Documentalité des collectes de mémoires Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique

HDR de Claire Scopsi , CNAM, 12 janvier 2021

Mots clefs : Collectes de mémoires,archives numériques, modélisation documentaire, éditorialisation, traces, indices, medium, source

 

Résumé (extrait) de l’auteure

« (…) Nous proposons d’appréhender ces récits mémoriels, publiés sur le web sous la forme de plateformes , d’articles de blogs ou d’expositions virtuelles, non seulement en analysant les documents qui les composent, mais aussi en décrivant et en caractérisant les choix d’éditorialisation opérés par leurs auteurs pour donner un sens au récit. Nous proposons un modèle de description et un langage d’analyse de ces procédés d’éditorialisation, et nous montrons que l’analyse éditoriale des récits mémoriels permet de qualifier leurs objectifs de narration, et de les catégoriser selon leur orientation en tant que témoignage (indice), persuasion (medium) ou autorité (source)».

Sommaire (extrait)

1. Les collectes de mémoire à l’ère numérique

1.1 La mémoire comme phénomène psychique 

Première ébauche du processus mémoriel -1) la mémorisation : l’empreinte (Aristote et Platon) et la rétention (Husserl)- 2) la remémoration : “le temps à soi” (Husserl) et la “mémoire souvenir” (Bergson) – du rôle de l’interprétation des traces dans la remémoration (Parret – Galinon-Mélénec) – définition de l’anamnèse comme activité humaine et intentionnelle d’interprétation de traces pour se remémorer.

1.2 La mémoire comme processus intentionnel contre l’oubli 

Définition de la mémoire comme un effort contre l’oubli – définition de l’intentionnalité (Brentano) – la mémoire a toujours un objet – L’intentionnalité dans la philosophie du langage- pourquoi se souvient-on de certaines choses et en oublie-t-on d’autres? – la remémoration et l’oubli sont des phénomènes sociaux (Halbwachs, Renan)
– on oublie par inattention, désintérêt ou par destruction collective des traces – l’oubli de toute chose est la norme, la mémoire est un effort orienté vers un objet. 

1.3 Existe-t-il des mémoires numériques? 

Pourquoi les traces machiniques ne sont pas des mémoires – l’intelligence artificielle n’est pas une pensée (Google Brain vus par Attali) – les machines et les algorithmes sont des émanations humaines (Cardon, Doueihi)
– il n’y a pas de techno-gouvernementalité (Mayer-Schönberger et Cukier, Sadin) – collecter et laisser des traces numériques est toujours un choix humain volontaire (Merzeau, Krämer, Douheihi, Joutard) – la disparition des traces numériques est inéluctable – conserver les traces numériques est un effort humain volontaire (Cotte).

1.4 Le processus de documentarisation des mémoires : 1ere étape- de l’empreinte à l’inscription 

Nos représentations du processus mémoriel changent selon les évolution techniques et documentaires – polysémie du mot mémoire (Nora, Joutard, Bloch, Le Goff) – la mémoire est un processus de sélections/inscriptions imbriquées – 1ères étapes du processus : l’empreinte psychique permet une persistance dans la mémoire d’un individu – l’énonciation et l’inscription permettent la transmission de l’empreinte d’un individu à l’autre – l’énonciation orale est intersubjective et porteuse d’émotions (Schutz, Ricoeur ) – l’inscription distingue le discours de l’énonciateur (Platon, Ricoeur) – l’inscription ne s’oppose pas à l’oralité (Goody, Bernabée, Zumthor, Chivallon) – l’inscription produit de l’invariabilité (Goody) – l’inscription a une valeur performative : institution des objets sociaux et perpétuation des communautés humaines (Ferraris, Anderson).40

1.5 2ème étape – de la trans-individuation à l’hypolepse 

2ème étape du processus mémoriel : la technique de l’écriture permet la discussion et l’enrichissement des textes
– sociétés froides et société chaudes : les société froides s’appuient sur des textes immuables, les sociétés chaudes produisent des hypolepses (Levi-Strauss et Assman) – l’hypolepse : une textualité construite par la manipulation et l’enrichissement d’autres textes – Les manipulations froides respectent l’intégrité de forme et de sens du texte originel: stockage, copie diffusion (Benjamin, Bachimont) – Les manipulations tièdes modifient modérément le sens des documents : documentarisation, éditorialisation, curation, ré-éditorialisation (Crozat, Bachimont, Salaün, Vitlai-Rosetti, Zacklad) – les manipulations chaudes produisent des textualités originales (hypolepses) à partir de documents pré-existants (mashups,anthologies). 

1.6 3ème étape – du stockage à la patrimonialisation 

3ème étape du processus mémoriel : la conservation à long terme et la valorisation – stocker (conservation froide) n’est pas archiver (conservation chaude) (Bachimont, Eco) – la patrimonalisation est un processus d’inscription institutionnel (Davallon, Rasse, Eco) – l’exposition comme curation du patrimoine – l’exposition multimedia comme du patrimoine – l’éditorialisation automatique des base de données de patrimoine conduit à une perte de sens – une demande sociale émergente : la curation du patrimoine numérisé par le public.

1.7 4ème étape – le « design » des collectes de mémoires 

4ème étape du processus mémoriel : l’élaboration d’une œuvre mémorielle (collecte de mémoires) à partir d’archives – la collecte de mémoires est une manifestation du caractère collectif de la mémoire (Halbwachs) – la mémoire collective est une mémoire documentaire (Halbwachs, Nora, Ricoeur) – les collectes de mémoires sont des éditorialisations intentionnelles des mémoires-documents – la théorie du design informationnel permet de percevoir les logiques des collectes de mémoires (Zacklad) – les 3 régimes d’élaboration des collectes de mémoires : l’indice, le medium et la source. 

La suite est en libre accès sur Halhttps://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03500201



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2022, 23 janvier). Documentalité des collectes de mémoires Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siy7