Le façonnement des ancêtres. Dimensions sociales, rituelles et politiques de l’ancestralité

Auteurs : Sophie Chave-Dartoen, Stéphanie Rolland-Traina

Éditeur : Presses de l’Inalco, Paris.
Collection : TransAireS.
 Année d’édition : 2019.
EAN (Édition imprimée) : 9782858312962.
EAN électronique : 9782858312955. 
DOI : 10.4000/books.pressesinalco.19941

Introduction (extrait) :

(…) De fait, les ethnographies relatives aux différentes sociétés humaines montrent une distinction, souvent nette, entre ce que nous appelons communément « ancêtres » en français (des prédécesseurs qui font référence) et l’innombrable masse des défunts qui, nous ayant précédés, n’ont pas laissé une trace suffisamment durable pour que leur existence mérite d’être mentionnée, mémorisée et, parfois même, connue.

(…) Les différentes contributions à ce volume montrent toutefois que la mémoire, notamment la mémoire des ancêtres, ne serait pas si durable si elle ne s’articulait à des formes de reconnaissance sociale, aux pratiques d’investiture plus ou moins formelles et institutionnelles du rituel, qu’il soit religieux et/ou politique. Les rites instituent les ancêtres, soit lors des funérailles, soit lors de pratiques spécifiques où peuvent s’enchevêtrer des caractères propitiatoires, divinatoires, dévotionnels, mais aussi d’autres formes de mise en mémoire plus ou moins ritualisées : circulations cérémonielles, commémorations et mises en récit, processus de patrimonialisation. Si les ancêtres sont constitués par les vivants, ces pratiques confèrent aussi aux premiers une forme d’autorité à laquelle il convient de se soumettre. Leur institution imprime donc au présent l’empreinte d’un passé ayant la double caractéristique d’être, par là-même, façonné et imposé ou approprié, selon les contextes.(…)

© Presses de l’Inalco, 2019.



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2019, 18 décembre). Le façonnement des ancêtres. Dimensions sociales, rituelles et politiques de l’ancestralité. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sixg