Hommage à Yves Jeanneret

Lien

Colloque « L’Homme-trace », Département INFOCOM, Univ-Le Havre, 2011.

Le programme « L’Homme-trace », initié en 2008 au sein de l’UMR IDEES 6266 Le Havre, a trouvé toute sa puissance dès lors que, en 2010, Yves Jeanneret, alors directeur du GRIPIC, nous a accueilli au CELSA avec l’amical soutien de Véronique Richard, elle-même directrice du CELSA. Sans Yves Jeanneret, les colloques de
« L’Homme-trace » ne seront plus les mêmes. Il les enrichissait par la diversité et la profondeur de ses connaissances. Il les éclairait par la finesse de sa pensée, la subtilité de sa parole et par sa générosité. Il honorait chacun des ouvrages qui prolongeait ces rencontres par des chapitres d’une qualité remarquable. Sa contribution à chacun des tomes de la série « L’Homme-trace » que je dirige chez CNRS éditions a largement soutenu un rayonnement qui a permis, en 2014, d’obtenir la reconnaissance du Laboratory on Human trace Unitwin Complex Systems Digital Campus UNESCO. En 2019, alors qu’il se projetait toujours malgré la fatigue, nous évoquions tous ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de cette dynamique, pourraient se reconnaître dans ce que nous nommions « La nouvelle École française de la pensée de la trace ».

Son départ est une perte immense pour la communauté des chercheurs en sciences humaines, pour tous ceux qui venus d’horizons divers travaillent sur « La fabrique de la trace », et pour tous ceux qu’il accueillait dans son cercle à la fois amical et professionnel. Heureusement, ses écrits nous le rendent présent ‘in absentia’, ‘partout et nulle part’, pour reprendre le titre du chapitre qu’il a co- écrit avec Pauline Chasseray–Peraldi dans le dernier tome de la série L’Homme-Trace (tome IV, 2017). Le vide qu’il laisse appelle à ancrer la trace de ses qualités à la fois scientifiques et humaines dans les générations qui n’auraient pas eu la chance de le rencontrer.

Béatrice Galinon-Mélénec
Professeur des universités émérite
Sciences de l’information et de la communication
UMR IDEES 6266 CNRS – Université  Le Havre Normandie
Directrice du programme « L’Homme-trace »
Rédactrice en chef de « Ichnos-Antropos.  Le carnet de L’Homme-trace »
Fondatrice de Human Trace UNITWIN Complex Systems Digital Campus UNESCO.

https::onhumantrace.hypotheses.org. Hommage à Yves Jeanneret

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL (COSSI n°11)

COSSI : Colloque Spécialisé en Sciences de l’Information

IAE – Université de Poitiers, France.

28-29 mai 2020

Référent : Pr. Christian Marcon Laboratoire CEREGE – IAE- Université de Poitiers France.

Délais pour les propositions de communication : 10 mars 2020.

EXTRAIT DE L’APPEL A COMMUNICATION :

 Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…). Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps: résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Lorsqu’elles ne restent pas in situ en raison de leur préservation sur site (bâti monumental, vernaculaire…), les traces de l’activité humaine sont collectées dans la perspective d’une utilisation ultérieure selon un dispositif organisé (…)

… aux traces numériques


La généralisation des formes numériques de communication, autant dans la sphère publique que privée « au moment où la société contemporaine se voue au culte de la mémoire et de la mémorisation » (Galinon-Mélénec & Zlitni, 2013), confronte l’ensemble des acteurs à de nouvelles formes de traces qu’il n’est pas envisageable de traiter par les processus précédents.
Les traces numériques ne sont pas techniquement immatérielles, mais ce n’est pas leur matérialité qui pose habituellement question. La complexité nait dès la définition même de la notion de trace numérique. Une définition sur laquelle l’unanimité ne se fait pas.
La trace doit d’abord être distinguée de l’empreinte. Galinon-Mélénec (2013), considérant qu’il n’y a pas nécessairement impression visible sur une surface, préfère le terme de trace, dont les « emplois plus variés permettent d’intégrer l’infinitésimal, voire l’invisible. » Pour sa part, Mille (2013) voit dans l’empreinte « l’inscription de quelque chose dans l’environnement au temps du processus » alors que la trace est une « observation d’une série d’empreintes » qui nait donc de l’attention qui lui est portée et plus précisément du regard que l’on choisit de porter sur elle (éthique, juridique, commercial, sémantique, stratégique…). (…)
Ainsi, pour Galinon-Mélénec (2013, p. 95) qui adopte un point de vue anthroposémiotique, il conviendrait de réfléchir en termes de signe-trace : « les signes portent les traces de la complexité de l’entrelacement du vivant (humain ou non) et du non vivant, conjugués à l’entrecroisement des représentations portant sur le passé, le présent et les projections sur l’avenir.» Dès lors comment aborder le signe-trace autrement qu’avec un regard constructiviste ? Merzeau (2013) ne va pas jusque- là. Voyant dans la trace une « manifestation observable de l’impensé », elle estime « qu’elle appelle un art interprétatif comme celui du chasseur, du critique d’art, du psychanalyste ou du devin pour faire sens. Plus la trace sera involontaire, plus elle aura valeur de preuve, de symptôme ou d’attestation »(…)

 

Pour en savoir plus  : https://org-co.fr/aac-traces-numeriques-et-durabilite-temporalites-usages-ethique

Anthropologie des sens, du sensible et des sensibilités : enjeux et perspectives heuristiques

Appel à communications

Colloque annuel du CANTHEL du 25 au 26 mai 2020

Université Paris Descartes, 45 rue des Saints Pères, 6eme, Paris.

Délais des propositions :  le 15 janvier 2020

Référents :

Présentation (extrait) :

 «(…) Les grands dualismes du XXe siècle (nature/culture, matériel/immatériel, etc.), ont restreint les possibilités d’étude des sens en sciences sociales (Joël Candau : 2017)3. La remise en cause desdits dualismes libère et offre la possibilité de comprendre ces différentes manières d’être au monde et façons de l’habiter.

L’ethnographie, dans sa spécificité, est une démarche d’immersion dans le sensible. En effet, ce sont les sens qui frappent d’abord l’observation : les sons, les couleurs, les odeurs, la température, la lumière, etc. La difficulté propre de la méthode ethnographique est précisément de traiter d’objets qui ne relèvent pas du domaine conceptuel traditionnel tout en visant une production théorique conceptualisée. Comme le rappelle encore François Laplantine, les Occidentaux ont construit le monde en opposant intelligible et sensible…

C’est cette nouvelle orientation programmatique à laquelle l’anthropologie sensorielle nous invite. Les variations sensorielles d’une culture à une autre, les appréciations sensorielles font pleinement partie des objets de l’anthropologie. Ethnographie convenablement le monde ne peut faire l’impasse d’une anthropologie sensorielle, une attention fine aux sensations, lesquelles ne cessent de se transformer, d’apparaître et de disparaître.

Cet appel à communication autour des univers sensoriels propose de questionner les sens dans cette direction épistémologique majeure de l’anthropologie sociale et culturelle (…)

Pour en savoir plus :

 CANTHEL (Centre d’anthropologie culturelle – laboratoire de la faculté de Sciences Humaines et Sociales SHS)

Situer l’indice par rapport à la trace

Citation

Situer l’indice par rapport à la trace

Extrait de la conférence de Béatrice Galinon-Mélénec, Colloque Traces des 10 et 11 décembre 2018, Arenberg Creative Mine/ DEVISU-Université Polytechnique Hauts de France.

Dans sa conférence de Valenciennes (10.12.2018), Béatrice Galinon-Mélénec explique que l’usage des catégories « indice », « empreinte », « marque » se doit de rappeler qu’elles se situent dans une définition anthropocentrée de la trace. Puis, elle pose la question de l’intérêt d’une définition du terme « trace » assimilée à la notion de conséquence et de son impact sur les catégories précédentes.

« En étant le plus synthétique et claire possible, je répondrai que :

  • Si on assimile la notion de trace à la notion de conséquence, toute la réalité – physique ou vivante – est trace-conséquence d’autre chose, et cela alors même que l’homme n’y est pour rien et même si elle existe en dehors de la connaissance que l’homme peut en avoir. Exemples : la montagne recouverte d’une neige immaculée, les étoiles du ciel, tout l’univers dont nous ne connaissons encore rien mais dont nous supposons l’existence à partir du principe que tout est conséquence-trace d’autres chose, etc.
  • Cette posture impose de lever l’ambiguïté sur la notion de trace et de distinguer la trace présente dans la RES (la réalité dans son ensemble où tout est trace, conséquences de conséquences) et la « trace pour soi » ( que nous nommons « signe-trace » pour signifier qu’il s’agit d’une trace anthropocentrée qui se transforme en signe pour l’individu vivant).

Lire la suite sur :Situer l’indice par rapport à la trace (Galinon-Mélénec, Colloque Traces, Valenciennes, 10 & 11 novembre 2018

Citer ce billet : Béatrice Galinon-Mélénec, "Situer l’indice par rapport à la trace," in ICHNOS-ANTHROPOS, 12/12/2018, https://onhumantrace.hypotheses.org/4433.

Colloque E. Laboratory On Human Trace Complex Systems DC UNESCO des 10 et 11 décembre 2018

Lieu : Arenberg Creative Mine Université Polytechnique Hauts-de-France.

Cette année, c’est au tour  du laboratoire DeVisu Arenberg Creative Mine Université Polytechnique Hauts-de-France (dirigé par Pr. Sylvie Leleu-Merviel) de financer l’organisation et d’assurer le soutien logistique du colloque des 10 & 11 décembre 2018 du e. laboratory on human trace complex systems UNESCO. 

Vous trouverez ci-joint le programme prévisionnel correspondant : Colloque_Human_trace_UNESCO _12_2018_Valenciennes

Avis de soutenance de thèse : les systèmes complexes et la digitalisation des sciences

SOUTENANCE DE THÈSE

LES SYSTÈMES COMPLEXES ET LA DIGITALISATION DES SCIENCES.
HISTOIRE ET SOCIOLOGIE DES INSTITUTS DE LA COMPLEXITÉ AUX ÉTATS-UNIS ET EN FRANCE

Par : GUIDO LI VIGNI
 
Thèse de doctorat en sociologie (EHESS)
 
Soutenance : le lundi 26 novembre 2018 à 14h.

Salle 8 de l’EHESS au 105 boulevard Raspail.

Résumé :

Comment penser la relation entre les cultures scientifiques contemporaines et l’utilisation croissante de l’ordinateur dans la production de connaissances ?

Cette thèse propose de répondre à une telle question, en analysant historiquement et sociologiquement un domaine scientifique fondé par le Santa Fe Institute (SFI) dans les années 1980 aux Etats-Unis : les « sciences des systèmes complexes » (CSS). Devenues connues grâce à des ouvrages et des articles populaires, les CSS se sont répandus en Europe et dans le monde au cours des années 1990 et 2000.

Ce travail propose une histoire de la fondation de ce domaine, en se concentrant sur le SFI et sur le réseau national français de systèmes complexes. Avec un regard sociologique ancré dans les sciences et la technologie et dans le pragmatisme, il pose ensuite quelques questions sur le statut socio-épistémique d’un tel domaine, sur les modalités de production des preuves utilisées dans le contexte de la simulation numérique et, enfin, sur les engagements épistémiques tenus par les spécialistes de la complexité.

S’appuyant sur un matériel empirique – composé d’environ 200 entretiens, de plusieurs milliers de pages d’archives et d’un petit nombre de visites de laboratoires –  cette recherche vise non seulement à améliorer les connaissances sur ce domaine – dont le langage est très courant aujourd’hui, mais peu étudié par les historiens et les sociologues – mais aussi à interroger trois opinions actuelles dans la littérature des sciences humaines et sociales concernant les sciences numériques : 1) l’ordinateur génère de plus en plus de connaissances interdisciplinaires, 2) il  donne naissance à un nouveau type de connaissances qui nécessite une épistémologie entièrement nouvelle pour être bien comprises, 3) il génère inévitablement des visions néolibérales du monde.

Cette thèse déconstruit ces trois formes de déterminisme technologique concernant les effets de l’informatique sur les pratiques scientifiques, en montrant tout d’abord que : 1) dans les sciences numériques, les collaborations interdisciplinaires ne se font pas sans effort et de manière symétrique et pacifique; 2) les chercheurs du CSS mobilisent des techniques de productions de preuves bien connues dans d’autres disciplines ; 3) les engagements épistémiques des scientifiques peuvent prendre des formes (néo) libérales, mais aussi d’autres formes qui s’écartent du néolibéralisme ou s’y opposent.

Jury composé par :

  • M. Francis CHATEAURAYNAUD, Directeur de recherche EHESS (Directeur),
  • Mme Amy DAHAN, Directrice de recherche CNRS,
  • M. David DEMORTAIN, Directeur de recherche INRA (Rapporteur),
  • M. Wolf FEUERHAHN, Chargé de recherche CNRS,
  • Mme Sandra LAUGIER, Directrice de recherche CNRS (Rapporteuse),
  • Mme Denise PUMAIN, Professeur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Invitée),
  • M. Franck VARENNE, Directeur de recherche CNRS.

BRAZIL 2018 / Université UNINORTE-ACRE

PRESENTATION DU E. LABORATOIRE ON HUMAN TRACE COMPLEX SYSTEM UNESCO LE 14 AOUT 2018 PAR HADI SABA AYON1

ORGANISATION D’UN WEBINAIRE LE 21 NOVEMBRE 2018

Par Hadi Saba Ayon, membre du e. Laboratory On Human Trace ; Solange Chalub, coordinatrice du département des formations de troisième cycle ; Vander Nicacio, analyste des systèmes d’information dans le gouvernement de l’Etat de l’Acre ; Janeo Nascimento, enseignant en technologies de l’information et de la communication.

Thème : « Quelle culture numérique pour quelle ville inclusive ?»

Ce Webinaire est multidisciplinaire et se situe à la croisée de deux champs d’études : les études sur les nouveaux médias (New media studies) et les études sur le handicap (Disability studies). Il présente trois axes autour desquels s’articuleront les interventions des participants :

1.  Numérique : support, médias et culture ;

2.  Handicap et accès ;

3.  Ville accessible, ville inclusive.

Ses objectifs sont de réunir des chercheurs, des enseignants et des acteurs travaillant / intéressés par / avec les questions mentionnées pour échanger des expériences et travailler en réseaux sur des projets inclusifs.

Pays participants : Brésil, Etats Unis, Canada, Espagne, France (Participation de l’université le Havre Normandie), Indonésie.

  1. Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication (université Le Havre Normandie, 2014), Membre du E. laboratory On Human Trace Complex System UNESCO. []

Conférence/débat de Sandra Mellot et de Tony Bourdier, « Quelle éthique scientifique de l’analyse des traces des usagers sur le web ? » le 28 septembre 2018

6e conférence « Document numérique et Société » : Information-Communication : le recours à l’éthique en contexte numérique. Programme, Inscription … :  https://docsoc2018.sciencesconf.org/

Conférence/débat de Sandra Mellot et de Tony Bourdier, « Quelle éthique scientifique de l’analyse des traces des usagers sur le web ? Proposition d’une méthode d’analyse de la présence co- énonciative comme alternative à l’identification des internautes ».

Le vendredi 28 septembre 2018, de 11H à 12H30 à l’Institut de la Communication et des Médias (Echirolles).

Réseaux Sociaux, Traces Numériques et Communication Électronique

Réseaux Sociaux, Traces Numériques et Communication Electronique

Le Havre, les 6,7 et 8 juin 2018

Les 6, 7, 8 juin 2018, les teams TraceNum et ComElect du E. laboratory On Human Traces, le CDHET-SFSIC et le département Information-Communication de l’IUT du Havre ont organisé le 5ème colloque international sur la communication électronique intitulé  « Réseaux Sociaux, Traces Numériques et Communication électronique ». La présentation générale et le contexte d’organisation est accessible sur :  www.colloquelehavre.fr

Vous trouverez ci-dessous le lien pour télécharger le programme du colloque international : ProgrammeWeb2