Le vivant est-il gouvernable ? La politique à l’épreuve d’un monde saturé de traces, Virginie Tournay, 2024

Auteur

Virginie Tournay, biologiste, docteur en sciences politiques, directeur de recherche au CNRS, affectée au CEVIPOF et membre du conseil scientifique de l’OPECST.

Résumé

Des accusations de sorcellerie sous la Renaissance jusqu’à la gestion tourmentée de la pandémie de Covid, les controverses liées à l’intervention humaine sur le monde vivant suscitent des passions politiques. Quand elles sont démocratiques, ces passions s’expriment à partir de « traces » identifiées comme le produit de l’activité humaine (OGM, vaccins, etc). Leur emprise sociale est indéniable, car elles polarisent l’opinion publique. Loin de se cantonner au seul registre de l’expertise scientifique, la qualification de la trace touche les ressorts du sacré et du profane – ce qui façonne, cimente, dessine une société et lui donne sens. Des querelles interprétatives se répètent continuellement… parce que l’aléa biologique échappera toujours au gouvernement des hommes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Béatrice Galinon-Mélénec (30 janvier 2024). Le vivant est-il gouvernable ? La politique à l’épreuve d’un monde saturé de traces, Virginie Tournay, 2024. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vppf