Bibliographie thématique

Bibliographie indicative  extraite du site du e. Laboratory On Human Trace Complex System Digital Campus Unesco (à la date d’ouverture de Ichnos Anthropos, Carnet de l’Homme-trace,  hypothèses.org). 

Veuillez noter que l’homogénéisation de la présentation en fonction des normes bibliographiques n’a pas encore été effectuée.

L’HOMME-TRACE

  • GALINON-MELENEC, B. (dir.), (2011), L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces humaines contemporaines, Paris, Editions du CNRS, série L’Homme-trace tome I, 409 pages.
  • GALINON-MELENEC, B., (2013), « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Mille A. (dir.), « De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica,2013/1, n°59, pp. 89-113.
  • GALINON-MELENEC, B., (2013), Expérience incarnée, construction cognitive et jugement : Le rôle des « signes-traces » du corps dans la signification » dans Boutaud JJ, Berthelot-Guiet K., (dir.), « La vie des signes au sein de la communication: vers une sémiotique communicationnelle »Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication.
  • GALINON-MELENEC, B., L’Homme-Trace – Des traces du corps au corps-trace, CNRS Editions, série L’Homme-trace tome IV, 409 pages.
  • GALINON-MELENEC, B., « Homme-trace » et « signes-traces », deux paradigmes français à l’épreuve des faits,Rouen, Klog Editions, 2012, 125 p

 

IDENTIFICATION DE LA NOTION DE TRACE

  • DERRIDA J., (1967), De la grammatologie,Paris, Minuit.
  • DERRIDA J., BENNINGTON G. ,(1991), Jacques Derrida, Circonfessions, Paris, Editions du Seuil.
  • DERRIDA J., (1971),« Signature, événement, contexte », Communication au Congrès international des Sociétés de philosophie de langue française, Montréal, 1971.
  • DERRIDA J.,(1972), Plato’s Pharmacy » In: Dissemination, translated by Barbara Johnson, Chicago, University of Chicago Press, 1981,pp. 63-171. Version française : Derrida J., « La pharmacie de Platon », dans La dissémination,1972, p.77.
  • DERRIDA J.,(1993), La dissémination,Seuil, Paris.
  • JEANNERET Y. (2011), « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé », in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 59-86.
  • DAVALLON J., JEANNERET Y., FLON E., TARDY C., « Traces d’écritures, traces de pratiques, traces d’identités », in Actes du colloque international h2ptm’09. Paris, Hermès-Lavoisier, 2009.
  • GINZBURG C., « Traces. Racines d’un paradigme judiciaire », dans Ginzburg C., Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et Histoire,Paris, Flammarion, 1989, p.139-180.
  • MILLE A. (dir.) (2013), De la trace à la connaissance à l’ère du Web, Intellectica,n° 59.
  • LELEU-MERVIEL S. (2013) « Traces, information et construits de sens. Déploiement de la trace visuelle de la rétention indicielle à l’écriture » dans Mille A. (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica,2013/1, n°59.
  • MERZEAU L. (2013) « L’intelligence des traces » dans dans Mille A. (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica,2013/1, n°59.
  • MERZEAU L. « Du signe à la trace : L’information sur mesure » « Traçabilité et réseaux », Hermès, n° 53, 2009, p. 22-29.
  • GALINON-MELENEC B. (2011), « L’universalité de la trace. Le XXIe siècle, siècle de la trace ? » in L’Homme-trace,CNRS édition, tome 1, pp 30-55.

DIMENSIONS ANTHROPO- SOCIOLOGIQUES (et assimilées)

  • WINKIN Y. (2017), « Brulures fertiles : traces mnésiques et travail ethnographique » dans Galinon-Mélénec B., L’Homme-Trace – Des traces du corps au corps-trace, Série L’Homme-trace, tome IV, CNRS Editions, pp. 183-198.
  • BERNARDOT M. (2011), « À la recherche des sans trace : cultures, espaces et citoyennetés » in Galinon-Mélénec, B., Série L’Homme-trace, tome IV, CNRS Editions,tome I, Editions du CNRS, pp. 331-347.
  • BOUTAUD JJ. DUFOUR S. (2011), « L’indicible et l’indiciel : empreinte gustative et trace figurative citoyennetés » in Galinon-Mélénec, B.Série L’Homme-trace, tome IV, CNRS Editions,tome I, Editions du CNRS, pp 151-169.
  • GALINON-MELENEC B. (2011), « Fragments théoriques du signe-trace. Propos sur le corps communicant » in L’Homme-trace , tome 1, pp 191-212.
  • GALINON-MELENEC B. (2011), « Prolégomènes illustrés de la trace, l’exemple du 20 juillet 1969 », in L’Homme-trace,tome 1, pp 15-30.
  • GALINON-MELENEC B., (2011), « Du diagnostic médical au diagnostic social : approche systémique sur rôle de l’interaction des signes-traces », in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme trace, tome 1, Paris, Editions du CNRS, pp. 171-191.
  • GAUTHIER G. (2011), « Les distinctions honorifiques en tant que traces institutionnelles » in L’Homme trace, Tome 1, Editions du CNRS, pp. 289-303.
  • GRAMACCIA G. (2011), « Les institutions de la médiation symbolique en quête de l’homme-trace » in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme trace,tome 1, CNRS éditions, pp. 273-.287.
  • LEPASTOUREL N & TESTE B. (2011), « Traces langagières en psychologie sociale de la communication », in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace,CNRS éditions, tome 1, pp 127-147.
  • LESOURD M. (2011), « Traces coloniales. Le « Blanc » et « l’Indigène », regards-traces croisés dans la mondialisation » in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace,tome 1, CNRS éditions, pp.305-329.
  • MARTIN-JUCHAT F. et JULIEN P. (2011), « Facebook et les sites de socialisation : une surveillance librement consentie » in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace,tome 1, CNRS éditions, pp. 105-126.
  • MONSEIGNE A. (2011), « L’homme interactionniste en politique » in Galinon-Mélénec B (dir.), L’Homme-trace,CNRS éditions, tome 1, pp 213-231.
  • NU (groupe NU) (2011), « Les interactions homme-machine : la trace en perspective » in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace,CNRS éditions, Tome 1, pp 87-103.
  • PAPILLOUD CH. (2011), « L’intégration sociale par la traçabilité » in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace,CNRS éditions, tome 1, pp 233-245
  • STECK B. (2011),  « Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance » in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, tome 1, pp 249 -271.

TRACES NUMERIQUES

  • BERTELLE C., OLIVIER D., « Traces du corps et intelligence collective : les fourmis sont-elles plus intelligentes que les informaticiens ? » dans Galinon-Mélénec B., (dir.), L’Homme trace. Des traces du corps au corps-trace,Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace tome IV, 2017, pp. 111-124.
  • COINTET J.-PH., « Mapping Knowledge Communities Dynamics from their digital traces », colloque Cartographie des traces, le Havre, le 20 décembre 2012.
  • COLLOC J., BONNENFANT M., « Des traces humaines dans le Big Data : du diagnostic médical à la traduction machinique du corps dans Galinon-Mélénec B., (dir.), L’Homme trace. Des traces du corps au corps-trace, Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace tome IV, 2017, pp. 85-110.
  • LELEU-Merviel S., « Body tracking : la traque du corps, des saisies aux traces » dans Galinon-Mélénec B., (dir.), L’Homme trace. Des traces du corps au corps-trace,Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace tome IV, 2017, pp. 69-84.
  • LELEU-MERVIEL S., « De la trace d’interaction à la communication numérique », dans Galinon-Mélénec B., Liénard F., Zlitni S., L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques,Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace tome III, 2015, pp 217-230.
  • LELEU-Merviel S., (2013) « Traces, information et construits de sens. Déploiement de la trace visuelle de la rétention indicielle à l’écriture », dans Alain Mille (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web, Intellectica,2013/1, n°59, p. 65-88.
  • LELEU-MERVIEL S., (2017), La traque informationnelle, ISTE.
  • MILLE A., (dir.), (2013) « De la trace à la connaissance à l’ère du Web », Intellectica,n° 59.
  • DULA D. (2013), « Traces d’absence et TIC. Usages des diasporas emploi » in Homme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 77-90.
  • DELAMOTTE E. (2013), « Traces, corpus, cartographies. Réflexions sur les dispositifs de documentarisation de l’humain cognitive » in Homme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 167-177.
  • GALINON-MELENEC B. (2013), « Le numérique, entre innovations et risques Jeux, insertion sociale, diversité humaine, emploi » in Homme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 55-75.
  • GALINON-MELENEC B. (2013), « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives schizophrènes ? » in Homme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 179-212
  • GALINON-MELENEC B. ZLITNI S. (2013), « L’Homme-trace, producteur de traces numériques » in Homme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp 7-20.
  • HOLZEM MY., SAIDALI Y., LABICHE J., GROUPE NU, (2013), « Des traces numériques pour une appropriation cognitive » inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 147-165.
  • JEANNERET Y. (2013), « Les chimères cartographiques sur l’Internet. Panoplie représentationnelle de la « traçabilité » sociale » in Homme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 235-267.
  • LE CROSNIER H. (2013), « Usage des traces par la publicité comportementale emploi in, inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 91-109.
  • MERZEAU L. (2013), « Traces numériques et recrutement : du symptôme au cheminement », inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 35-54.
  • MILLE A (2013), « Traces numériques et construction de sens emploi » in digital traces from production to interpretation, inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 111-128.
  • OLLAGNIER-BELDAME M. (2013), « Interagir dans un monde de plus en plus réflexif : Processus cognitifs et traces numériques – mémoire, interprétation et rapport au temps, , inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 129-146.
  • PERRIAULT J. (2013), « Protection des identités numériques personnelles : des futurs incertains », inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 23-34.
  • PIPONNIER A. (2009), L’individu est-il soluble dans le projet ? Trace(s) de soi et effacement de soi dans la communication de projet, Bordeaux, Communication & Organisation, n°36, pp.123-134.
  • SOUCHIER E. (2013), « Voir le Web et deviner le monde. La « cartographie » au risque de l’histoire de l’écriture », inHomme-trace,tome 2, CNRS éditions, pp. 213-234.

PSYCHOLOGIE ET PSYCHANALYSE

  • ASSOUN P-L (1993), Traces : Introduction à la métapsychologie freudienne, PUF, seconde édition, 2014.
  • ASSOUN P-L (2001), Le mouvement et la trace. “L’inconscient moteur”, in « La Trace: Résonances” , Actes du XIVe colloque de thérapie psychomotrice, p.185-192 Paris 9-10-11 mars 2001,
  • ASSOUN P-L. (2004), Corps et symptôme. Leçons de psychanalyse, Anthropos/Economica,2E ED., 332 P.
  • ASSOUN P-L. (2005), Précarité du sujet, objet de la demande. Préjudice et précarité à l’épreuve de la psychanalyse », in « Précarité, exclusion, abandon », Cliniques méditerranéennes,n°72, 2005, pp.7-16
  • ASSOUN P-L. ZAFIROPOULOS, M. (2007), « Corps tracé et inconscient de la trace », in Corps normalisé, corps stigmatisé, corps racialisé  (sous la direction de Gilles Boëtsch, Christian Hervé et Jacques J. Rozenberg), De Boeck, pp.185-198
  • ASSOUN P-L (2017), « Trace du corps et inconscient de la trace. De la métapsychologie à l’anthropologie » in L’Homme-Trace – Des traces du corps au corps-trace, L’Homme-trace tome IV, CNRS Editions, 2017, pp. 157-182
  • BRANCHU C. (2011), « Archéo-analyse de l’oeuvre : Le Petit Prince : l’écriture d’un secret ou la trace secrète d’une écriture hiéroglyphique », Psychologie, Thèse, 2011, CRISES – Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales de Montpellier
  • CHABAUD F., La fonction analytique. Freud, Jung, Lacan : Approche transdisciplinaire, Philosophie, Thèse, Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de Montpellier, 2012
  • ZAPATA-REINERT L. « Esthétique du symptôme : quand la trace se fait désir » in Les Cahiers du CEIMA,Centre d’études interdisciplinaires du monde anglophone 2013, Trace humain, 9, pp.67-77

BIBLIOGRAPHIE NON CLASSEE

  • PARRET H. (2017), Une sémiotique des traces. Trois leçons sur la mémoire et l’oubli, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Le Discours philosophique, 2017, 74 p.
  • MOLINA, M. et alii, (2017), « La sensibilité des nourrissons aux signes-traces gestuels et prosodiques de la communication adulte » dans L’Homme-Trace, tome IV, CNRS Editions, 2017, pp. 219-232.
  • THOMAS-VASLIN V. (2017), « Le rôle des traces dans le système immunitaire : des anticorps au corps » dans Galinon-Mélénec, B., L’Homme-Trace – Des traces du corps au corps-trace, L’Homme trace, tome IV, CNRS Editions, 2017, pp. 255- 296.
  • ARNAUD M., MERZEAU L. (Dir.) (2009), « Traçabilité et réseaux », Hermès, n° 53, 2009.
  • BARTHES R. (2002), La chambre claire, dans Œuvres complètes, vol. 5, p. 785-891, Paris, Seuil, 2002 [1ère éd.1980].
  • BAUTIER R. (2007), « Les réseaux de l’internet : des artefacts bien (trop) vivants », Les enjeux de l’information et de la communication, 2007 (Article online in French: http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2007-meotic/Bautier/index.html)
  • BERTHOZ A. (dir.)(1999), Leçons sur le corps, le cerveau et l’esprit, Paris, Odile Jacob, 1999.
  • BERQUE A. « Milieu, co-suscitation, désastres naturels et humains, Ebisu,n°47, p 41-48.
  • BOUTAUD J.-J., VERON E., (2007), Sémiotique ouverte : itinéraires sémiotiques en communication,Paris, Hermès-Lavoisier, 2007.
  • BROCCHINI I. (2005), Trace et disparition dans l’oeuvre de Walter Benjamin » Thèse de doctorat en Philosophie Soutenue en 2005 à Paris 1.
  • CHUI CHOI, (2008), Trace, espace et ombre de la machineThèse de doctorat en Arts et sciences de l’art. Art plastiques, Soutenue en 2008 à Paris 1.
  • DARRAS V. (2003), « El abandono y los vestigios dejados por el tiempo », Trace, 3-10.
  • DAVALLON J., NOËL-CADET N., BROCHU D. (2003) « L’usage dans le texte : les ‘traces d’usage’ du site Gallica », dans Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés,Paris, Éditions de la BPI, 2003, p. 45-90.
  • DELEUZE G. (1990), Pourparlers,Paris, Minuit.
  • DERANSART P. (2013) « De l’objet trace en génie logiciel » in Intellectica, 2013/1, n°59
  • DESCOLA Ph. (2005) Par delà nature et culture, Paris Gallimard.
  • DULA D. , «Mimesis de l’écran. Quand le contenu est sa propre représentation », in Lancien T. (dir) Ecrans et médias, Médiation et Information(MEI) n° 34. Paris, L’Harmattan. 2012. 222 p.
  • ERTZSCHEID O. (2009) « L’Homme, un document comme les autres », « Traçabilité et réseaux », Hermès,n° 53, 2009, p. 33-39.
  • ERTZSCHEID O., GALLEZOT G., SIMONNOT B. (2013), A la recherche de la « mémoire » du web : sédiments, traces et temporalités des documents en ligne. Dans Manuel d’analyse du Web (2013) 53-68 [sic_00804245 – version 1] Cf. abstract in English http://hal.archives-ouvertes.fr/
  • FABBRI P. (2008) Le tournant sémiotique,Paris, Hermès-Lavoisier, [1ère éd. 1998].
  • FERRY J-M. (2007) « Le paradigme indiciaire », dans Denis THOUARD, (dir.) L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg,Lille, Presses du septentrion, 2007, p. 91-102.
  • FONTANILLE J. OUELLET P., (1992), Signification et sensation,Limoges, PULIM.
  • Frame , (2013) « De la sémiotique pour penser la complexité de la communication interpersonnelle : l’approche sémiopragmatique des interactions sociales », Revue française des sciences de l’information et de la communication,3/2013.
  • GALINON MELENEC B., MONSEIGNE A. (2011), « La sémiotique des ‘signes-traces’ appliquée au recrutement : Le cas de la recherche du ‘bon candidat’ via les traces numériques » in Catellani A. et Versel M. (dir.), Les applications de la sémiotique à la communication des organisations, Communication & organisation, n° 39, juin 2011, pp. 111-123.
  • GALINON-MELENEC B. (2012), « Le numérique : de l’usage aux traces, du fantasme au doute ou au cauchemar » in Denoit N. (dir.) L’imaginaire et la représentation des TICdans la société, presses universitaires de Tours.
  • GALINON-MELENEC B., MARTIN-JUCHAT F., (2013), Du « genre » social au « genre » incorporé : Le « corps genré » des SIC in Bernard F. Loneux C. (dir.), Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication, Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication.
  • GALINON-MELENEC B., ZLITNI S. (dir.) (2013), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, Editions du CNRS, série L’Homme-trace tome 2, 274 pages.
  • GALINON-MELENEC B. (2012), « Homme-trace » et « signes-traces », deux nouveaux paradigmes français à l’épreuve des faits. Handicap psychique et recrutement,Tome 2 Rouen, Klog éditions, 2012, 110 pages.
  • GINZBURG C. , (1989), « Traces. Racines d’un paradigme judiciaire », dans Carlos GINZBURG, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et Histoire,Paris, Flammarion, 1989, p.139-180.
  • KLINKENBERG JM., (2000), Précis de sémiotique générale,Louvain-la-Neuve, De Boeck, 1996, (Culture et Communication); repris en collection de poche, Paris, Le Seuil, coll. Points, 2000.
  • HARRIS R. (1996), Sémiologie de l’écriture,Paris, CNRS éditions.
  • JAUREGUIBERRY F., (2014), « Le local ne disparaît pas : il devient mondial », in La société éclatée. Le retour de l’objet local (éds. Franck Cormerais et Pierre Musso), La Tour d’Aigues, l’Aube, 2014, pp. 41-49.
  • JAUREGUIBERRY F., (2014), « La déconnexion aux technologies de communication », Réseaux, 2014, n° 186, pp. 17-49.
  • JAUREGUIBERRY F. (2014) « La ville numérique : les dangers d’une simple logique instrumentale », Urbanisme, 2014, n° 394, pp. 67-69.
  • JEANNERET Y. « Désigner, entre sémiotique et logistique » dans Ismaïl TIMIMI, Susan KOVACS, (dir.), Indice, index, indexation, Paris, ADBS éditions, 2006, p. 17-36.
  • JEANNERET Y. « Prendre en considération l’aventure sémiologique », Hermès, n°48, 2007, p. 109-116.
  • KIM Sung Do, « L’écologie déséquilibrante de l’oubli chez l’homu numericus », in NETCOM, n°26, 2012, pp. 111-128.
  • LICOPPE CH., DRAETTA L. & DELANOË A. (2013), « Des « smart grids » au « quantified self ». Technologies réflexives et gouvernement par les traces, une étude de cas sur la consommation électrique en milieu domestique » in Intellectica,n° 59.
  • LOTMAN J-M., (1999), La sémiosphère, Limoges, PULIM, 1999.
  • MERZEAU L. (2010), « La présence, plutôt que l’identité », Documentaliste – Sciences de l’Information, 47, n° 1, 2010, p. 32-33.
  • MERZEAU L. « Mémoire », Médium,n°9, 2006, p. 153-163.
  • MILLE A., alii., (2013), Trace-Based Reasoning – Modeling interaction traces for reasoning on experiences, in The 26th International FLAIRS Conference, United States (2013)Cf. Abstract in English https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00830444
  • MILLE A., MARTY J.C. (Dir.) (2009), Analyse de traces et personnalisation des environnements informatiques pour l’apprentissage humain, Hermès Sciences Publications, collection IC2 informatique et système, 2009.
  • NASSIKAS K. (1993) Traces du corps en psychopathologie,Thèse de doctorat en Médecine. Biologie humaine Soutenue en 1993 à Lyon 1.
  • PARRET H., (2004), « Vestige, archive et trace : présences du temps passé », Protée,n° 32/2, p. 37-46.
  • Parret H.,(2006), Epiphanie de la présence, Essais sémiotiques, PULIM.
  • PERRIAULT J. (2012), Réseaux de communication, un aperçu à travers le temps, in Le temps des médias, 2012, p 148-158.
  • PEIRCE C-S (1978), Écrits sur le signe, Paris, Seuil 1978 [posth].
  • Ricœur P.,(2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.
  • RASSE P. Traces et patrimoine, essai de problématisation, in Idjeraoui Ravez Linda, Pelissier Nicolas (dir.), Quand les traces communiquent… Culture patrimoine, médiatisation de la mémoire, Ed L’harmattan, 2014, p.p. 65-73.
  • RASSE P. (2012) « Traces, patrimoine, mémoire des cultures populaires », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 5, no. 2(10) pp 245-254.
  • ROUX S. (2012), Le document de voyage : traces et cheminements hybrides comme médiateurs de savoirs, Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication Soutenue le 28-09-2012 à Toulouse 2 au LERASS.
  • SALOMON M. (2002), Emmanuel Levinas, la vie, la trace,C. Latès.
  • SEBBAH F., (2010) Levinas,Librairie Académique Perrin.
  • SERRES A. (2002), « Quelle(s) problématique(s) de la trace ? ». Communication au séminaire Cercor, 13 décembre 2002 (Summary in French: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001397/en).
  • SOUCHIER E. (2008), « Internet : naissance d’une écriture divinatoire », Communication & langages, n° 158, 2008, p. 93-106.
  • TARDY C., DAVALLON J. « La constitution de corpus d’identités entre calcul et témoignage », dans Jean DAVALLON (dir.) L’économie des écritures sur le web,Paris, Hermès-Lavoisier.
  • TIERCELIN C. (1993), Peirce et le pragmatisme,Paris, PUF.
  • VARELA F. Connaître les sciences cognitives, tendances et perspectives, Paris 1988.
  • VEYRIE N. (2006) Deuils et héritages : confrontations : restes, traces et empreintes du proche,Thèse de doctorat en Sociologie, soutenue en 2006 à Montpellier 3.