Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir

Romain Couderc, 2022

 

Auteur

 Romain Couderc, Agrégé de philosophie

Résumé

Qu’est-ce que laisser une trace à la postérité ? Comment les traces du passé, matérialisées dans l’écriture d’un récit, peuvent-elles s’apparenter à des œuvres et former un monde ? Dans la Condition de l’homme moderne, Hannah Arendt cherche à penser la narrativité comme une condition de possibilité de l’Histoire : libérée de tout historicisme, l’historiographie, loin d’apparaître comme un savoir positif consignant les marques d’un passé disparu, a pour fonction de révéler phénoménologiquement le sens des actions historiques des êtres parlants dans des œuvres prenant la forme d’un récit. Le problème husserlien de la transmission mondaine des idéalités du passé dans une écriture affranchie de la mémoire subjective se voit ainsi réinterprété à la lumière d’une analyse de l’action politique, reconfigurée dans une narration : c’est par la médiation d’un récit mettant en forme les traces du passé que les êtres humains peuvent accéder rétrospectivement à une histoire non passéiste.

Pour en savoir plus

Romain Couderc« Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir »Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Béatrice Galinon-Mélénec (29 janvier 2024). Hannah Arendt et l’écriture de l’Histoire : les traces d’une mémoire à venir. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/voun