ou encore des finances.

L’organisation d’une « journée d’étude interdisciplinaire » tendait à poursuivre ce questionnement, en invitant des spécialistes de disciplines non juridiques à dialoguer avec des juristes. Les points de vue de la philosophie, de l’histoire, de la science politique et de l’économie ont ainsi été mobilisés pour questionner la thématique commune de la confiance ». (…)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019.

Le façonnement des ancêtres. Dimensions sociales, rituelles et politiques de l’ancestralité

Auteurs : Sophie Chave-Dartoen, Stéphanie Rolland-Traina

Éditeur : Presses de l’Inalco, Paris.
Collection : TransAireS.
 Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782858312962.
EAN électronique : 9782858312955. 
DOI : 10.4000/books.pressesinalco.19941

Introduction (extrait) :

(…) De fait, les ethnographies relatives aux différentes sociétés humaines montrent une distinction, souvent nette, entre ce que nous appelons communément « ancêtres » en français (des prédécesseurs qui font référence) et l’innombrable masse des défunts qui, nous ayant précédés, n’ont pas laissé une trace suffisamment durable pour que leur existence mérite d’être mentionnée, mémorisée et, parfois même, connue.

(…) Les différentes contributions à ce volume montrent toutefois que la mémoire, notamment la mémoire des ancêtres, ne serait pas si durable si elle ne s’articulait à des formes de reconnaissance sociale, aux pratiques d’investiture plus ou moins formelles et institutionnelles du rituel, qu’il soit religieux et/ou politique. Les rites instituent les ancêtres, soit lors des funérailles, soit lors de pratiques spécifiques où peuvent s’enchevêtrer des caractères propitiatoires, divinatoires, dévotionnels, mais aussi d’autres formes de mise en mémoire plus ou moins ritualisées : circulations cérémonielles, commémorations et mises en récit, processus de patrimonialisation. Si les ancêtres sont constitués par les vivants, ces pratiques confèrent aussi aux premiers une forme d’autorité à laquelle il convient de se soumettre. Leur institution imprime donc au présent l’empreinte d’un passé ayant la double caractéristique d’être, par là-même, façonné et imposé ou approprié, selon les contextes.(…)

© Presses de l’Inalco, 2019.

Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité

Auteur : Michel Naepels

Éditeur : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales,  Paris.
Collection : Cas de figure | 48.
Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 978271322768. 
EAN électronique : 9782713231711. 
DOI : 10.4000/books.editionsehess.9216

Publication sur OpenEdition Books : 15 juillet 2019.

Présentation éditeur :

« Les sciences sociales peuvent-elles décrire la vulnérabilité, l’incertitude, la solitude ? Pour répondre à cette question, Michel Naepels, assumant sa position d’auteur, adopte dans ce livre une approche pragmatique et s’interroge sur le rôle du chercheur et le statut du témoignage qu’il suscite, à partir d’enquêtes menées dans des zones de conflits et de troubles, et de lectures à la fois anthropologiques, philosophiques et littéraires. Au lecteur qui se demande quelle est la place de celui ou celle qui enquête dans des situations de détresse, cet essai propose une anthropologie politique renouvelée de la violence, de la prédation, du capitalisme. Il endosse un point de vue, celui de la vulnérabilité et de l’exposition à la violence, en prêtant attention aux subjectivités, aux émotions et aux pensées des personnes qui y sont confrontées. Il s’agit d’articuler l’exploitation de l’homme et de la nature avec la construction de soi, de penser dans le sensible, avec la douleur, malgré tout ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019.

Pratiques de la médiation des savoirs

Actes du congrès : 143e congrès national des sociétés historiques et scientifiques.

Référent : Michel Sot (dir.)

Éditeur : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques,  Paris, 2019.
EAN électronique : 9782735508983. 
DOI : 10.4000/books.cths.5280

Publication sur OpenEdition Books : 05 juin 2019.

Résumé des auteurs :

« D’une personne à une autre, d’une génération à une autre, d’une culture à une autre, les savoirs et les savoir-faire se transmettent. Cette transmission peut être privée ou publique, officielle ou informelle, orale ou écrite. Elle peut avoir lieu dans la sphère familiale, dans le milieu éducatif, dans un cercle professionnel ou encore au sein d’une communauté scientifique. À partir d’exemples de l’Antiquité à nos jours, en France et au-delà de ses frontières, cet ouvrage collectif souligne la diversité des acteurs, des modèles et des canaux de la médiation des savoirs ».

 

En savoir plus : https://books.openedition.org/cths/5280

Visibilité et présence de l’image dans l’espace ecclésial. Byzance et Moyen Âge occidental

Auteurs : Sulamith Brodbeck et Anne-Orange Poilpré (dir.)

Éditeur : Éditions de la Sorbonne.
Collection : Byzantina Sorbonensia | 30.
 Lieu d’édition : Paris.
Année d’édition : 2019.
Nombre de pages : 448 p.

Publication sur OpenEdition Books : 18 décembre 2019.

Résumé éditeur (extrait) :

Cet ouvrage met au cœur de son propos une interrogation simple : dans l’organisation complexe de l’espace de l’église médiévale, les emplacements choisis pour les images qui ornent les murs et les objets n’offrent pas toujours la possibilité de voir celles-ci, d’en déchiffrer le contenu. Certaines semblent réservées à des groupes de l’assemblée stationnant dans des espaces spécifiques, d’autres ne sont pas visibles depuis les principales zones affectées aux fidèles ou aux clercs, d’autres encore sont situées trop haut. Le rapport, a priori évident, entre représentation et visibilité se trouve donc souvent démenti, appelant alors une nouvelle notion, celle de présence. Analyser la tension existant entre ces trois catégories – figuration, visibilité et présence – implique une étude croisée des œuvres figurées, des monuments et des sources écrites. Les notions de mobilité et de fixité permettent également de prendre en compte les multiples jeux d’échelles à l’œuvre dans ce lieu rituel qu’est l’église, impliquant des objets, des manuscrits, des dispositifs liturgiques, des gestes, des déplacements physiques, dialoguant avec un décor appliqué au corps même du monument, épousant l’immobilité de l’architecture.

Les cinq chapitres thématiques qui organisent ce volume mettent en regard différents cas issus de l’Occident médiéval et de l’Orient byzantin, selon une chronologie longue (de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge), dans une volonté de décloisonner les disciplines et les aires géographiques afin de tirer tous les enseignements d’une approche transversale de l’image médiévale.

L’épistémologie historique : Histoire et méthodes

Auteurs : Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez et Matteo Vagelli (dir.) 

Paris : Éditions de la Sorbonne, Philosophie | 44, 270 p.

EAN (Édition imprimée) : 9791035103279
DOI : 10.4000/books.psorbonne.39172

Publication sur OpenEdition Books: 18 décembre 2019.

Résumé éditeur :

(…) De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine ».

 

Plus sur : http://books.openedition.org/psorbonne/39172

Biais, hiatus et absences en archéologie

Auteurs : Elisa Caron-Laviolette, Nanouchka Matomou-Adzo, Clara Millot-Richard et Betty Ramé (dir.)

Catégorie : actes de colloque.

Éditeur : Éditions de la Sorbonne

EAN électronique: 9791035103224

DOI: 10.4000/books.psorbonne.18951

Publication sur OpenEdition Books : 11 février 2019.

Nom et date du colloque : 12e journée doctorale d’archéologie, Paris, 17 mai 2017.

Présentation éditeur :

L’archéologie est communément distinguée des autres sciences humaines, en particulier des sciences du passé, par son objet d’étude qui est, par essence, l’homme à travers les vestiges matériels, de l’objet jusqu’au site archéologique et son environnement. Mais alors que ces restes tangibles des sociétés passées sont descriptibles, caractérisables, classables dans des typologies, comment aborder et interpréter les vides et les silences documentaires qui n’ont pas laissé de traces manifestes ?

La problématique de l’absence est commune à toutes les approches archéologiques et à toutes les aires chronoculturelles. Dans les articles de ce volume, issus de communications présentées lors de la 12e Journée Doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 112), les doctorants tentent, à travers des indices indirects, de définir, de mesurer, d’expliquer ces vides et ces silences, voire de les combler. Face à la nature incomplète ou biaisée des sources archéologiques, des solutions méthodologiques sont proposées et appliquées à des problématiques et à des contextes variés, à la faveur d’approches croisées, multidimensionnelles et multiscalaires.

 

 Analyser les apprentissages à partir des traces 

Article de Margarida Romero

Revue :

 Distances et médiations des savoirs [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019,

Extrait de l’introduction :

L’analyse des traces d’apprentissage est un sujet de grande actualité qui suscite de nombreux travaux au sein de la communauté scientifique. Daniel Peraya (2019), dans son appel au débat « Les Learning Analytics en question » nous invite à comprendre ce phénomène tant du point de vue historique que de celui des enjeux actuels. D’une part, les usages des traces d’apprentissage médiatisé ouvrent de nouvelles potentialités pour le soutien et pour la personnalisation des apprentissages en contexte médiatisé ; d’autre part ces usages donnent aussi lieu à des questionnements critiques et éthiques. L’article de Peraya se conclut par une invitation au débat sur un ensemble de questions de recherche qui vont nécessiter le croisement de regards de collègues de plusieurs disciplines. Dans cette contribution au débat, je reprends ces questions pour y apporter à la fois un regard d’enseignante en formation à distance, de chercheure, mais aussi de conceptrice technopédagogique. Cette dernière expérience m’a permis de comprendre les enjeux des usages des traces numériques d’apprentissage dans des modules de formation à destination d’acteurs industriels suivant la norme SCORM. Les traces peuvent-elles être utilisées contre les apprenants ? Quel type d’inférences peut-on accepter de réaliser à partir des traces ? Dans cette rubrique, je traiterai donc parmi les questions soulevées par Peraya, celles liées à l’usage des traces et aux enjeux éthiques tant pour l’apprenant que pour les enseignants.

Pour en savoir plus : http://journals.openedition.org/dms/3754

La formation initiale et continue des enseignants et des formateurs à distance : enjeux, usages et ressources

Revue : Distances et médiations des savoirs, [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 24 juin 2019, https://journals.openedition.org/dms/3499

Sous la direction de  Pascal Marquet, LISEC – EA 2310, Université de Strasbourg.
Pascal.Marquet@unistra.fr

Extrait de l’introduction :

(…) la formation initiale et continue des personnels enseignants et formateurs n’exploite qu’exceptionnellement les potentialités de la formation à distance, en dehors de quelques programmes de préparation aux concours de recrutement de l’Éducation nationale française proposés par le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance), du programme IFADEM (Initiative francophone pour la Formation à Distance des Maîtres) pour l’Afrique francophone (Devover et al., 2016), ou des expériences de formation hybride dans les pays ruraux (Eaton, Dressler et Gerluck, 2015). Or, le rôle des TIC dans la formation des maîtres a récemment été réaffirmé dans la déclaration d’Incheon (UNESCO, 2016). En effet, les outils et médias à usage éducatif pénètrent de longue date les systèmes éducatifs, au gré des politiques publiques d’équipement des établissements, de formation des enseignants et d’évolution des programmes, mais aussi au gré des incitations à l’évolution des pratiques pédagogiques à tous les niveaux d’enseignement et de formation, si bien que le recours aux TIC fait partie des moyens habituels d’enseignement, de formation et d’apprentissage.

Cinq articles de recherche et un retour d’expérience ont été retenus, sur un total de quatorze textes soumis, eux-mêmes issus de vingt résumés reçus après la publication de l’appel à contributions. Ces textes ne recouvrent naturellement pas l’ensemble des questions vives de la formation des enseignants et des formateurs à distance initialement envisagées, mais permettent de rendre compte de trois temps forts de la formation professionnelle des enseignants : la formation initiale, la formation au moment de la prise de fonction et la formation continue. Nous avons choisi de présenter les textes dans cet ordre, même si l’intérêt porté à chacun de ces moments du développement professionnel ne concerne pas nécessairement le même public de bénéficiaires.

Pour en savoir plus : http://journals.openedition.org/dms/3834

Entre data journalisme et pratique infographique

Appel à articles

Revue : Interfaces Numériques, volume IX, n° 3/2020

 Date limite de réception des propositions : 1er janvier 2020.

Parution : Décembre 2020.

Référents : Anne Beyaert-Geslin et Andrea Alexander.

Présentation :

« Le data journalisme et la pratique journalistique des infographies sont fréquemment confondus et leurs intitulés recouverts par des formulations plus générales, comme celles de visualisation ou de design d’information, par exemple. Ils renvoient pourtant à des pratiques très différentes. Celle du data journalisme se fonde sur l’analyse d’algorithmes, des données produites par des calculs statistiques, alors que celle des infographies consiste à donner une forme graphique aux données que le journaliste a discrétisées. Les deux pratiques journalistiques correspondent donc à un traitement a priori ou a postériori de l’information (Cardon 2010), à un façonnage quantitatif ou qualitatif, et saisissent d’autres faits pour lesquels le graphisme assume des fonctions distinctes vis-à-vis de la production du sens.

Mettre ces deux pratiques numériques en comparaison pour en saisir la spécificité doit permettre de reformuler quelques questions centrales pour le journalisme, à commencer par celle de l’objectivité. Cautionné par l’apparence d’objectivité des chiffres et prétendant à celle, instrumentale, des sciences naturelles (Daston & Galison 2007), le data journalisme impose d’emblée une confiance qui est susceptible, au contraire, d’être déniée à la pratique journalistique « traditionnelle », toujours plus ou moins soumise à l’accusation de subjectivité. Tout comme le texte « artisanal » du journaliste, les données sont pourtant des constructions qui ne sauraient revendiquer aucun accès privilégié à la « vérité ». La mise en comparaison des deux pratiques met donc en évidence un rapport distinct au croire (Greimas 1983).

L’examen de ces pratiques doit nous permettre de mieux saisir ce que « dit » (de plus ?) le graphisme et nous introduire dans l’intimité de la rhétorique journalistique. Il invite à observer l’enracinement des faits dans le « réel » et leur relation au référent (Eco 1968 et 1988), à reprendre la définition du signe pour nous concentrer sur son mode de production et préciser ses rapports à la signification. Quelle est la participation des figures et symboles à l’argumentation journalistique ? En quoi rénovent- ils les modèles argumentatifs du journalisme et le rapport au texte ? En opposant deux pratiques utilisant le graphisme, le journalisme fondé sur les statistiques et le journalisme « artisanal » ou « manuel », le dossier d’Interfaces numériques entend entrer dans la rhétorique journalistique par la porte de la signification, du croire et de la croyance ».

 

Contact :

  • Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr> 
  • Andrea Alexander <andrea.alexander@u-bordeaux-montaigne.fr>

En savoir plus :

Interfaces Numériques est une revue scientifique reconnue revue qualifiante en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction Nicole PIGNIER et de Benoît DROUILLAT.

Présentation de la revue classée par l’HCERES (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) : https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL (COSSI n°11)

COSSI : Colloque Spécialisé en Sciences de l’Information

IAE – Université de Poitiers, France.

28-29 mai 2020

Référent : Pr. Christian Marcon Laboratoire CEREGE – IAE- Université de Poitiers France.

Délais pour les propositions de communication : 10 mars 2020.

EXTRAIT DE L’APPEL A COMMUNICATION :

 Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…). Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps: résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Lorsqu’elles ne restent pas in situ en raison de leur préservation sur site (bâti monumental, vernaculaire…), les traces de l’activité humaine sont collectées dans la perspective d’une utilisation ultérieure selon un dispositif organisé (…)

… aux traces numériques


La généralisation des formes numériques de communication, autant dans la sphère publique que privée « au moment où la société contemporaine se voue au culte de la mémoire et de la mémorisation » (Galinon-Mélénec & Zlitni, 2013), confronte l’ensemble des acteurs à de nouvelles formes de traces qu’il n’est pas envisageable de traiter par les processus précédents.
Les traces numériques ne sont pas techniquement immatérielles, mais ce n’est pas leur matérialité qui pose habituellement question. La complexité nait dès la définition même de la notion de trace numérique. Une définition sur laquelle l’unanimité ne se fait pas.
La trace doit d’abord être distinguée de l’empreinte. Galinon-Mélénec (2013), considérant qu’il n’y a pas nécessairement impression visible sur une surface, préfère le terme de trace, dont les « emplois plus variés permettent d’intégrer l’infinitésimal, voire l’invisible. » Pour sa part, Mille (2013) voit dans l’empreinte « l’inscription de quelque chose dans l’environnement au temps du processus » alors que la trace est une « observation d’une série d’empreintes » qui nait donc de l’attention qui lui est portée et plus précisément du regard que l’on choisit de porter sur elle (éthique, juridique, commercial, sémantique, stratégique…). (…)
Ainsi, pour Galinon-Mélénec (2013, p. 95) qui adopte un point de vue anthroposémiotique, il conviendrait de réfléchir en termes de signe-trace : « les signes portent les traces de la complexité de l’entrelacement du vivant (humain ou non) et du non vivant, conjugués à l’entrecroisement des représentations portant sur le passé, le présent et les projections sur l’avenir.» Dès lors comment aborder le signe-trace autrement qu’avec un regard constructiviste ? Merzeau (2013) ne va pas jusque- là. Voyant dans la trace une « manifestation observable de l’impensé », elle estime « qu’elle appelle un art interprétatif comme celui du chasseur, du critique d’art, du psychanalyste ou du devin pour faire sens. Plus la trace sera involontaire, plus elle aura valeur de preuve, de symptôme ou d’attestation »(…)

 

Pour en savoir plus  : https://org-co.fr/aac-traces-numeriques-et-durabilite-temporalites-usages-ethique

Le numérique comme écriture : Théories et méthodes d’analyse

 Auteurs :

Emmanuël Souchier, Étienne Candel – Gustavo Gomez-Mejia
avec la collaboration de Valérie Jeanne-Perrier

Parution  : octobre 2019.

Editeur : Armand Colin, 360 pages

EAN :  9782200618582

Résumé (par l’éditeur) :

«  Somme de trente années de recherches sur les écrans informatisés comme dispositifs de communication, ce manuel présente une synthèse théorique et déroule une méthodologie pour tous les publics qui souhaitent comprendre et interpréter les écrans – étudiants, chercheurs et professionnels de la communication (…). L’objectif est ici d’offrir au lecteur un point de vue clair et efficace pour interroger et comprendre notre relation au monde désormais “médiée” par tous nos écrans ». 

 Pour en savoir plus :

https://www.armand-colin.com/le-numerique-comme-ecriture-theories-et-methodes-danalyse-9782200618582