De la trace à l’empreinte puis à la donnée, probante ou non. Relativisme de l’impact de la recherche sur les pratiques enseignantes.

 

 

Source :

Formation et pratiques d’enseignement en questions. Hors série N° 3 / 2019 / pp. 127-141

Auteurs :

François Larose (Université de Sherbrooke, Canada) et Joyce-anna ottereyes (Université de Sherbrooke, Canada)

francois.larose@usherbrooke.ca et Joyce.Anna.Ottereyes@usherbrooke.ca

Résumé :

Dans cet article, nous faisons d’abord l’analyse de la trace et de sa transformation progressive en donnée, probante ou non, en tant qu’effet de succession dans un processus métaphorique. Afin d’illustrer l’éloignement progressif de la trace considérée en tant qu’empreinte ou indice d’un phénomène dans un contexte d’usage typique en sciences de l’éducation, nous contextualisons les recours à la vidéoscopie réalisée en situation de classe selon que la finalité en soit la formation ou la recherche sur les pratiques enseignantes. Nous terminons notre propos par une analyse de l’impact de la disponibilité pléthorique de traces ou de don- nées primaires qui résulte de l’évolution technologique sur les profils d’utilisation contreproductive qui peut en résulter.

Mots-clés :

Trace, empreinte, données probantes, usages différenciés en recherche ou formation, fondements épistémologiques des usages

Texte en ligne sur :

http://revuedeshep.ch/pdf/HS3/HS3-07-Deschoux.pdf



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2021, 30 septembre). De la trace à l’empreinte puis à la donnée, probante ou non. Relativisme de l’impact de la recherche sur les pratiques enseignantes. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siy2