De l’interprétation au cirque. Revue études de communication n°23, H. Hotier, archives. 2001

 

Auteur

Hugues Hotier,  professeur des universités émérite en sciences de l’information et de la communication. Fondateur du Cirque éducatif,  lieu pluridisciplinaire (au sens large)  à vocation éducative où il peut à la fois observer et mener des expérimentations sur la réception des arts du spectacle”.

Extraits

“Les animateurs du Cirque éducatif considèrent que le cirque est un lieu d’émotion plus que de réflexions, émotions largement supportées par la puissance du non-verbal” (…). En matière d’arts du spectacle, et le cirque en est un exemple probant, on peut distinguer deux niveaux d’interprétation. D’une part, l’artiste interprète son numéro. Comprenez qu’il le joue, l’exécute comme une partition ou qu’il le représente comme une pièce. C’est le sens le plus évident du mot interprétation et l’on évoque ici le plus souvent une interprétation individuelle. Même s’il s’agit d’une troupe ou d’un orchestre, il y a une unicité de l’interprétation. D’autre part, à un niveau plus global, des éléments divers, humains ou matériels, contribuent à délivrer des messages de nature plus idéologique. On est alors dans une problématique de traduction. A proprement parler, on change de culture puisqu’on passe du monde des idées au monde du spectacle, du monde de l’intellect au monde de l’émotion, du monde de la parole au monde du geste”.

Référence papier

Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, 29-40.

Pour en savoir plus  (article en open source)  :

 Hugues Hotier« De l’interprétation au cirque »Études de communication, 24 | 2001, mis en ligne le 12 octobre 2009  http://URL : http://journals.openedition.org/edc/982



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2024, 8 février). De l’interprétation au cirque. Revue études de communication n°23, H. Hotier, archives. 2001. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs44