Traces numériques et durabilité

REVUE COSSI, n°10, 2021
Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques
Revue COSSI n°10, 2021

 

 

Parution au 1er semestre 2021.

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthiques,

Revue COSSI, n° 10/2021

Coordonné par :

Christian MARCON, Professeur des universités, IAE de Poitiers

Mona SHEHATA, docteure en sciences de l’information et la communication,

LaboratoireCEREGE, IAE – Université de Poitiers France

Résumé (des auteurs)

Les traces matérielles issues de l’activité humaine constituent un sujet de questionnement majeur, notamment en termes de collecte et de transmission. Avec l’essor de l’Internet et particulièrement du web 2.0, des traces complémentaires, numériques, sont massivement  créées. Si leur définition même ne fait pas encore l’objet d’un consensus, il apparaît que ces traces posent déjà des questions de durabilité à de multiples niveaux : leur temporalité, les usages qu’elles permettent et les aspects éthiques que leur exploitation sous-entend. Cet article introduit ces problématiques pour le présent numéro de la revue COSSI et présente les angles de traitement que les contributeurs ont choisi pour traiter le sujet.

Sommaire
INTRODUCTION de Christian Marcon, Mona Shehata                                                          Source : Marcon, Ch, Shehata, M. (2021). Introduction du numéro. Revue COSSI, (10). https://revue-cossi.numerev.com/articles/revue-10/2523-introduction-du-numero

  • Pourquoi laissons-nous des traces numériques ? L’hypothèse de la volonté (ou de l’illusion ?) d’accéder à une forme d’éternité construite, Jacques Henno
  • Les traces numériques dans le cadre du dépôt légal : conservation, production, restitution, Cécile-Marie Martin, Alexandre Wauthier
  • Les traces numériques : portée des enjeux économiques et/ou de surveillance dans une société de connaissances, Viviane Du Castel
  • La traçabilité pour détecter la mutation d’une rumeur en légende urbaine.Mona Shehata
  • Analyser les transformations des pratiques professionnelles par une approche usages : plasticité, instabilité, fragilité, Jean-Claude Domenget
  • L’autogestion démocratique des données pour pérenniser la traçabilité du savoir dans la complexité- Thomas Bonnecarrere


Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2021, 21 juin). Traces numériques et durabilité. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sixt