Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels, Aurélia Dumas, 2018

 

 

 

 

 

Auteur

Aurélia Dumas est Maître de conférences en SIC au sein du laboratoire Communication et Sociétés de l’Université Clermont Auvergne.

Résumé

Cet article étudie la manière dont les logiques de responsabilisation des salariés en matière de mobilité et de recrutement internes constituent des injonctions organisationnelles poussant les salariés à la promotion numérique de soi. Il s’attache plus spécifiquement à analyser la production des signes des émotions au sein des dispositifs numériques mis à la disposition des salariés à cet effet et les enjeux organisationnels d’un point de vue des régulations sociales opérées. Au regard des formes dominantes d’expression émotionnelle de soi construites au sein de l’entreprise, il s’agit d’observer les fragilisations et les vulnérabilités que peuvent entraîner chez les salariés des logiques de non-conformation (résumé de l’auteure).

Extrait

“Dans le cadre de cet article, nous détaillons plus spécifiquement l’appareil méthodologique mobilisé dans l’étude de la sémiotisation des émotions relative aux processus de recrutement interne. Parler de sémiotisation des émotions (Micheli, Hekmat et Rabatel 2013) ou encore de signes des émotions permet de distinguer l’émotion sémiotisée de l’émotion éprouvée, dans le sens où un individu peut rendre manifeste une émotion au travers de signes visibles (en d’autres termes, il « sémiotise » une émotion) mais sans pour autant forcément la ressentir. Dès lors, dans une approche communicationnelle, il s’est agi de saisir les émotions en tant que processus communicationnels, au cœur de la performance sociale et des dynamiues organisationnelles, à la croisée de l’individuel et du collectif. L’individu se fait « Homme-trace », (Galinon-Mélénec 2012), au regard à la fois des « signes-traces » qui le traversent et qu’il porte avec et sur lui mais aussi que lui-même sème comme empreintes laissées sur son passage. Il a ainsi été question d’observer les manifestations des émotions, leur expression mais également leur interprétation et leur évaluation par les acteurs eux-mêmes au sein de la sphère professionnelle. Les signes des émotions apparaissent comme repérables au travers des discours, des pratiques tout autant que des corps et des individus et, plus largement encore, des objets, des dispositifs, comme autant d’éléments vecteurs de la communication affective dont l’organisation se révèle porteuse.

Pour compléter lecture, voir

 http://journals.openedition.org/communicationorganisation/6112 

Référence

Aurélia Dumas« Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels »Communication et organisation  53 | 2018. URL :  DOI : https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.6112



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 10 février). Injonctions à la promotion numérique de soi et recrutement interne : logiques de responsabilisation du salarié et enjeux organisationnels, Aurélia Dumas, 2018. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsw4